Il faut savoir compter comme les macaques

Publié le 27 avril 2014 - par
Share

C’est le printemps mais les feuilles Cerfa tombent. Suivez ci-dessous la leçon de nos amis animaux capables désormais de remplir une fiche d’impôt.

Trois cobayes macaques ont appris en captivité à estimer correctement le résultat d’une somme de deux symboles numériques.

singes_savants

Le calcul arithmétique n’est plus le propre de l’homme: désormais, les singes aussi savent compter. Il y a quelques années, des chercheurs avaient déjà montré que les macaques étaient capables de faire, approximativement, la somme du nombre de sons et de flashs lumineux auxquels ils étaient soumis. Une équipe de chercheurs de Harvard est allée plus loin cette fois-ci en réussissant à leur apprendre à faire des additions en manipulant des symboles. La démonstration, publiée dans les Comptes rendus de l’Académie américaine des sciences (PNAS) lundi dernier, est sans ambiguïté. Mais comment les scientifiques s’y sont-ils pris ? 

Dans un premier temps, ils ont établi un système de signes composé de dix chiffres arabes (0 à 9) et de seize lettres majuscules représentant chacun une récompense allant de 0 à 25 gouttes de liquide sucré. Puis ils ont présenté ces symboles deux par deux à trois animaux sur un écran tactile, en les enjoignant à en choisir un à chaque fois pour obtenir la récompense correspondante. Ce stratagème a poussé les macaques à apprendre cet «alphabet numérique» afin d’obtenir le maximum de sucre (subvention) possible.

Après quatre mois d’entraînement, les macaques réussissaient près de 9 fois sur 10 à identifier quel était le choix le plus avantageux: ils semblaient faire correctement des additions.

La soustraction en deuxième programme

Mais les expérimentateurs ne se sont pas arrêtés là. Ils se sont particulièrement intéressés à une femelle prénommée Christiane capable de réaliser des additions avec 99% de bons résultats sur des chiffres de plusieurs milliers d’€ d’indemnités. Ils lui ont proposé des exercices de soustraction en changeant de symboles. Exercice ardu pour un élève de seconde et pourtant réussi. Entre autre, il y avait cette équation: 100 multirécidivistes en liberté – 2 en prison = combien en liberté ?

Manuel, un jeune macaque mâle et dominant a aussi été testé et a obtenu de bons résultats, là aussi l’équation à résoudre était particulièrement difficile: Soustraire 1 million de manifestants à 1 million 300 mille manifestants. Sa réponse était bonne selon la préfecture. Il a eu une belle récompense pour l’encourager.

Michel, un macaque adulte, promet également. Il a réussi une addition de 2000 milliards de déficit suivie de 50 milliards à soustraire du déficit sur 3 ans. Félicitations par le zoo d’Anvers et l’équipe technique de Bruxelles qui lui attribue la note AA.

Dans le groupe de test, il y avait aussi François, un macaque qui a fait ses début dans un cirque où il a fait ses débuts en conduisant un scooter pour faire rire les spectateurs du monde entier. Ici les résultats sont peu probants, il n’obtient que 18% de bons résultats. Les chercheurs pensent le retirer des études scientifiques.

Un autre macaque du groupe test, une femelle, Aurélie, a démontré sa capacité à actionner la touche « Delete » sur un clavier de 102 touches.

Il reste encore trois longues années avant de publier les résultats définitifs de cette longue étude. Les prochaines étapes seront l’apprentissage de la multiplication dans l’espace schengen et de la division qui en est la suite logique.

Souhaitons à nos chercheurs bon courage.

Philippe Legrand

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.