Ils veulent que 210.000 chibanis deviennent français : pourquoi ?

referendum1Ainsi donc, dans une discrétion toute d’opacité vêtue et au travers d’un simple « cavalier » (amendement) glissé subrepticement dans la loi sur l’adaptation de la société au vieillissement, la Gauche Précaire s’apprête à conférer la nationalité française à « quelques milliers » de Chibanis, vieux travailleurs immigrés, retraités sur notre sol. Dont nombre d’Algériens, Marocains et Tunisiens.

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/09/18/01016-20140918ARTFIG00073-polemique-sur-la-naturalisation-facilitee-pour-plus-de-200000-chibanis.php

Démarche empreinte d’une générosité certaine.

Dans le détail, les choses diffèrent quelque peu :

– Les « quelques milliers » correspondraient en fait à 210.000 impétrants potentiels. Mais il est vrai que dans « ordre de grandeur », il y a « ordre » et « grandeur ». Gênant, donc.

-La « francisation » de ces braves gens, par ailleurs tout à fait respectables dans leur grande majorité, découlerait d’un raisonnement parfaitement surréaliste : ils deviendraient français parce qu’eux-mêmes parents de Français. Outre le droit du sol, voici venir le droit du sang à l’envers. C’est le fils qui donne la nationalité au père. Original.

Bref, « Français » ne sera plus une nationalité mais une maladie contagieuse, type Ebola. Qu’un seul la chope, toute la famille est contaminée.

Mais bon. La chasse à l’électeur socialiste, devenu denrée rare, est déclarée ouverte toute l’année. Seraient des monstres d’ingratitude ceux qui, et leur famille, ne remercieraient pas leurs bienfaiteurs par le bulletin approprié.

Mais l’arnaque majeure se situe ailleurs.

Nous vous répétons à l’envi, bande de béotiens, philistins, « illettrés », que l’immigration, ça rapporte. Financièrement.

Peu doit nous chaloir que Grande-Bretagne, Danemark, Suède, etc, revenus partiellement à la lucidité, dressent un bilan comptable totalement négatif quant à la présence des nouveaux arrivants. Peu importe si la très décentralisée Suisse voit plusieurs de ses communes en quasi-cessation de paiement suite à l’entretien de « réfugiés ». L’indigent rapport de l’université de Lille II, Aymeric Caron et Thomas Guénolé vous le martèlent : Chez nous, ça paie.

Et ça va payer encore plus. Beaucoup plus.

Attribuons une petite retraite moyenne à ces anciens, 800 Euros par mois.

800 Euros X 12 (mois) X 200.000 = 1,92 milliard annuel.

Somme rondelette qui, d’un coup de baguette magique, quittera la rubrique « Coût de l’immigration » pour rejoindre sa voisine, « débit des retraites françaises ». Donc pratiquement quatre milliards en jeu.

Même chose, même principe, mêmes calculs pour les frais de santé, qui augmentent exponentiellement avec l’âge.

Bref, les sommes transférées d’un chapitre à l’autre atteindront des sommets que seuls un guide de haute montagne ou un Sherpa pourraient appréhender.

La maestria de nos dirigeants confine au génie.

Jacques Vinent

image_pdfimage_print