1

Il serait bien que Marine dénonce l’incroyable lynchage de Fillon

Au lieu de nous laisser diviser, nous entre-déchirer par les manipulations de ce régime de « moi Président », faisons front commun contre les magouilles électorales de ces socialaudpathes. Si nous continuons, nous aurons fait le jeu de régime politique qui n’a rien à envier au Stalinisme. Le « moi Président » a bien préparé sa sortie en brouillant les cartes en « fin stratège » de la politique politicarde.

Bien que n’étant pas filloniste, je me demande comment ses électeurs ont pu se laisser entraîner dans ce déferlement de délation, de discrimination, de diffamation, de calomnie sans aucun recul. Ne voyant que par le petit bout de la lorgnette et ne se rendant pas compte qu’ils faisaient le jeu de  « moi Président » et de sa clique et surtout qu’ils seraient les premières victimes de ce régime spécialiste des coups bas. Il y a eu des élections démocratiques, il y a eu un vainqueur, un candidat désigné pour l’élection présidentielle par une large majorité. Devant les accusations portées à l’encontre de leur candidat, ses électeurs auraient dû manifester devant le Palais de l’Elysée et pointer du doigt le véritable responsable de cette bassesse devant le peuple.

J’ai pu constater que dans des articles de tous bords, on a hurlé avec les loups, joué les procureurs, cherché à enfoncer le clou au détriment du droit à la présomption d’innocence. Personne ne s’est posé la question : « par qui le scandale arrive ». Oui, bien sûr, quelques supputations …. Rappelons-nous le scandale DSK qui partait favori à l’élection présidentielle de 2012 et s’est retrouvé au banc des accusés d’une manière digne d’une série B au cinéma. Tout le monde dans le milieu politique et artistique connaissait ses travers, ses goûts pour les jeux sexuels, et vlan au moment le plus crucial parce qu’il faisait de l’ombre au candidat du parti socialiste, on a déballé sa vie sur la place publique. Je ne me porte pas en juge sur le fond (cela ne me regarde pas), mais sur la forme qui se la joue bis repetita en 2017.

Certains aficionados de Marine Le Pen ont cru bon de se la jouer accusateurs publics, ce qui peut se comprendre, en pointant du doigt le candidat F. Fillon et l’accusant de tous les maux de la terre en pensant qu’ainsi certains indécis se tourneraient vers leur candidate. Et bien, non, ils auraient dû comprendre et mettre en parallèle la campagne de dénigrement systématique dont sont victimes M.L.P. ainsi que les potentiels présidentiables ne faisant pas partie de la coalition socialaudpathe. Ils auraient dû comprendre que c’était un même combat, un combat dont une ou un seul vainqueur sortira. Il serait tout à l’honneur de M.L.P. de dénoncer l’acharnement médiatique et politique à l’encontre de François Fillon et d’établir, par la même occasion, l’état d’esprit de ce régime de « moi Président » et ses complices qui ne font que diviser notre pays, en jouant au Poker menteur avec le plus grand mépris pour notre démocratie.

Quel est donc ce Procureur de la République aux ordres qui saisit le Parquet Financier avec une célérité dont il n’a certainement pas fait preuve dans le scandale Cahuzac qui a pris trois mois ? Et là, quelques heures ! Pour une justice, la preuve en est, c’est bien une justice à deux vitesses.

Il faut espérer que malgré tout cela, « moi Président » ne gagnera pas la partie avec un de ses pions, tous aussi roublards menteurs et incompétents que lui et qu’avec un nouveau vrai Président(e) la grande faucheuse de la Justice passera par là et lui fera rendre gorge au nom de toutes les victimes de son machiavélisme. Remboursera-t-il toutes les sommes dépensées pour ses amourettes élyséennes, avec assistants, frais de représentation, garde du corps (sic) pour protéger ses donzelles squatteuses au service de sa libido ? Sera-t-il accusé de népotisme pour avoir fourni un poste de ministre à la mère de leurs enfants ? Sera-t-il poursuivi pour avoir sous-estimé son patrimoine ? J’en passe et des pires.

Au vu de la situation présente, je ne défends l’homme en tant que tel, je défends un principe fondamental, le respect de la démocratie, de la séparation des pouvoirs et surtout la liberté d’être débarrassé de cette ambiance nauséabonde générée par toute cette clique depuis trop longtemps aux commandes de l’Etat de Droit au détriment de notre pays, la France

Cassandra Troie