Immigration, islamisation : pourquoi la France échapperait-elle à la situation anglaise ?

Publié le 12 août 2011 - par - 3 254 vues
Share

Le ministre de l’intérieur est de retour… Nous lui souhaitons la meilleure santé possible, car, s’il veut prendre en mains les questions de l’immigration et de l’islamisation rampante de notre pays, il lui en faudra, du courage, de l’abnégation, des efforts continus pour « ramer à contre courant » de la politique qu’il a toujours menée et qui s’inscrit parfaitement dans le « Globalisation » que son gouvernement européiste et atlantiste (dont la copie-conforme est la pseudo-opposition socialo-centriste, mâtinée d’écologisme politicard et de « gauche  dénaturée ») soutient fermement…

Les élections approchant (et les émeutes anglaises pouvant amener le peuple de France à réfléchir face à ce qu’il subit, et de manière non conforme à la « bien pensance » ambiante), il lui faut donner le change et s’intéresser à des solutions marginales et minimales (1) afin de donner à voir aux futurs électeurs quelques broutilles positives dont le candidat officiel pourra se servir dans sa propagande électorale .

Si le pouvoir en place diminue le nombre d’immigrés réguliers, s’il veut reconduire aux frontières davantage de clandestins, s’il souhaite limiter à moins de métiers l’accès des étrangers-travailleurs, nous ne bouderons pas dans notre coin…

Tiens, si même il règle la question des prières de rue islamiques à Paris et à Marseille (ailleurs, aussi, espérons le), nous pousserons la complaisance jusqu’à sourire de compassion… tant le projet de mettre une caserne désaffectée à la disposition des groupes musulmans est ambigu : mise à disposition gratuite ? Coût de l’entretien ? gestion du lieu et cahier des charges vis à vis du quartier ? Pour combien de temps ? Les finances publiques vont-elles être encore sollicitées indument en ces temps de dette massive ? Tout ceci semble mettre à mal, encore une fois, la loi de 1905 et la laïcité….A propos, qu’en disent les « mélenchonistes », leur maître à « penser laïque » et les différentes associations prétendant défendre le socle laïque de la République ? L’islam serait-il devenu un service public ?

Mais l’essentiel est ailleurs….Si l’islam pose, aujourd’hui, en France, le problème de son implantation conquérante et opposée aux lois fondamentales de la République, c’est qu’il a surfé sur les vagues migratoires incessantes qui frappent notre pays depuis plus de trente ans… et que rien ne justifie, ni le besoin d’emplois, ni celui de peuplement, encore moins la sauvegarde des valeurs essentielles et historiques de notre peuple !… Non, cette immigration « à flux tendus » n’avait (et n’a) pour simple raison primordiale que celle de satisfaire les différents patronats (grand, moyen et petit) qui ont puisé dans cet apport de main d’œuvre un personnel malléable, peu revendicatif, moins cher, et dont ils pouvaient (peuvent) se séparer selon les fluctuations de la conjoncture pour le faire prendre en charge par la société dans son ensemble, sûrs d’en retrouver toujours grâce aux « arrivages permanents ». Puis il est apparu (mais peut être était-ce « prémédité ») que cet afflux massif de populations fortement ancrées dans des  principes religieux  contraignants et des modes de pensée étroits et rétrogrades pouvait parfaitement, par le biais d’un communautarisme agressif, diluer l’unité du peuple d’accueil et affaiblir ses capacités de contestation d’un ordre mondialiste qui s’établissait.

Quand arrivait, même sans besoin économique, dans les années 80 du siècle passé, un travailleur immigré en situation régulière avec un contrat de travail, il avait un emploi pour le faire vivre et lui permettre de s’insérer dans l’ordre social… Mais quand s’est appliquée la loi sur le regroupement familial, ce travailleur, dans le meilleur des cas, a fait venir femme et enfants, parfois même « femmes » et beaucoup d’enfants, et  toujours d’autres membres de la fratrie et du clan… Tout ce « beau monde » ne pouvait ni trouver un emploi ni se loger « normalement » ni se soigner sans peser sur les budgets adéquats, ni se passer de l’assistanat social qui a, alors, explosé… Et il aurait fallu une croissance continue de 4 ou 5 points par an pour créer un nombre d’emplois suffisant pour absorber ce trop plein de main d’œuvre (qui augmentait aussi par la simple loi naturelle de « reproduction ») et éduquer, former toute cette population…. De plus, comme les différents gouvernements ont appliqué bêtement  le droit du sol à la descendance de ces immigrés (cadeau d’ineptes compassionnels à des populations totalement déracinées et hors de toute référence laïque et démocratique….), celle-ci s’est retrouvée « française » sans l’avoir voulue, mais attachée à des droits qu’aucun devoir ne lui concédait puisque, au nom du multiculturalisme et de l’équivalence des cultures, ces individus étaient fondés à vivre ici comme leurs ascendants « chez eux »….( Et, pour ce qui est des ressortissants venant d’Afrique en particulier, l’islam a profité de la situation, bien assis sur les milliers d’imams venus d’Arabie Saoudite et du Maghreb pour encadrer ces populations immigrées et descendant d’immigrés)

Mais de croissance, il n’y eut point…Pire, le chômage de masse s’accrut du fait des effets mécaniques premiers de cette « globalisation » qui avait ouvert la vanne des flux migratoires (délocalisations, perte du tissu industriel, crise « financière »…) . Les effets négatifs constitutifs de ces phénomènes migratoires ne pouvaient que s’amplifier…

Tout était donc donc en place (et cette situation était potentiellement aggravée par les vagues de l’immigration illégale suivant parfaitement celles de l’immigration régulière) pour impulser le communautarisme par regroupement des ethnies et développement de l’espace religieux islamique, communautarisme qui porte toujours en lui des dérives terroristes (2)…Tout était donc en place pour faire de l’assistanat social la pompe aspirante des flux migratoires, au même titre que la main d’œuvre à exploiter….Tout était donc en place pour favoriser le travail clandestin dont les entreprises du BTP, des services, de l’agriculture raffolent….Tout était donc en place pour ouvrir la voie, dans ces quartiers où se regroupaient ces arrivants déracinés et désocialisés, à une économie souterraine juteuse sur laquelle politiques et organisations diverses ferment les yeux car elle leur assure une paix sociale à peu de frais…( 3)Tout était donc en place pour faire de la loi des délinquants la loi première de ces cités et banlieues où travailler n’est pas la règle et ne peut l’être quand le moindre petit trafiquant » se fait 3 ou 4 fois le SMIC dans une semaine (et fait vivre « autour de lui »)…

Tout est donc en place pour que se déroule ici des évènements identiques à ceux qui frappent le « modèle » anglo-saxon dont nos sociologues de « dîners en ville » nous ont vanté les mérites

Et quand on sait que dans nos « cités » foisonnent les armes…. « La kalach », c’est 700 euros à Marseille….une misère !

Aussi, Monsieur Guéant, il convient dès à présent, nonobstant d’autres mesures politiques, économiques, sécuritaires indispensables pour traiter les conséquences de ces immigrations subies, de lancer une vraie politique de l’immigration qui commencera par fermer « le robinet » car la baignoire nationale déborde ; et ce doit être un moratoire de plusieurs années pour bloquer toute immigration d’où qu’elle vienne!

Et ce moratoire doit s’accompagne d’une éradication de l’immigration illégale en expulsant tous ceux qui n’ont rien à faire sur notre territoire, en traquant sans relâche ni concession aucune et le travail clandestin, et les marchands de sommeil, et les réseaux mafieux qui la contrôlent.

En même temps, il s’agira de couper aux nouveaux arrivants toutes les aides sociales qui les attirent et de procéder à une vaste réorganisation de celles qui sont distribuées indument ( à supprimer) comme de celles qui seront normalement attribuées à qui justifie d’un emploi, d’un logement, et du respect des lois républicaines, laïques et démocratiques.

Tout en mettant en place un vaste plan d’assimilation de ceux sont établis, de ceux qui souhaitent s’établir si leur situation le justifie, (même s’ils se réclament, les uns et les autres, de la nationalité » française qui leur a été le plus souvent octroyée sans contre partie), l’assimilation devenant la règle hors de laquelle point de maintien sur le territoire. Et une action intense de formation et d’insertion dans le marché du travail sera mise en place…

Il est évident que rien ne sera possible sans une lutte de tous les instants, et quel qu’en soit le prix, contre l’économie souterraine et illégale qui mine des quartiers entiers et pourrit l’accès à la citoyenneté tout en favorisant l’insécurité.

Voilà quelques « idées », Monsieur Guéant, dont la concrétisation est nécessaire si vous voulez vous prémunir contre les dangers latents de la déchirure inéluctable qui menace notre espace public, social et sociétal.

Et ce d’autant plus que, la « crise de la dette » se précisant, vous savez que vous allez devoir et comprimer les dépenses publiques et sociales, et limiter les revenus des fonctionnaires et des retraités tout en vous attaquant à leurs statuts respectifs, et augmenter les prélèvements indirects et directs de différentes manières….Bref, imposer une rigueur « rigoureuse » qui ne va pas manquer de susciter remous, manifestations, révoltes peut-être.

 Les  difficultés à venir pour vous et votre gouvernement ne vont pas surgir de la pseudo opposition du PS et de sa basse-cour écolo-coco (ceux-là savent que s’ils arrivent au pouvoir en 2012, ils feront comme vous, et même pire : c’est pour cela qu’ils hésitent autant….), mais des Français dans leur ensemble…

Car, si vous voulez leur faire passer la « pilule » de l’austérité tout en continuant à faire venir des populations immigrées qui vont leur disputer les emplois dans un chômage grandissant, les chasser des logements sociaux qui deviennent de plus en plus inaccessibles aux jeunes travailleurs, bénéficier d’un assistanat social de plus en plus coûteux sans avoir jamais cotisé, et , par exemple, continuer à se faire soigner gratuitement alors que chacun sait que cela coûte de plus en plus cher pour chacun d’entre nous, je vous souhaite bien du plaisir !

L’ennui, c’est que nous, citoyens « de base », nous en pâtirons…Mais il n’est pas dit que nous courberons l’achine!

Robert  Albarèdes

 

1 –http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2011/08/08/01016-20110808ARTFIG0…

          2 –http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/08/08/97001-20110808FILWWW00305-t…

           3 –http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2011/08/02/01016-20110802ARTFIG0…

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.