Il y a tout juste 20 ans à Saint-Michel, l’islam frappait Paris…

RER.St-Michel-1995
Il y a vingt ans jour pour jour, le 25 juillet 1995 à 17h à Paris, un attentat du Groupe Islamique Armé (GIA) faisait 8 morts et 117 blessés dans le RER B à la station Saint-Michel. D’autres attentats perpétrés par le GIA suivront à quelques semaines d’intervalle.
Ce jour-là, l’arme du crime était une bonbonne de gaz remplie de poudre, de désherbant, de clous et de boulons qu’un individu avait déposée sous une banquette. Des centaines de corps meurtris gisaient au sol…
Victimes-attentat-saintmichel
St-Michel-le-25-juillet-1995-un-attentat-dans-la-station_45c40c23752446bf2dfc4eb5aab03b15
Le 17 août, une nouvelle bonbonne de gaz remplie de clous cachée dans une poubelle par « deux hommes de type arabe, jetant un paquet dans la poubelle de l’avenue de Friedland, et partant en courant vers l’Arc de triomphe » faisait seize blessés. Dès le lendemain, l’attentat était revendiqué sur RTL par un individu se réclamant du « GIA commandement général », le même que celui ayant revendiqué l’attentat du RER. Un non lieu sera prononcé en juin 2004.
Quelques jours plus tard, le 26 août, une bombe était retrouvée avant son explosion sur les rails du TGV à hauteur de Cailloux-sur-Fontaines. On y retrouvera les empreintes d’un certain Khaled Kelkal.
Le 3 septembre, dans cette « France impie », c’est sous un stand de légumes du marché Richard Lenoir, non loin de la Bastille, qu’explosait une cocotte minute remplie de clous et d’écrous déposée là par Ali Touchent dit « Tarek », un Algérien membre du GIA âgé de 30 ans. L’un des auteurs de l’attentat se nomme Boualem Bensaïd, membre du GIA. On déplorera quatre blessés légers, un bilan qui aurait pu être beaucoup plus lourd. En 2002, dans Libération, on pouvait lire que « il échappe, mais ses proches sont toujours interpellés », selon les commentaires étonnés des avocats de Bensaïd, tandis que d’après son frère Karim Touchent « la DST qui l’avait interrogé en 1989, aurait pu l’arrêter, mais a laissé faire ». « De là à croire que Tarek a pu être aussi une taupe de la DST, il n’y a qu’un pas franchi par ces avocats », concluait Libé.
Le lendemain, une bouteille de gaz était désamorcée dans une sanisette parisienne à proximité d’une école.
A la station de métro Maison-Blanche une bombe de gaz et de clous cachée dans une poubelle explosait le 6 octobre 1995, faisant 18 blessés dont 7 policiers. Bensaïd était encore dans le coup. L’organisation a revendiqué des « frappes militaires au coeur même de la France », en raison du soutien de cette dernière « aux apostats ». Un courrier avait par ailleurs été adressé à Jacques Chirac afin de le sommer de se convertir à l’islam.
Coran-9.29-conversion
Le 17 octobre aux environs de 7h, c’est cette fois le RER C qui a été visé entre les stations Musée d’Orsay et St Michel avec une bombe artisanale. Une rame sera totalement perforée et on déplorera une trentaine de blessés dont certains subiront des amputations et conserveront des séquelles toute leur vie. Deux des trois auteurs, Boualem Bensaïd et
 Smaïn Aït Ali Belkacem, seront arrêtés, jugés puis condamnés en octobre 2002 à la réclusion criminelle à perpétuité. Le troisième, le donneur d’ordre Rachid Ramda, sera arrêté au Royaume-Uni en novembre mais, faute d’être extradé, il ne sera pas présent au procès. La veille de l’attentat, Ramda, depuis Londres, avait effectué un virement de 38 000 francs en faveur de Bensaïd. Ce dernier, durant son procès expliquera en « riant sous cape » que « un moudjahid n’a peur que d’Allah. Je suis un combattant membre du GIA, avec un grand G, un grand I et un grand A ». Il osera qualifier les morts et les blessés des attentats de « soi-disant victimes », tandis que la substitut déclarera : « que ce soit pour l’islam auquel je n’entends rien, je le concède, ou pour autre chose, il s’agit surtout de savoir devant ce tribunal français si ces prévenus ont participé à une entente établie pour tuer des victimes innocentes ».
Belkacem qui, depuis sa prison, n’a encore aujourd’hui de cesse de réclamer une augmentation de son salaire, a par ailleurs récemment refait surface à l’occasion des attentats de janvier 2015 lorsque l’on a appris que leurs auteurs, Amedy Coulibaly et l’un des frères Kouachi avaient été arrêtés en 2010 pour avoir préparé son évasion.
Il sera condamné en mars 2006 à dix ans de prison pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste, puis en 2007 à la réclusion criminelle à perpétuité assortie d’une peine de 22 ans de sûreté, peine confirmée en appel en 2009‪.
Le 3 décembre 1996 à 18h02 explosait une bonbonne de gaz bourrée de poudre noire, de soufre et de clous cachée dans un sac à l’intérieur d’une rame du RER B à la station Port-Royal dans le 5e arrondissement de Paris. La bombe, accompagnée de son minuteur, avait été déposée au niveau de l’aéroport de Roissy. Le bilan sera de quatre morts et quatre-vingt-onze blessés. Quelque temps plus tard, un courrier émanant de l’émir du GIA parviendra à Jacques Chirac pour réclamer la libération de l’un de ses membres en précisant que le GIA est « dans la voie des tueries et des massacres. Nous faisons ce que nous disons ».
Mais une précédente vague d’attentats avaient eu lieu dix à quinze ans plus tôt. Ainsi, le 3 octobre 1980 les sacoches d’une moto stationnée rue Copernic sont pleines d’une dizaine de kilos de pentrite, sorte de poudre granuleuse utilisée par les militaires et sensible aux chocs et à la friction. L’attentat perpétré par le musulman Hassan Diab tuera les quatre personnes passant par malchance sur le trottoir devant la synagogue visée. Quarante-six seront également blessées.
Le 9 août 1982 à 13h15, c’est le restaurant Goldenberg de la rue des Rosiers qui est visé par une grenade qui fera six morts et vingt-deux blessés. En 2011, la justice a identifié le Fatah d’Abou Nidal comme responsable. Le nom « Fatah » a pour racine le mot « HalaFet » qui signifie « mort subite », en référence à la sourate 48 Al Fath, « la victoire éclatante »‪. Le Fatah est par ailleurs membre de l’Internationale Socialiste. En mars 2015 RTL avait révélé que trois hommes soupçonnés d’avoir perpétré l’attentat avaient été identifiés en Norvège, en Palestine et en Jordanie : Zouhair Mouhamad Hassan Khalid al-Abassi, Mahmoud Khader Abed Adra, et Walid Abdulrahman Abou Zayed. Le cerveau présumé de l’attentat a été interpellé en Jordanie en juin de cette année avant d’être libéré sous caution avec interdiction de voyager.
Enfin, celui de la rue de Rennes le 17 sept 1986 à 17h20 avec une bombe dans une poubelle déposée par Fouad Ali Saleh, membre du Hezbollah libanais, faisant 7 morts et 55 blessés.
La vague d’attentats de ce début d’année 2015 fait donc dramatiquement suite aux précédentes, si ce n’est un léger détail qui ne manquera pas d’interpeler par rapport aux récents et irresponsables propos de Bernard Cazeneuve, comme le relevait avec perspicacité l’ancien directeur régional de la police judiciaire, M. Claude Cancès, qui déclarait à la suite des attentats de janvier dernier que ceux-ci lui rappelaient ceux de 95, « avec la différence que les auteurs venaient de l’étranger et repartaient. Aujourd’hui, ce sont des gens implantés en France ».
Caroline Alamachère

image_pdf
0
0

15 Commentaires

  1. Caroline, si tu permets, j’aimerais, pour un rappel de tous les attentats sur le sol français, qu’on y ajoute la complicité de la France, car elle est seule responsable de les avoir autorisés.
    Sur Riposte Laïque, et au sujet des services secrets, toujours présents et en parfaite complicité avec l’Algérie (les plus sanglants attentats ayant été perpétrés par des algériens !) il y a cet article qui complète le tien.
    Merci pour ton rappel !
    http://ripostelaique.com/algerie-islam-ne-laissons-plus-les-politiciens-nous-mentir.html

  2. Merci Caroline c’est un très bon article les temps avancent mais le monde islamique ne change pas et reste éternellement en guerre contre tout ce qui est différent de lui

  3. Il faut rappeler constamment ces tueries musulmanes – sans oublier celle de abou nidal

  4. Et oui, il y a déjà 20 ans, que le temps passe et ce qui est des plus dommage, c’est que beaucoup ont déjà oublié ! On devrait se souvenir régulièrement des méfaits de ces islamistes. Mais en France, on préfère « oublier » pour ne pas choquer nos « amis » !

  5. Pour comprendre pourquoi ce courrier a été envoyé à Jacques Chirac, le sommant de se convertir à l’islam, il faut lire le verset 48:16
    >
    48:16 – Dis à ceux qui, parmi les Bédouins, sont restés en arrière: Vous serez invités à combattre un peuple d’une rare puissance. Vous les combattrez, à moins qu’ils ne se soumettent à l’islam. Si vous acceptez d’obéir, allah vous pourvoira d’un bien immense. En revanche, si vous vous
    rebiffez comme vous l’avez déjà fait auparavant, vous subirez un terrible châtiment.

  6. Ce fut donc le premier attentat islamique en France.
    Merci donc à ceux qui ont oublié le devoir de précaution qui s’imposait et qui s’impose plus que jamais. Le « pas d’amalgame » est immonde.

    • non, Nemesis,
      ce n’était pas le premier attentat islamiste sur le territoire.
      abou nidal venait de frapper un restaurant parissien où 6 personnes ont été tuées. Les services secrets de l’époque (sous Mitterrand) avait eu pour intermédiaire et cahouète, l’odieux arafat et ont fait un deal : nidal ne touche plus le territoire français et on ne l’emmerde pas, on ne le recherche pas !
      Plus tapette que ça tu meurs.
      Ne nous étonnons pas qu’après les algériens se soient gavés !!!

  7. Merci Caroline pour cet article. qui rafraichit les mémoires, et met les points sur les i. Le ministre de l’intérieur préfère porter plainte contre RL ,c’est plus facile, que de fermer les mosquées salafistes…La presse  » tradi » ferme sa G…..ou comme d’habitude , arrange le coup le temps que l’on passe à autre chose.
    Les abruties du parc de Reims étaient certainement des cathos nauséabondes, qui ont chanté « il est né le divin enfant » avant de rosser la jeune fille en maillot de bain….. ».C’est le patriarcat » a dit une hurluberlue ce matin sur BFM .pour ne pas parler de religion..Aucun des journalistes n’a moufté.

  8. Merci Caroline, pour ces rappels historiques pas si anciens(80-95 & 96, c’est hier), je n’ai pas oublié ces morts et ces blessés. Comme je pense souvent à ceux d’aujourd’hui(Toulouse, Belgique, Prado et dernièrement la Tunisie, Garissa et ses 148 étudiants…) Nous n’en sommes qu’au tout début, je pense que la liste sera longue et que beaucoup de noms d’innocents viendront inscrire en lettres de sang.

  9. Ne surtout pas oublier que le GIA a totalement été créé par les DRS algérien.
    En fait la tête pensante et agissant du GIA sont les services secrets FLN d’Algérie.
    Ce sont les mêmes qui ont décapités les moines de Tibhirine.
    Que cazemolle et son président hollande continuent de faire des courbettes à bouteflika !!!!

  10. Suite aux attentats du Bardo et Sousse, la TUNISIE:
    – a fermé toutes ses mosquées salafistes (+ de 50)
    – vient d’instaurer la peine de mort automatique pour les auteurs de ce genre d’attentats criminels.
    En FRANCE?….. RIEN de tout cela :
    – les mosquées salafistes et assimilées fonctionnent à plein rendement…
    – pas de peine de mort pour les criminels de cette religion de paix, de tolérance et d’amour.
    – pas de déchéance automatique de la nationalité française pourtant légitimée, évidente et comprise dans nos lois pas appliquées
    – bien au contraire….: création de cellules psychologiques pour ces « chers petits jeunes », si « gentils »…ayant toujours eu une  » vie normale »….qu’il faut remettre dans le droit chemin!.. Il leur faut un traitement particulier  » en douceur »…pour mieux les comprendre et pour sauvegarder notre « VIVRE ENSEMBLE » harmonieux!…..
    Que pensez-vous de tout cela et SURTOUT de votre attitude,VOUS Monsieur Cazeneuve,Ministre de l’Intérieur?
    Votre 1ère obligation et devoir est de nous PROTÉGER et d’assurer notre SÉCURITÉ.
    Or, vous ne remplissez pas votre mission.(C’est très grave).
    Vous PROTEGEZ les criminels.
    On ne peut en déduire que le bien fondé des propos de Riposte Laïque et vous conviendrez que toutes ces plaintes sont du vent et sont non justifiées. Elles feront sourire les Juges!…
    C’est contre VOUS que les Français devraient déposer plainte.
    Cette politique gouvernementale est LAMENTABLE , CRIMINELLE.

  11. Merci, Caroline, pour cette excellente « piqûre de rappel » . Votre conclusion est très importante: avant , les terroristes islamistes étaient « importés », aujourd´hui, ils vivent en France, sont souvent « français de papiers » grâce à l´abjection des crabes qui nous gouvernent.

  12. C’est pourquoi les plaintes contre Riposte Laïque sont indécentes, comme des crachats envers ces morts et blessés qui portent des séquelles ainsi qu’envers leurs familles. Ce n’étaient pas des intégristes en soutane, chantant « asperge me… » ou « Domine salvam fac Galliam » qui ont placé les bonbonnes de gaz mortiferes.

Les commentaires sont fermés.