1

Ils nous proposent des Africains par millions !

Delevoye l’homme qui voudrait faire venir 50 millions d’étrangers pour équilibrer au niveau européen !

Rien que ça alors que nous ne sommes même pas capables de l’équilibrer au niveau français !
Mais au nom de qui et de quoi parle cet individu qui devrait passer en justice pour NOUS avoir escroqués ?!
En 2013, Jean Luc Sauron, responsable de la cellule européenne, avait dit pour compenser la baisse de natalité : l’Europe connaît une forte baisse de natalité et pour la compenser, il faut faire venir en Europe 70 millions d’étrangers.
Peu avant, l’UE avait décrété qu’il fallait recevoir 60 millions d’immigrés.

Ce sont des faits et il existe donc une continuité dans l’idée que la migration et leur soi-disant urgence nataliste pour assurer nos retraites doivent impérativement être mises en œuvre pour assurer l’avenir de l’UE.

Que faisons-nous pour dire NON à ces deux pratiques qui mettent notre peuple en grand danger ? Rien ! Pas un mot de ceux qui manifestent pour leur retraite de privilégiés alors que les Français qui travaillent souffrent en silence de cette étrange collaboration active entre messieurs Macron, Mélenchon et Martinez !

Personne ne voit donc la complicité évidente de ces trois-là ? Personne ne voit que la « Triplice » c’est-à-dire la collusion entre la gauche, l’islamisme, le mondialisme est basée sur des liens puissants entre États et groupes de pression au sein de l’UE pour ce qui concerne l’Europe ?

Ne voyons-nous pas que nous sommes manipulés avec habileté pour nous faire exécuter un véritable bon dans l’inconnu ?
Ne voyons-nous pas que le djihad « global » en sera la conséquence ?  Ne voyons-nous pas que nous allons devenir des personnes identiques, substituables, atomisées pour être mieux assujetties à cette société qui, encore pour quelque temps, ne voit en nous que des producteurs et  consommateurs, qui seront vite remplacés (surtout pour les producteurs) par des machines ?
Ne voyons-nous pas que nous sommes à l’aube d’un monde dément, un monde à la Orwell… le meilleur des mondes… pour eux ?

Pour régler la question retraite, puisque c’est la diversion du moment,  il faut en réviser le financement et pour cela, il suffit de MODIFIER l’assiette des cotisations basée sur le travail ; il faut voir une partie du financement du côté de la plus-value, des robots et de l’IA.
Ce n’est pas en faisant plus d’enfants ou en important des migrants ; ça ne fera que des chômeurs de plus… Ce pouvoir nous fait croire, depuis une éternité, qu’en raison de la chute des taux de fécondité, il n’y a plus assez de travailleurs jeunes pour payer les retraites des personnes âgées. Or, avec les robots qui remplacent les humains dans de nombreux emplois, la peur d’une main-d’œuvre déclinante deviendra sans objet et le problème sera le chômage de plus en plus d’inemployables…
Alors ne faisons pas le lit de ceux qui veulent toujours plus de « consommateurs » avec toujours moins de producteurs car ce sont ceux qui ont du travail qui nourrissent les consommateurs inemployables et en surnombre.

Je pense que les pays qui sauront réussir à élever un petit nombre d’individus fortement qualifiés seront en meilleure position que ceux qui auront un nombre élevé de personnes non diplômées et inemployables. Et peu importent la taille de ce pays et le nombre de ses citoyens… Qui aurait pu penser en 1945 qu’Israël, ce « petit pays », serait, en quelques décennies, devenu puissant et incontournable au point de résister à des peuples à la démographie galopante, et puissamment armés, qui veulent sa destruction ?

Et pour parvenir à ces réponses, il nous faut renoncer à toujours penser national et surtout global ; il n’y a pas, actuellement, de solution nationale ou globale ; chaque pays, chaque région, chaque commune doit rechercher et trouver des réponses adaptées à son environnement local ; il serait bon d’y penser sérieusement aux municipales ; il sera toujours temps de penser national puis global une fois le local sûrement et fortement structuré, organisé dans l’intérêt des locaux.

Ne suivons pas les logiques et les consignes des partis politiques ; ils sont TOUS hors contexte et n’ont, comme les syndicats, qu’un seul objectif : conserver leur structure, leurs intérêts de classe et leur pouvoir.

Francis Néri