Ils sont ma haine et mon intransigeance 

Publié le 30 octobre 2020 - par - 5 commentaires - 895 vues

Dites à mes enfants que je les aime, mais qu’ils ne me reverront pas
Dites à mes enfants qu’ils fêteront Noël sans maman ce jour-là
Dites à mes enfants que je fus assassinée pour l’amour d’un Dieu
Dites à mes enfants que ce Dieu d’Orient ne mène pas aux cieux
Dites à mes enfants que je suis morte pour ma foi et mon pays
Dites à mes enfants que cette foi jadis si forte est aujourd’hui honnie
Dites à mes enfants que ce pays si beau et si bon est à l’agonie

Voilà, une mère est morte et sa famille pleure, la France pleure. Peut-être viendront-ils dire qu’il faut savoir pardonner. Mais, je ne le puis plus. Nous avons tout accepté, nous avons tout donné, ils ne nous laissent plus le choix. Ils doivent apprendre que ces peuples qui les colonisèrent ne sont pas morts. Que ces pères qui firent subir leurs lois à leurs pères ont engendré des fils qui peuvent se défendre. Il n’est plus temps de se lamenter, il n’est plus temps de parlementer. Punissons avec sévérité tous ceux qui nous veulent du mal ou simplement dont on a l’illusion qu’ils nous veulent du mal.

Les politiciens nous tiennent par la morale et une prétendue raison des Lumières. Qu’importe la morale ou la raison quand une femme de soixante-dix ans, un sacristain d’une quarantaine d’années et une mère subissent les foudres de ces barbares ! Chaque jour, notre sang abreuve ces bourreaux. Chaque jour, une nouvelle violence s’étale à la une de nos journaux quand ils ont le courage de l’annoncer. Parce que nos journalistes se couchent devant les politiciens pour mieux nous cacher la réalité.

Enfants de France, ne croyez-vous pas qu’il soit temps de prendre le taureau par les cornes ? De dire à ces traîtres que sont nos « élites », il faut mettre le mot entre guillemets, qu’ils ne peuvent plus nous traiter comme de la viande de boucherie et que nous voulons à notre tour pouvoir nous défendre ? Ces malandrins de gauche, aussi insoumis soient-ils, ces vendus de droite, aussi républicains qu’ils prétendent l’être, ces marcheurs assis entre deux chaises, aussi à 2.0 de l’Histoire qu’ils se croient, ne méritent plus le titre de Français, mais celui de collabos. Si eux continuent de nous vendre à l’encan, nous pouvons racheter notre Histoire en faisant payer le prix fort aux bourreaux et à leurs complices intérieurs. Je dénie le droit à tous les politiciens, les journalistes, les soi-disant experts, à toutes chapelles, à tous les droits-de-l’hommiste de me dire que l’islam n’est pas une plaie, que ce ne sont pas tous les musulmans, que l’islam est une religion d’amour et de paix et qu’il ne faut pas faire d’amalgame. Je ne fais pas d’amalgame, je dis que l’islam doit quitter notre sol, les musulmans qui ne veulent pas s’intégrer et choisir notre religion et notre mode vie doivent partir ou ils seront expulsé manu militari, et que je choisirai qui est un bon musulman et qui en est un mauvais quand j’aurai le droit, moi aussi, d’user du canon de mon fusil. Une fois cet équilibre rétabli, avec patience et sérénité je distribuerai des satisfecits aux musulmans qui auront eu le bon goût de choisir notre mode d’existence.

En attendant, je n’en sauve aucun et je dis aux Français, réveillez-vous, il est temps de choisir vous aussi votre camp.

Henri Lautréamont

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
Stéphane POUSSARD-ANDREFF

Nous ne pourrons vaincre que par le poignard ou par la poudre ! Il n’y a plus de solution intermédiaire

Dominique

Assez d’illusions angéliques. Tous les musulmans obéissent au mêmes textes sacrosaints: le coran et les hadiths de Mahomet.

Laure

On ne peut pas dire mieux.

ISA

Bien dit ! Il faut vraiment se sortir de ce carcan idéologique. Mais l’on voit bien, en écoutant politiques et journalistes, que leur logiciel les en empêche. Quant au peuple, il est plus que partiellement sidéré.

patphil

depuis quelques années (seulement) je sens monter en moi des sentiments que jamais je n’aurais soupçonné avoir

Lire Aussi