Il y a 10 ans, le peuple suisse disait non aux minarets islamiques

Publié le 27 novembre 2019 - par - 12 commentaires - 1 897 vues

Il y a dix ans, on ne parlait que de lui. Oskar Freysinger avait impulsé une votation, en Suisse, pour s’opposer à la construction de minarets sur les mosquées. Et le résultat avait dépassé ses espérances : 57 % de nos voisins avaient suivi la proposition de l’UDC : OUI ! 

Riposte Laïque : Cela va donc faire dix ans qu’il y avait eu cette fameuse votation suisse sur les minarets. Pourriez-vous, pour nos lecteurs les plus jeunes, et les plus récents, nous en rappeler l’historique ?

Oskar Freysinger : Malgré l’opposition de la population, du conseil général et du conseil communal, l’autorité judiciaire avait décidé d’autoriser la construction d’un minaret dans la commune de Wangen. Afin d’éviter un tel déni de démocratie à l’avenir, il fallait un changement constitutionnel. De là partit l’idée d’une initiative populaire.

Riposte Laïque : Qu’est-ce qui vous a le plus marqué, à l’occasion de cette campagne, qui fut animée, notamment sur les plateaux de télévision ?

Oskar Freysinger : La mauvaise foi de nos adversaires, leurs insultes, leur servilité et leur lâcheté envers l’islam ainsi que l’interdiction de nos affiches en de multiples endroits.

Riposte Laïque : Cette victoire, qui a surpris tous les observateurs, a-t-elle changé la donne, et a-t-elle freiné l’offensive des plus radicaux des musulmans en Suisse ? 

Oskar Freysinger : Ce fut un moment historique, dans le sens où un peuple libre signifia pour la première fois à l’islam qu’il ne saurait s’accaparer l’espace public. Et ce bien avant les attentats de Nice et du Bataclan ! Par la suite, d’autres nations emboîtèrent le pas par l’interdiction du voile etc.

Riposte Laïque : Une année plus tard, vous étiez l’invité vedette des Assises internationales contre l’islamisation de nos pays. Vous aviez reçu une ovation exceptionnelle du public. Cela vous avait-il surpris ? 

Oskar Freysinger : Oui, la surprise fut de taille, car je n’avais pas réalisé combien mon combat dépassait les frontières et concernait tous les pays démocratiques. En entrant dans la salle, je fus abasourdi par la « standing ovation » d’un bon millier de personnes et la scansion de mon nom dans toutes ces bouches. Que d’émotion, ce jour-là !

Riposte Laïque : L’UDC, votre parti, a-t-il profité de cette victoire, et est-il plus fort qu’il y a dix ans ? 

Oskar Freysinger : Il reste largement le premier parti du pays, malgré un fléchissement lors des élections récentes, fortement influencées par la manipulation médiatique entourant la « vague verte ». Mais je suis confiant, car sur la durée, il ne sert à rien de détourner l’attention des gens pour éviter de régler un problème. Le problème migratoire et l’islamisation rampante, voire galopante, se rappelleront cruellement à nous ces prochaines années et feront grossir nos rangs.

Riposte Laïque : Contrairement à la France, à l’Allemagne, à la Grande-Bretagne ou à l’Espagne, votre pays n’a pas encore été touché par le terrorisme islamique. Comment expliquez-vous cela ? 

Oskar Freysinger : Parce que nous ne sommes pas une ancienne force coloniale, ni membre de l’Otan. Nous sommes protégés par notre neutralité. Aucun soldat suisse n’a participé aux interventions de l’Otan en Irak, en Libye, en Afghanistan ou en Syrie. Quant au vote sur les minarets, il a été compris et accepté dans les pays musulmans. Le « dar el harb » est soumis à d’autres règles que le « dar el islam ».

Riposte Laïque : Vous paraissez avoir pris un peu de recul avec la politique, depuis quelques années. Que devenez-vous ?
 
Oskar Freysinger : Je fais enfin ce que j’aime le plus au monde : écrire. Depuis mon retrait partiel de la politique, j’ai publié trois livres, dont un s’intitulant « le côté obscur de la lumière », qui décrit mon expérience politique de manière philosophique et poétique et un autre, « cendre rouge », une œuvre liant roman épique et thriller, qui se déroule entre 1917 et 1951 en URSS. C’est en même temps un plaidoyer impitoyable contre toute pensée totalitaire.

Riposte Laïque : Souhaitez-vous ajouter quelque chose, Oskar ? 

Oskar Freysinger : Je serai à Paris entre le 1er et le 7 décembre 2019 pour la promotion de mon dernier roman, « cendre rouge », invité par mon éditeur Marc-Laurent Turpin des éditions Apopsix.

Propos recueillis par Pierre Cassen

Extraits de l’intervention d’Oskar Freysinger, le 18 décembre 2010

Discours complet :

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
R2d25

QUAND ??? Le peuple de FRANCE va-t-il demander le DÉMANTÈLEMENT DES MOSQUÉES
Sur notre sol.???

Une patriote

Il faut déjà virer LE CINGLE et après tout coulera de source !

Eric des Monteils

Un Suisse = fusil : voilà de quoi contenir les débordements bougnouliques

Anne Lauwaert

Logique : puisque le Mobile Muezzin existe les minarets sont inutiles :
https://www.20min.ch/ro/multimedia/stories/story/Les-horaires-des-prieres-musulmanes-sur-mobile-14935757 29 mai 2009 Prix Romand de la Création (GPRC), à Genève -l’application peut être installée sur tout téléphone portable supportant la technologie Java et donne les heures de prières islamiques pour tous les jours de l’année et de manière précise pour plus de 5 millions de lieux sur la planète.

XOR

Les minarets restent un marquage de territoire, et l’appli donne aussi la direction de la mecque c’est pratique pour donner la direction du cul des muzz qui se trouve en direction contraire.

anonyme

La Suisse est un pays neutre , aussi elle ne se mêle pas des problèmes de ses voisins et elle a bien raison , chaque pays veut tirer la couverture et le résultat est là , il n’y a plus de respect pour personnes , il n’y a que le pognon qui prime , mais ce n’est pas ça gouverné un pays , quand j’étais enfant ,nous avions des règles que nous respections et nous n’en étions pas plus malheureux que ça , au contraire , la France étais respecté dans le monde entier , maintenant la France est le risée du monde entier , voilà la différence surtout avec un macron pour président qui fait tout et n’importe quoi et qui reçoit n’importe qui à L’Elysée

CHRIS

Ajouter a ceci , tous les Suisses qui ont effectues leur periode militaire garde leur armement chez eux et sont bien entraines . Les SS djihadistes racistes le save

Simon Cussonet

Tous les soldats suisse (et j’en fait partie) ont des tirs obligatoire chaque année avec leur arme de service à la maison jusqu’à 40 ans…..tous les soldats suisse touchent la cible (une sous tasse) à 300 m. Le soldat suisse est par nature un tireur d’élite et les crasseux avec leurs AK 47 sont incapable d’en faire autant. Ayant tiré des milliers de cartouche durant mon service militaire, beaucoup de suisse possèdent plusieurs armes chez eux, c’est d’ailleurs un des pays les plus armé, (je possède 3 armes de guerre) avec le moins de morts dû aux armes à feu !

patphil

les suisses réfléchissent, eux!

BERNARD

Comment un “petit” pays comme la Suisse peut-il résister à l’invasion/submersion islamique et migroÏde?

Car c’est une démocratie et que les citoyens sont patriotes et courageux.

Comment un “grand” pays comme la Rance, accepte de récolter toute la merde des autres, de se laisser soumettre par l’islam et l’invasion migroïde?

Car ce n’est pas une démocratie (30% de la population représentée au parlement qui fait les lois n’est représentée que par moins de 3% des parlementaires), les citoyens sont lâches, soumis, et ils s’assoient sur le patriotisme et les traditions millénaires de la Rance, après tout, ils n’ont que ce qu’ils méritent et ce qui va leur tomber sur le coin de la gueule, ils l’auront bien cherché… Bien sûr après ils pleureront, mais TROP TARD !

Simon Cussonet

La Suisse ne résiste pas à cette invasion de cafards (merci la gauche et la droite molle) il suffit d’observer nos villes pour voir le nombre de parasite entourée d’une ribambelle de moutards pour se poser des questions !…mon pays, la Suisse, n’est plus celle que j’ai aimé et dont j’étais fier ! 25% d’étrangers et si on compte les “nationalisés” de fraiche date, Yougo, Albanais, Kosovar, Maghrébins, nègros etc….c’est 50% !!!!

SLOBODA

La Suisse pays réaliste, du moins ses dirigeants qui dit non à l islamisation

Lire Aussi