1

Il n’y a pas « d’islam de France », il ne peut y en avoir…

… il n’y a que des « musulmans » de religion et de culture installés en France, et ce par la grâce et la complaisance des castes politiciennes mondialistes et multiculturalistes qui depuis 40 ans se partagent le pouvoir en France, « turnover » garanti et organisé !

L’islam est une (pseudo) religion d’importation, sorte d’idéologie frelatée et aliénante imposée à notre Peuple par des « zélites autoproclamées » dont le seul but est de dissoudre notre Histoire, notre identité, nos valeurs et principes fondamentaux dans la bouillie informe d’un projet politico-religieux mortifère et destructeur des corps sociaux et politiques sur lequel il se plaque.

Le chafouin Boubakeur vient de le rappeler vertement au cacochyme Chevènement mandaté par les anti patriotes ( et anti laïques) socialistes et écologistes du gouvernement pour créer les conditions d’acceptation par notre Peuple de ce (et de ceux) qui veulent le détruire. (1).

Ah, les platitudes de dhimmi du sieur Cazeneuve (tiens, il est devenu muet, le bonhomme, depuis qu’il jouit de la sinécure de « premier ministre »)  poussant son discours larmoyant « d’aplaventrisme » devant les représentants auto-désignés de cette soi-disant religion partagée en autant de tendances et de sectes qu’il y a d’assoiffés de pouvoir et de profiteurs de prébendes pour en tirer les plus grands bénéfices !

Ah, les postures de souplesse d’échine du vieux sénateur bien calé dans son fauteuil chargé de nous faire avaler que l’Etat doit organiser cette « religion » dont il veut nous faire croire qu’elle n’est ni expansionniste, ni sexiste, ni ségrégationniste, ni communautariste…dont il veut effacer qu’elle refuse la liberté de conscience à l’individu … dont il veut nous faire oublier qu’elle est à l’opposé des valeurs et principes qui fondent le socle laïque et démocratique de notre République !

Le « victimisé » professionnel ( et de complaisance)  Boubakeur a raison, l’Etat n’a pas à organiser un culte quel qu’il soit, c’est d’ailleurs la base de l’article 2 de la loi de 1905 : l’Etat ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte .. L’application stricte et totale de cet article renvoie tout ce qui est « religion » dans le domaine privé du croyant et l’y maintient , le domaine privé collectif du lieu de culte étant pris en charge totale par l’ensemble des « croyants » et fonctionnant dans le strict respect de la loi républicaine démocratiquement élaborée.

En s’occupant de « l’organisation de l’islam », le pouvoir socialiste viole la loi de 1905, c’est vrai que c’est chez lui une habitude, et que s’il peut gratter quelques voix du côté des Français de confession musulmane, il ne s’en privera pas … le lamentable spectacle donné par les « primaires socialistes » actuelles montre d’ailleurs combien les électeurs de France rejettent ce parti très minoritaire   qui a détruit notre pays et qui ne peut avoir d’espoir que dans un électorat venu d’ailleurs !

En voulant faire entrer ce qui est un projet politico-religieux dans le seul cadre du « culte » pour en nier le contenu antidémocratique, anti laïque et aliénant intellectuellement et politiquement, le pouvoir socialo-écolo, en sursis, certes, mais capable encore de malfaisance, poursuit sa tâche de décomposition de notre espace public, social, sociétal uni autour d’une Histoire, d’une identité, de principes laïques et démocratiques pour le faire entrer dans l’espace mondialisé dominé par les forces financières apatrides, libérales et libertaires, pour lesquelles seules comptent la « consommation » et la destruction de tout ce qui peut mettre en échec leur projet.

Il n’y a pas « d’islam de France »  (et nous devons dénoncer cette expression fallacieuse…) car notre Histoire, notre identité, notre système politique et de pensée se sont faits en particulier contre  ce principe politico-religieux , il y a simplement dans notre pays des hommes et des femmes  qui se réclament de cette idéologie et qui doivent d’abord respecter ce que nous sommes pour avoir le droit de pratiquer « leur culte ».

Nous devons donc lutter par le raisonnement argumenté, par le recours à la connaissance, par l’expression de notre libre arbitre et de notre esprit critique contre cette idéologie qui apporte dans notre monde des sédiments putréfiés du passé.

Nous devons aussi circonscrire celui qui se réclame de cette croyance dans son espace privé et l’y maintenir.

Nous devons aussi lutter politiquement, par l’expression ultra majoritaire du Peuple, contre toutes les velléités d’expansion dans notre espace public d’une quelconque parcelle de ce projet politico-religieux.

Celui qui veut rester en France (qu’il y soit de récente souche ou de générations plus anciennes) et pratiquer cette « foi » devra comprendre que cela doit rester « une foi » au strict sens religieux du terme, et que pour tous les autres aspects de la vie publique, sociale et sociétale, c’est la loi laïque et démocratique qui s’impose.

Ne pas respecter ce cadre amènera l’intéressé soit à partir de son plein gré, soit à être poussé dehors « à l’insu de son plein gré »… Il ne doit y avoir aucune autre alternative.

Rober Albarèdes

1 – http://www.lemonde.fr/religions/article/2017/01/23/la-mosquee-de-paris-claque-la-porte-des-nouveaux-chantiers-de-l-islam-de-france_5067835_1653130.html

http://www.fdesouche.com/814101-la-mosquee-de-paris-claque-la-porte-des-nouveaux-chantiers-de-lislam-de-france