1

Ils veulent nous reconfiner… en laissant les frontières ouvertes !

Taïwan, Chine, Vietnam, Corée du Sud.
Voilà le quarté gagnant dans la lutte contre la pandémie actuelle de coronavirus, quatre pays qui ont su préserver leur économie (cf article sur le Vietnam, en note).
USA et Europe, voilà tous les pays qui ont tout perdu car incapables de prendre les bonnes décisions qu’il fallait pour enrayer la pandémie et préserver leurs économies.

Prenons le cas typique de la France qui a été de Charybde en Scylla dans sa gestion de la crise à cause de la bande de pieds nickelés qui ont réussi le tour de force de ruiner le pays en 10 mois.
Confinement total de mars à mai 2020.
Un bon confinement suffisait normalement à totalement enrayer complètement l’épidémie.
J’ai bien écrit et je le maintiens : COMPLETEMENT !

Un confinement de 67 millions d’habitants pendant plus de deux mois devait largement suffire pour venir à bout de ce virus : puisque toute personne reste contaminante pendant 10 à 15 jours, au bout de deux mois il ne devait rester plus aucun contaminé.  Puisque tout le monde, soit était guéri seul dans son coin, ou alors non contaminé, seul aussi dans son coin.
Contaminés guéris ou non contaminés pouvaient alors se retrouver aux terrasses de cafés pour fêter la Libération comme en 1944 et s’étourdir des beaux jours.
Pourquoi cette simple et heureuse conclusion n’est-elle jamais survenue ???

Les frontières
Parce que les guignols au pouvoir ont toujours laissé les frontières ouvertes à tous vents et à toutes migrations, qu’elles soient légales ou illégales.
Ainsi les restaurateurs, les cafetiers, les théâtres, les stations de ski, les événementistes et organisateurs de festivals, des dizaines de milliers de chefs d’entreprises et d’auto-entrepreneurs et des centaines de milliers de salariés et d’étudiants vont aller à la soupe populaire parce que les pieds nickelés guignols au pouvoir actuellement ont été incapables de fermer les frontières.

Les quatre pays asiatiques gagnants ont su mettre tout simplement en place une fermeture hermétique de leurs frontières avec instauration d’une quarantaine impérative et surveillée de toute personne désirant entrer sur leur territoire.

Confiner, maintenant pendant plus de 10 mois, toute une population ne sert à rien si vous laissez les virus entrer par les personnes qui passent nos frontières, c’est aussi simple que cela.
C’est comme si vous mettiez des cataplasmes sur dix petites voies d’eau sous la ligne de flottaison du navire en oubliant la principale, la plus grosse.
Tenez, on vient de le voir à Marseille tout récemment : nos arlequins politico-scientifiques au pouvoir viennent de s’apercevoir de l’existence d’un cluster avec le variant anglais à la suite d’une réunion familiale de britanniques à Noël !

Mais, si ces sujets de sa Majesté, avaient été bloqués en quarantaine à nos frontières avant de pouvoir librement circuler, il n’y aurait jamais eu de cluster à Marseille.
Si on avait obligé à des quarantaines strictes tout entrant dans notre pays par air, terre ou mer depuis mai 2020, aucune de ces nouvelles vagues ne serait survenue.
Pour les travailleurs frontaliers ??? Mais ceux-là qui oeuvrent en Suisse, en Allemagne, au Luxembourg ou en Belgique, en Espagne, à Monaco ou en Italie, leur sort aurait été réglé en fonction de l’attitude de ces pays et territoires.

Si l’Allemagne par exemple, pendant que la France fermait ses frontières en demandant un effort de confinement strict à ses citoyens, continuait de laisser les siennes ouvertes à tous vents sans organiser de quarantaines, et bien, le travailleur frontalier avait le choix : soit rester en France jusqu’à ce que l’épidémie soit définitivement et mondialement enrayée, soit rester en Allemagne pendant le même laps de temps.

Gérer, c’est faire des choix en permanence, et le confort de quelques milliers de travailleurs frontaliers ne doit rien peser face à la ruine d’une Nation comme celle qu’a provoquée notre classe politique actuelle.
Début janvier, Monsieur Estrosi, pour limiter la circulation du virus dans la région niçoise, ne réclamait qu’un contrôle strict des frontières avec l’Italie, Monaco et l’aéroport international de Nice.
La réponse du préfet est une insulte à l’intelligence : il a avancé l’heure du couvre-feu de 20 heures à 18 heures pour les habitants des Alpes-Maritimes, laissant les grandes voies d’invasions extérieures toutes grandes ouvertes.

Mais ça sert à quoi de se confiner à 18 heures au lieu de 20 heures si le virus arrive à plein dans avions-cargos, coffres de voitures, cars de touristes et travailleurs frontaliers toute la journée ???
Tout simplement, ça sert à finir de ruiner les plagistes et bistrotiers de Nice, de Cannes et d’Antibes ! Madame la Comtesse de l’Elysée, c’est exclusivement à ça que ça sert : finir de ruiner le pays et ses travailleurs.

Car, même au pire d’une quarantaine imposée à l’international, tous les secteurs d’activités liées aux vacances et aux loisirs pourraient largement s’en sortir par le seul tourisme intérieur.
Finalement, je me demande si nous avons vraiment affaire à des guignols et des pieds nickelés !
Le guignol et le pied nickelé, c’est au fond le brave type qui est animé par des bonnes intentions, un peu innocent dans une certaine acception du terme, à qui le hasard des choses fait toujours foirer ses entreprises. On pardonnerait presque par compassion, quoi…

Mais, avec les « ceuss » au pouvoir actuellement, avec une telle accumulation de conneries et d’imbécilité, on ne peut plus écarter l’hypothèse qu’au lieu de l’effet de mauvais hasards tombant sur les épaules de niais du chihuahua, on ne serait pas face à un plan mûrement réfléchi et concerté pour tuer la France.
Je vous laisse méditer mes doutes…

Jean d’Acre

https://www.latribune.fr/economie/international/la-croissance-malgre-la-pandemie-le-miracle-vietnamien-869468.html