1

Il y a dix ans je débutais à Riposte laïque et, en France, rien n’a changé

Il y a dix ans, en août 2012, je frappai à la porte de Riposte laïque, que je lisais depuis quelques mois, depuis que j’avais décidé d’ouvrir enfin les yeux et cessé de croire à l’impossible, à savoir que l’islam nous voulait du bien, à nous les mécréants.

Il y a dix ans, j’étais donc accueilli par Riposte laïque. Ce qui m’a par la suite ouvert d’autres portes – Boulevard Voltaire, Radio Courtoisie, Novopress – et permis des rencontres avec des personnalités remarquables, dont le Menhir et son conseiller Lorrain de Saint Affrique, les historiens de la Vendée Michel Chamard et Reynald Secher, les écrivains Alain Dubos et Yves Viollier, sans parler des courageux patriotes rencontrés dans diverses manifestations parisiennes.

Depuis, l’eau du malheur a coulé sous tous les ponts de notre pays, de Paris à Nice, en passant par Saint-Étienne-du-Rouvray et Trèbes. Les bombes, les fusils d’assaut, les couteaux ont ainsi empêché la sécheresse criminelle et – j’ose le mot – génocidaire de l’islam. Et avant de me menacer d’un procès, voici la définition du génocide donnée par le dictionnaire Antidote : « Extermination systématique d’un groupe ethnique, religieux, social. »

Qu’avons-nous fait en dix ans, face à cette irrésistible ascension meurtrière d’une religion qui ne veut rien entendre d’autre que sa propre voix, en nous imposant une ligne de conduite totalement incompatible avec celle de notre pays depuis ses origines ? Rien. Pire, nous l’avons favorisée, cette ascension. Quand je dis « nous », j’excepte les quelques volontés qui se dressent, malgré l’opprobre social, les menaces physiques et morales, les condamnations d’une justice toute-puissante et, a priori, pas en faveur des autochtones. La suspension de l’expulsion du virulent imam Hassan Iquioussen le prouve par A + B :

« Pour la justice administrative, à l’origine de la suspension, l’expulsion de l’imam est disproportionnée. Le tribunal considère que les propos qui ont été tenus sont certes “rétrogrades et discriminantsˮ mais ne constituent pas une menace suffisante pour justifier l’expulsion d’un homme né et résident en France. »

https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/pourquoi-l-expulsion-de-l-imam-hassan-iquioussen-a-t-elle-ete-suspendue-par-la-justice-7900175599

Ainsi, à ce crime contre notre humanité occidentale s’ajoute la collaboration active de certains des nôtres – ou prétendus tels –, tellement bouffis de haine de soi qu’ils se sont mués en moutons sacrificiels de l’islam, lorsqu’ils ne tentent pas de détruire purement et simplement la culture dont ils sont issus. Citons pêle-mêle les progressistes, les gauchistes, les écolo-délirants, les Antifas ou les LGBT.

Des LGBT qui, en signe tacite de soumission au Croissant, ne se sont pas précipités pour défendre Mila lorsque celle-ci a été menacée de mort par des musulmans pour ses propos pleins de bon sens sur l’islam. Mieux, aux États-Unis, voici ce qu’écrivait il y a quelques années un célèbre journaliste gay : « Affirmer que la haine anti-LGBT est une exclusivité (ou serait prédominant) à l’Islam est non seulement diffamatoire envers les musulmans, mais dessert massivement les millions de personnes LGBT qui ont été – et continuent d’être – gravement opprimées, ciblées et attaquées par des gens qui n’ont rien à voir avec l’Islam. La lutte des LGBT à travers le monde est suffisamment difficile sans cette instrumentalisation cynique qui vise à attaquer un groupe qui est par ailleurs déjà attaqué de tous côtés. »

Ces propos, repris par le site d’extrême gauche Le Grand Soir, sont de Glenn Greenwald qui, à sa défense, s’est montré très prudent face à l’hystérie russophobe dans son pays. Ce qui ne l’empêche pas d’être totalement à côté de la plaque en ce qui concerne l’islam.

https://www.legrandsoir.info/cessez-d-exploiter-les-questions-lgbt-pour-diaboliser-l-islam-the-intercept.html

Tous les ingrédients sont ainsi réunis pour une conflagration non seulement française mais encore européenne et au-delà.

Pourtant, nos dirigeants aux ordres d’un ordre qui les dépasse – car ordre mondial il y a ! –, ont les yeux rivés sur les « crimes » de la Russie, en oubliant précautionneusement ceux de l’Arabie saoudite – qui finance depuis des décennies le terrorisme international mais dont le prince dirigeant vient d’être reçu par Macron avec les honneurs – ; du Qatar – où notre équipe nationale va aller jouer une Coupe du Monde de football dans des stades construits par des esclaves morts par centaines sur les chantiers – ou encore de la Chine – qui a fait du Tibet un camp de concentration géant et persécute les chrétiens chez elle. Chrétiens qui, contrairement aux Ouïghours musulmans, ne commettent pas d’attentats  :

https://chretiens.info/chretiens/chretiens-de-chine/25-millions-de-chretiens-persecutes-en-chine/2019/06/10/07/17/

Nous allons jusqu’à nier les crimes algériens après l’indépendance de ce pays qui ne cesse de nous provoquer et nous humilier, tandis que nous pourrions le raser en quelques jours !

Pour conclure, je vous propose cette citation d’un écrivain des souvenirs comme il en existe peu : « Le temps passe, et il fait tourner la roue de la vie comme l’eau celle des moulins. Cinq ans plus tard, je marchais derrière une voiture noire, dont les roues étaient si hautes que je voyais les sabots des chevaux. J’étais vêtu de noir, et la main du petit Paul serrait la mienne de toutes ses forces, on emportait notre mère pour toujours » (Marcel Pagnol, Le Château de ma mère).

Remplaçons la mère de Pagnol – Augustine – par la France et je crois que nous aurons une idée juste de ce qui nous attend si nous ne réagissons pas : nous suivrons un corbillard transportant le corps sans vie de notre France.

Il y a dix ans, j’espérais déjà que des sites comme Riposte laïque ne seraient bientôt plus nécessaires parce que les Français ouvriraient les yeux. On sait ce qu’il en est…

Charles Demassieux