1

Il faut un référendum sur l’immigration !

L’immigration est, depuis la nuit des temps, un immense danger pour l’équilibre et la paix du monde.

Une société a besoin pour exister et pour vivre dans une relative sérénité, de cohésion sociale et d’adhésion majoritaire à un pacte civilisationnel.

Rome, dont la population était devenue, avec le temps et après des siècles de grandeur, un patchwork de peuplades inassimilables, a connu la décadence et la chute pour des raisons intérieures bien plus que sous l’effet des attaques extérieures dont elle a été l’objet. Les multiples minorités qui composaient le peuple de la cité-nation ont défait l’agrégation qui faisait la force de l’Empire. Par leur revendications identitaires excessives et opposées à la notion même de peuple, ces minorités ont détruit l’unité de cet ensemble, puissant face à ses adversaires externes, mais faible en regard de ses divisions internes. La chute arriva en l’an 463 avec l’abdication de Romulus Augustule.

Ensuite l’Europe est devenue progressivement et pour 15 siècles, le centre du monde. Elle était même jusqu’à la fin du XIX ème siècle le monde lui -même. Elle a connu des vagues migratoires nombreuses (Mongols, Vandales, Vikings…) qui ont contribué à la construction de ses états membres, mais qui n’ont en rien modifié le courant civilisationnel immuable qui a abouti par exemple, à ce qu’était la France il y a encore quelques décennies mais aussi l’Italie ou d’autres.

Rome et la Grèce antique, le Christianisme et les Institutions royales puis Républicaines sont à la base de la Nation française dont le patrimoine culturel atteste de ces apports constitutifs essentiels. Le Moyen-Age lui-même ne fut ce que fut la Renaissance qui elle même ne fut pas le calque parfait des lumières, mais il y a dans ce parcours historique une cohérence indéniable qui établit les contours de la civilisation occidentale.

Dans ce monde ainsi défini et en dehors des invasions dont j’ai souligné qu’elles n’avaient jamais modifié sensiblement le cours de l’évolution culturelle, des mouvements migratoires ont jalonné toutes les périodes de notre histoire. Au XIX ème siècle puis au XX ème siècle, des Italiens se sont installés en France, des Espagnols et des Portugais aussi sans que jamais l’équilibre ne fut réellement rompu. Ces mouvements ont engendré une richesse nouvelle et surtout tous ces gens se sont parfaitement assimilés dans le contexte national.

Ce dont il s’agit aujourd’hui n’est pas du tout du même ordre. « Je fais partie de la majorité des Français qui n’acceptent pas l’immigration. Je le vis comme un drame, on n’a pas demandé leur avis aux Français » nous dit G.W GOLDNADEL. Et il a parfaitement raison, d’abord parce que l’immigration subie par la France depuis 40 années ne ressemble en rien à l’immigration traditionnelle, ensuite parce que la position du peuple de France est à l’opposé de celle de ces élites qui refusent de l’admettre et enfin parce que l’observation des conséquences de cette immigration permet d’y voir un désastre .

Il est clair qu’aujourd’hui, à l’inverse de ce que nous avions connu dans les période précédentes, les immigrants sont très majoritairement musulmans ce qui fait que l’immigration globale est musulmane. Or, l’islam dans ses dogmes, ses pratiques et ses objectifs, est constitutif d’un mode de vie qui ne peut cohabiter avec les principes existentiels d’ici. Je dirais même qu’ils sont exclusifs l’un de l’autre. C’est l’Orient et l’Occident, c’est l’eau et l’huile.

Depuis que les avis politiques s’opposent sur ce sujet, et dans le contexte d’une démocratie représentative, jamais le peuple n’a vraiment été consulté sur cette question essentielle car elle est déterminante de l’avenir de ce pays et de son peuple.

40 ans de recul c’est long ! C’est en tous cas suffisant pour juger des méfaits de cette migration dont l’Europe, et en particulier la France, est la victime. Au degré inférieur de nuisance il y a les revendications inadmissibles car contraire aux lois et à l’esprit de la démocratie et au-delà de la France elle- même dans son identité millénaire. Des piscines réservées aux femmes voilées…et puis quoi encore ?…Des repas spécifiques dans les cantines…Mais ça va pas la tête ?…Des lieux de prières dans les entreprises ?…Mais on se fout carrément de notre gueule là ?…

Mais il y a plus grave. La délinquance est teintée de vert et les statistiques pénales le démontrent amplement. Ainsi 22 % des détenus dans les prisons françaises sont étrangers c’est à dire d’une origine ethnique qui n’est pas exactement située dans la péninsule scandinave si vous voyez ce que je veux dire. Si l’on ajoute à ce chiffre l’ensemble des Français « de papier » mais d’une origine Nord Africaine ou Moyen Orientale, on arrive à un sommet dont il est difficile de définir le juste contour mais qu’une enquête a estimé à 70%.

Mais il y a encore plus grave, les pires attaques que la France ait connu depuis 1939, ou durant les affrontements en Algérie, sont portées par des musulmans sur notre sol et à l’étranger (Mali, Liban,…).

Mais il y a encore le fait que parmi les Français de papier et musulmans, 70 %  pensent que les lois de l’islam sont supérieures aux lois de la République. Comment voudriez- vous après cela, assimiler ces gens qui d’ailleurs ne le veulent pas et souhaitent même annexer la France pour en faire une terre hallal ?

Enfin, on ne peut pas terminer l’analyse de ce phénomène mortifère qu’est l’immigration sans souligner la complicité active de tous les traîtres qui collaborent à ce phénomène d’entrisme dont notre pays est la victime. Je pense à Mélenchon et sa clique d’islamo- gauchistes, mais aussi à toute cette classe politique corrompue et vouée corps et âme à l’idéologie Maastrichienne qui depuis 40 ans œuvre à une mondialisation dont on a vu récemment les conséquences dramatiques qu’elle pouvait engendrer pour notre souveraineté.

Comme Eric Zemmour, comme Gilles-William GOLDNADEL et comme d’autres exigeons une vraie consultation du peuple sur le sujet de l’immigration.

Jean-Jacques FIFRE