Il y a corrélation entre chômage et délits, homicides, viols et agressions

Publié le 22 août 2012 - par - 1 894 vues
Share

Dans une précédente étude toute la France métropolitaine, j’avais mis en évidence la corrélation entre délinquance de toute nature et délits de toutes sortes : http://ripostelaique.com/il-y-a-une-correlation-entre-delinquance-et-nombre-de-mosquees.html

On nous sort souvent l’argument du chômage pour expliquer la délinquance. Alors en toute objectivité, je suis allée voir de quoi il en retourne, avec la même méthode que pour le nombre de mosquées.

Pour cela, je me suis basée sur les statistiques du taux de chômage par département du dernier trimestre 2011, corrigées des variations saisonnières, et données par le très officiel « observatoire des territoires » du gouvernement : http://www.observatoire-des-territoires.gouv.fr/observatoire-des-territoires/sites/default/files/Txchodeptrim82T1-11T3.xls

Comme pour le nombre de mosquées, j’ai calculé le coefficient de corrélation entre taux de chômage et délits par habitants. Voici les chiffres et le tableau correspondant :

DELITS D’ETRANGERS : 16,7%
TRAFIC DROGUE & AUTRES : 22,8%
ESCROQUERIE : 25,0%
TOUS VOLS : 25,4%
INCENDIES DEGRADATION PRIVEE ou PUBLIC : 26,6%
DELITS ARMES : 27,5%
AUTRES DELITS : 29,8%
TOUS DELITS : 31,8%
HOMICIDES VIOLS AGRESSIONS : 43,8%

Indéniablement, il y a des corrélations entre chômage et délits. Mais le plus surprenant, alors qu’on attendrait que des chômeurs soit « coupables » d’« escroqueries » ou de « vols » pour compenser leur manque de revenus, c’est la catégorie « homicide viols agressions » qui arrive largement en tête avec un coefficient de corrélation extraordinaire de 43,8%.

Il faut trouver une explication à cela. Les agressions sont-elles crapuleuses pour voler les victimes ? S’agit-il seulement d’oisiveté ? Ces statistiques font-elles l’impasse sur l’économie parallèle ? Et pourquoi le chômage entraînerait des viols et des homicides ? Quelles sont les populations concernées à la fois par le chômage et la délinquance ? Et surtout, est-ce la poule qui fait l’œuf ou l’œuf qui fait la poule ?

Voilà des questions auxquels j’aimerais que nos sociologues et criminologues de salon trouvent des réponses, au lieu de nous seriner à longueur d’antenne et d’articles des banalités le plus souvent imprégnées d’idéologie et non d’objectivité.

Djamila GERARD

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.