Il y a 50 ans, de Gaulle mourait : cela ne m’a pas attristé

« De Gaulle : la décadence, l’imposture et la trahison ! » (Colonel Antoine Argoud).

« De Gaulle n’avait pas trop de deux églises à Colombey pour pouvoir y aller confesser tous ses péchés. » (Général Maxime Weygand).

Diantre, nous arrivons – enfin ! – à l’avant-dernier hommage de « l’année de Gaulle » : le cinquantième anniversaire du jour où ce satrape défuncta, le 9 novembre 1970. Il ne nous reste plus à honorer que l’anniversaire de sa naissance, le 22 novembre 1890. L’antépénultième évènement était « l’appel du 18 juin », qui marquait, pour Charles de Colombey, le début d’une belle carrière de speaker à la BBC.  Préalablement, nous avions subi l’anniversaire de Montcornet,  « une défaite dans un esprit de résistance » comme nous l’a dit avec emphase le jeune marquis de Morveux d’Énarque.

Nous aurons évité, de justesse semble-t-il, l’anniversaire de la première dent du grand homme, de sa première couche-culotte, de sa première communion, de sa sortie de Saint-Cyr, de son mariage avec « Tante Yvonne », de l’ablation de sa prostateet j’en passe.

Ne nous plaignons pas : s’il avait fallu commémorer toutes ses félonies, ses menteries et ses trahisons, tous les jours de l’année n’y auraient point suffi !

Le marquis de Morveux d’Énarque, en berne dans les sondages, a eu l’idée de faire de 2020 « l’année de Gaulle » et je me dois – une nouvelle fois – de tirer un grand coup de chapeau à ses conseillers (ou à sa duègne – née Trogneux du Touquet – qui, nous dit-on, a une forte influence sur ses décisions) car ce genre d’arnaque intellectuelle, ça marche à tous les coups : il espérait reprendre  quelques points dans les sondages, grâce aux imbéciles, aux ventres mous et aux gogos qui – ne connaissant rien à l’histoire du Royaume – raffolent des symboles forts, de la geste épique et des beaux récits magnifiés (voire, carrément inventés de toute pièce).

On se souvient que le Marquis, postulant à la magistrature suprême, avait rendu visite au vicomte du Puy-du-Fou et s’était extasié devant le Son-et-Lumière à la gloire de la chouannerie.

Ensuite, il alla honorer la mémoire de Jeanne-la-Pucelle à Orléans. Plus tard, nous eûmes droit à son « itinérance mémorielle » (quel charabia !) sur divers champs de bataille de la Grande Guerre, mais sans faire référence à la victoire, pour ne pas contrarier  la « grosse Bertha », actuelle führer du IVe Reich, et sans rendre hommage aux maréchaux de 14-18, pour ne pas avoir à citer le héros de Verdun, le maréchal Philippe Pétain.

« L’année de Gaulle » était donc, en théorie, une bonne idée, oui mais voilà :

Le jeune marquis attire les catastrophes, il a la scoumoune, le « mauvais œil ». Il n’aurait pas dû invoquer les mânes du bradeur de notre empire colonial ; sa seule évocation attire les drames.

Aussitôt, un terrible mal s’est abattu sur le royaume, aussi vite que la vérole sur le bas clergé. Pis que la male peste,  il a fait moult ravages : l’année 2020 aura été une annus horribilis.

On raconte que ce mal nous viendrait de la lointaine Chine, et que le virus serait dû aux amours  contre-nature d’un pangolin et d’une chauve-souris. Pourtant la chauve-souris est l’animal préféré des invertis et des gougnottes : une sorte de transsexuel,  tantôt UN oiseau, tantôt UNE souris. Sur le pangolin, en revanche, on ne sait pas grand-chose. J’en ignorais même l’existence.

Depuis, le Marquis a perdu de sa superbe, et pour en rajouter à son malheur, voilà que les suppôts de Mahomet se mettent à décapiter des Gaulois. Avant, les plumitifs à la solde du pouvoir pouvaient  qualifier les égorgements de « blessures au cou ». Pour les décapitations, la langue de bois est plus difficile à manier, d’autant  que  les  assassins ne font que reprendre une vieille coutume fort répandue sous la Terreur : les laudateurs des Lumières coupaient volontiers la tête de ceux qui ne pensaient  pas  comme eux (1)… Depuis que le Marquis est aux affaires, tout va de mal en pis. On en viendrait presque à se demander où est passé le jeune gandin arrogant, au sourire narquois de playboy de sous-préfecture, qui toisait son monde quand il gagnait des ponts d’or chez un banquier sémite ou quand il était ministre du porcelet sudoripare, François le mou, seigneur de Tulle ?

Voilà qu’il s’exprime avec la mine triste, les gestes d’un gourou et le regard halluciné d’un follinguo. Il fait des effets d’annonces qui déconcertent ceux qui l’ont porté au pouvoir.

Dernièrement, il voulait déclarer la guerre à l’Empire ottoman. Il parlait aussi de fermer les frontières, plagiant le programme de la ronde et blonde comtesse de Montretout (laquelle n’avait fait que recycler les idées de son géniteur, Jean-Marie de la Trinité, dans l’espoir de rendre son parti  plus  fréquentable). On dirait que tout le rend sombre. On raconte que son ancien mameluk  Ben Allah aurait contracté le virus chinois peu de temps avant le vieille marquise, celle que le peuple appelle irrespectueusement « Mémé Trogneux ». Or, le Marquis, lui, n’a pas été malade. Depuis, on jase au palais et ça l’irrite : la cour est décidément bien plus malveillante que le bas peuple, cette valetaille qu’il déteste pourtant : ces gens, ces gueux « qui ne sont rien »…

Mais, « revenons à nos moutons », comme on dit dans les banlieues au moment de l’Aïd-el-fitr (ou l’Aïd-el-Kébir) : la célébration de l’anniversaire de la mort de Charles de Colombey.

Au cimetière de Colombey-les-Deux-Mosquées, en raison de cette pandémie chinoise, ils seront sans doute une petite poignée, mais, soyez-en certains, tous venus là par opportunisme (ou clientélisme  électoral) car se déclarer gaulliste, cinquante ans après la mort de De Gaulle, c’est idiot mais c’est « tendance », comme disent les cuistres, surtout quand on n’a rien d’autre à dire : ça n’engage à rien, c’est du vent ! Un vent qui a des odeurs de flatulence : l’odeur des poubelles de l’histoire… Du vivant du colonel de Gaulle (2), déjà, on pouvait être « gaulliste de la première heure », comme Debré, « gaulliste de gauche » comme Malraux, « gaulliste social » comme Seguin, « gaulliste de progrès » comme Chaban, etc. Il est vrai que ces différents courants étaient qualifiés par leurs opposants de « Godillots ». Même du vivant de son chef, le gaullisme n’a jamais été un programme politique, un courant de pensée ou une idéologie, c’était une idolâtrie : un peuple de veaux (selon de Gaulle lui-même) vénérait son veau d’or, « L’homme qui faisait se battre les Français entre eux » (3).

En fait, tous ces idolâtres idiots ou naïfs, voire les deux, pourraient  se regrouper sous la bannière générique de « cocus du gaullisme », car ils n’ont toujours pas compris que le bradage honteux de l’Algérie française marque le début de l’invasion mahométane dont le royaume est en train de crever. Charles de Gaulle n’avait rien d’un grand homme, sinon par sa taille, mais c’était un remarquable illusionniste, or le Gaulois a besoin d’illusions. C’est sous de Gaulle que le pays connut la Libération et mai 1968. La pantalonnade de mai 68 – cette colère de fils de bourgeois trop gâtés – a permis de passer de « la Carmagnole » à « la Marseillaise » sans passer par la révolution. Quant à 1944, ce fut, pour une majorité de nos concitoyens, ce qui a permis de sauter du passé à l’avenir sans avoir besoin du présent ou mieux, de passer de la défaite à la victoire sans passer par la guerre.

Certes on peut comprendre qu’après coup, quand on voit les tordus, les voyous et/ou les nullités qui ont gouverné le royaume (exception faite de messire Pompidou, baron de Montboudif), le peuple trouve des qualités à Charles le Dérisoire (4). C’est un fait incontestable que nos malheurs n’ont fait que s’aggraver quand le comte Giscard de Chamalières et le baron Chirac d’Ussel se sont alliés pour nous imposer le « regroupement familial »  qui permettait aux travailleurs mahométans – polygames – de faire venir chez nous leurs femmes et leur nombreuse progéniture. Cette immigration incontrôlée s’est aggravée avec le seigneur de Jarnac, baron de l’Observatoire, et ses successeurs.

Et tout n’a fait qu’empirer avec François le mou, le vidame de Tulle, puis le marquis de Morveux d’Énarque qui n’aime pas les  Gaulois, encore majoritaires – mais pour combien de temps ? – dans le royaume. Il leur préfère les allogènes invertis ; il nous en a fait la démonstration lors de la « fête de la Musique » en 2018, en livrant le palais présidentiel à des basanés en bas résilles.

Il n’en demeure pas moins vrai qu’en bradant notre empire africain et en ouvrant la voie à la « Francafrique », le sieur de Colombey est à l’origine du déclin du royaume.

« Tout le monde est, a été, ou sera gaulliste » disait-il  avec vanité. Disons alors que je fais exception à ce poncif prétentieux. Pour honorer à ma manière l’anniversaire de la mort de la « Grande Zohra » (5), j’ai retrouvé dans mes archives poussiéreuses un poème – assez mauvais j’en conviens – écrit juste après la mort du satrape de Colombey. Je l’avais envoyé à quelques libelles conservatrices,  sous  pseudonyme  car, à l’époque, je servais chez les spadassins à coiffe rouge et ceci aurait pu m’attirer quelques ennuis avec l’institution militaire… Depuis la fin de la guerre en Algérie, le pouvoir n’aimait pas beaucoup les lansquenets à coiffe rouge ou verte.

Le général est mort et la foule en grand deuil

Piétine, tête nue, derrière son grand cercueil.

Ils sont tous réunis, les Debré, les Malraux,

Le gros Sanguinetti et le nègre Bongo,

Pour un dernier hommage à ce « vaillant » guerrier,

Tout à la fois leur Dieu et leur maître à penser.

Mon Dieu, quelle honte ! Quel spectacle affligeant

Que de voir tous ces veaux pleurer abondamment !

De grâce, « godillots », juste un peu de pudeur :

L’homme que l’on enterre fut un usurpateur,

Parjure et renégat : un traître et un menteur.

Cet homme qui disait représenter la France

Est d’abord responsable de sa décadence.

Qu’allez-vous graver sur sa pierre tombale ?

« Il ne fut pas guerrier, encore moins général.

Il a trahi Pétain, qui fut son bienfaiteur,

Flatté les communistes et les épurateurs.

Diviseur des Français, bradeur de notre Empire,

Tout au long de sa vie il n’a fait que mentir ».

Quand je pense aux pieds-noirs, aux malheureux harkis,

À ceux qu’il a vendus, à ceux qu’il a trahis,

Je m’autorise à rire de vos mines attristées :

C’est un défoulement… ô combien mérité !

Cédric de Valfrancisque 

1)- Mais ils pouvaient aussi les noyer, les fusiller, les ébouillanter, les dépecer : les guerres de Vendée nous ont appris qu’en matière  de cruauté, les « Bleus » étaient assez inventifs.

2)- Le 25 mai 1940, il était nommé général de brigade à titre temporaire. Cette nomination correspondait  au fait que, commandant d’une division blindée depuis le 7 mai 1940, il faisait déjà fonction de général. Le 19 juin, le général Maxime Weygand, son supérieur hiérarchique, lui ordonnait  de revenir en France. Peu après, il était rétrogradé au rang de colonel par son ministre de tutelle. Puis, un tribunal militaire le condamnait à mort, le 2 août 1940, pour désertion.

3)- Titre d’un livre – excellent – de Roger Holeindre.

4)- Surnom que l’ont doit à André Figueras dont les nombreux pamphlets sont devenus introuvables, et c’est bien dommage !

5)- Certains l’appelaient le « Grand Charles », en référence je suppose à sa taille : 1,96m. Mais pour moi il n‘existe qu’un « Grand Charles »… Maurras.

 

image_pdf
0
0

51 Commentaires

  1. Lamentable ces crachats sur le seul homme qui a redressé une France déjà corrompue avec des généraux aussi cons ( désolé il n’y a pas d’autre mot) que Gamelin et Weygand qui furent nuls devant une force presque équivalente mais pleine de jeunes motivés. Perte de l’Empire colonial? Mais les gagnants de la guerre, Américaine et Russes n’acceptaient plus cet état de fait et faisaient tout pour le saboter. Les Anglais aussi ont perdu le leur . L’Histoire est douloureuse, mais ce n’est pas avec des écrivaillons mous du cerveau et de la connaissance en général ( De Gaulle) que la France va se redresser.. Je suis déçu Monsieur de Valfrancisque, pétainiste attardé.

  2. ..moi non plus..très étonnant ces gens qui sanglotaient comme s’ils avaient perdu un membre de leur famille..

  3. Ce De Gaulle est une honte pour la France pour toutes les saloperies qu’il a faite.
    En premier lieu sa constitution de 1958 qui assurait pour des décennies le pouvoir à la Gauche et à la fausse droite nommée « Gaullisme »
    En second lieu la manière dont il a traité l’Algérie!
    Impardonnable!

  4. Difficile de juger un personnage historique..trop d affects, trop de préjugés égoïstes , il est impossible de satisfaire tout le monde…pour ma part je suis gaulliste ,inutile aux autres d être haineux…g. Marseille.

  5. Votre texte est à vomir.Salir ainsi la mémoire de celui qui fût un grand chef d’état,le dernier ,peut être,de ce qui fût la France déshonore R.L.

    • Non! Il est juste et je m’explique:39-45 déserteur en Angleterre. Guerre d’Algérie, il a refusé de faire embarquer des milliers de pieds noirs er harkis dans des bateaux militaires, ce sont les espagnols qui l’ont fait, sinon ils étaient massacrés. Il n’a pas défendu la France comme d’autres généraux l’ont fait, il ne faisait que baragouiner derrière un micro en Angleterre. Il avait été condamné à mort pour désertion. Il a laissé faire le FLN massacrer des milliers de pieds noirs, bel enfoiré. En 68 il est parti se réfugier en Allemagne comme un trouillard.. Un seul regret, l’attentat manqué du petit Clamart.. Ils étaient 3 mais lui seul, Bastien, thiry fut fusillé. Pourquoi? Il avait des milliers de morts sur la conscience comme traitre en Algérie, Tu es à vomir Patapon!!!

      • Bravo !

        « il a refusé de faire embarquer des milliers de pieds noirs er harkis dans des bateaux
        militaires, ce sont les espagnols qui l’ont fait, sinon ils étaient massacrés. » Dixit

        Absolument, c etait a ORAN… ( merci Franco qui detestait charlot ! ) ne pas oublier non plus que l OAS est une creation qui prend ses sources en espagne. ( salan )

      • Entièrement d’accord avec vous, j’ai vécu cette période au sein de l’OAS et je confirme que ce personnage est le pire des salauds à vomir…responsable de trop de morts de toutes communautés….rien que son nom me donne la gerbe.

  6. Je comprends que les pieds noirs aient des griefs contre de Gaulle.
    J’ai eu l’occasion d’assister à une discution entre un colonel qui avait fait l’Algerie et des appelés du rangs titulaires de doctorats et de diplomes supérieurs. Ce colonel disait que la guerre était gagnée par la France mais qu’il y avait les pressions internationales.Le genre de pressions qui ont depuis contraint les blancs d’afrique du sud, les serbes etc a abandonner le pouvoir.
    Aurions-nous pu résister aux Etats Unis ou à l’URSS.
    Il fallait lâcher l’Algérie ou la vider de ses habitants et c’est impossible.
    Le FLN n’a respecté aucun point des accord d’Evian mais la France les a respectés.
    Finalement les pieds noirs se sont assimilés totalement au reste de la population.

    • Ce colonel disait que la guerre était gagnée par la France mais qu’il y avait les pressions internationales./ dixit

      Oui en 1960 ( apres la bataille d alger ) la guerre
      est gagnee… mais nos « amis » politiques ( De Gaulle en premier ) decide de brader le pays…
      Les « pressions internationales » ( USA par ex ) sont des excuses que les gaullistes ont mis en place pour se dedouanner…
      Si la France avait decide de rester en algerie, la « pression internationale » fermait sa gueule !

  7. De Gaulle, l’intouchable, la vache sacrée…
    Quelle hypocrisie…
    Lieutenant qui s’est rendu lors de la Grande guerre.
    Colonel déserteur (après s’être assuré que son éphémère sous-secrétariat ne lui était pas renouvelé, le vainqueur de Montcornet s’enfuit comme un péteux à Londres, dans l’avion de Spears).
    Opportuniste et combinard.
    Qui a manipulé le comte de Paris, pour que celui-ci missionne Bonnier de la Chapelle, pour tuer un gêneur potentiel dans la conquête du pouvoir du « général » (à titre provisoire, au moment de son haut fait d’armes), savoir l’amiral Darlan – il a donc le sang de celui-ci sur les mains.
    Qui a introduit les staliniens dans la France officielle d’après-guerre…
    Qui a bradé l’Algérie… Et abandonné harkis et pieds-noirs au FLN, après Evian..
    Etc. Une « icône », ça ?

  8. La mort du traite De Gaule (il a fait tirer sur une foule désarmée en Algérie) m’avait réjoui j’avais bu un sacré coup et je ne le regrette pas !!!!

  9. Maurras, c’est pas le gars qui a dit que le socialisme débarrassé de ses scories internationalistes, convenait à la Nation comme un beau gant à une belle main ?

    je dis çà, je dis rien…mais il me semble que la convergence des luttes est déjà très ancienne.

    Geo’Rey, neo-communiste gaulois belge (comme Clovis, Charles Martel et Charlemagne : qui dit mieux ?)

  10. Personne pour faire taire l’antisémite névrotique charles alias le druide, octave de merqueville, etc ?

  11. Monsieur vous avez une plume qui me rappelle celle de Valeurs Actuelles dans « La lettre de Monsieur Rastignac ». Je remarque que vous vomissez sur un homme qui aurait « déserté » en 1940, et que vous par contre, écriviez votre poème sous un pseudo pour ne pas avoir d’histoire. C’est démonstratif.
    Vous regrettez la fin d’un Empire Africain dont on paie la note aujourd’hui par la revanche des « colonisés ».
    Vous regrettez l’Algérie Française qui, par le jeu de la démographie, nous aurait inondée. Ce n’est pas grâce à De Gaulle que nous sommes envahis, mais grâce à ses traîtres de remplaçants. Les colonies étaient des boulets qui nous plombaient.
    Tout comme le style littéraire que vous utilisez, vous avez une vision de nobliaux et pas les moyens de comprendre les enjeux de l’époque.

        • @Charles, Gérard, Josiane
          Calamitas !… Moi, je suis en partie d’accord avec Cédric de Valfrancisque. Sur la guerre d’Algérie. Certes tout compte fait il fallait lui donner son indépendance. Mais pas comme ça. Pas après avoir menti, car il s’était engagé à la garder. Pas en abandonnant les Harkis. Cette guerre d’Algérie a été calamiteuse et De Gaulle en a la responsabilité. Et puis faire exécuter Bastien-Thiry, cela a été indigne. J’étais enfant à l’époque mais sa soeur était dans la classe de la mienne et jusqu’au dernier moment nous avons cru qu’il n’allait pas le faire.

    • Le pied-noir, que je suis, est plutôt d’accord avec vous. Le lâchage de l’Algérie (pour ne pas dire largage) s’est faite dans de tragiques conditions (De Gaulle a même commis une faute avec les harkis). Mais l’Algérie n’a été qu’un bâton merdeux pour la France.

    • De Gaulle a eu le courage de diriger une France qui en 1958 ressemblait à un bâton merdeux ,un bâton explosif de surcroît.

    • @Gerard .La seule faute gravissime que l’on peut reprocher a De Gaulle et qui est le plus grand mystère de la 5ieme .SUR LES ACCORDS D’EVIAN signés en 1962 .Certains passages en étaient ‘ils secrets ? donc impardonnable contre DE Gaulle si cela s »avérait vrai ..
      Les harkis , tous !!!! parqués dans le sud-ouest et dans le sud-est de la France ( j’étais en Dordogne a l’époque et vers Montpon il y avait un camp , camp de la honte !!!!!
      Et pendant ce temps là le gouvernement de la France , honteusement faisait rentrer sur le territoire français des dizaine de milliers de combattants du FLN , engeance maudite, avec l’approbation des cocos et autres cgt , prioritaires chez Renault , Peugeot ,Citroen , Simca etc….etc…

      • Nous subissons aujourd’hui en France devenue france-poubelle la résultante des accords d’ EVIAN en ce qui concerne ce grave problème historique .Problemes des cités etc…etc..
        Par contre l’Histoire se répétant , cette fois çi en 2020 un despote , un vrai , enferme les Francais souchiens au détriment d ‘ hordes barbares accueillis avec honneur , déférence , soumission et vaseline en cadeau de bienvenue …..
        La plage de Biarritz est bien triste ………………………………

  12. Oui, ce 9 novembre 1970, c’était pour beaucoup plutôt champagne que larmes (de crocodile…)

  13. Il est gentil votre poème. J’écrivais les mêmes au collège, lorsque j’étais fâché et peu inspiré…

  14. Quel plaisir de vous lire ! Total accord avec vous, mais ce n’est pas fortuit. Que de mots, de faits, de noms, de surnoms qui ressurgissent du passé sous votre plume. De plus j’aurais aimé écrire votre « mauvais » poème. Merci.
    J’ai assisté aux obsèques du « grand » homme, j’étais pour l’occasion sur le parvis de ND de Paris, disons en qualité de spectateur forcé, en service si vous préférez… je les ai TOUS vu passer à qqs mètres de moi, entrant dans la cathédrale avec tous un air de circonstances, la plus forte concentration de faux-culs au centimètre carré.

  15. Oui on peut dire plein de mal du Général mais il s’est débarrassé des colonies qui ruinaient la France.Il a évité à la France d’être mises sous tutelle américaine et nous a obtenu un siège permanent au conseil de sécurité de l’ONU.Il a remboursé l’emprunt du plan Marshal avec 6 ans d’avance.
    C’est grâce à lui que nous avons des centrales nucléaires et un arsenal atomique qui nous permettrai en dernier ressort de faire lacher prise a un ennemi impitoyable.Quant on le compare à la mite errant il y a pas photo.

    • mais quand même les fusillades de la rue d’isly à alger, le lachage des harkis et celui des piednoirs d’oran en juillet 62,…

    • Il semble que ce Monsieur « Francisque » est resté bloqué quelque part, on ne sait où, ou trop bien si ce n’est par l,’expression « sémite » qu’il a utilisé. Pas besoin d’être grand clerc pour deviner.

      • ce monsieur franquiste connaît l’histoire ce n’est surement pas la vôtre parceque vous n’en n’avez pas eu les mauvais souvenir
        demandez donc aux pieds -noirs qui l’avaient rappelé aux affaires pensant qu’il allait les sauver du naufrage qu’ils ont subi
        et mettez-vous à leur place dont les ayeux ont fertilisé cette terre d’Algérie et ont dû repartir avec leur seule valise pour éviter le cercueil, une main devant et une main derrière que faisiez-vous à ce moment – là de la lèche, et des insultes pour ces pieds-noirs qui « avaient comme le pensent beaucoup de frangaouis fait suer le burnous à ces « pauvres algériens »
        je vous fais aussi remarquer que n’étant pas capables de continuer l’oeuvre de la FRANCE ils sont TOUS ICI sur notre sol et ce n’est surement pas pour l’amour de notre drapeau mais

  16. car ils n’ont toujours pas compris que le bradage honteux de l’Algérie française marque le début de l’invasion mahométane dont le royaume est en train de crever. / dixit

    clap clap clap ! Et re clap clap clap ! Eh oui tout commence avec la grande zhora, giscard n etant qu une excuse pour masquer l autre

    Effectivement y a 50 ans, charlot mourait : cela ne m’a pas attristé, je me souviens meme enfant ( en pleine classe a l ecole ) d avoir propose d ouvrir une bouteille de champagne !
    ( bien evidemment ce jour la, je me suis fait « apprecie » par l education nationale…rires )

    • Comme tout pied noir je me suis réjoui de la mort du félon et j’ai bu avec quelques amis le champagne car quittant l’Algérie française à 11ans et demi j’ai attendu avec impatience ce moment et subi l’incrédulité de mes condisciples en 1ère année de médecine
      Il était mort le traitre, le félon, l’ordure hallelujah

    • En clair, vous étiez un précurseur de ces « jeunes » qui ont refusé la minute de silence pour Samuel Paty ou plus loin, pour Charlie Hebdo et le Bataclan. Affligeant.

      • BRAZON, la soixantaine, un peu plus un peu moins, généralement juste dans ses affirmations, montre là qu’il a gardé un bon lot d’illusions et une idolâtrie sidérée sur un personnage controversé et controversable, tel un jeune homme de 2020, ignorant de l’histoire et de ses dessous inavouables. Un peu décevant quand même.

      • Le médecin en chef de 1ère classe de la Marine que je suis est peut être un précurseur mais pas des traîtres gauchistes que les gaullistes pourris ont engendrés

      • Votre réponse est inepte et insultante, aucun jeune FDS n’ayant refusé cette minute de silence et c’est celle du Français de Métropole qui ne connaissait rien au fait algérien en 1962 en méprisant les rapatriés et leur valise (style Deferre) et qui n’en connaît toujours rien en 2020.
        Quant à « la grande Zohra », ce fut trop souvent, malgré quelques qualités ponctuelles, « Charles le Dérisoire ».

      • @gerard brazon
        Votre comparatif est idiot, car si samuel paty est un type bien ( certainement un grand naif ), je me serais jamais moque de lui en 1970… ( si un fait divers de ce type etait arrive )
        L autre « la grande »zhora est la pire ordure de l histoire de France…( je n en vois pas d autres aussi scelerat ), je me felicite a l age jeune que j avais ( 13 ans ) de ce champagne en classe ! D ailleurs je me souviens le soir meme avoir bu ( en famille ) un delicieux cordon rouge !

Les commentaires sont fermés.