Immigration africaine = baisse du QI = régression de l'Europe

Article paru sur le site Breizh-info.com sous le titre Richard Lynn : « Mes travaux sur les différences raciales de QI pourraient nuire à certaines minorités » [Interview]. J’y ai apporté quelques petites modifications. Par exemple,  ce titre qui donne à penser que toute immigration entraîne une baisse du QI du pays d’accueil, alors que seulement certaines populations immigrées provoquent une chute d’intelligence nationale. (Julien Martel).
À lire, relire et rerelire pour 1) comprendre et 2) être capable d’expliquer que l’immigration afro-musulmane ne provoquera pas seulement un simple changement de couleur de peau, mais aussi et surtout la destruction complète et totale de l’Europe, des peuples européens et de la civilisation européenne. 
En France, le scientifique Richard Lynn commence à être connu depuis peu dans la presse grand public, notamment en raison de la polémique née autour de la « Carte du QI » ou carte des quotients intellectuels moyens par pays, réalisée à partir de ses travaux.

Une carte politiquement très incorrecte, et des travaux scientifiques qui le sont tout autant et qui ont valu à son auteur une mise au ban d’une partie (d’une partie seulement, idéologiquement marquée elle aussi) de la communauté scientifique.
Pourtant, Richard Lynn, loin d’être un « idéologue du suprémacisme blanc », est avant tout un chercheur et un scientifique, auteur de nombreuses études sur la question de l’intelligence, des différences raciales et comportementales chez l’être humain. (Présentation plus complète ici).

Jusque là, si quelques journalistes ou acteurs du web francophones ont évoqué Richard Lynn et ses travaux sur le QI, personne n’est allé l’interroger, lui, pourtant le principal intéressé. C’est ce que Breizh-info a fait et les recherches de ce scientifique sont si importantes pour la compréhension du monde que j’ai décidé de republier illico cette interview sur RL.
Attention, certains propos pourront heurter des lecteurs peu habitués à ce que les thématiques des races et du QI soient abordées avec autant de détachement, ce qu’exige pourtant la science, mais que les idéologues en France ont du mal à admettre…
Dit autrement, certains lecteurs auront à surmonter les réflexes de Pavlov antiracistes profondément ancrés que la propagande gauchiste a installés en eux au moyen de conditionnements quotidiens et intensifs depuis leur naissance.

Breizh-info.com : Quand avez-vous commencé à vous intéresser aux notions d’intelligence et de différences entre ethnies ?
Richard Lynn : C’est en 1977 lorsque j’ai découvert que l’intelligence des Japonais était supérieure de 3 points de QI à celle des Américains blancs. Jusqu’alors, pratiquement toutes les discussions sur les différences raciales en matière d’intelligence avaient porté sur le problème de savoir pourquoi les Américains blancs et les Britanniques avaient un QI plus élevé que les autres peuples, et cela était généralement attribué au fait que les tests étaient biaisés en leur faveur. Cette découverte m’a amené à me demander si les autres peuples d’Asie du Nord-Est (Chinois et Coréens) avaient un QI plus élevé que celui des Européens. J’ai commencé à rassembler des études sur ce sujet et j’ai découvert que c’était le cas.
Breizh-info.com : Quelles sont vos conclusions en matière de QI et pourquoi sont-elles contestées par d’autres scientifiques ?
Richard Lynn : Ma découverte la plus importante est ce que j’ai appelé « la théorie des hivers froids » pour expliquer l’évolution des différences raciales en matière d’intelligence. Cette théorie explique la relation entre les QI des races et la froideur des hivers. Ainsi, les Asiatiques du Nord-Est ont dû survivre aux hivers les plus froids et ont développé les QI les plus élevés (105), suivis par les Européens (100), les Nord-africains et les Sud-Asiatiques (84) et les Africains subsahariens (70). J’ai proposé cette solution pour la première fois en 1991 et elle a été largement acceptée.

Les conclusions ne sont pas contestées par d’autres scientifiques qui ont des connaissances sur ce sujet du QI. Il a d’ailleurs été récemment démontré par le professeur Heiner Rinderman que 83 % des scientifiques qui ont des connaissances sur ce sujet sont bien convaincus que le faible QI moyen en Afrique subsaharienne s’explique en partie par des bases génétiques.

Breizh-info.com : Dans vos études sur le QI, vous avez tiré quelques conclusions selon la géographie. Mais qu’en est-il, par exemple, des Asiatiques vivants aux États-Unis ? Ou des Noirs vivant en Europe ? Ou des Blancs en Afrique du Sud ? Les tests de QI sont-ils vraiment adaptés pour l’Asie, pour l’Afrique ou pour d’autres pays et pas seulement pour les pays blancs qui les ont fabriqués ?
Richard Lynn : Je donne les QI de tous ces groupes dans mon livre Race Differences in Intelligence, publié en 2015. Ces tests sont parfaitement adaptés pour toutes les autres races.
Breizh-info.com : Vous avez également travaillé sur les différences entre les sexes en matière d’intelligence. Comment avez-vous procédé ?
Richard Lynn :  Dans tous les domaines d’études et de recherches scientifiques, il est souvent question de croyance. Si tous les anciens étudiants sont d’accord sur quelque chose, nous le tenons pour acquis. Tous les experts au lendemain de la Première Guerre mondiale avaient déclaré qu’il n’y avait pas de différence entre les sexes en matière d’intelligence. Dans les années qui ont suivi, de nombreux universitaires que je respectais ont répété cela en boucle.
Par exemple, Herrnstein et Murray ont écrit dans The Bell Curve que « L’histoire constante a été que les hommes et les femmes ont des QI presque identiques ».
Je n’avais aucune raison de douter de ce consensus, mais en 1992, mes certitudes se sont ébranlées lorsque Dave Ankney et Phil Rushton, indépendamment, ont publié des articles montrant que les hommes ont un cerveau plus gros que les femmes, même lorsque ces mesures sont contrôlées en fonction de leur taille et de leur poids. Il était évident que ces résultats posaient un problème. Il est bien établi que la taille du cerveau est positivement liée à l’intelligence via une corrélation d’environ 0,4. Comme les hommes ont un cerveau plus gros que celui des femmes, les hommes devraient avoir un QI moyen plus élevé que celui des femmes. Pourtant, tous les experts avaient convenu que les hommes et les femmes avaient les mêmes QI…
J’ai été confronté à ce problème pendant environ six mois. J’ai étudié la question. Puis, j’ai enfin trouvé la solution. Lorsque j’ai examiné les études relatives à l’âge des échantillons testés, j’ai constaté que les hommes et les femmes avaient la même intelligence jusqu’à l’âge de 15 ans, comme ce qui était déclaré. Puis j’ai découvert qu’à partir de l’âge de 16 ans, les hommes commencent à présenter des QI plus élevés que les femmes et qu’à l’âge adulte, la différence atteint environ 5 points de QI, ce qui est tout à fait cohérent avec la taille moyenne des cerveaux. J’ai publié ces conclusions dans mon livre appelé the Ankney-Rushton anomaly en 1994.

Breizh-info.com : Vous ne cachez pas votre inquiétude face à ce que vous appelez l’immigration dysgénique et face au Grand Remplacement auquel les Blancs seraient confrontés en Occident. Dans l’état actuel des choses, quelle est l’ampleur de ce que vous estimez être une menace, notamment pour nos QI ?
Richard Lynn : En 2016, Rindermann et Thompson ont démontré par calcul que l’intelligence des immigrés dans tous les pays européens était inférieure de 6 points de QI en moyenne à celle des populations autochtones. D’autres données confirmant cette conclusion pour un certain nombre de pays économiquement développés ont été rapportées par Woodley of Menie, Peñnaherrera-Aguire, Fernandes & Figueredo en 2017.
On peut cependant prévoir que dans les décennies à venir, les migrants d’Afrique subsaharienne continueront à essayer d’entrer en Europe. La population de l’Afrique subsaharienne a connu une énorme augmentation, passant d’environ 230 millions en 1960 à environ un milliard en 2018, et elle continuera probablement à augmenter. Les taux élevés de chômage et de pauvreté dans toute l’Afrique subsaharienne devraient se poursuivre et, inévitablement, un grand nombre de personnes chercheront à améliorer leur vie en Europe et beaucoup y parviendront.
Stephen Smith a prédit dans son livre de 2018 que dans 35 ans, il y aura probablement entre 150 et 200 millions d’Africains subsahariens en Europe, soit environ un tiers de la population.

Il se peut que l’Espagne s’oppose de plus en plus à cette immigration, mais même si elle fermait ses frontières aux migrants, ceux-ci trouveraient d’autres moyens d’entrer en Europe. Beaucoup d’entre eux seront acceptés comme demandeurs d’asile et la plupart de ceux dont la demande d’asile est rejetée resteront, car il sera impossible de les expulser. En Grande-Bretagne, seules 40 % des personnes dont la demande d’asile a été rejetée depuis 2004 ont été expulsées.
Il est inévitable que dans toute l’Europe occidentale, le nombre de non-Européens augmente en raison de l’immigration et de leur plus grande fécondité, de l’arrivée continue de demandeurs d’asile, des entrées illégales et des mariages avec des Européens.

En Grande-Bretagne, la croissance de la proportion de non-Européens dans la population a été calculée en 2010 par le démographe David Coleman qui estime que les peuples autochtones passeront de 87 % de la population en 2006 à 56 % en 2056, et deviendront une minorité vers 2066. Kauffman a calculé en 2018, que la population autochtone tomberait à 32 % de la population en 2120 (NDLR : à ce sujet, voir cet article du DailyMail).
https://twitter.com/DVATW/status/1230619038012903425
https://twitter.com/dvatw/status/1151249803306831873
Des projections similaires concernant la croissance du nombre de non-Européens en Autriche, en Belgique, en Grèce, en Allemagne, en Italie et en Espagne, conduisant à ce qu’ils deviennent majoritaires dans la deuxième moitié du XXIe siècle, ont été faites par Ediev, Coleman et Sherbokov en 2013.
En Allemagne de l’Ouest, 42 % des enfants de moins de six ans étaient issus de l’immigration en 2018.
L’immigration aura également un effet dysgénique aux États-Unis où la plupart des immigrants sont hispaniques et environ deux tiers d’entre eux viennent du Mexique, où environ 9 % de la population est blanche, environ 60 % sont métis et environ 30 % sont des Amérindiens. Une méta-analyse de 39 études sur les Hispaniques adultes aux États-Unis, réalisées par Roth, Bevier, Bobko, Switzer & Tyler en 2001, a conclu qu’ils ont un QI moyen de 89. La faiblesse du QI moyen des Hispaniques est compensée dans une certaine mesure par le QI élevé des Asiatiques du Nord-Est (Chinois, Japonais et Coréens), mais Rindermann a calculé en 2018 que l’intelligence moyenne des immigrants aux États-Unis est inférieure d’environ 7 points de QI à celle de la population et réduit donc l’intelligence nationale. Cette tendance devrait se poursuivre, car la population hispanique devrait atteindre environ 60 millions de personnes en 2018 et devrait dépasser les 100 millions d’ici 2050.
Il y a également eu une immigration dysgénique au Canada. En 2006, M. Bélanger a montré dans une analyse du recensement de 2001 que l’indice synthétique de fécondité se situait autour de 1,5 enfant par femme depuis un certain nombre d’années et que les femmes ayant immigré au cours des dix années précédentes avaient 19 % de chances de plus que les autres femmes d’avoir eu un enfant au cours de l’année. Les Noirs, les Philippins et les Arabes présentaient le taux de fécondité le plus élevé, avec respectivement 60 %, 28 % et 22 % plus de chances que les Blancs d’avoir un enfant de moins d’un an. Les Chinoises, les Coréennes, les Japonaises et les femmes d’Asie occidentale étaient les moins fécondes. Dans un autre article publié en 2007, Bélanger donne le nombre d’immigrants comme suit : 1,1 million en 1981, 1,6 million en 1986, 2,5 millions en 1991, 3,2 millions en 1996 et 4,1 millions (13,4 % de la population) en 2001. En tenant compte de l’immigration et de la fécondité futures probables, il estime qu’en 2031, le nombre sera de 10 600 millions (27,4 % de la population). Il estime que, jusqu’en 2031, le nombre d’immigrants augmentera à un taux moyen de 32 pour mille par an, tandis que le reste de la population augmentera à un taux d’environ 2 pour mille par an.
L’immigration dysgénique a été moins problématique en Australie et en Nouvelle-Zélande. L’Australie a interdit aux navires transportant des migrants de débarquer et les a détournés vers des camps en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Les immigrants non-européens ont été principalement des Chinois et des Indiens qui, lors du recensement de 2006, représentaient 6 % de la population. Ces immigrants ont pour la plupart bien réussi en Australie, ils ne sont donc pas un problème dysgénique. Le problème dysgénique en Australie est la forte fécondité des Aborigènes, qui a entraîné une augmentation de leur nombre de 106 000 lors du recensement de 1961 à 517 000 en 2006. Le QI moyen de ces derniers est de 62.

En Nouvelle-Zélande, la proportion d’Européens a diminué de 1956 à 2001, passant de 94 % à 74 %, et la proportion d’Asiatiques a augmenté de 0 % à 6 %, comme l’a indiqué en 2010 l’Office statistique de Nouvelle-Zélande. En 2001, 56 % des Asiatiques étaient des Chinois, des Japonais et des Coréens, 26 % provenaient du sous-continent indien et les 18 % restants du reste de l’Asie. Il ne s’agit pas d’un problème dysgénique grave. Le principal problème dysgénique est l’augmentation de la proportion de Maoris de 6 % en 1956 à 16 % en 2001, en raison de leur forte fécondité, et des habitants des îles du Pacifique de zéro en 1956 à 10 % en 2001, en raison de l’immigration. Le QI moyen de ces derniers est de 90.
Breizh-info.com : Comment voyez-vous l’avenir proche de notre monde ?
Richard Lynn : Dans mon dernier livre, coécrit avec mon jeune collaborateur David Becker et intitulé The Intelligence of Nations, nous envisageons cinq scénarios sur l’avenir probable des nations et des QI nationaux.
Premièrement, dans les pays économiquement développés, la baisse des QI nationaux qui a été signalée dans un certain nombre d’entre eux se poursuivra en raison de la fertilité dysgénique et de l’immigration.
Le principal problème est le grand nombre de femmes de carrière au QI élevé et très instruites qui restent sans enfant. Il est probablement impossible d’introduire des politiques visant à augmenter la fécondité de ces femmes qui ont presque été éduquées pour ne pas avoir d’enfants. Il est également probablement impossible d’introduire des politiques visant à réduire la fécondité de celles qui ont un faible niveau d’intelligence.
En Europe occidentale, aux États-Unis et au Canada, l’intelligence diminuera également en raison de l’immigration dysgénique consistant en l’installation continue d’immigrés ayant une intelligence plus faible et une fécondité plus élevée que celle des populations d’accueil. Les mesures destinées à empêcher cela, comme la construction d’un mur le long de la frontière américano-mexicaine ou la tentative de restreindre l’immigration en Europe occidentale, seront inefficaces.
Le déclin de l’intelligence réduira la puissance économique, technologique, scientifique et militaire de ces pays.

Pour savoir ce que deviendra l’Europe, il faut regarder les pays d’où viennent les nouveaux « Européens »

Deuxièmement, les QI nationaux continueront à décliner en Europe de l’Est, au Japon, à Taiwan, en Corée du Sud, en Australie et en Nouvelle-Zélande en raison de la faible fécondité des femmes de carrière à QI élevé, mais le déclin ne sera pas aussi important qu’en Europe occidentale, aux États-Unis et au Canada, car dans ces pays, il y a peu d’immigration dysgénique.
Troisièmement, alors que l’Australie et la Nouvelle-Zélande ont connu une faible immigration dysgénique, leurs populations indigènes à faible QI continueront à croître en raison de leur forte fécondité. Il ne sera pas possible de réduire ce phénomène et cela aura un effet négatif sur leur QI national.
Quatrièmement, les QI nationaux continueront à augmenter dans les pays en développement économique. Il se peut qu’une certaine fécondité dysgénique entraîne une baisse de l’intelligence génotypique, mais celle-ci sera plus que compensée par les améliorations en matière de nutrition, de santé et d’éducation, comme ce fut le cas dans les pays économiquement développés pendant la majeure partie du XXe siècle. Les différences d’intelligence entre les nations économiquement développées et celles en développement seront donc réduites, bien qu’elles ne soient pas éliminées, car les populations des nations économiquement développées conserveront un avantage génétique, comme le montre la taille moyenne plus importante de leur cerveau.
Cinquièmement, la Chine a connu une fécondité dysgénique au cours du dernier demi-siècle. Malgré cela, il y a eu une forte augmentation de 15 points de QI dans l’intelligence des enfants chinois de 1988 à 2006, grâce à des améliorations dans les domaines de la nutrition, de la santé et de l’éducation, et le QI des enfants chinois en 2006 est estimé à 109,8. En 2016, le Conseil national des sciences a indiqué que la Chine avait dépassé les États-Unis pour le nombre d’articles publiés dans le domaine des sciences et des technologies.

Il est probable que cette avance s’accroîtra à mesure que l’intelligence en Chine continuera à augmenter, comme elle l’a fait dans d’autres pays en développement économique, grâce à de nouvelles améliorations de l’environnement. Il est également probable que l’intelligence en Chine augmentera avec la réduction de la pollution de l’air qui, à l’heure actuelle, nuit à l’intelligence dans de nombreuses villes.
Ainsi, alors que l’intelligence continue à se développer en Chine et à décliner en Europe et aux États-Unis, la Chine va probablement devenir la superpuissance mondiale dans la seconde moitié du XXIe siècle.
Résultat de recherche d'images pour "croissance chine"
Breizh-info.com : Pouvez-vous nous parler de la difficulté de faire votre travail et vos recherches, avec la pression des scientifiques minoritaires et idéologiques ? Vous avez perdu votre titre de professeur émérite à l’Université d’Ulster, pour quelles raisons ?
Richard Lynn : Parce que mes travaux sur les différences raciales de QI pourraient nuire à certaines minorités, tout simplement… Je n’ai aucune difficulté à faire mon travail, je reçois simplement des critiques auxquelles je réponds.
Le professeur Heiner Rindermann a par ailleurs récemment apporté une contribution à cette question du QI et des différences dans son livre de 2018 intitulé Cognitive Capitalism : Human Capital and the Wellbeing of Nations. Il donne des QI nationaux actualisés, qu’il préfère appeler capacités cognitives (CA), pour l’ensemble des 200 nations de toutes tailles dans le monde.
Propos recueillis par YV. Crédit photo : DR.
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine.
J. M. : J’ai modifié deux ou trois phrases, enlevé ou rajouté deux ou trois petites choses. J’ai aussi rajouté quelques illustrations pour pimenter l’entretien, pour mettre un peu d’ambiance dans la brousse.

image_pdf
0
0

93 Commentaires

  1. Les Chinois ne sont pas les plus intelligents ni les plus créatifs : ils passent des tests de QI depuis le plus jeune âge, voilà tout ! Et de toute façon, avec l’IA, il faudra bientôt être créatif pour s’en sortir, et cela vaut pour tout le monde, noir, blanc ou jaune..,

  2. Si jusqu’en 1900 on peut considérer l’évolution des Sociétés comme supérieures en Europe, ce n’est visiblement plus le cas dès 1914, puis 1939 et plus près de nous 1968 où notre civilisation initiera son propre déclin, accélérée depuis à chaque échéance. Le QI est une mesure bureaucratique de l’intelligence, rien à voir avec la capacité de combattre, ou de construire et de maintenir une communauté solidaire, qualité plus essentielles. Je pense que l’intelligence vient d’abord des soins et de l’éducation reçue dans la famille, des chances offertes par la Société de la développer. Au plan individuel il existe en effet de fortes variations, bien moins au niveau des moyennes par ethnie. De toute façon les problèmes liés à l’immigration viennent d’abord de l’incapacité des Etats à faire face.

  3. On fait comme dans le dessin animé le Coyotte. On marche dans le vide, et dès qu’on s’apercevra qu’il n’y a plus rien sous nos pieds, la chute sera vertigineuse …

  4. certains européens dis de « souche » ont de tel complexe identitaire qu’ils ont besoin pour exister virilement de rabaisser d’autres civilisation pour se rassurer ,y a que chez ses gens la qu’on parlent constamment de Q.I.

    • C’est typique des Anglo-Saxons. C’est eux qui ont mis ça à la mode. Ils sont connus en outre pour leur psychologie manichéenne qui consiste à séparer les choses en bonnes ou mauvaises, avec des individus forts et d’autres faibles (par exemple, en mâles alpha et mâles beta ou je ne sais plus quoi) et eux prétendent bien-sûr se situer sur le haut du pavé, et s’arrogent le droit d’exercer (sur les autres) ce qu’ils appellent « la destinée manifeste des Anglo-Saxons ».
      Le problème, ce n’est pas tant d’être intelligent, c’est de savoir quoi faire de son intelligence.
      Je répète que je ne suis pas gauchiste, je suis un blanc identitaire, opposé à l’immigration et aux immigrés, mais l’intelligence ne peut pas être seulement technique. Il faut aussi de la morale et de la philosophie.

      • @boule de gomme « l’intelligence ne peut pas être seulement technique. Il faut aussi de la morale et de la philosophie. », écrivez-vous.
        Je ne pense pas que l’intelligence dont vous parlez soit tout à fait la même que l’intelligence que mesurent les tests de QI. Ces tests ne font pas faire de dissertations d’histoire, français, philo, ne proposent pas de problèmes mathématiques, de dictées, ni ne demandent de proposer des expériences scientifiques ou de réaliser des constructions techniques…
        Ces 2 points de vue sur l’intelligence ne s’opposent pas, mais sont complémentaires.
        On pourrait dire que le QI permet de voir la voiture, la capacité technique brute, et que la morale, la philosophie, mais aussi la culture, l’expé et le bon sens en général sont le pilote, le copilote et le GPS.

  5. Ce sont les cons de Francais qui font rapatrier les africains pour nous égorger donc ce sont les gaulois au QI de merde les premiers fautifs. Les migrants barbares et sauvages profitent de leurs collaborations

  6. La Sélection naturelle s’est opérée par la présence, ou non, d’un cerveau, puis par sa taille. Celui de la race humaine a grossi au fil du temps.
    Ensuite par le nombre. Néandertal a disparu, car moins nombreux que Sapiens… mais plus intelligents. Une Préfigation de l’avenir ?
    Comme dans un précédent article, je proposais de superposer la carte des QI et celle des climats. (repris plus haut).
    En toutes circonstances, le Mélange n’améliore pas, il détruit l’Original !

    • L’homo « sapiens »… ce gros con !
      Il faut se retenir de rigoler en lisant ce mot latin.
      Souvenez-vous de ce que disait Cavana : « Et le singe devint con ».
      Voyez ce que dit la Bible : « Nul n’est intelligent, nul ne cherche Dieu ».

  7. C est le Qi des Français bien blanc qui les rapatrient et qui s assimilent aux gentils africains

  8. Comme vous le savez la majorité des africains subsahariens sont chrétiens et donc de culture judeo-chrétienne.
    Les européens chrétiens et les africains subsahariens sont de même religion et donc de même culture judeo-chrétienne.
    Il ne faut pas faire le jeu de nos ennemis qui tentent de diviser les chrétiens.
    Aujourd’hui même les pays d Europe de l Est réclame une immigration chretienne venu des différents continents ou region du monde (Afrique subshara, Asie,…)
    Dans les églises en Europe, aujourdhui, on voit des européens et des africains subsahariens prier ensemble.
    La communauté des chrétiens d Afrique subsahara et d Europe ne fait plus q une.

      • Non, car c’est au contraire la finalité de toute cette question sur l’intelligence.
        Dans quel monde voulons-nous vivre ? Les rapports entre les humains doivent-ils reposer sur le mépris des plus intelligents envers les moins intelligents ?
        Ce qui peut nous réunir – comme justement cette même foi dans le christianisme qui a été la base, le socle même de notre civilisation occidentale, n’est-il pas plus important qu’une différence d’aptitude intellectuelle entre les noirs et les blancs ?
        Je refuse l’immigration. Chaque chose à sa place, les Européens en Europe et les Africains en Afrique, mais s’il est vrai qu’il y a plusieurs races, n’oublions pas qu’il n’y a qu’un genre humain.

        • Dans quel monde voulons nous vivre? Oui c’est une bonne question.
          Je ne veut pas vivre dans un pays qui se métisse, perd son identité physique et intellectuelle, et qui par conséquent perdra totalement sa culture, sa civilisation évoluée, et même son art qui sublime son identité !
          Il n’y pas besoin d’avoir la moindre « haine » envers les autres races pour cela. Il suffit juste d’admettre la réalité biologique, qui saute d’ailleurs aux yeux de toutes personnes sensées. La moraline antiraciste actuelle est stupide et erronée, c’est une idéologie réactionnaire, comme son nom l’indique, qui fait suite à la seconde guerre mondiale, il est temps de tourner la page. Il suffit juste de se dire « chacun chez soi », et de ne pas encourager ni accepter les mélanges de populations.

    • Le fait d’etre chrétien n’a pas vraiment d(influence sur le QI et sur le capital génétique .Peu de chinois le sont

      • Oui. On peut comparer par exemple les Philippines et l’Indonésie.
        Ce sont deux pays ethniquement et génétiquement semblables. Ils sont issus d’un ancien mélange aujourd’hui homogène entre une vielle souche asiatiques de l’Est originaire du sud de la Chine qui a migré au sud au Néolithique, avec des peuplades autochtones de Négritos (australoïdes), d’où un QI moyen assez bas par rapport aux Chinois malgré une ressemblance physique partielle.
        Les deux pays ont des religions différentes, l’Indonésie est musulmane et les Philippines sont catholiques ! Mais leur QI moyen reste très semblable. Leur IDH et leur PIB par habitant sont aussi similaire.
        La Malaisie, surtout musulmane, est plus développée grâce à moins de mélange Négritos et un QI plus élevé, ainsi que le gaz et le pétrole.

  9. Peut-être que le langage est un structurant de la pensée .
    Et vice-versa .
    En tout cas les deux sont sûrement liés .

    • Bien-sûr que le langage structure la pensée ! Vous ne le saviez pas ? A votre avis, à quoi sert la grammaire ? qu’est-ce que la syntaxe ? qu’est-ce que la sémantique ?

  10. Article absurde. Quels sont les pays assez cons pour se faire envahir ? Sinon l’Europe de l’ouest ? En quoi un chasseur-cueilleur paléolithique africain eut été moins intelligent, c’est à dire apte à survivre qu’un chasseur-cueilleur européen ? Or nos gènes n’ont pas changé depuis cette époque : 35 000 ans, l’ère de Cro-Magnon. Le QI mesure une intelligence dans une Société donnée : Occident, fin du XXe siècle. Nous vivons, agissons, réfléchissons dans une Société qui capitalise des siècles de Progrès techniques et scientifiques. Là réside notre différentiel avec les Sociétés africaines. De plus le progrès technique repose souvent sur une spécialisation, cette efficacité collective accrue peut engendrer une moindre polyvalence individuelle, donc un QI inférieur. cqfd

    • Les chasseurs-cueilleurs du Paléolithique d’Eurasie contrairement à ceux d’Afrique ont dû survivre en pleine glaciation ! Durant cette période il y avait très peu de plantes et d’insectes comestibles en Europe et en Asie. Ils ont développé des techniques inédites de chasses d’animaux très gros ou rapides (mammouth, bisons, rennes), domestiqué le loup dés le Paléolithique, appris à confectionner des vêtements et des abris sûrs contre le froid. Ils ont dû planifier des réserves de nourritures pour survivre, développer l’altruisme communautaire et des outils de plus en plus élaborés qui n’existaient pas en Afrique.
      C’est justement durant cette période que l’intelligence des Européens et des Asiatiques de l’Est s’est développée génétiquement, en même temps que les traits physiques raciaux.

      • 1.
        C’est un point de vue darwiniste, donc évolutionniste, et ce n’est qu’un postulat.
        Mais moi, je pense qu’il y a un sérieux hic : ce développement n’était tout simplement pas possible,
        1) d’abord parce que les premiers hommes, sans savoir, ni expérience, ni moyens étaient dans l’impossibilité de faire des outils, de chasser, de stocker de la bouffe, de partager quelque chose, etc.
        2) que cela aurait nécessité beaucoup trop de temps (sur des générations et des générations) – impossible cela aussi puisqu’ils n’auraient pas pu subsister et donc se reproduire,
        3) et de toute façon on ne retrouve aucune trace de tous ces progrès. Tout ce qu’on a pu retrouver date de l’époque homo sapiens -sapiens, donc quand tout est déjà joué.

        • 2 (suite).
          L’origine de l’homme ne peut pas s’être déroulée suivant ce schéma.
          Mais je vois que vous avez la tête dans toute votre science. Grand bien vous fasse. Vous croyez tout savoir et vous n’en démordrez pas.
          Il existe pourtant d’autres pistes. Je ne vais pas vous dire lesquelles puisque je me doute que, de toute façon, vous vous en foutez.
          C’est pourtant dommage : c’eût été l’occasion d’exercer votre intelligence.

          • 1) La biologie je m’y connais, c’est ma passion depuis presque le berceau et j’ai fait toutes mes études dans ce domaine, je n’ai pas encore le doctorat, mais c’est en projet. Ne pas considéré aujourd’hui le Darwinisme relève du créationnisme ou de son avatar le « dessin intelligent », théorie aujourd’hui aussi dépassé et stupide que de croire en la terre plate ! Ça fait très longtemps que le sélection naturelle de Darwin n’est plus un « postulat », mais la base la plus fondamentale et largement démontrée de la science du vivant. Elle est essentielle à tous les niveaux de compréhension en biologie, de la biochimie jusqu’à l’écosystème, tout comme il est, depuis longtemps, impossible de comprendre quoi que ce soit en chime moderne sans savoir ce qu’est un atome.

          • 2) L’évolution génétique est plus rapide que vous ne le pensez. Dans de petites tribus qui connaissent des fluctuations démographiques rapides dues aux pressions environnementales, une race peut assez fortement évoluer en quelques millénaires ou siècles seulement !
            3) Et d’où ça sort votre idée que les hommes préhistoriques ne n’avaient pas d’outils ? Je vous invite urgemment à vous instruire sur l’évolution des outils et des modes de vie durant la Préhistoire. L’Eurasie a connu un fort développement des outils (pour la chasse, la cuisine, la couture, la confection d’accessoires divers, l’art, le culte, etc) durant le Paléolithique supérieur, correspond à la fin de la dernière ère glaciaire entre – 40000 et 10000 environs, avec un apogée durant la dernière période, le Magdalénien.

    • Je pense moi aussi qu’on ne peut pas tout ramener au « quotient intellectuel ».
      D’abord, il faudrait se mettre d’accord sur la définition de ce qu’on appelle l’intelligence, ce que celle-ci est censée recouvrir, et comment la mesurer.
      Ensuite, c’est vrai, le génôme humain n’a pas changé depuis les temps préhistoriques.
      Enfin, il faut voir quel besoin nous avons de l’intelligence, ce que cela change dans notre condition humaine et si cela nous apporte vraiment quelque chose : que nous nous déplacions à cheval ou en bagnole, les problèmes que nous avons dans la vie sont-ils différents au bout du compte ?
      Attention aussi à ne pas diviser l’humanité entre des « intelligents » (donc des bons) et des « moins intelligents » (donc des cons). Car si ça continue, ce sera le film « Bienvenue à Gattaca ».

      • « Le génome humain n’a pas changer depuis les temps préhistorique »
        —————–
        Vous, vous aimez inventer ce qui vous plait, au lieu de vous instruire dans les sciences.
        Aujourd’hui on sait largement distinguer, grâce à l’ADN autosomal, un africain d’un européen et d’un asiatique de l’Est, qui sont nettement distincts génétiquement, et même à l’intérieur de l’Europe, un italien d’un anglais, et même, plus localement encore mais avec moins de précision cependant, un normand d’un bourguignon !
        On commence aussi à connaitre de plus en plus de gènes qui influent sur le QI, et bien évidement ils ne sont pas répartis de manière égale dans les populations mondiales.

  11. PanEurope, 1924, un rapporchement, un « mixage » annoncé et voulu par Richard de Coudenhove-Kalergi. Dans « Adel », en 1922, ce dernier écritvit: « L’homme du futur sera un métis ».
    Desquestions?
    Ah, oui, RiCK a obtenu le premier prix Charlemagne (Aix-la-Chapelle). Le prix Kalergi, lui, a été décerné e.a. à Khmerkel, Van Rompuy, etc.
    Encore des questions?

  12. Rendre les populations Européennes assez stupides pour mieux les dominer
    Çà ressemble quand même à un complot, et si le mot ne plait pas, à un projet !

  13. je ne pense pas qu’un QI puise baisser au contact d’un QI inférieur MAIS ON se voit obliger d’adapter l’enseignement aux QI les plus faibles, ce qui est débile..Il faut des classes d’adaptation pour les plus « faibles d’esprit »…Et voici que Bruxelles et la Wallonie veulent priver un peu plus nos petits de leur enfance en rendant l’école obligatoire à 5 ans!! , 1ère année à 5 ans..l’ambiance en classe n’est pas pareille qu’en maternelle..

    • exactement pour la première phrase. la deuxième est moins évidente, comprenez par là que si le Q.I dépend essentiellement de la connaissance, l’acquisition normale de la connaissance dépend de la culture et de l’éducation données aux enfants.
      l’islam produit des générations de glandeurs. D’ailleurs le coran limite la connaissance que doit recevoir un musulman. Les enfants de musulmans ou d’africains ne sont pas aidés par leur environnement familial pour faire des efforts à l’école… Ces enfants préfèrent jouer les « gros bras » et alimenteront les prisons déjà bondées plus tard…
      l’islam c’est la voix de la facilité en tout pour les hommes et la réclusion pour les femmes…

      • Ce ne sont pas tous les musulmans qui méprisent l’apprentissage et le savoir. Il n’y a qu’à regarder les listes d’attente pour les écoles de l’association « Espérance Banlieues » pour s’en convaincre

        • c’est bien l’islam (coran + hadith) qui méprise le savoir, pas tous les  »musulmans ».

        • parler des exceptions pour supprimer la généralité n’est pas une bonne manière d’aborder le sujet…
          57 pays musulmans dans le monde. pas un seul capable de produire ne serait ce qu’une mobylette ou un livre scientifique (c’est d’ailleurs interdit). 95 % des livres musulmans ne parlent que du coran, mahomet, hitler, les haddiths, maromerd etc…

      • C’est l’inverse, c’est l’intelligence, principalement innée et génétique, qui détermine la capacité de l’individu à acquérir des connaissances et à les comprendre. Il est certes évident que la culture à son importance capitale pour le développement des peuples, mais les peuples ne sont pas égaux en moyenne dans leur capacité génétique à élaborer ou adopter une culture développée et complexe.
        L’islam est une religion adaptée aux peuples dont le QI moyen est de 85 à 90, d’où le succès et la durabilité historique de cette religion dans les pays qui sont dans cette gamme de QI, et l’incapacité des élites de ces pays à se défaire de la religion face au développement de la science qui explique bien mieux le monde. Intermédiaire, la Turquie avait presque réussie mais elle a replongée.

        • cette argumentation ne résiste pas aux expériences qui ont été faites de placer des enfants soit disant sous évolués et qui ont parfaitement réussis à avoir un QI semblable aux autres lorsque placés dans des familles européennes…
          peut être qu’au départ il y’a une différence génétique mais le cerveau étant une sorte de muscle (plus tu l’entraines plus tu le développes) cette différence s’envole avec l’acquisition des connaissances facilitées par un milieu culturel les encourageant…
          vaut mieux avoir un petit cerveau bien exercé qu’un gros laissé à l’abandon. D’ailleurs Einstein avait un très petit cerveau !!!
          ce n’est pas le nombre de connexions qui importe mais la manière dont celles ci seront reliées les unes aux autres…

          • Bah non, c’est justement avec les études sur les enfants adoptés aux USA par les blancs qu’on a démontré la très forte et incontestable héritabilité du QI, qui dépend bien plus du patrimoine génétique que de l’éducation. Aucune étude sérieuse de ce type n’a montré l’inverse…
            L’intelligence n’a rien à voir avec la connaissance. C’est comme comparer la puissance d’une machine et son contenu en logiciels.
            Ensuite personne, et encore moins Lynn, n’a dit que la taille du cerveau était le seul facteur, bien au contraire. La plupart des différences héréditaires qui influent sur le QI sont d’ordre structurel et sont très divers, sans modifier la taille du cerveau. Mais il est reste incontestable que la taille est UN facteur, parmi beaucoup d’autres, qui influe sur la MOYENNE des QI.

  14. M’bappé et son maillot IQ, très drôle, quand on voit le QI des footballeurs qui s’expriment à la télé.

  15. Cette carte suit parfaitement l histoire des civilisations, comme par exemple la quasi inexistence de vestiges de civilisation en afrique subsaharienne , ou en Australie, ou encore elle fait que les zones à faible Qi n obr rien inventé dans aucun domaine , pas plus dans le passé que de nos jours

    • Mais cette carte suit aussi le climat : aucune civilisation supérieure ne s’est développée dans des régions où l’on crève de chaud ou de froid. Parce que l’on ne peut pas y travailler, et à peine y vivre sans devoir se battre contre la nature et les éléments.
      Je n’irais pas jusqu’à dire que ça rend les gens plus cons, mais en tout cas ça n’a pas favorisé le travail et l’activité, et donc par voie de conséquence le déploiement et le développement de l’intelligence.

  16. Je suppose que d’après la théorie des hivers froids le QI des Inuits devrait être extrêmement élevé ?

    • Exact, et l’on pourrait aussi suggérer que les inuits plus intelligents auraient dû comprendre que plutôt que de devoir habiter dans des igloos, il était plus judicieux de partir s’établir sous des cieux plus cléments… La théorie des hivers froids n’est qu’un postulat qui a ses limites car il n’intègre pas tous les facteurs susceptibles d’entrer en ligne de compte.
      Dans le cas des inuits, le problème était l’absence totale de matériau et de matières premières pour se développer, dans une région où il n’y a que de la glace et de la neige. Et il faudrait parler du froid glacial et de l’hiver polaire qui imposent de défendre son organisme à l’exclusion de toute autre activité.

  17. « Ainsi, alors que l’intelligence continue à se développer en Chine ».
    ceci est une preuve que la génétique a peu avoir avec l’intelligence puisque l’on peut développer celle-ci !
    le cerveau est un « muscle ». Plus on le fait travailler plus il devient fort.
    Ainsi le bas niveau QI de l’afrique s’explique plus par une alphabétisation inexistante que par une histoire de gène.
    les maths, la géométrie, les calculs, les problèmes aident énormément à développer son intelligence. La lecture également . PAr exemple En fréquentant ce site j’ai acquis l’intelligence nécessaire pour comprendre l’islam. Cette acquisition avec d’autres, m’aidera à résoudre d’autres problème.
    l’intelligence étant une Aptitude à s’adapter à une situation, à choisir des moyens d’action en fonction des circonstances.

    • Le problème n’est pas l’éducation, dans les pays blancs qu’ils envahissent les allogènes ont l’éducation gratos. Ils sortent du système scolaire sans savoir lire ou écrire correctement. Pareillement, tout les maghrébins dans leurs bled vont au lycée et beaucoups en Fac. Donc les gouvernements baissent la qualité de l’enseignement pour que les afro-maghrébins et autres orientaux obtiennent un diplôme qui ne vaut rien. Le problème est bien racial.
      L’école publique gratuite et obligatoire est une perte d’argent et de moyens si elle est ouverte à des attardés du tiers monde. Il faudrait tout faire sur concours passé l’école primaire. Nos aïeux pour la plupart n’allaient pas au-délà du certif, plus difficile qu’un bac actuel, et ne s’en portaient pas plus mal.

    • Il ne faut pas confondre intelligence, expérience et connaissance. L’intelligence c’est la performance générale du cerveau. L’intelligence est essentiellement innée et héréditaire, même si pas entièrement, tandis que l’expérience et la connaissance, la culture, sont des acquis dont les performances dépendront des capacités intellectuelles innées.
      Biologiquement, le cerveau est une machine complexe dont les diverses capacités répondent aux mêmes lois fondamentales que sont la variabilité entre individus et races, l’hérédité génétique et l’influence environnementale que les traits physiques du visage et du corps des individus et des races. On peut modifier en partie notre corps et notre apparence, mais la base et nos limites sont innées et génétiques, idem pour le cerveau.

      • là où tu as encore tout faux fraxino c’est que tu reconnais que quel que soit par exemple notre code génétique corporel , tu peux considérablement modifier ton corps par l’exercice physique !
        j’en sais quelque chose je fais du sport depuis 50 ans…
        il y’a aussi les gens « doués ». j’ai vu cela. ils s’entrainent peu et ont des résultats rapides. j’ai dû compensé en m’entrainant 4 heures par jour là où ces gars s’entrainaient 3 heures par semaine. je les ai rapidement rattrapés puis dépassés..
        pareil pour le cerveau . je te renvoie ) mon commentaire plus haut sur les expériences visant à placer des enfants du tiers monde dans des familles européennes…
        code héréditaire ? tous mes oncles et mes cousins sont docteurs, PDG, chirurgiens. Moi j’étais …coursier pendant 10 ans…

        • On peut transformer son corps mais on a tous de très grosses limites et des capacités très inégales qui son innées, et ce sont ces qualités et limites intrinsèques qui vont influer sur la persévérance des gens dans tel ou tel domaine sportif par exemple. Les gens font uniquement ce qui peut leur donner du résultat, pas le reste. Pour les traits physiques, on ne peut pas avoir la virilité d’un Silverter Stallone si on est un petit blondinet androgyne, ou la gueule d’ange d’un Brad Pitt jeune si est est né sénégalais.
          La structure complexe du cerveau, avec ses multiples facteurs de variabilité qui influent sur la performance générale et les performances spécialisées, est évidement autant déterminée par nos gènes que nos traits, capacités et limites physiques.

  18. Toute immigration ne fait pas systématiquement baisser le QI du pays d’accueil : je pense que CHOPIN…Marie SKOLODWSKA -CURIE( 2 PRIX NOBEL)….Ou les russes blancs qui furent , dans la population française la communauté la moins criminogène , ne portèrent pas atteinte au QI de la population d’accueil….

    • Tout le monde sait, ici, de quelle immigration on parle, donc ne faites pas l’âne pour avoir du son.

    • Encore une confusion avec l’origine raciale d’immigration Européenne et extra-Européenne !

    • Le titre est trompeur. Je l’avais pourtant précisé au deuxième paragraphe. « ce titre […] donne à penser que TOUTE immigration entraîne une baisse du QI du pays d’accueil, alors que seulement CERTAINES populations immigrées provoquent une chute d’intelligence nationale. » (Julien Martel).

  19. La baisse du QI moyen dû à l’arrivée en très grand nombre de migrants africains n’est pas une théorie, c’est une réalité, les chiffres parlent, il n’y a qu’à voir le classement de la FRANCE qui recule sans arrêt.

    • Et la baisse de ses idiots de Francais qui ont toujours voté pour cette ensauvagement et se bienfaits vous la comprenez ?

      • Propagande, mensonge et omission de la réalité h24 par les médias et le gouvernement + désinstruction nationale.

        • Oui c’est pour cela qu’il ne faut absolument pas regarder les médias à part Zemmour et Messiha puis venir vous lire à vous et tout les autres de RL pour véritablement s’informer. Les identitaires sont aussi une bonne source d’information réelle.

  20. Hélas, retour à l état primaire, à la bestialité ,outre les aspects physiques, des détails comme façon de parler,tags sur les murs, conduite automobile ,Marseille est à la pointe… GAUTHIER 13

    • Tout mélange culturel fait la synthèse de ce qu’il y a de plus mauvais dans chaque ethnie. C’est archi-vérifié.

  21. Cette carte n’avait donc effectivement strictement rien d’un hoax. C’est du lourd cet article. Il rebat totalement les cartes, celles en carton cette fois, parce que désormais, on n’est plus comme auparavant réduits et contraints à justifier un combat de conservation et d’attachement identitaire sur la seule question culturelle, mais qu’on peut désormais se réclamer d’un souci de préservation ethnique sur une base qualitative et économique. Reste la difficulté philosophique de refuser malgré tout de hiérarchiser l’estime pour les différents génotypes de populations sur le critère du QI, ce qui reste une nécessité morale à mon avis, mais obligeant à des contorsions et digressions qui requièrent de la subtilité pour ne pas avoir à retourner à la délicatesse, laquelle serait bien sûr un biai

  22. Quand vous aurez compris que c est trop tard on aura avancer de beaucoup et on pourra passer à autre choses

  23. Je trouve très simpliste, assez bêtement quantitative, cette approche monolithique de l’humain par le QI.
    C’est réduire l’Homme à un corps, un organisme biologique, à l’instar d’un animal. Or, il y a une dimension qui agit l’homme au moins autant que ses membres et ses organes : c’est le LANGAGE et les symboles qu’il véhicule, les différentes civilisations que leurs agencements sociaux divers déterminent.
    Ce sont les différences de civilisations, de traditions, de mœurs (plus que le volume des cerveaux) qui déterminent le QI moyen des peuples.

    • Et la technologie et la poésie sont tributaires des capacités cognitives. Il ne s’agit pas de ‘réduire’ l’humain à ses compétences d’intelligence, mais de valoriser et cultiver ces dernières en reconnaissant leur importance. L’humanité ne peut pas s’en passer. Quant au langage et à la virtuosité de son maniement, il sous-tend également l’utilisation du qi. Et à divers niveau de qi correspondent aussi diverses maîtrises et utilisations possibles de la parole.

        • Au contraire, quasiment tous les éléments dont nous disposons va dans ce sens. C’est aussi la position la plus logique et rationnelle vis à vis de toutes nos connaissances de base en biologie.
          C’est plutôt le présupposé de l’égalité en matière de génétique de l’intelligence qui relève d’un idéalisme égalitariste, irrationnelle et absurde, invraisemblable, et qui nécessite les preuves les plus solides avant d’être admis, or pas le moindre élément de preuve ne va dans ce sens, tout indique l’opposé.

    • Le langage est important, bien sur, mais il est acquis grâce aux neurones situés dans le cerveau!

      • Dans le cerveau des blancs qui ont mit tout cela en place et qui continuent à bien faire

      • Oui d’ailleurs le langage, sa création et son acquisition, reflètent les capacités cognitives des peuples. Les africains (maghrébins ou noirs) sont incapables d’apprendre les langues européennes correctement pour la plupart, et même l’arabe véritable, pas le pidgin maghrébin appelé darija, est trop compliqué pour nos amateurs de chèvres.
        Pareillement, les noirs transforment systématiquement les langues non-africaines en pidgin/ créoles plus facile à appréhender pour eux.
        Les langues bantou ne comportent que quelques milliers de mots contre des centaines de milliers pour les européens, et des concepts qui nous semble aller de soi, comme les droits, devoirs et obligations, ne peuvent être exprimées dans les langues noires, car intelectuellement ces concepts sont étrangers aux wakandais.

  24. je crois que les noirs africains ont civilisé l’Europe et c’est eux qui ont fondé l’Andalousie et c’est eux qui ont conquis l’Espagne et c’est eux oui c’est eux qui ont apporté l’Islam en Europe oui oui et les Maure(les noirs ou berbère ou arabe) ont conquis l’Espagne et ont apporté la civilisations sans eux vous mangerais des glands comme dirais Jacques Vérgés le grand Jacques Vergès pendant que les européens mangé du Glands les chinois construisais des palais

    • Je ne vois pas bien ce que vous voulez démontrer ?? je ne vois pas ce que votre explication à de rapport avec le QI ??. d’ailleurs, il ne vous échappe quand même pas , que toutes les inventions ont pris naissance en Europe !

    • C’est étrange de civiliser l’Europe et de ne pas civiliser leur continent. Non ?

      • C’est parce que les hommes des cavernes leucodermes ont volés les pouvoirs magiques des wakandais mélanodermes, coulés nos pyramides volantes etc.
        Les bâtisseurs de pyramides, les philosophes et savants grecs, les vikings, Bouddha, tout le monde il était noir.
        Comme dit le mutant albino Greta Thunberg, vous les blancs, vous nous avez volés notre avenir. On veut plus de réparation, d’alloc et de poulet frit.
        Et des esclaves sexuelles blanches. Blonde de préférence.
        Vous nous le devez là dis dont !!

        • non je parle de réelle conquérants noirs les vrais qui ont créer l’Andalousie et qui ont créer l’Egypte et qui ont créer la Mecque et qui ont créer la Mésopotamie et qui ont fondé Bagdad et les Berbères était noirs les arabes était noirs les romains était noirs oui bien surs et le KFC à était créer les Colons blancs génocidaire d’Amérindiens et les femmes blanches esclavagé les premiers était vous vous êtes les premiers à avoir esclavagé les femmes blanches

    • Du grand n’importe quoi !!! faut penser à arrêter la fumette et l’alcool mon pauvre Laurent !!!

      • sniper83 le laurent est certainement un noir ou gauchiste Voleur d’un prenon Francais .

  25. Article très complet et intéressant. Par contre comment se fait ce que les chinois malgré leur si élevé et leur nombre ont très de prix Nobel ?

    • Ils écrivent en chinois et n’ont pas des chinois qui puissent présenter leur candidatures au comité Nobel!!!

    • Vous avez la réponse dans la question leurs nombres. Europe 500 millions Chine 2,5 milliards.

    • Les chinois sont intelligents et très travailleurs, mais leur système d’éducation décourage la réflexion personnelle et l’initiative, donc la créativité (heureusement pour nous d’ailleurs).

      • Ce n’est pas l’expérience que je retire de mes 4 années d’expatriation en Chine. Leur créativité est bornée par d’autres facteurs: le poids de l’administration totalitaire pour la recherche universitaire, le besoin de rendement à court terme pour toutes les activités non étatiques.
        De plus, la motivation n’existe pas vraiment car il est beaucoup plus facile de copier que d’inventer et, quand on sait qu’en chinois c’est le même mot qui signifie « copier » et « apprendre », on comprend pourquoi ça ne leur pose aucun problème moral, et surtout pourquoi ça ne leur en posera jamais un.
        Cela dit, ils sont plutôt habiles dans les petites améliorations de ce qu’ils copient

        • Et le développement scientifique moderne en Chine est encore récent et en cours. La Chine doit rattraper un retard de plusieurs siècles sur l’Occident en terme de culture scientifique et de mise en place de réseaux scientifiques performants, et elle est en train de la faire plus rapidement qu’aucun autre pays ne l’a jamais fait, sauf d’autres pays plus petits d’Asie de l’Est. Aucune personne sensée ne peut imaginer qu’un tel développement puisse avoir lieu en Afrique noire dans l’avenir, il suffit d’avoir des Africains devant soi ou de les avoir un peu côtoyé pour le comprendre, ça saute aux yeux de n’importe qui d’un peu sensé. Seul le poids de la morale actuelle égalitariste et antiraciste empêche les gens de l’admettre ouvertement et de le dire.

        • Vous étiez où? j’ai passé 10 années passionantes à Shanghai.
          Ce que vous dites de l’administration et du rendement est juste, mais je maintiens que l’initiative et la réflexion personnelles sont découragées. Peut-être à cause du régime communiste, peut-être pour des raisons culturelles. Par exemple, un élève ne doit pas mettre en doute la parole du maître, ou demander ce qu’il fait de travers pour s’améliorer, mais toujours strictement suivre les instructions données sans essayer de comprendre pourquoi.

Les commentaires sont fermés.