Il y a corrélation entre nombre de mosquées et chômage

Publié le 25 août 2012 - par - 1 873 vues
Share

Dans deux études précédentes, nous avons étudié les corrélations entre nombres de mosquées et les différentes formes de délinquance, puis entre chômage et délinquance. Il fallait évidemment compléter la trilogie par une étude de la corrélation entre nombre de mosquées et chômage. Voilà qui est fait dans le document suivant : http://ripostelaique.com/wp-content/uploads/2012/08/mosquées-chômage.pdf.

Le coefficient de corrélation est de 27,36%. Certes positif mais bien inférieur aux corrélations mosquées-délinquance et comparable à la corrélation entre chômage et « tous délits ».

On ne peut donc pas contredire la phrase « les usines ferment, les mosquées ouvrent » de Philippe de Villiers, mais avec certainement de grandes disparités régionales. Je pense en particulier à toutes ces petites villes de province qui voient des usines fermer alors que les employés étaient surtout « Français de souche ».

De plus, le nombre de mosquées auto-déclarées sur le site « Trouve ta mosquée » ne traduit pas forcément l’importance de la population musulmane. Tous les musulmans ne sont pas pratiquants à la mosquée, et il existe de grandes mosquées vides et de petites mosquées qui débordent sur des « prières de rue ».

Il y a quelques années, le journal La Croix avait fait faire par l’Ifop une énorme étude (plus de 90 000 personnes interrogées sur 4 ans !) sur l’appartenance religieuse, et en avait déduit des chiffres par département. Malheureusement, ces données n’ont été publiées en 2006 (autant par La Croix que par l’Ifop) que par des cartes bien peu exploitables. J’avais demandé à La Croix et l’Ifop les chiffres bruts par religion et par département. Ils n’ont pas daigné répondre… Dommage, parce que nous aurions eu des chiffres plus précis, et nous aurions pu étudier les corrélations entre chômage, délinquance ou autres critères et les autres religions que l’islam (et aussi les « sans-religion »).

Néanmoins, nous avons réussi à dégager une trilogie islamisation-délinquance-chômage. Car si ces phénomènes étaient indépendants, nos coefficients de corrélation seraient nuls. Mais il faudrait analyser plus finement les « nuages de points » que j’ai publiés, dont certains sont très disparates, pour définir une typologie régionale.

Et surtout, savoir si c’est l’œuf qui fait la poule ou la poule qui fait l’œuf… Mais ça, c’est le boulot des sociologues et des criminologues, qui hélas assènent des vérités d’Evangile davantage basées sur des idéologies que sur des études de terrain exhaustives.

J’ai pris soin de donner au lecteur les tableaux des chiffres bruts par département. Si quelqu’un veut poursuivre l’étude à un niveau plus qualitatif, je suis preneuse !

Djamila GERARD

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.