1

Ils ont peuplé la France d’envahisseurs, et osent honorer des Résistants !

On croirait une mauvaise blague, à la veille du poisson d’avril. Deux présidents de la République (il ne manquait que l’ineffable Hollande) qui ont bradé la France tout au long de leur mandat, en la livrant à une immigration de masse qui a ruiné le pays, osent rendre hommage, sur le plateau des Glières, à l’occasion du 75e anniversaire des combats, à des résistants qui ont donné leur vie pour que notre pays reste français, et libre.

Que cela soit à l’occasion du centenaire de la bataille de 1914-1918, ou de toute commémoration relative à la guerre de 1939-1945, la présence de Sarkozy, de Hollande ou de Macron est une offense pour la mémoire des Français qui ont donné leur vie pour que la France reste française.

Nos anciens ont donné leur vie pour la France, et Sarkozy – homme politique qui a exonéré le Qatar de tout impôt immobilier (contre quelles contreparties ?), qui a mis sur pied le Conseil français du culte musulman, qui a permis, de 2007 à 2012, l’entrée de 200 000 nouveaux venus (majoritairement musulmans) par an, soit 1 million de plus sous son mandat, qui nous parlait de métissage obligatoire dès 2008, qui n’a jamais aimé la France, et l’a avoué à Philippe de Villiers – ose rendre hommage à nos Poilus ou à nos Résistants, alors qu’il est du côté de la collaboration et des envahisseurs, majoritairement musulmans, à qui il n’a jamais rien refusé !

Nos anciens ont donné leur vie pour la France, et le successeur de Sarkozy, Hollande, le plus minable des présidents que notre pays ait eu, a accéléré la submersion de notre pays. Sous son mandat, l’immigration a encore davantage explosé, avec l’invasion que sa complice Merkel a imposée à l’Europe. Il a bradé la laïcité, avec le concours de son minable ministre de l’Intérieur, le haineux Cazeneuve, sous le règne duquel la France n’a jamais connu autant d’attentats musulmans. On peut facilement estimer à 1,5 million le nombre d’envahisseurs, majoritairement musulmans, qui ont été accueillis en France, avec des clandestins congratulés par le ministre de l’Intérieur en personne, dont le métier normalement était de les faire repartir d’où ils venaient. C’est sous Hollande qu’eut lieu la profanation, officielle, du cimetière de Verdun, avec des jeunes courant au milieu des tombes, et un concert de Black M à l’Élysée !

Nos anciens ont donné leur vie pour la France, et le président actuel, le pire ennemi du pays auquel notre peuple ait été confronté, s’est donné comme mission, appuyé par les oligarchies internationales, de vendre la France et d’achever la submersion migratoire de notre pays, le changement de peuple et de civilisation. Il ne se passe pas une journée sans que des signaux terribles ne soient donnés à l’ennemi. Aux islamistes, on livre les entreprises, à qui on va imposer le voile. On leur promet des brigades de commissaires politiques pour vérifier si la diversité n’est pas discriminée. C’est la discrimination des nôtres qui se met en place. On laisse de véritables milices noires imposer leur loi, insulter notre pays et son histoire, interdire des spectacles qui ne leur plaisent pas. On ne proteste pas que l’Union européenne multiplie les circulaires ahurissantes, donnant des prérogatives à la population noire africaine, au nom d’une prétendue repentance que nous leur devrions.

Nos anciens ont donné leur vie pour la France, et les traîtres qui nous dirigent, méthodiquement, brisent notre pays, le vendent en pièces détachées (la prochaine étape étant les 150 barrages hydrauliques, payés par nos impôts, fleuron de notre savoir-faire, qu’ils se préparent, sur injonction de Bruxelles, à vendre au privé), et accélèrent le Grand Remplacement, un terme que Renaud Camus n’est plus seul à utiliser, tant il paraît de plus en plus inéluctable si on continue cette politique.

Nous avions une France magnifique, pour qui nos anciens avaient donné leur vie. Notre pays rayonnait dans le monde entier, ses artistes étaient admirés, son industrie était un fleuron, notre école assurait l’ascenseur social, notre hôpital était envié par nos voisins, nos services publics assuraient une redistribution et fonctionnaient bien. Et ces trois crapules, poursuivant le travail de Giscard, Mitterrand et Chirac, ont tout cassé, au service du mondialisme.

Notre pays était considéré comme un modèle des libertés, on appelait la France le pays des Droits de l’Homme, et c’est parce qu’il y avait une totale liberté d’expression qu’il y avait les meilleurs artistes et écrivains du monde. Sous l’impulsion d’une gauche totalitaire, que Sarkozy a été incapable de combattre, notre pays est devenu le plus liberticide des nations occidentales, et Macron annonce toujours plus de nouvelles lois pour réduire les opposants au silence.

Bien évidemment, en honorant des Français héroïques, de vrais Résistants, ces traîtres espèrent donner, aux yeux des nôtres, l’image des descendants de la Résistance, et faire passer, à quelques semaines des élections européennes, les patriotes, qu’ils appellent les populistes, comme les descendants de la peste brune, du régime de Vichy, et des nostalgiques d’Adolf Hitler. Ce discours, crapuleux, doit d’autant moins nous intimider que, comme le révèle Philippe de Villiers, leur chère Europe a été créée par un nazi Walter Hallstein, qui fut le premier président de la commission européenne, par un homme, Maurice Schumann, qui a choisi, en 1914, de combattre aux côtés des Allemands, contre les Français, et par Jean Monnet, qui fut juste un agent américain !

Il doit d’autant moins nous intimider que nous ne les laisserons pas inverser les rôles. Les vrais résistants, aujourd’hui, militent au Rassemblement national et à Debout la France. Parce qu’ils aiment notre pays, ils refusent l’invasion migratoire et l’islamisation de notre pays, et veulent rétablir des frontières, pour que notre pays retrouve sa souveraineté. Les vrais résistants, en Europe, sont le regroupement de Visegrad, l’Autriche et l’Italie du formidable Matteo Salvini. La résistance européenne, face aux collabos mondialistes, est incarnée par des gens comme Marine Le Pen, Nicolas Dupont-Aignan, Matteo Salvini ou Viktor Orban, sans oublier la dizaine de partis populistes dans d’autres pays européens, qui, à l’image de Vox, redressent la tête.

Les vrais résistants sont les jeunes de Génération Identitaire, qui multiplient, courageusement, des actions d’éclat spectaculaires, comme la dernière sur le toit de la Caf. Ils savent qu’ils seront traînés au tribunal, persécutés judiciairement, que certains perdront leur travail, comme Romain Espino, mais ils continuent à se sacrifier, au service de la France, à l’image de nos anciens. Les pires collabos, comme Corbière ou Miss Goulag Ressiguier, à la tête d’une grotesque commission d’enquête parlementaire contre les violences d’une prétendue extrême droite, réclament leur dissolution, tout en se taisant sur les exactions de leurs copains Antifas ou Black blocs. Ils sont les dignes descendants de la Milice, qui, dans les années 1943, traquait les Résistants.

Et les vrais résistants sont tous ceux qui, membres de la réinfosphère, quotidiennement, mènent la guerre, avec les risques judiciaires que cela comporte, contre le rouleau compresseur médiatique, au service des collabos qui vendent la France.

Nous sommes les héritiers de Jean Moulin, ils sont les héritiers de Déat, Laval, Doriot, sans même avoir l’excuse d’une défaite militaire française pour justifier leurs choix.

C’est pourquoi, quand on voit ces traîtres qui osent se réclamer de l’héritage de nos Poilus ou de nos Résistants, on a du mal à ne pas serrer les poings de rage. On ne peut que penser au livre du major Bonte, « L’espérance, notre rêve pour la France », dont les vidéos, publiées par TV-Patriotes, ont rencontré un gros succès, même si, bien sûr, YouTube s’est cru autorisé à en censurer partiellement une !

https://www.youtube.com/watch?v=fFSV-yVAsTw

https://www.youtube.com/watch?v=sTS_f1pfTro

https://www.youtube.com/watch?v=q1ev1AGspwo

Dans ce livre, le major Bonte, qui met en scène le major Alexandre Berthier, devenu président de la République, se permet de faire juger, pour haute trahison, ses deux prédécesseurs, dans lesquels on reconnaît aisément Sarkozy et Hollande, puisque Macron n’existe pas dans ce livre.

Le procès dure un mois, et il est retransmis, tous les soirs, à partir de 17 heures, à la télévision. C’est un grand moment de l’ouvrage. Hollande est défendu par quelqu’un qui ressemble beaucoup à Dupont-Moretti. Berthier a fait rétablir la peine de mort. Je vous laisse deviner le sort qui attend les deux derniers présidents, ainsi que celui de deux femmes, ministres de la diversité haïes par les Français.

J’espère que notre peuple saura transformer cette fiction du major Bonte en une réalité, et que Macron et tous ses complices feront partie de la charrette, et ce vœu n’a rien d’un poisson d’avril.