Il n’y aura pas de printemps algérien

Le 41e vendredi de revendications « pacifiques » s’est terminé en Algérie sans qu’il n’ait apporté aucun changement, et il serait étonnant qu’un changement soit apporté.

Les Algériens auraient dû s’inspirer de ce qu’est devenu ce qui devait être le « merveilleux printemps de Tunisie » : une catastrophe pour les Tunisiens, politique, économique et touristique.

Il n’y aura pas de « Printemps algérien », et nous en sommes les premiers désolés.

Il n’y aura pas de changement politique en Algérie car il est actuellement, et même dans un proche avenir, impossible.

Tant que la religion d’un pays est imposée comme « religion d’État » toutes  les républiques et les démocraties sont vouées à l’échec.

Ce n’est pas nouveau, nous avons connu cet état en France durant des siècles et une révolution sanglante fut nécessaire, hélas, pour parvenir à une séparation définitive entre l’Église et l’État.

Ne vous méprenez pas, il n’est pas question d’abandonner votre religion, chacun est libre de la pratiquer selon sa foi, mais à la condition qu’elle n’interfère jamais dans la politique d’un pays. Or, cela est du domaine de l’impossible avec la religion musulmane, avec l’islam, en tous les cas tel qu’il se pratique actuellement, et depuis des siècles et des siècles, sur notre planète.

Toutes les religions sont totalement incompatibles avec la démocratie et la république lorsqu’elles gèrent un pays.

Et le prix du sang est toujours à payer pour que la séparation se produise.

Des siècles se sont écoulés avant que l’Église chrétienne ne soit séparée de l’État laïc, n’attendez pas des siècles avant de séparer la mosquée musulmane de la main-mise sur tous les pays musulmans.

Les religions apparaissent et disparaissent, la nôtre a vingt siècles et la vôtre quinze, la Terre a plus de soixante millions d’années, elle sera toujours là quand nos religions n’existeront plus.

Le prêtre, l’imam ou le rabbin n’ont aucun titre à réglementer la politique d’un pays, d’un État, aucun droit de s’ingérer dans une république et une démocratie.

Et cela, musulmans, il faut que vous le compreniez car il y va de votre devenir et, forcément, du nôtre.

Oublions un instant les combats, les guerres, le proche passé, qu’ils aient eu comme objectif l’indépendance ou la religion.

Après 132 ans de « colonisation », nous vous avons laissé un pays, l’Algérie, admiré par le monde entier. Avouez qu’un demi-siècle d’indépendance, et de soi-disant liberté, ne l’a certainement pas amélioré, c’est le moins que l’on puisse dire, et que même des élites algériennes le disent, le crient.

Interrogez vos grands-parents et demandez-leur ce qu’ils pensent réellement de leurs vies quand nous étions présents ?

Vous avez été martyrisés, exploités, depuis plus d’un demi-siècle par des « maîtres » qui se sont rempli les poches, en vidant les vôtres, et cela va se poursuivre, vous n’y pouvez rien… pour le moment.

Ceux qui vont remplacer le « clan Bouteflika » sont les mêmes qui l’ont servi et qui ont « grossi » avec lui.

Vous avez cru que l’Armée nationale populaire, sous la poigne du général Ahmed Gaïd Salah, allait vous soutenir, alors qu’elle soutient vos « maîtres » depuis 1962, et continuera à les soutenir.

Si cela n’avait pas été le cas, soyez certain que cette armée aurait pris le pouvoir, ce pouvoir que vous lui avez offert lors de vos « premiers vendredis » de révolte.

Heureusementn cela a évité un massacre, votre massacre, comme celui que subissent actuellement d’autres musulmans en Irak, en Iran, en Libye, au Yémen et ailleurs dans le monde.

C’est bien au nom de votre religion que l’on vous massacre, mais en réalité c’est au nom de l’argent et de l’or qu’elle rapporte à ceux qui vous l’imposent pour vous gouverner à leur seul profit.

Vous en serez conscients un jour prochain, comme nous l’avons été !

Manuel Gomez

image_pdf
0
0

12 Commentaires

  1. Seul l’Athéisme généralisé apportera la Paix sur cette pauvre Terre !
    Je suis son Ultime Prophète…
    MDR !

  2. Savonarole en 1494 à Florence a institue un régime qu’il décrit comme une « République chrétienne et religieuse ». Elle a duré 3 ans, allumé le « bucher des vanités  » et c’est le Pape Alexandre VI en personne qui n’était pas fou, qui l’a liquidée.
    Les Papes à l’époque n’étaient pas fous, ils ont gagné à Lépante, calmé Galilée qui voulait expliquer au peuple que la terre n’était pas au centre du monde, ce qu’ils savaient très bien depuis Copernic…
    Il faut ménager le peuple ! C’est la fameuse querelle Robespierre-Fouché ( rétablissement du culte de l’être supréme ) qui aboutit à Thermidor.

  3. Beaucoup de contresens. Napoléon a signé un concordat en 1806. Le catholicisme romain a été religion d’Etat jusqu’en 1905 et l’est restée pour l’Alsace-Moselle. Quel rapport avec la révolution ?

    • L’Eglise était liée à l’ancienne aristocratie foncière, les jacobins l’ont persécutée. Elle a pu par la suite trouver un modus vivendi avec la bourgeoisie, tout au moins ses éléments les moins « radicaux ».

  4. Evitons tout d’abord de mettre sur le même plan l’Islam et l’Eglise ; contrairement à ce que vous sous-entendez, cette dernière ne prône pas la fusion du politique et du religieux, contrairement à l’Islam. S’ils ont été les défenseurs de la papauté tout au long de l’Histoire, les rois de France ont su remettre le pape à sa place, quand celui-ci empiétait sur les affaires de Royaume. Et, parce que la morale catholique les gênait dans leur entreprise de contrôle des affaires de l’Etat, – ne parlons pas du titre de Roi des nations attribué au Christ-, les facilitateurs et acteurs de la Révolution Française se sont littéralement acharnés contre l’Eglise. Vous en êtes un digne descendant, M. Gomez. La morale catholique est à la base de la démocratie, telle que vous la rêvez.

    • « cette dernière ne prône pas la fusion du politique et du religieux »
      Si ce n’est que le roi était considéré comme le représentant de Dieu sur Terre.

      • Certes, mais cela lui conférait plus de devoirs que de droits ; Dieu est maître de toutes choses, certes, mais ses rapports à l’homme sont ceux d’un père infiniment bon. C’est ainsi que le roi de France devait se positionner par rapport à ses sujets. Rien à voir avec le despotisme éclairé d’un Frédéric II de Prusse, par exemple.

  5. Non, je ne reconnais pas aux musulmans le droit de pratiquer leur « foi »: la foi en l’infériorité de la femme.Pour cela, je les combattrai jusqu’à mon dernier souffle,dans la mesure de mes moyens.Mais comme l’infériorité de la femme est le talon d’Achille de l’islam,l’islam s’écroulera par où il a péché.MERDE AU DIEU ALLAH ET A SON DIABLE MAHOMET.

  6. Mr Gomez. : Votre 8eme paragraphe :
     » Toutes les religions sont totalement incompatibles avec la démographie et la république lorsqu’elles gèrent un pays . »
    Parfaitement éxact , mais vous pouvez supprimer les 5 derniers mots .

  7. La terre soixante millions d’années ? Je croyais qu’elle existait avant les dinosaures ! Une petite distraction sans doute… car je ne vous apprendrai pas que la terre est vieille de 4,5 milliards d’années et qu’il lui en reste autant à « vivre » si la folie des hommes ne la fait exploser.
    Ceci dit, je suis entièrement d’accord avec votre article.

Les commentaires sont fermés.