Ils sont aux abois, ils ont peur d’une insurrection populaire, alors ils dissolvent !

La dissolution annoncée des JNR et celle de Troisième Voie est non seulement un scandale et une injustice (j’apporte tout mon soutien à Serge Ayoub pour l’iniquité que lui et les siens subissent), c’est non seulement un exemple de ce dont « ils » sont capables mais c’est aussi l’aveu de leur désarroi et de leurs peurs les plus cachées.

Nous l’avons déjà dit ici : rien dans la mort du jeune Clément ne peut justifier une dissolution. C’est un malheureux accident où l’agresseur a trouvé la mort et qui ne pourrait justifier une quelconque dissolution d’association. Quant aux faits et gestes prétextés par Ayrault, quels sont-ils ?

Si l’immense majorité de nos compatriotes ne connaît ni les JNR ni Troisième Voie..  c’est bien parce qu’ils ne font pas parler d’eux. C’est bien parce qu’ils ne tabassent pas, n’empêchent pas le débat et n’agressent pas gratuitement ceux qui ne sont pas de leur camp. Ça se saurait… cela paraît évident.

On attendait des faits pour justifier la dissolution (est-il illicite d’appartenir à un service d’ordre ? ). On n’a qu’un motif : « la haine raciale ».

Evidemment. La haine ça ne se prouve pas. On peut affirmer que vous haïssez, que ce soit vrai ou pas. Et on peut vous condamner parce que l’on devine ou que l’on croit deviner que vous avez de la haine pour certains autres. Pas n’importe quels autres, évidemment. Ceux qui ne sont pas de votre nationalité, de votre religion, de votre couleur… « Haine raciale ». Pourtant, il semble que Serge Ayoub et ses militants n’aient jamais été poursuivis en justice pour haine raciale par le Mrap et autres SOS Racisme qui doivent pourtant les serrer de près…  mais peu importe à Ayrault. Puisqu’il vous dit qu’il y a de la haine…

J’ai déjà dit ici à quel point je haïssais Peillon et Hollande pour le massacre de l’école et donc de nos enfants qu’ils sont en train de réaliser. Suis-je condamnable ? Mon association risque-t-elle d’être dissoute pour cette haine vivace ? A priori non.

Par contre si Peillon était descendant d’immigré et /ou musulman je serais condamnée… On en arrive à cette absurdité sans nom que l’on ne peut plus haïr celui qui vous fait du mal que s’il est blanc et français d’origine !

On en arrive surtout à un monde terrifiant où l’on peut poursuivre en justice, condamner, interdire… pour un prétendu racisme, pour la prétendue haine de  certaines personnesquand les pires petites racailles islamisées ou gauchistes, organisées, qui agressent et menacent non seulemnt des personnes mais la liberté d’expression en général et notre pays tout entier sont acceptées quand elles ne sont pas carrément encouragées à mettre au pas tous ces patriotes qui osent dire la vérité sur cet infâme gouvernement.

Et ça ça ne pardonne pas.

Mais, finalement, ces dissolutions ne sont-elles pas, d’une certaine manière, la preuve que le gouvernement est aux abois ?

Tous les signaux sont au rouge. Même les électeurs de Hollande sont de plus en plus nombreux à regretter leur choix. On entend et on ne lit partout que critiques, regrets, appels à révoltes voire à révolution.

« Ils » sont forcément au courant.

Et il semble de plus en plus vraisemblable que Hollande a effectivement installé à l’Elysée une cellule  chargée de surveiller les risques de révolution dans notre pays.

Ils savent.

Ils savent que les Français sont à bout.

Ils ont peur.

Alors ils ont décidé de réduire au silence le maximum de patriotes possibles, en traînant devant les tribunaux Rioufol, Cassen, Camus, Philarchein, Hilout, Alamachère, Tasin…  et en dissolvant les groupes susceptibles de servir de services d’ordre pour des manifestations de patriotes.

Tel est leur but, décapiter les organisations de patriotes, les mettre à nu en les privant de ceux qui pourraient les protéger contre les islamo-racailles et les antifas. Ainsi, grâce à l’arbitraire, grâce à une justice aux ordres et grâce à la collaboration de vraies milices fascistes, le pouvoir socialiste tente de nous faire rentrer dans le rang. Afin de se maintenir et achever de détruire notre culture et nos libertés.

Croient-ils que nous sommes dupes ? Croient-ils que l’immense foule qui est avec nous les laissera faire ?

C’est pour cela que nous devons être nombreux le 22 juin place Denfert-Rochereau. La situation est gravissime et seul le peuple pourra sauver le peuple.

Christine Tasin

image_pdfimage_print