L’homoparentalité heureuse, qu’ils disent…

 

Comment une seule seconde accorder intérêt – et c’est pourtant ce que tous les médias se chargeront de faire – à l’étude du Journal of Developmental & Behavioral Pediatrics ?

Tout est faux en celle-ci ! On y veut savoir si les enfants sont heureux selon le mode de parentalité. Mais pour cela on constitue un échantillon de parents ! Non pas des objets de l’étude qu’on prétend faire. Quelle farce !

C’est-à-dire que pour savoir si les enfants sont épanouis, au lieu d’en prendre 1000 dans des écoles et les faire interroger par des professionnels, psychiatres, psychologues, ou enseignants et éducateurs, on prend quelques (j’y reviendrai) adultes, plus ou moins parents, et on leur demande si « leurs » enfants vivent paisiblement le milieu familial.

C’est un premier biais, le plus gros, qui annule intégralement les résultats de cette soi-disant étude : https://insights.ovid.com/crossref?an=00004703-900000000-99302

Le second est l’absence d’un échantillonnage basé selon la méthode des quotas. Ici l’âge n’est pas pris en compte. Ou plutôt il se limite à la tranche d’âge 3 à 11 ans. Et l’on ne saura donc si l’enfant est plus heureux de téter le sein d’une mère que de boire au biberon quelque lait en poudre bien peu naturel et non bio.

Par ailleurs l’enquête omet absolument d’analyser l’effet des modes d’éducation sur la durée d’une vie ; laquelle est pourtant appelée à dépasser le stade de préadolescence… Du moins tant que la nouvelle société n’aura pas obligé à mettre fin à ses jours une fois que l’on dépasse le stade de jouet pour des parents consommateurs de bébé…

Il est bien beau d’observer la béatitude des petits pour savoir si tel mode éducatif est meilleur qu’un autre mais la société ne se compose pas que d’enfants. Et l’on se devrait à bon droit d’étudier non seulement la psychologie des bas âge ou scolarisés mais aussi celle de ceux qui, devenus adultes, sont passés par « les affres de l’éducation » au sein d’une famille traditionnelle – horresco referens -, monoparentale ou homosexuelle.

Avec de telles méthodes et par analogie, pour savoir si le vin est un nectar les œnologues ne devraient s’intéresser qu’à certains cépages et à la terre. Etudier si les grains (les enfants) sont mûrs et sucrés comme il faut ? Fi donc ! Quant à savoir si le vin, la personne humaine, est bon et vieillit bien ? On s’en passera également.

Qui plus est de la fausseté statistique : L’échantillonnage consulté est basé sur les adhérents d’un site de propagande regroupant des parents d’enfants élevés par des couple gays ou lesbiens ; 195 participants. Et c’est à ces mêmes personnes, à l’avis peut-on dire orienté, que l’on demanda de transférer l’enquête auprès de 195 autres couples mixtes de leurs amis – comprendre des couples normaux – pour obtenir l’avis des familles père-mère, homme-femme. Nul doute qu’ils  surent les choisir…

En matière de statistiques on aura rarement connu aussi faussé !

Il est d’usage quand on fait un sondage de se baser sur un échantillonnage d’un peu plus de 1000 personnes prises au hasard et non sur quelques centaines. Et même si l’on veut obtenir un nombre conséquent de parents homosexuels, l’honnêteté intellectuelle impose qu’on les choisisse au hasard et non parmi les adhérents d’un groupe de pression ; il faut les sélectionner en s’appuyant sur la réalité des familles composant la population et non discriminer en partant à la base d’adhérents favorables à une cause que l’on dit vouloir examiner.

Il est surtout d’usage puisqu’il s’agit de savoir si les enfants sont heureux au sein des couples homos de questionner les enfants eux-mêmes – les faire questionner par des professionnels.

Quelle fumisterie ! Honte à ceux qui oseront – et il y en aura ! – opposer cette étude pour fonder leurs certitudes et leurs décisions au sondage IFOP de l’Alliance Vita ; sondage qui lui ne souffre d’aucun biais : https://www.alliancevita.org/tag/ifop/

Mais la malhonnêteté, la gauche pensée a besoin de ces tromperies pour prétendre exister. Et s’imposer. Au forceps…

Bertrand du Boullay

image_pdf
0
0

87 Commentaires

  1. On s’en fout ! Tout cela est hors-sujet.
    Ce ne sont pas les homosexuels qui tuent, qui posent des bombes ou qui égorgent les gens !
    Ras le bol !
    Quant a promouvoir le travail d’Alliance Vita, groupuscule extrêmiste catholique, c’est quand même un comble sur Riposte LAIQUE !

  2. Même chose pour les statistique migroïdes tout est biaisé, juste pour faire passer « ce qu’il faut bien penser »

  3. Bizarrement, Bertrand du Boullay oublie de noter que dans le fameux sondage Alliancevita/IFOP sur les différences père/mère, 29% des sympathisants FN pensent que les deux rôles sont « identiques et interchangeables », soit plus que les sympathisants France Insoumise (26%).

    Cela ne remet-il pas en cause, au moins partiellement, la conclusion de l’article?

  4. Sous la pression constante des minorités sexuelles, nous sommes à l’heure où le monde hétéro se demande si finalement un père et une mère sont une bonne chose pour l’enfant. L’humanité, hommes et femmes confondus ne sont que des animaux comme les autres, le cerveau en plus et c’est bien là le problème. Un lion et une lionne sont parfaitement heureux avec leur progéniture et les lionceaux, pas moins. Et ça restera en l’état éternellement.

    • Vous savez que quand le lion change de lionne il tue les lionceaux qui ne sont pas de lui.

  5. Tant à dire sur les sondages !
    Le Conseil d’Etat semble pour la PMA. Mais pose une bonne question :
    « Et si les enfants, devenus majeurs, portaient plainte contre l’Etat pour absence de parentalité » ?

  6. Heureusement,les couples homos sont dans la quasi impossibilité d’adopter …l’offre est largement inférieure à la demande de couples hétéros agréés;lesquels attendent souvent des années pour avoir un enfant ;quand ils ne se découragent pas avant .

  7. Suite. 10 ans plus tard, c’est une jeune fille qui a raté sa scolarité, les parents ont mis son mal être sur le dos des autres (l’école, les autres enfants qui la rejetaient), jamais ils ne se sont remis en question, ils l’ont changée d’école, car ses maux de ventre venaient d’une phobie scolaire. Maintenant descolarisée, sans même un brevet, sans travail, que va t’elle devenir ? Tout ça parce que des « adultes » se sont offert un enfant comme ils auraient pris un chaton tout mignon à jardiland

    • Eh oui …le droit de l’enfant est prioritaire par rapport au droit à l’enfant .

    • On pourrait trouver pareillement des enfants
      d’hétérosexuels ballotés dans les histoires d’amour à rebondissements de leurs parents !
      Et nombre d’hétérosexuels font des enfants sans aucune idée de ce que la représente,
      et sans aucun sens des responsabilités, mais juste pour faire comme tout le monde. Ne parlons pas des mères de 15 ou 16 ans ! …
      Bref, vos émois sont très sélectifs !

      • @Philippe
        Ah oui et les couples homos qui veulent adopter, eux, savent ce que cela représente, ont le sens des responsabilités etc…! Aucune idéologie dans vos propos ?

  8. Lors d’un accompagnement scolaire une petite fille m’a parlé dans le bus, elle devait avoir 7 ou 8 ans et était très malheureuse prétendant qu’elle était pas aimée. En fait elle avait été adoptée et son « père » était parti avec un homme (avec qui il avait adopté un autre enfant) et sa mère avait refait sa vie et avait eu 3 gosses. La petite se disait que sa mère aimait plus ses enfants biologiques et que son père l’avait remplacée, elle ne se sentait à sa place nulle part.

  9. Voilà pourquoi certaines écoles suppriment la fête des mères et la fête des pères. Pour ne pas choquer les enfants qui ont deux papas ou deux mamans. Et qui finalement ne savent pas ce que c’est une maman ou un papa.

  10. Un sondage pour déterminer une réalité scientifique? Mais oui, allez au États-Unies et demandez leur si le Déluge a eu lieu… J’imagine aussi que la peste noire fut causée par les chiens parce que tout le monde en était convaincu. Et les sorcières existaient donc puisque tout le monde y croyait …
    Il suffit de croire pour que que quelque chose soit vrai…un bon religieux bien idiot à l’ancienne..ça existé encore et c’est accueilli les bras ouverts sur Riposte Catho… pardon laïque.

    • @Lorong
      « il suffit de croire »… eh oui et vous vous croyez idéologiquement que les enfants élevés par des homos sont nécessairement très heureux…

        • Non ils ne seraient pas nécessairement malheureux, je n’ai pas dit ça du tout, mais c’est le nécessairement heureux qui me gêne, vous voyez la nuance ?

          • Oui. Mais ce que je vois pas c’est ou @Lorong a parlé de nécessairement heureux.

            • Plus bas : « aucun effet négatif pour les enfants ».
              S’il n’a pas dit textuellement « nécessairement heureux », il l’a pensé très fort.

              • Vous avez des soucis de compréhension du français, un problême récurrent chez ceux qui se présentent comme les vrais patriotes. Les études répondent à une question précise: est-ce qu’avoir des parents homos à des effets négatifs sur la santé des enfants, leur épanouissement ou non. Et bien non, avoir des parents homos ou hétérosexuels, c’est pareil…peu importe l’opinion des homos haineux, et sur ce site les intégristes cathos..comme vous. J’espère que cette fois vous avez compris..

                • @lorong à qui parlez vous ? RL n’est pas catho, encore moins intégriste catho.

  11. la pma bientot légalisée pour les couples homo (femmes) mais quid des homos non femmes? il s’agit là d’une discrimination inégalitaire insupportable, non?

    • Indubitablement
      Me feriez vous la joie de vous connaître via FB chère Pat et Phil ? Bien amicalement

      Bertrand

    • Oui, d’où probablement une future adoption de la loi sur la GPA, sponsorisées par la sécu, pour ne pas faire de « discrimination », en effet je vois pas pourquoi deux femmes pourraient faire des enfants et pas deux hommes… quelle horreur discriminatoire !

  12. Comme tout ceux qui détestent les homos pour des raisons religieuses mais n’ayant pas suffisamment de courage pour le dire, vous mentez ou cachez les preuves permettant de démontrer que l’homoparentalité n’a pas d’effet négatif sur la santé des enfants…En 2016, l’université de Cornell a étudié 79 études sur le sujet, 75 d’entre elles concluent qu’il n’y a aucune effet négatif pour les enfants. Évidemment, les anti homos n’en parle pas…

  13. suite :
    Déja cette remarque que l’on peut entendre en boucle est « légèrement  » hétérophobe » :-), car elle pourrait laisser penser qu’il y a plus de maltraitance chez les hétéros que chez les homos ..;Alors que je pense plutôt que la conn..rie étant la chose la mieux répartie la proportion doit être la même partout …Sans même parler des cas extrême tristement célèbre : Jandre tué par sa mère/père par ce qu’elle ne voulait pas l’appeler …Papa
    Ou cette petite « Elsie tuée par un de ses pères

    • On connait les conséquences psychologiques sur les enfants élevés dans une famille monoparental. Il n’y a pas de différence entre une famille monoparentale et une famille homo. Il manquera toujours l’altérité à l’enfant pour se construire le mieux possible. Notre société s’obstine à détruire le principe de « famille nucléaire » pour en faire un groupe d’individus adultes et enfants cohabitant ensemble.

  14. Autant l’homosexualité m’indiffère totalement (deux, ou pus 🙂 adultes consentants font ce qu’ils veulent de leur corps.
    Autant je suis contre l’adoption d’enfant par des homosexuels car là c’est imposer à un bébé/enfant une situation ou il n’aura eu aucun choix, et il pourrait en souffrir.
    Je sais l’on va me rétorquer que  » un enfant sera plus heureux si il est entouré d’amour dans une « famille » homosexuelle, que dans la maltraitance d’une famille hétéro »

  15. Quelle connerie …un enfant a le droit à un père et une mère,et c’est nécessaire à son équilibre,ce que deux personnes de même sexe ne peuvent assurer,quelles que soient leurs qualités .

    • C’est là un grand crime. Priver un enfant de son père ou de sa mère. Une blessure indélébile.

      • Dites ça à ceux qui ont servis de punching-ball à leurs parents

        • @Pr Sheldon Cooper (PR1 ?)
          Non. Les services sociaux préfèrent toujours, si possible, laisser l’enfant à ses parents même maltraitants (sous contrôle) car ils estiment que ces enfants sont toujours mieux auprès de leur père et de leur mère.

          • J’espère que c’est faux. Parce que laisser un enfant à des parents qui le maltraitent est criminel

            • @Pr Sheldon Cooper
              Je le sais de source sûre. Car aussi curieux que cela soit, très souvent cet enfant aime ses parents quand même et préfère rester avec eux, il espère toujours qu’ils vont changer.

        • Un couple homo peut aussi se servir de leur enfant comme punching-ball.Mais selon les gens comme vous,les homos sont forcément des modèles de vertu,tandis que les hétéros sont des dépravés,des ivrognes,des brutes,des pédophiles …

          • @Jill
            Pour ce que j’ai pu en lire les couples homos ne sont ni meilleurs ni pires que les autres.
            Ni les homos ni les hétéros ne sont des modèles de quoi que ce soit en ce qui me concerne.

      • Mais, dans ce cas, divorce et garde partagée
        sont à proscrire dès maintenant !
        Au nom du droit de l’enfant à avoir des parents unis et heureux !
        Votre homophobie est pathétique.

        • Rien à voir avec l’homophobie ! Un enfant de parents divorcés ou en garde alterné a toujours contact avec son père et sa mère. Alors qu’un enfant élevé par 2 hommes et 2 femmes sans avoir connaissance de l’identité de ses 2 parents ne peut s’épanouir pleinement. Un enfant adopté par un couple hétéro peut identifier ce couple comme ses parents biologiques car symboliquement c’est possible alors qu’un enfant adopté et élevé par 2 hommes 2 femmes va voir rapidement l’impossibilité de la chose.

    • Au vu des études les couples homosexuels ne sont ni pire ni meilleures que les couples hétérosexuels pour l’éducation des enfants.

      • @Pr Sheldon Cooper
        Avez vous lu ce témoignage d’une jeune femme élevée par deux mères ? Elle dit qu’elle ne peut rien leur reprocher mais qu’un père lui a toujours amèrement manqué.

        • Je ne l’ai pas lu. Mais un cas particulier ne peut pas permettre de tirer une conclusion générale.

              • Voyons, ça vous aurait plu, à vous, d’avoir deux pères ou deux mères ?…Quel ennui profond on doit éprouver !…

                • Ne nous faites pas croire que vous auriez préféré avoir deux pères ou deux mères.

                • Je pense que vis à vis des camarades d’école,les enfants de couples homos masculins ont très vite honte de leurs parents …Les enfants aspirent à la normalité .

                • J’aurai préféré être le rejeton désœuvré d’une grande lignée d’industriels multi-milliardaires. Hélas je n’ai été que le fils d’une caissière de Monoprix et d’un adjudant de l’armée.
                  Aussi incroyable que cela paraisse, je n’ai aucun regret.

                • Pourquoi est-ce que détestez les homos? Qui vous a dit que l’homosexualité c’est mal? Le même Dieu qui fait l’apologie de l’esclavage?

                • @Lorong
                  Ce n’est pas les homos qui sont détestables, mais la propagande de certains d’entre eux, tandis que les autres veulent juste avoir la tranquillité, et ne cherchent surtout pas à adopter…

        • Sans compter que pour un enfant deux femmes c’est plus facile à gérer que deux hommes .De tous temps des enfants ont été élevés uniquement par des femmes .

          • De tout temps ? A mon avis vous retardez un peu. Je connais des pères célibataires qui s’en sortent mieux que Madame et moi.

                • @Pr Sheldon Cooper
                  Si, que vous soyez un mauvais parent ne regarde que vous et surtout pas les lecteurs de RL.

                • L’affirmation était que de tout temps les enfants ont été élevés uniquement par des femmes.
                  Je souligne juste que ça n’est plus le cas. Et que là encore des parents isolés peuvent s’en sortir mieux des couples.

      • Ni pire ni meilleur,donc quel intérêt ? Imaginez un peu la vie d’un enfant de barbus dans les cours d’écoles .

      • Laissez tomber, ces gens sont ds intégristes !
        Exactement de la même trempe que ceux que l’on est censés combattre ici !
        C’est à pleurer.

  16. L’objet même de ces enquêtes n’est pas sérieux. Que veut on prouver ? Comme si le « bonheur » des enfants était le signe d’une « bonne éducation » ! De plus, ni l’hétérosexualité, ni l’homosexualité ne sont les gages pour être « de bons parents ». Décidément, les sociologues n’ont vraiment rien d’autre à faire !

    • Ces gens ne sont pas des sociologues mais des militants malhonnêtes

  17. Le sociologue américain Mark regnerus a montré le côté néfaste de l’homoparentalité. Il a fait son étude sur un large échantillon d’enfants élevés par une famille monoparentale. Il est évident que ce sociologue a été catalogué d’homophobe mais je pense que l’étude est plus réaliste puisqu’elle prend en compte les enfants d’homosexuels plutôt qu’une étude qui prend en compte l’avis des parents homosexuels.

    • Les principales organisations académiques, contestent la validité des données et des conclusions de Regnerus, arguant que contrairement aux études précédentes, le nombre statistiquement minime de couples homosexuels consistait en des mariages hétérosexuels ratés où l’un des parents était prétendument homosexuel, il est impossible d’extrapoler des informations sur le rôle parental de même sexe

  18. Sur la méthode, je vous rejoins. Quand au biberon, je vous précise que beaucoup de femmes ne donnent plus le sein à leur progéniture. Après je ne vois pas pourquoi un enfant élevé avec des homos hommes ou femmes seraient plus malheureux qu’avec des parents hétérosexuels. On peut être malheureux, heureux, aussi dans une famille hétéro comme chez des homos.

    • Merci de votre commentaire dont pourtant je ne partage pas tout.

  19. Journal of Developmental & Behavioral Pediatrics est une revue sérieuse. J’ai plus de doutes en ce qui concerne Alliance Vita qui est une association militante. Et qui lutte contre l’avortement le mariage entre personnes de même sexe.

    • Ils confierent leur sondage à un institut professionnel, l’IFOP

      • Même remarque. Un sondage même de l’Ifop n’est pas une étude scientifique.

        • On connait la malhonnêteté de recherche scientifique tels que le GIEC, Le prof Seralini et ses effets des OGM sur les rats dont on avoue que 6 ans plus tard, la tartufferie de l’étude et il y en a bien d’autres. Les études scientifiques doivent être impartiales et réalisées dans le cadre de protocoles sérieux. Or on s’aperçoit que beaucoup d’études scientifiques sont tendancieuses et financées par des lobbings. La sciences frise parfois la sorcellerie !!!

          • Il en est des scientifiques comme de tout homme. Mais si le système n’est pas parfait c’est quand même le moins mauvais que je connaisse.

Les commentaires sont fermés.