Ils nous font le coup du militaire d’extrême droite pour allumer un contrefeu à la mort de Jérémie

Voilà, affaire classée. Le meurtrier du jeune Jérémie est un déséquilibré. La preuve, c’est Valls l’effervescent qui le dit. On le savait expert en déraillement ferroviaire; on apprend maintenant qu’il l’est tout autant en psychiatrie.

Et puisque cet agresseur est un cas psychiatrique, on fait illico presto ce qu’il convient de faire dans ces cas-là : on l’interne sans consentement. C’est pratique : ni vu ni connu. Cela permet aux Grande Gueules de Radio Monte Carlo, entre autres, de dévier le débat dans l’émission du 12 août  sur l’état de la psychiatrie en France.

Les GG reconnaissent ipso facto la culpabilité de ce SDF alors qu’aucune preuve concluante n’est pour l’instant révélée à ce jour  et que le téléphone de la victime  a été utilisé dans les quartiers nord de la ville. Pensez! On tient un déséquilibré. Cela fera très bien l’affaire. Pas question de racisme anti-Blanc : on vous dit que ça n’existe pas. Pas question de lien entre cet égorgement – ça s’appelle comme ça quand on tranche la carotide – et la fête de l’Aïd. Pas question d’ensauvagement de la France. Pas de lien avec une immigration incontrôlée.

Ri7 journaleux4Et pour faciliter le passage à la trappe de la désolante mort de Jérémie,  on se précipite,  chez les GG comme sur les chaînes télé,  pour allumer un contre-feu : un militaire « proche de l’extrême-droite  » préparait un attentat contre une mosquée. Voilà! L’ordre du monde est restauré. On a trouvé un vrai méchant. Comme lorsqu’au mois de juillet, après Brétigny et Trappes, on avait déniché en Corrèze un futur terroriste norvégien, que, faute d’éléments,  la police a dû relâcher après quelques jours de garde à vue.

Jérémie, c’est la figure emblématique de cette France qui, comme nous le dit Cyrano, est en train de crever.

Tout mon soutien à la famille de Jérémie et peut-être une banderole à son honneur lors de la manifestation du 14 septembre.

 

image_pdf
0
0