Ils ont voulu m’imposer le masque dans ma chorale, bien que je ne tousse pas, moi !

Quand Jupiter tousse… ça craint !

J’en ai marre ! j’en ai marre ! j’en ai marre !

Heureusement qu’en plus de ses deux mains gauches, mon père m’a aussi légué son sens de l’humour, sinon il y a longtemps (depuis la première apparition du Covid-19) que par désespoir, j’aurais sauté par la fenêtre… Et comme j’habite au rez-de-chaussée, avec la scoumoune actuelle, sûre que je me serais ratée, et que présentement je vous écrirais, avec mon moignon droit, depuis mon fauteuil roulant…

Bref, vous l’aurez compris, je suis d’une humeur de chien, toujours à cause du même freluquet qui s’est donné pour tâche de nous pourrir la vie, à nous, pauvres citoyens français.

Le petit teigneux de l’Élysée… celui qui ôte son masque pour tousser, alors qu’il est en visite dans un lycée…  vous voyez qui c’est ?

https://youtu.be/UfdIwt_UZQU

https://www.ouest-france.fr/politique/emmanuel-macron/covid-19-pris-par-une-quinte-de-toux-emmanuel-macron-contraint-de-changer-de-masque-6965618

Celui qui se prend pour « le président du monde » et qui va mettre de l’ordre au Liban quand il n’est pas foutu de faire régner l’ordre en France, et faire respecter nos lois par ceux qu’on invite, à grand renfort d’humanité devenue écœurante et hypocrite,  et d’avantages multiples (au détriment de nos chômeurs, paysans exténués qui se suicident de désespoir, handicapés oubliés, vieux aux retraites si minables qu’ils ne peuvent envisager de changer leurs lunettes… ou leur dentier…).

Bon, ça y est, vous l’avez au fond ?

Eh bien figurez-vous que dans les mesures drastiques, destinées paraît-il à nous « préserver » du méchant virus, il y a les masques… qui, il y a peu « ne servaient à rien », mais devenus obligatoires depuis qu’on en a (selon une prescription de notre ex-Premier ministre de compétition)… et que nous sommes tenus de porter un peu partout, histoire de ne pas prendre de risque.  

Donc, ce mardi soir, jour de reprise des répétitions de la chorale de notre village, nous avions rendez-vous dans la salle polyvalente municipale, qui remplacera jusqu’à nouvel ordre la salle de classe dans laquelle nous répétions avant le Covid, le confinement et le déconfinement… mise à notre disposition par notre très estimé maire.

Arrivée volontairement sans masque, j’ai eu la surprise de constater que tous mes camarades choristes étaient masqués, sans exception… malgré l’installation des chaises à environ un mètre de distance, et que normalement nous sommes censés regarder tous, uniquement, le chef, et non se regarder les uns les autres…

À se demander d’ailleurs si c’était bien uniquement des choristes, et non quelques taupes policières parmi eux, venues vérifier en douce si nous respections bien les gestes barrières, en se faisant passer pour des petits nouveaux… mais sans leurs mitraillettes comme pour la rentrée des classes dans quelques écoles…

Après que quelques sympathique camarades sont venus me saluer, les autres, sans doute inquiets que je sois porteuse du virus, ayant gardé leurs distances, nous nous sommes installés sur les chaises mises à notre disposition, dans l’ordre habituel, pour écouter les premières recommandations des deux « têtes », le chef de chœur, et le président de l’association… tous deux prénommés « Pascal », et tous deux masqués.

Avant l’installation on m’avait proposé de me prêter un masque ; j’avais alors précisé que j’en avais un, mais que je ne le porterai pas ici.

Une fois installés, bien évidemment « mon cas  » devait être évoqué et les deux « autorités », qui n’avaient pas encore décidé si l’on chanterait avec ou sans masque, m’ont alors demandé gentiment de mettre un masque comme tout le monde.

J’ai répondu que chanter avec un masque serait parfaitement ridicule, et que je m’y refusais ; et que porter le masque en arrivant et pendant l’installation des chaises, pour le retirer ensuite, était tout aussi ridicule, donc pas question pour moi.

Confirmant qu’effectivement nous baignions dans le ridicule depuis longtemps, il était néanmoins conseillé de respecter les ordres.

De gentils camarades m’ont généreusement avertie que c’était tout autant pour me protéger que protéger les autres, et qu’en cas de contrôle je risquais une amende…

Mais ce fut alors un beau tollé quand j’ai osé répliquer que les flics feraient mieux de s’occuper des vraies racailles plutôt « qu’emmerder les braves gens ».

Bien évidemment, je comprends et respecte la décision des responsables de la chorale, ne voulant pas mettre le maire en difficulté en cas de contrôle ; de même que je n’ignore pas que notre chef de chœur, musicien de talent qui vit de la musique, a vu nombre de ses engagements scandaleusement annulés, à cause de la politique irresponsable menée contre le Covid… (merci « qui vous savez » !).

Pour autant, surprise d’être la seule rebelle de la chorale, bien que je connaisse d’autres fortes têtes dans nos rangs, ma révolte contre la soumission générale des citoyens m’a incitée à ne pas céder… à part le terrain, que j’ai quitté en disant que « ce serait sans moi ».

Le lendemain j’ai eu le plaisir de recevoir un gentil message d’une choriste, déplorant mon départ, et souhaitant que l’on puisse, de part et d’autre, expliquer plus longuement nos motivations (ce qui fut fait)… et comme de plus je sais désormais que l’on peut tousser sans masque… je me dis que peut-être… Affaire à suivre.

Bon, sur ce, je vous quitte pour mettre mon masque, avant d’aller faire pipi… des fois que le virus serait en embuscade derrière le rouleau de PQ, on n’est jamais trop prudent…

D’ailleurs, à propos de prudence, j’ai un avertissement à communiquer aux dames (et peut-être à certains messieurs, mais en général c’est plutôt aux dames qu’on demande ce « petit service »… sauf en prison où c’est souvent « libre-service »…) :

Une dernière chose… pour ceux qui serait tentés de me taxer de complotisme, sous-entendu « stupide »…

 

Josiane Filio, au nom de la Liberté d’expression

image_pdfimage_print

26 Commentaires

  1. Vous n’êtes pas la seule à en avoir marre. Je fais partie des rebelles comme vous, et je l’ai toujours payé très cher, mais je ne change pas d’attitude. Je ne supporte plus les petites merdes de collabos dans les magasins qui me disent de mettre le masque correctement lorsque je l’ai sous le nez. Le macronvirus va maintenant nous imposer la vaccination obligatoire contre la grippe, puisqu’ils n’arrivent pas à fabriquer le vaccin contre le covid. Nous vivons dans le délire complet et des cons se promènent avec le masque sur la tronche dans la rue, ce n’est même pas obligatoire (pas encore là où j’habite), ils en redemandent!

    • Jai les memes chez moi et comme vous, je n’en peux plus de tout ce cirque ambiant ainsi que de la connerie généralisée…

      • cette connerie contamine aussi des restaurateurs qui vous jettent dehors parce qu’on est pas client chez eux, il faut tout faire péter à l’Elysée et Macron dehors au cachot comme Castorama et Veran

  2. Mille fois d’accord avec vous Josiane.
    Bien des gens sont contre le masque et n’osent pas le dire.
    Je suis dans votre cas. Je me rebelle et j’enrage de voir tous ces moutons dociles s’exécuter sans protester

  3. Un « coup de gueule » (celle d’où sortent les plus belles notes) salutaire et revigorant…
    Espérons quand même ne pas devoir y voir la simple application du célèbre « l’humour est la politesse du désespoir »….

  4. Chanter avec un masque ? Ça ce n’est pas banal ! Où donc va se nicher la c……..ie ! C’est du gd guignol !

    • Un de mes.profs de sport nous impose les entrainements avec la muselière. Je lui ai repondu que ce serait sans moi. Tt ca pour etre respectable et ds la ligne directrice… je nai donc pas repris …connerie qd tu nous tiens….

  5. bientot le masque sera obligatoire au restaurant, ils en inventeront un avec un scratch permettant d’enfourner une bouchée et qui se refermera au bout de dix secondes!

    • ou comme les musulmanes qui lèvent, un petit peu, leur voile à chaque bouchée…ce sera sans nous!!!

  6. Dimanche soir j’ai regardé -et écouté- le magnifique requiem de Verdi retransmis par
    ARTE depuis le Duomo de Milan et vous savez quoi ? Les »vents » n’étaient pas masqués…Bon d »accord difficile de souffler dans un cor ou une clarinette la muselière sur le nez, en revanche les « cordes et percussions » portaient tous un masque noir (signe du deuil de la liberté ?) quant aux chanteurs et choristes , fort heureusement, ils ne l’étaient point. Et le public l’était bien que fort séparés les uns des autres.
    Jusqu’où nous conduira la bêtise moutonnière humaine ????

  7. Bravo Josiane ! Moi aussi j’en ai plus que marres des cons. Le covid chinetoque a disparu, mais pas le conarvirus qui me donne des envies de meurtres.
    Juste pour dire et rire. Dans ma ville, la museliere est obligatoire, ce qui ne géne asoolument pas les dociles ovins et bovins à deux pattes.
    A 5 mn de voiture, de l’autre coté du Rhin, les gens se promenent sans masque. Conclusion ? Je prefere me balader la-bas et faire mes courses dans les suprmarches de cette ville où neanmoins il faut porter le masque. Mais aucune caissiere affolée ne vous signalera que le porc du masque sur le menton ne serf à rien !

    • J’adore vos fôtes d’aurthograffe, que je vais m’empresser d’utiliser régulièrement dans les mails aux amis, avec votre permission

  8. Le COVID communiste a été inventé par HIDALGO pour pourrir la vie des honnêtes citoyens blancs et catholiques de droite. Avec TAUBIRA elles veulent obliger les petits enfants à pratiquer la masturbation homosexuelle dès la maternelle pour les empêcher de devenirs des Mâles blancs VIRILS. Heureusement que notre FONDATEUR prépare un coup d’état avec les GENERAL pour nous sortir de là.

  9. Décret n° 2020-860 du 10 juillet 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans les territoires sortis de l’état d’urgence sanitaire et dans ceux où il a été prorogé :
    Sauf pour la pratique d’activités artistiques, le port du masque est obligatoire dans les établissements autorisés à accueillir du public. La distanciation physique n’a pas à être observée pour la pratique des activités artistiques dont la nature même ne le permet pas.
    Décret n° 2020-860 du 10 juillet 2020 – Version consolidée au 06 septembre 2020
    Titre 4 : DISPOSITIONS CONCERNANT LES ÉTABLISSEMENTS ET ACTIVITÉS

  10. Chapitre 5 : Espaces divers, culture et loisirs
    Article 45 V. – Sauf pour la pratique d’activités artistiques, le port du masque est obligatoire dans les établissements autorisés à accueillir du public en application du présent article. La distanciation physique n’a pas à être observée pour la pratique des activités artistiques dont la nature même ne le permet pas.
    dans les territoires en état d’urgence sanitaire, les établissements de type R peuvent accueillir du public pour la pratique individuelle ou en groupe de moins de quinze personnes. (article 45 – 4)

    https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000042105897&fbclid=IwAR3SCdVxIal-fxZFw_ajw6QspWqukv-79yXwMjAPViLgbd6l1i1uS8PiBbc

    • Bravo Josiane, et j’aurai fait comme vous, toute cette fumisterie, nous faire taire, je ne sais si tous ces cons de français peureux tiendront jusqu’en 2022, pas besoin d’avoir fait math sup pour conprendre, mais sont si gentils les français moutons, aucune dignité et fièreté.

  11. Tous ces pitoyables pigeons masqués même quand ce n’est pas obligatoire. Tous ces abrutis jeunes et vieux, interviewés en micro trottoir qui sont tous d’accord avec leurs tortionnaires, voire qui trouvent qu’ils n’en font pas encore assez. Ca me fait gerber. Comment espérer un changement de politique avec une telle bande de tocards. Que diront-ils quand la pseudo épidémie sera passée et qu’on n’aura pas vu l’ombre du cataclysme annoncé ? Ils ne se rendent même pas compte que ceux qu’ils ont élus sont en train de les ruiner, de ruiner leur pays et leur avenir.

    • Jeannot, êtes-vous vraiment obligé (pour donner du poids à votre commentaire ?) d’insulter ceux qui ne pensent pas comme vous ? Vous pouvez « gerber » tant que vous voulez puisque vous n’avez pas de masque, par contre, si un jour (je ne vous le souhaite pas) vous attrapez cette saleté de virus, ne venez pas vous plaindre ! Bien évidemment, comme vous n’êtes pas sûr d’avoir un accident au prochain virage, vous ne mettez pas votre ceinture ? Aujourd’hui, avec tout ce qui a été dit (et son contraire), la seule chose qui semble plausible, est que la transmission se fait par l’air que nous respirons donc, je suis un abruti masqué pour me protéger et protéger les autres, au cas où… Ceci dit, je suis d’accord avec vous : le confinement est catastrophique pour notre économie (qui était déjà mal en

    • SUITE : (qui était déjà mal en point). On fait tout un foin au sujet du covid, parce que c’est nouveau (et peut être un « essai » de guerre bactériologique) mais si on mettait des masques lors d’une épidémie de grippe, combien d’économies pour la « sécu » et l’industrie. Le ridicule ne tue pas, les virus oui, je préfère être ridicule que mort. CQFD

  12. Madame Filio, la réponse que j’ai faite à « Jeannot », vous concerne également. Il n’empêche, que, même si je ne partage pas votre opinion (sur ce sujet des masques, uniquement) j’apprécie votre humour !

  13. Madame Filio : j’ai posté mon commentaire avant de l’avoir achevé, donc, chanter avec un masque alors que tout le monde regarde dans la même direction : le chef, pas « c’est moi le », ne présent pas de risque, en plus chanter avec un masque n’est pas génial, ni pour le souffle, ni pour le son, je vous l’accorde, mais avant, lors des salutations, le masque protège les uns des autres et vice-versa…

Les commentaires sont fermés.