1

Ils sont les fossoyeurs de la Nation et nos élus voudraient qu’on les aime !

.
Comme le souligne Christine Tasin dans son excellent article, les sans-dents peuvent bien crever, mais un carreau cassé dans la résidence secondaire de Richard Ferrand et c’est aussitôt l’émotion générale dans toute la classe politique, de Mélenchon à Marine, qui dénoncent tous « ce vent mauvais qui souffle contre les parlementaires, contre les partis et contre les syndicats ».
.
.
Mais remettons à sa juste place cet « acte criminel odieux » qui a bouleversé nos parlementaires, peu habitués à voir des manants venir perturber leur petite vie dorée bien protégée, loin des souffrances de ce petit peuple qu’ils méprisent.
.
« La limite a été franchie » parce qu’un carreau est tombé tout seul !
.
Voici ce que dit le procureur :
.
« Personne ne semble être entré dans le domicile. La vitre est tombée sous l’effet de la chaleur, l’incendie ne s’est pas propagé à l’intérieur. Si quelqu’un avait vraiment voulu que tout s’embrase, il lui suffisait de jeter la torche à travers la vitre ».
.
Voilà qui relativise l’importance de cet « acte criminel » et discrédite ces réactions excessives de toute la classe politique.
.
Car je rappelle à tous ces élus affolés qu’il y a eu 11 morts au cours du mouvement des Gilets jaunes et que ces mêmes  élus en ont fait peu de cas !
.
Des milliers de blessés, des vies brisées à jamais. Où sont les messages de compassion de ceux qui dénoncent aujourd’hui les débordements intolérables du mouvement et « l’incendie criminel » dans la maison de campagne de Ferrand ?
.
Et quand les Black Blocs pillent et incendient magasins et véhicules, où sont leurs cris de réprobation ? Le pouvoir laisse faire et ne condamne jamais.
.
Mais ce carreau cassé chez Ferrand, c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase.
.
Il ne s’agit pas de cautionner la violence envers les parlementaires, ni de minimiser les actes criminels envers les représentants de la nation, mais force est de constater que ces derniers ne se lamentent que sur leur propre sort et jamais sur celui de la plèbe.
.
Oui, il y a bien une violence inédite contre les élus. 80 députés ont subi menaces ou agressions, une première sous la Ve République.
.
Permanences saccagées, véhicule incendié devant le domicile d’une élue, intrusion nocturne dans la résidence d’une députée, courriers menaçant de « décapitation » ou de « pendaison », fonctionnaires menacés d’être « grillés comme des poulets », ministère de Griveaux attaqué au bélier… Tout cela est exact et ne grandit pas notre démocratie.
.
Mais ce qu’oublient nos élus, c’est qu’ils sont les premiers responsables de la révolte du peuple. Toute colère a ses raisons.
.
Ils sont responsables et coupables du naufrage de la France en une génération.
.
Ils ont dilapidé l’héritage des Trente Glorieuses, il ont ruiné le pays en accueillant toute la misère du monde, ils ont saccagé nos services publics que le monde entier nous enviait il y a 30 ans.
.
Nos campagnes sont abandonnées, les villages meurent. Hôpitaux, écoles, bureaux de poste, gares, lignes de bus, tribunaux et centres des impôts, médecins et commerces, tout disparaît.
.
Des dizaines de milliards ont été engloutis en pure perte dans nos banlieues, pendant que nos campagnes crèvent à petit feu, faute d’argent.
.
En 40 ans, le nombre de maternités est passé de 1350 à 500. Il faut parfois faire 50 km pour accoucher.
.
Depuis 2003 les hôpitaux ont perdu 64 000 lits, soit 15 % du parc.
.
L’école républicaine de plus en plus islamisée dans nos banlieues est une fabrique à illettrés. Il est vrai qu’avec des professeurs des écoles recrutés avec 4/20, on ne risque pas de faire la course en tête !
.
.
Quant à la SNCF surendettée de 47 milliards avant la réforme, dont la ponctualité et l’efficacité faisaient notre fierté il y a 30 ans, elle aurait besoin de 50 milliards pour remettre le réseau à niveau.
.
Nos élus ont également détruit le quotidien des Français à cause d’une délinquance quasiment décuplée depuis 40 ans.
.
100 000 peines de prison ferme non effectuées chaque année, des dizaines de milliers de délinquants multirécidivistes jamais condamnés. Des centaines de zones de non-droit. C’est cela l’autorité républicaine et la  justice française de 2019.
.
C’est le chœur des pleureuses pour un carreau brisé, mais les 1 000 agressions gratuites par jour que subissent les Français à cause d’une immigration qui refuse de s’intégrer, nos élus s’en foutent.
.
Par conséquent, les GJ ont de bonnes raisons d’en vouloir à leurs élus qui ont bradé le pays et pratiqué une odieuse préférence étrangère.
.
2 300 milliards de dettes, 100 % du PIB, un chômage record, une croissance atone de 1,5 %, un déficit chronique de plus de 3 %, une insécurité galopante, une fracture identitaire éminemment dangereuse, une islamisation de la société porteuse de lendemains tragiques, tel est le véritable bilan de nos si chers élus.
.
Et ils voudraient qu’on les aime !
.
On entretient à prix d’or 4 fois plus de parlementaires, proportionnellement, que les États-Unis.
.
Et pourtant les bancs de l’Assemblée sont vides au point que certaines lois sont votées avec quelques dizaines de députés physiquement présents sur 577.
.
Et que dire de ceux qui font le déplacement pour dormir ou faire leur courrier ?
.
Nous entretenons une armée de parasites, chaque parlementaire coûtant 300 000 euros au contribuable.
.
Et ils voudraient qu’on les aime !
.
Avant de se plaindre de la démagogie antiparlementaire et de se poser en boucs émissaires de la révolte des GJ, nos élus seraient bien avisés de faire preuve d’exemplarité et d’honnêteté.
.
Car ce sont souvent des repris de justice qui font nos lois ! 30 % selon Philippe Pascot ! Pour être élu, pas besoin d’un extrait de casier judiciaire. Dommage, ça éclaircirait les rangs de l’Assemblée !
.
.
Pour conclure, la violence contre les parlementaires est le résultat de la violence sociale que subissent les Gilets jaunes, accablés par une politique mondialiste irresponsable qui a sacrifié des pans entiers de notre industrie, livrés à une concurrence sauvage, et qui a ouvert les frontières à des millions de pauvres qui plombent les comptes sociaux et nivellent la société par le bas.
.
Si les élus avaient su faire fructifier l’héritage inestimable légué par de Gaulle, jamais ils ne seraient dans le collimateur des révoltés du mondialisme.
.
Les barons du gaullisme, c’était autre chose que les pieds nickelés de LREM !
.
Mais quand on brade le pays, en n’œuvrant qu’à sa propre réélection au mépris de l’intérêt national, on finit par prendre le boomerang dans les gencives.
.
Car en politique comme ailleurs, rien n’est gratuit.
.
Et si Macron a senti le vent du boulet, je pense qu’il n’a encore rien vu de ce qui l’attend. Voilà 40 ans que les élus dansent sur un volcan en méprisant le peuple.
Mais les GJ ont décidé de siffler la fin de la récré. Rien ne les arrêtera.
.
Il va bien falloir que Macron change de politique.
.
Mieux qu’un référendum biaisé, la meilleure réponse aux GJ, c’est la dissolution de l’Assemblée.
.
STOP au mondialisme et au multiculturalisme qui vont tout emporter.
.
Jacques Guillemain