Imaginez des intégristes catholiques détruire les menhirs païens de Carnac…

Publié le 8 mars 2015 - par - 1 225 vues
Share

Guerreoccident1« La nouvelle vient de tomber : des intégristes catholiques, appréhendés depuis par les enquêteurs, auraient récemment dégradé, voire déchaussé pour certains d’eux, plusieurs menhirs des alignements de Carnac, dans le Morbihan en Bretagne. Les suspects auraient motivé leurs actes ainsi : ces alignements mégalithiques, dont certains datés de 4000 à 3500 ans avant J.-C., célèbrent des cultes païens qui sont autant d’injures faites au Christ. Leur destruction, toujours selon les suspects, relève du devoir de tout bon chrétien. »

Rassurez-vous, ceci n’est qu’une fiction ironique ! Tout va bien à Carnac ! Pas à Nimroud…

Qu’est-ce que c’est que Nimroud ? Une cité de l’antique Assyrie, vieille de plusieurs millénaires – mentionnée dans la Bible sous le nom de  Kalakh – et, à l’heure où j’écris ces lignes, rasée par les sous-hommes de l’Etat islamique, après avoir détruit les œuvres du musée de Mossoul quelques jours plus tôt. Dignes d’une plaie d’Egypte !

La même Egypte où certaines autres sauterelles islamiques se proposent d’effacer toute trace des Pharaons. Un leader salafiste, Murjan Salem Al-Gohary, a ainsi déclaré sur une chaîne de télévision égyptienne que : « Il incombe à tous les musulmans d’appliquer les préceptes de l’Islam ordonnant la destruction de ces idoles, comme nous l’avons fait en Afghanistan en détruisant les statues de Bouddha. »

L’Assyrie c’est loin, très loin. Cependant, c’est dans cette région du monde qu’est née l’écriture cunéiforme – vraisemblablement inventée par les Sumériens. Ecriture pleine de subtilités et surtout à l’origine de la nôtre. Voilà ce que nous devons à des civilisations dont les fanatiques illettrés de l’EL effacent la moindre trace sur leur passage. Aujourd’hui l’Assyrie, demain la Chrétienté !

Ces djihadistes qu’il faut déconditionner – avec un succès plutôt douteux pour le moment ! –, qui les empêchera de briser telle statue antique dans un musée ; tel tympan de cathédrale ; de lacérer tel tableau parce qu’il exhibe une femme impure à double titre : nue et déesse ?

L’Unesco vient de tirer la sonnette d’alarme et demander une réunion de crise de l’ONU pour protéger un patrimoine qui, de fait, appartient à l’humanité. Et pourtant…les réactions sont molles, chacun inconscient que la destruction du patrimoine culturel entraînera celle des peuples qui s’en réclament.

Chez nous, cette destruction culturelle a déjà commencé depuis des années dans les écoles, collèges et lycées, où l’on efface l’Histoire de notre Nation pour lui substituer un amalgame de mensonges éhontés. Non, l’islam n’a en rien contribué à la civilisation européenne, laquelle s’est construite avec le christianisme et sur les ruines de l’antiquité grecque et romaine. Car l’islam est figé, ce qui contrevient à toute idée de culture. Une culture évolue nécessairement où elle meurt.

Aujourd’hui, hélas, on s’émeut plus d’un sextoy géant dégonflé sur une place parisienne – sextoy qui est l’expression parfaite de l’indigence artistique de nos société vidées de leur substance créatrice de jadis – que du massacre perpétré par l’Etat islamique sur des œuvres qui sont autant de traces d’une continuité civilisationnelle que nie absolument l’islam. L’islam c’est : « Rien avant moi et rien qui ne soit pas moi. » Dit autrement, l’islam c’est notre néant.

Ce néant nous grignote lentement, et le dernier Valeurs actuelles le démontre très bien dans son dossier « Pacte avec le diable, ces politiques complices de l’islam », en évoquant la ville de Roubaix, où les traces de notre identité culturelle sont effacées par la force.

Lorsqu’une statue assyrienne s’effondre sous les coups de marteaux islamiques, c’est la Vénus de Milo qui tremble sur son socle !

« La culture, c’est la mémoire du peuple, la conscience collective de la continuité historique, le mode de penser et de vivre. » (Milan Kundera)

Charles Demassieux

 

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.