Il y a 15 ans, 3 Vladimir assassinaient Janine Bedfert, la boulangère de Blanc-Mesnil

Publié le 30 mars 2013 - par - 5 064 vues
Share

Hommage à Janine Bedfert, disparu tragiquement, dans la nuit du dimanche 30 mars 1998, à l’âge de 67 ans.

Nous ne l’oublions pas et qu’elle repose en paix !

IMG_0038.jpg

Janine Bedfert, une femme respectable qui a eu le malheur de perdre la vie à cause de trois racailles. 

Nous sommes aujourd’hui en 2013. Plus les jours passent, je ne cesse de penser à ce tragique fait divers qui avait défrayé la chronique dans la ville du Blanc-Mesnil et aussi, dans les JT de l’époque. Le temps passe et je n’arrive pas à oublier ce drame d’une horreur indescriptible il y a tout juste 15 ans.

Remontons dans le temps.

En 1964, Janine Bedfert ouvre sa boulangerie dans le quartier des Tilleuls, à Blanc-Mesnil (93) tout proche de la cité du même nom qui vient aussi de naître. C’est l’un des premiers commerces dans la ville. Tout le monde la connaissait. Une femme très populaire. D’après les témoignages de ceux et celles qui la connaissaient, Janine était une femme au grand coeur avec un certain caractère. Elle ne se laissait pas impressionner par certains jeunes qu’elle avait vu grandir et qui prenait le chemin de la délinquance.

IMG_0039.jpg

La boulangerie de Janine Bedfert. Aujourd’hui, elle a été revendue après 34 ans de bons et loyaux services. 

Au fil des années, la cité des Tilleuls devenait un quartier sensible avec une forte montée de la délinquance. Dans les années 90, on pouvait sentir une insécurité présente. Pendant ce temps-là, Janine Bedfert continuait à travailler dans sa boulangerie. Elle faisait preuve de courage d’affronter certaines racailles qui menaçaient par moment, d’après le témoignage de sa vendeuse. Cette boulangère ne se laissait pas faire et n’avait peur de personne.

Quelle femme courage d’affronter toute cette racaille irrespectueuse envers les gens civilisés ! Malheureusement, de son courage, Janine Bedfert va en payer le prix.

Le jour du drame ou plutôt, pendant la nuit du dimanche 30 mars 1998, trois individus (Djamel Belarbi, 25 ans ; Sékou Coulibaly, 24 ans et Saïd Hamla, 21 ans) décident de faire un cambriolage dans la maison de Mme Janine Bedfert, la célèbre boulangère des Tilleuls du Blanc-Mesnil. Au départ, ces petits malins avaient profité de la nuit pour réaliser leur coup en pleine nuit et profiter du sommeil de la boulangère pour ne pas se faire prendre. Mais ça ne va pas se passer comme ça.

Entendant du bruit par effraction, Janine Bedfert se réveille de son lit. En effet, elle est veuve et vit seule depuis la mort de son mari. Elle se demande ce qu’il se passe. Soudain, elle descend les escaliers et se retrouvent en face de ces cambrioleurs. Dans la nuit froide, isolée face à ces trois individus, Janine Bedfert ne se laissera pas faire. Elle leur demandera de sortir. Djamel Belarbi, le meneur du groupe, va insister pour qu’elle lui donne l’argent. La boulangère refusera et ne sera pas intimidée par cet ordre.

Soudain, la pauvre Janine Bedfert va être rouée de coup et étouffée avec un manteau (ou une couverture) d’une sauvagerie et d’une lâcheté ignoble par ces trois individus. Elle va perdre la vie dans un bain de sang. Elle avait 67 ans !

Le cambriolage a raté. Djamel Belarbi, Sékou Coulibaly et Saïd Hamla vont la laisser mourir et voler quelques objets personnels et sa voiture.

Le matin, à l’heure de l’ouverture de la boulangerie, Janine Bedfert n’est toujours pas arrivée. Ses employés s’inquiètent. Ils appelent, personne ne décroche. Ils vont alors à son domicile et il découvre l’horreur : un corps ensanglanté, recroquevillé et dénudé. Le choc.

De retour chez lui, la soeur de Djamel Belarbi découvre qu’il a récupéré un camescope et d’autres objets. En plus, elle remarque que ses baskets sont tâchés de sang. Preuve que c’est lui qui s’est le plus déchaîné à donner des coups de pied à la pauvre dame. 

Suite à l’émotion du meurtre de la boulangère du Blanc-Mesnil, elle décide de dénoncer son frère au commissariat car elle en a marre qu’il ne soit pas dans le bon chemin.

IMG_0037.jpg

Le lieu du drame : le pavillon de Mme Janine Bedfert, retrouvée morte dans une marre de sang.

Djamel Belarbi, Sékou Coulibaly et Saïd Hamla sont arrêtés par la police. Belarbi est mis en prison, les autres restent libre en attendant leur procès. De la délinquance, ils sont devenus en quelques minutes des criminels, éternellement associés au meurtre de la pauvre Janine Bedfert.  

L’émotion est énorme dans la ville de Blanc-Mesnil, surtout dans la cité des Tilleuls. Tout le monde connaissait Janine Bedfert. Sa mort tragique, injuste et d’une grande lâcheté (en pleine nuit, agressée par trois individus qui n’ont eu aucune pitié) a marqué les esprits dont j’en fait parti. L’incompréhension totale. « Le Parisien » avait fait sa une à l’époque. Un énorme choc.

Le mardi 13 mars 2001, le procès des trois prévenus s’est tenu à la Cour d’assise de Bobigny. Les trois meurtriers présumés sont poursuivis pour « meurtre ayant pour objet de faciliter un vol par effraction et en réunion ».

Les explications sont assez confuses des accusés. Ca fait froid dans le dos. Ils risquent la réclusion criminelle à perpétuité..

Lors de l’audience, le juge rappelle les antécédents judiciaire de Djamel Belarbi, le principal accusé dans le meurtre de la boulangère. Il a eu douze condamnations entre 1992 et 1998 pour des vols, des cambriolages, etc. Fort heureusement, ce lourd casier judicaire ne va pas l’aider lors du jugement.

 IMG_0042.jpg

Marc Bedfert, le fils de la boulangère, devant les caméras du JT de France 3 avant le procès. 

IMG 0040

Marc Bedfert attend le procès avec un membre de sa famille.

Pendant le procès, l’émotion était vive du côté de la partie civile. Marc Bedfert, le fils de la boulangère, est venue pour rendre hommage à sa mère. Marc Bedfert rajoute à l’audience : « De toute façon, ils s’en foutent de ce qu’il s’est passé à ma mère, dans la cité. Que ma mère soit morte, c’est normal, elle n’a pas voulu donner son fric. » Depuis, le fils a vendu le commerce familiale de sa mère car les choses se dégradaient.

En mémoire de cette boulangère de 67 ans qui aurait dit à ses agresseurs: « Vous n’aurez pas un franc, je préfère mourir. »

Le vendredi 16 mars 2001, Belarbi a été condamné à 20 ans de réclusion criminelle, Coulibaly 16 ans et Hamla, 13 ans. Ils ont tous fait appel.

En mai 2002, lors du procès en appel, Belarbi a une peine alourdi passant de 20 à 25 ans de prison tandis que Coulibaly et Hamla ont été relaxé.

D’après un témoin, Laïd Ramani, qui était détenu avec le principal accusé du meurtre de la boulangère, a précisé au juge que Belarbi voulait tout mettre sur le dos de ses deux copains afin de se disculper. Un vrai lâche !

L’affaire est close.

Aujourd’hui, si ce drame n’avait jamais eu lieu, Janine Bedfert aurait eu 82 ans. Elle aurait sans doute profité pleinement de sa retraîte après de longues années de labeur et aussi, de ses petits enfants. Elle aurait été une grand-mère comblée. On aurait tellement aimé ne pas se remémorer ce triste dimanche 30 mars 1998 au matin et que Janine Bedfert soit toujours parmi nous.

J’ai écrit cette article pour rendre avant tout hommage à Janine Bedfert, une femme respectable qui ne méritait ce triste destin. Paix à son âme ! Ce drame a brisé toute une famille respectable. On ne les oublie pas, comme Janine Bedfert, une boulangère qui a marqué le coeur de tous ceux qui ont eu la chance de la connaître.

Jon-Erik Harper

http://lci.tf1.fr/france/2001-03/meurtre-boulangere-devant-assises-seine-saint-denis-4857571.html

http://www.leparisien.fr/seine-saint-denis/le-meurtre-de-la-boulangere-reste-un-mystere-14-03-2001-2002030147.php

http://www.leparisien.fr/faits-divers/les-meurtriers-de-la-boulangere-condamnes-bobigny-seine-saint-denis-17-03-2001-2002038523.php

http://www.liberation.fr/societe/0101367394-de-treize-a-vingt-ans-pour-le-trio-meurtrier-de-la-boulangere

http://www.leparisien.fr/seine-saint-denis/il-livre-les-secrets-d-un-des-meurtriers-de-la-boulangere-31-05-2002-2003114246.php

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.