Ils préfèrent calomnier Renaud Camus qu’affronter la réalité du Grand Remplacement

Publié le 8 septembre 2014 - par - 1 803 vues
Share

10novembrerenaudcamusLa théorie du « Grand Remplacement », de Renaud Camus, a de quoi inquiéter notre civilisation, car c’est de notre civilisation qu’il s’agit : ou bien nous inversons, sur notre propre sol, la courbe démographique qui vivifie l’islam, et notre civilisation continue sa route ; ou bien nous persistons dans la voie actuelle, et la France perdra son histoire en perdant son peuple. D’où le mot d’ordre de Renaud Camus : « Non au changement de peuple et de civilisation !».

Renaud Camus a-t-il raison ? Si l’on en croit l’essor quantitatif d’une population que la France n’arrive plus à intégrer (1), il semble bien que oui. C’est d’ailleurs cette probabilité qui a décidé les inconditionnels du politiquement correct de s’en prendre à Renaud Camus, en reprochant à ce dernier d’agiter des peurs profondes et, par suite, d’engendrer des discours de plus en plus radicaux.

Evidemment, l’extrême droite est la toile de fond de cette critique ! En d’autres termes, malheur à qui ose évoquer la possible dissolution de l’identité française : c’est un fasciste ! De même, parler des immigrés en distinguant ceux qui sont de première, de seconde ou de troisième génération, c’est du racisme ! Peu importe si l’auteur se situe sur le plan culturel et non sur le plan biologique : sa théorie est quand même raciste, car elle porte inconsciemment la marque d’un vieil imaginaire de purification ethnique et culturelle ! 

Pourtant, le problème est bien là, dans l’effacement de la culture occidentale au profit d’une culture allogène. Roubaix en est un triste exemple, et ce n’est pas le seul ! Que dire, en effet, de nos départements « défrancisés » comme la Seine-Saint-Denis (93), les Hauts-de-Seine (92), la Seine-et-Marne (77), le Val-de-Marne (94), le Val-d’Oise (95), les Yvelines (78) et l’Essonne (91), qui totalisent à eux seuls cinquante villes marquées du sceau de l’islam

Mais les inconditionnels du politiquement correct ne veulent rien entendre, oubliant ainsi que la radicalité la plus dangereuse n’est pas dans le discours de Renaud Camus, mais bien dans la réalité d’une immigration musulmane qui entend faire de la France un pays musulman. La « sinistre farce » dont le démographe Hervé Le Bras qualifie le « Grand Remplacement » risque fort de n’être plus celle du « Grand Remplacement » mais bien celle du « Grand Aveuglement » dans lequel persistent la plupart de nos hommes politiques et autres intellectuels de même acabit !

Maurice Vidal

 

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.