Ils sont prêts à voter des textes qui n’ont rien à envier aux lois antijuives

Publié le 20 juillet 2021 - par - 12 commentaires - 1 006 vues
Traduire la page en :

La classe politique au pouvoir veut imposer le vaccin anti-covid pour la population de la France entière.

Pour ce, ces politiciens sont prêts à voter des lois qui n’ont rien à envier aux lois antijuives en vigueur dans l’Allemagne des années trente : les Juifs étaient interdits de lieux publics, de fréquentation de magasins, de théâtres et d‘exercer des emplois.
Il va en aller de même dans la France de 2021 pour les citoyens qui ne seront pas vaccinés au sortir de cet été.

Pour ce, ils sont prêts à créer une caste de sous-citoyens qui auront perdu leurs droits civils et leurs droits fondamentaux au travail avec la rémunération qui y est attachée et la liberté de circuler, donc leur liberté d’être.
Tout cela pour quoi ???

Ce n’est pas tant le vaccin ni la vaccination qui pose problème, mais cette obligation de vaccination qu’ils veulent imposer à tout prix, y compris celui du déshonneur.
On nous parle de vaccins et d’autorisation de mise sur le marché.
La propagande médiatique fasciste de grande écoute matraque en masse avec de multiples intervenants, experts, politologues, influenceurs, etc. pour pousser à la vaccination et stigmatiser avec une haine jamais vue depuis Hitler toute une partie de la population d’un pays, ici les non vaccinés.

Or leurs discours moralisateurs passent sous silence certains éléments qui peuvent changer la manière d’appréhender l’obligation vaccinale.
Ceux qui se lèvent contre cette obligation pourraient bien avoir juridiquement raison, et il est sidérant que le Conseil d’État n’ait pas engagé de réflexion sur ce point.
Ainsi est-il utile de rappeler que les vaccins n’ont jamais reçu d’autorisation de mise sur le marché tout court contrairement à ce que laissent accroire les politiciens, les mandarins et les journalistes de la propagande fascisante, mais seulement des autorisations conditionnelles.

Le site de l’ANSM nous donne la définition de l’autorisation conditionnelle :
« une AMM conditionnelle permet l’autorisation de médicaments qui répondent à un besoin médical non satisfait avant que des données à long terme sur l’efficacité et la sécurité ne soient disponibles. Cela est possible uniquement si les bénéfices de la disponibilité immédiate du médicament l’emportent sur le risque inhérent au fait que toutes les données ne sont pas encore disponibles. L’AMM conditionnelle rassemble tous les verrous de contrôles d’une autorisation de mise sur le marché standard pour garantir un niveau élevé de sécurité pour les patients.

Une fois qu’une AMM conditionnelle a été accordée, les laboratoires doivent fournir les données complémentaires provenant d’études nouvelles ou en cours dans des délais fixés par l’EMA pour confirmer le rapport bénéfice / risque positif.
Une AMM conditionnelle est accordée pour un an et peut être renouvelée. Lorsque les autorités européennes ont reçu et évalué toutes les données complémentaires exigées, l’AMM conditionnelle peut être convertie en une AMM standard ».

https://ansm.sante.fr/dossiers-thematiques/vaccins-autorises

Récapitulons ainsi pour les vaccins autorisés conditionnellement :
Une autorisation de mise sur le marché a été octroyée à Pfizer le 21 décembre 2020 jusqu’en décembre 2022. Le rapport final de l’étude clinique devrait être remis en mai 2023.
https://www.afmps.be/fr/news/coronavirus_la_commission_europeenne_delivre_une_autorisation_de_mise_sur_le_marche

Pour Moderna, l’autorisation a été donnée le 6 janvier 2021 jusqu’en janvier 2023. Le « rapport final de l’étude clinique » serait remis en octobre 2022.
Pour les deux autres vaccins, l’autorisation de mise sur le marché est également conditionnelle.

Le vaccin AstraZeneca a été autorisé conditionnellement le 29 janvier 2021.
https://www.apmnews.com/depeche/0/362759/covid-19-le-vaccin-d-astrazeneca-obtient-une-amm-europeenne-conditionnelle
Le vaccin Johnson & Johnson, le 11 mars 2021.
Pour AstraZeneca, les « rapports d’étude cliniques finaux » seraient attendus le 31 mai 2022.
Ceux du vaccin Johnson & Johnson seraient attendus en 2023.
Tous ces vaccins sont donc en phase 3 d’évaluation, dit autrement, c’est toute la population mondiale incitée à la vaccination qui peut s’assimiler à un panel d’expérimentateurs.
Bien entendu il y a eu des études préalables, le rapport bénéfice/risque a été longuement pesé avant de délivrer ces autorisations conditionnelles et l’urgence mondiale est à prendre en compte.

Ce n’est pas tant la vaccination par elle-même ni le choix de chacun de se faire vacciner ou pas qui est en cause ici, mais cette manière d’obligation du Gouvernement français qui est totalement inacceptable, les vaccins étant toujours juridiquement en phase d’évaluation et en attente de résultats définitifs à venir.

Ainsi toutes les mesures envisagées, validées par le Conseil d’État, vues ainsi, prennent une dimension léonine à laquelle la propagande ne renvoie jamais qui conduit à faire des réfractaires non pas des vaccinés mais des membres d’un panel d’expérimentateurs contre leur gré de vaccins dont les conclusions définitives d’innocuité ne sont pas attendues au mieux avant 2022 ou 2023.
Or qu’en est-il juridiquement des incertitudes et des risques ??
Le principe de précaution a été inscrit dans notre Constitution.
Toutefois le Conseil constitutionnel ne considère pas que le texte tel que rédigé puisse s’appliquer aux traitements médicaux :
« Le principe de précaution vise le risque environnemental. Il se peut, certes, que ce risque environnemental se traduise par des risques sanitaires ; dans ce cas, ces risques sanitaires sont pris en compte. Mais les risques sanitaires indépendants de facteurs environnementaux ne sont pas visés par l’article 5 de la Charte. Les risques inhérents à un traitement médical ou à l’administration d’un médicament nouveau ne relèvent pas de l’article 5 ».

https://www.conseil-constitutionnel.fr/les-membres/le-principe-de-precaution-devant-le-conseil-constitutionnel

Or s’agissant d’une obligation de vaccination imposée à toute une population, la question pourrait toutefois se discuter : il ne s’agit plus seulement de la santé humaine de quelques personnes, mais de la santé publique de toute une nation.
Comme il est confirmé que les vaccins contre le Covid qui font l’objet d’une autorisation conditionnelle sont considérés comme en phase 3, donc en phase d’étude :
https://www.rtbf.be/info/societe/detail_les-vaccins-contre-le-coronavirus-sont-ils-toujours-en-phase-3-les-vaccines-sont-ils-des-cobayes?id=10803945

L’arrogance à vouloir imposer et obliger, avec de plus des règles iniques qui conduisent à créer une caste de sous-individus dans notre pays au XXIe siècle devient une flagrante et manifeste violation de droits de la personne et de son corps sans son consentement.
En effet, puisque des résultats définitifs sur l’innocuité des vaccins ne sont pas attendus avant au mieux 2022 ou 2023, le consentement éclairé de la personne qui doit expérimenter le vaccin est un droit fondamental.
On pourrait à la rigueur admettre qu’il en aille autrement avec un taux de létalité de 40 à 99 %, or la Covid-19 a un taux de létalité reconnu de moins de 1 % en France :

https://www.academie-medecine.fr/covid-19-interpretation-des-donnees-de-morbidite-et-mortalite/

Ainsi on voudrait que 10 à 15 millions de réfractaires prennent un pari sur leur santé future pour une maladie dont le taux de létalité actuel est largement acceptable dans une société pourvue d’infrastructures sanitaires modernes : on doit estimer que la balance penche en faveur de ceux qui veulent prendre leur risque.
Or si le consentement est nécessaire, il ne peut donc y avoir d’obligation de la part des autorités, l’un exclut l’autre.

Il serait également utile de savoir si les gens déjà vaccinés ont été parfaitement informés sur l’évaluation toujours en cours des vaccins qu’ils ont reçus, et vérifier si leur consentement n’a pas été pris en défaut par manque d’information, ou par peur distillée par le gouvernement.
Il serait des plus amusant si le gouvernement et les mandarins persistaient dans leur volonté d’imposer la vaccination avant les résultats définitifs, et si ceux-ci révélaient certains effets indésirables plus ou moins graves, de les voir traînés devant les cours de justice avec des demandes d’indemnisation et de rentes à milliards par plusieurs milliers ou dizaines ou centaines de milliers de plaignants.

Car ici il ne faudra céder sur rien. Ce ne sera pas au contribuable ni à la collectivité de payer, mais aux seules personnes physiques, politiciens et mandarins, qui auront rendu obligatoire, directement ou indirectement par des lois d’exclusion de vie sociale, la vaccination.
Pour en finir en beauté, un peu de rhétorique.
Un article paru sur le site « bien public », en réponse aux affirmations de monsieur Dupont-Aignan, voudrait laisser accroire que les vaccins ne sont pas en phase d’expérimentation au motif qu’il s’agit d’une procédure d’urgence habituelle et que « dans toute l’histoire des vaccins, jamais un produit n’a provoqué d’effets indésirables après deux mois, comme nous l’expliquions dans cet article ».

Pourtant ce même article précise que « Selon l’ANSM, ces analyses permettront par exemple d’obtenir des précisions sur “le maintien ou la baisse de la réponse immunitaire dans le temps, évolution de l’efficacité vaccinale plusieurs mois après la vaccination, la nécessité d’un rappel, l’efficacité sur des variants, la fréquence de survenue des effets indésirables”.
Toute l’art de la rhétorique doit être utilisé pour décoder et se poser des questions : s’agit-il d’obtenir des précisions sur la fréquence de survenue d’effets indésirables déjà connus, ou de nouveaux effets indésirables non connus au jour de l’autorisation conditionnelle ??
Toujours dans l’article, pour tenter de combattre monsieur Dupont-Aignan qui stigmatise l’absence de responsabilité des labos en cas d’effets secondaires à long terme, le rédacteur a une réponse édifiante et cite madame Pannier-Runacher.

Ici aussi il faut décoder la rhétorique de nos artistes du verbe, je vous laisse prendre connaissance de la réponse :
« Nicolas Dupont-Aignan, dans la vidéo, évoque une autre fausse information largement diffusée : il estime que les fabricants se “désengagent (sic) de toute responsabilité” en cas de problème.
Il fait référence aux pressions des laboratoires à l’automne, à qui l’on demandait des vaccins nombreux et rapidement. Ils avaient, à l’époque, demandé aux autorités européennes d’assumer une partie des risques financiers en cas de plaintes de patients.

Les contrats en question ne sont pas publics – ce qui a sans doute contribué à diffuser la rumeur. Pour la France, la ministre déléguée en charge de l’Industrie, Agnès Pannier-Runacher, répond qu’il existe “un seul cas de figure” qui pourrait contraindre l’Europe à payer : la survenue d’un épisode “nuisible”, “pas connu” ni des autorités ni du laboratoire ».
Dites-moi donc si je me trompe, mais un effet indésirable à plus ou moins long terme, c’est bien « un épisode nuisible pas connu ni des autorités ni du laboratoire » au moment de la signature du contrat, non ???
D’ailleurs, pourquoi ceux-ci ne sont-ils pas publics ?

Vous comprenez comme moi ou j’ai perdu toute faculté d’entendement ?
Le site « Bien public » et madame Pannier-Runacher ne disent donc pas autre chose que ce qu’affirme monsieur Dupont-Aignan, avec des circonvolutions certes : en cas d’effets indésirables non connus au moment de la signature des contrats, c’est bien l’Europe qui paye, pas les labos.

https://www.bienpublic.com/sante/2021/07/07/non-les-vaccins-ne-sont-pas-experimentaux-(et-leurs-fabricants-en-sont-responsables)

Jean d’Acre

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Notifiez de
Patapon

L’inviolabilité de nos corps est garantie par notre Constitution.Nos persecuteurs savent que nos lois fondamentales leur interdisent d’agir autrement que par la peur et la duplicité.Le consentement au vaccin doit être libre et éclairé.Notre refus est libre et éclairé.Fin de la discussion.RESISTANCE.LIBERTE.

DANY BARTHOUIL

Je ne comprends pas la réactions des instances juives ! la discrimination par la vaccination est la même que celle contre les juifs . On parle de discrimination , c’est tout , et cela n’a rien d’injurieux , au contraire !!!

DANY BARTHOUIL

Cerise sur le gâteau : les femmes enceintes doivent être vaccinées avec leur mystérieux produit pas fini , en expérimentation ….même ces foetus doivent être traités , à l’aveugle , avec le produit concocté par des apprentis sorciers !

icarius

Pour quelles raisons faut-il se faire “vacciner”? Sans vaccin, il faut porter le masque, il faut observer la distanciation sociale, ne pas être trop nombreux en salle de spectacle. AVEC la vaccination, il faut porter le masque, il faut observer la distanciation sociale, respecter un quota dans les salles de spectacle…AVEC les deux doses de “vaccin” idem…Et maintenant ces voyous nous parlent d’une 3è dose, d’une 4è vague, d’un confinement prochain…ALORS…ça sert à quoi de recevoir ces injections de produits nocifs non reconnus médicalement (autorisation en fin 2023, après séries de tests) A mon avis, étant donné les intentions morbides de nos dirigeants mondiaux, il y a de fortes probabilités que nous soyons à l’aube d’un gigantesque holocauste de la population mondiale…

Patrick Verro

Peut-être que pour ne pas l’occasion aux adorateurs de la Licra de s’énerver et de tenter d’établir une sale controverse dans la plus belle des mauvaise foi, aurait-il mieux valu se référer à d’autres cas historiques de création de citoyens de seconde zone comme les indiens d’Amérique, les parias de l’Inde et les noirs ‘Afrique du Sud ?

Hagdik

Vous devriez cesser avec l’étoile jaune C’est plus qu’excessif et inapproprié.

Rahuel

Bonjour, vous oubliez juste cher Monsieur ou……. chère Madame, que si vous vous réclamez comme moi héritier des enseignements de Jésus Christ, alors vous êtes également comme lui l’était…..Juif! Ce faisant, porter l’étoile de David pour les mêmes interdictions que celles imposées jadis dans un pays voisin du notre, ne relève d’aucune contradiction ni blasphème ! Si vous persistez á vous prétendre plus Chrétien que Juif, alors relisez St Augustin. Bien á vous.

bernard

allez dire cela aux juifs en israel qui manifestent avec des panneaux apartheid et des étoiles jaunes !
visiblement ils ne trouvent pas cela excessif !

sachez que l’étoile jaune est apparue AVANT les camps de concentration et l’extermination.

c’était un début et nous vivons le même !

zéphyrin

ne sous estimez pas la résistance passive des personnes vaccinées dites “fragiles” qui feront demi tour face à une obligation de pass sanitaire….
pas de cinéma pendant 2 mois ? la belle affaire, on s’en est bien passés pendant des mois. Pas d’hyper, super marchés galeries marchandes ? C’est ma petite épicerie qui va être contente de me voir plus souvent !
par contre les activités entre personnes de même génération “fragile” où les jeunes ne viennent pas ou très peu, et où nous sommes presque tous vaccinés…allez on leur fera ce petit plaisir…on ne peut pas se priver de tout , mais on peut être un peu solidaires, ça coûte finalement assez peu.

Rems

Merci pour ces infos ça peut servir !

DANY BARTHOUIL

AMM conditionnelle ou pas , le problème est, maintenant, le scandale de vacciner avec des produits fabriqués avant l’apparition du Delta , inefficacité prouvée par les contaminations en GB et Israël ,pays vaccinés massivement contre le 1er Corona virus remplacé par le mutant. Écoulement des stocks ? Comme dans l’affaire du sang contaminé ?

tauceti

juste des cas de fibrose pulmonaire assez frequents vaccines essoufles au moindre effort plus toutes sortes de maladies pour des vaccins efficaces a 40P100 la suite ne va pas etre joyeuse crime contre l humanite

Lire Aussi