Immigration : Les limites des discours de Claude Guéant…

Publié le 23 mai 2011 - par - 540 vues

Nous assistons en ce moment à une offensive du gouvernement plutôt curieuse. Celui-ci, sur l’immigration et le monde du travail, découvre que des portes s’ouvrent uniquement en les poussant.

Claude Guéant semble découvrir que l’immigration n’est absolument pas nécessaire dans notre pays. Il prend soudainement conscience, qu’il existe en France des travailleurs sans emploi . Etonnant ! Non, pas vraiment pour tous ceux qui connaissent les impacts de l’immigration  sur notre société mais surtout, ses conséquences sur les comptes sociaux.

Sur notre société d’abord.

Quoi qu’en dise les bien pensants, l’immigration est essentiellement issue des pays à majorité musulmane. Cette immigration  poserait certainement moins de problèmes si cette immigration venait de l’Europe en premier lieu et même d’Asie, de l’ancienne Indochine. Est-ce du racisme que de le dire ? Bien sûr que non, car ce n’est pas la couleur qui importe mais bien l’origine culturelle de cette immigration. Les nouveaux migrants venant d’Afrique du Nord ou subsaharienne gardent le désir de garder ou retrouver leurs repères culturels et musulmans. Et si ce n’est pas tout à fait le cas des parents, nous sommes bien obligés de constater que les enfants sont dans cette revendication ethnique au minimum et islamique en particulier. La plupart des jeunes issus de cette immigration sont dans l’idée de la revanche avec la complicité des associations ethniques et droits-de-l’hommistes. Ces associations revisitent l’histoire de la colonisation française et plus loin de l’esclavage. En les poussant un peu, on pourrait sûrement remonter au Moyen Âge. Cette idée de revanche aboutit à des “français de papiers” qui manifestent leur patriotisme en exhibant les drapeaux d’origines des pays de leurs parents et  brûlent celui de leur pays d’adoption. Il n’est pas faux de dire que nous n’avons jamais eu de soucis avec l’immigration d’origine européenne et asiatique que ce soit dans le monde du travail ou dans la société. Du moins après une génération. En une génération, les enfants se sont intégrés ou ce sont assimilés. Il n’ y a pas de bandes ethniques asiatiques ou européennes revendicatives, voire racistes comme certains rappeurs. Aucun personnel politique n’aborde ce sujet d’une manière sereine. Donc, au delà du travail ou du chômage, l’immigration ne se résume pas uniquement à combler les postes “que ne veulent pas les français“.

Sur les comptes sociaux.

La France est exsangue, au bord de la faillite. Rien que les Allocations Familiales ont coûté 60 milliards d’Euros en 2010 (Figaro du vendredi 20 mai.). Non pas qu’il faille revenir sur les dépenses de la CAF, mais dire  aussi que ce ne sont pas les seuls versements que fait la France envers les citoyens français ou non.

Il y a un peu plus de cinq millions de personnes “réputés sans emploi“. C’est un vrai tabou disais-je, dés lors que l’on imagine bouger les lignes de la redistribution, cela provoque un véritable tollé de la bien pensance avec  l’éternelle remarque “qu’il ne faut pas ajouter la misère à la misère” et autres… Fermez le ban!

Monsieur Claude Guéant est en service commandé. Ce n’est pas un enfant né de la dernière pluie. Tout cela, il le sait. Alors, quand il feint de découvrir que l’on pourrait trouver des maçons, des plâtriers, des serveurs et autres cuisiniers en dehors de l’immigration ce n’est pas au fond une découverte. Aujourd’hui comme hier, ceux qui participent  à la construction des immeubles et autres Tours de la Défense et d’ailleurs, comme manœuvres, comme ouvriers du bâtiment, ne sont pas la plupart du temps, des français de souche. Loin de là. De même, pour les plongeurs et autres métiers dit ou réputés pénibles. Le corollaire étant bien souvent qu’ils sont sous payés par un patronat avide de profits immédiats. Je ne parle pas de ces artisans qui ne trouvent même plus d’apprentis menuisiers, maçons, boulangers, etc. Il y a une myriade de sans emplois qui ne cherchent plus de travail, car tous comptes faits, c’est une perte d’argent  in fine malgré le RSA. Laurent Wauquiez a dit la vérité et il fût exécuté par la bien pensance. Ce n’est donc pas l’immigration de 200 000 individus par an qui change la donne.

Aujourd’hui, il n’y a plus de bouchers français mais une pléthore de boucheries musulmanes. De même pour les boulangers d’ailleurs. Bientôt, il n’y aura plus de charcutiers avec la montée en puissance du halal. Il serait temps que l’on puisse dire à un demandeur d’emploi qu’il ne pourra pas rester allocataire d’une « pension » à ne rein faire. Alors comment inverser la donne et revenir à ce qu’il se faisait autrefois. Je suis assez vieux pour avoir connu l’époque ou être ouvriers n’était pas honteux! Ou le manuel n’était pas déconsidéré. Ou le chômage était vécu comme une honte et non pas comme une excuse. Une excuse, une justification parfois, une rente souvent. Non pas que le chômage ne soit pas un drame pour beaucoup, mais il ne faut pas être grand clerc pour réaliser que reprendre un travail coûte souvent plus cher que de rester à la maison à attendre son RSA et toutes les réductions sociales et municipales qui vont avec (Cantines scolaires gratuites, Transports, réductions diverses : EDF, chaussures, etc.) qu’offrent cette situation.

Claude Guéant nous dit que nous avons la ressource interne pour éviter l’immigration mais au regard de l’historique, nous sommes en droit d’avoir des doutes sur sa sincérité. Alors on nous dit quasiment que les français sont feignants, qu’ils ne veulent pas se lever tôt, vivre un travail dans le froid, dans le chaud, travailler le samedi, le dimanche, la nuit, etc. Tout cela est peut-être vrai mais est-ce de la responsabilité des français ou celle des politiques masquant les réalités, celle de l’éducation nationale détruisant le savoir à transmettre et celle d’une bien pensance favorable à une immigration au nom d’une pseudo dette due à l’esclavage et à la colonisation. Tout cela au détriment des citoyens français.

Quelle serait la solution ? Réduire les versements, réduire l’immigration, faire la chasse aux employeurs indélicats de main d’œuvre payée au noir. Les trois sûrement ! J’ajouterai également un examen des lois françaises qui ne sont qu’une mise en conformité  des lois européennes autorisant les entreprises européennes à venir remporter des marchés français comme au Chantier naval de l’Atlantique comme le signale justement un auditeur de RMC qui affirme qu’il y a 20% de « gaulois » pour 80% d’employés étrangers sur des bases horaires et salariales différentes.

Dans tous les cas, il me semble que ce sujet mérite autre chose que des petites phrases n’ayant comme but que de reprendre pied sur un terrain abandonné par la gauche et la droite : le social. Un terrain ou a surgi une Marine Le Pen que l’on n’attendait pas là.

Marine Le Pen justement qui devient l’ennemie à abattre tant la montée de son parti politique, le Front National, fait peur. Il est vrai que le seul qui pourrait lui nuire véritablement est son ancien Président Jean Marie Le Pen. Les journalistes le savent et n’hésitent pas à lui tendre le micro et guetter la faille, l’erreur, la bourde. Bref, ils attendent l’impair, la faute qui pourrait faire chuter ce parti politique. Je ne suis même pas certain qu’il ne soit pas capable de la faire.

En attendant, Claude Guéant est chargé de faire diversion après n’avoir rien fait pendant quatre ans. Que ce soit sur l’immigration, l’islamisation, la sécurité, Claude Guéant n’est pas un saint. Il connait le déficit de la politique de Nicolas Sarkozy sur ces sujets. Il était à ses côtés en permanence. Il reste un an avant les élections présidentielles, c’est à la fois peu et beaucoup au regard de la mémoire française que l’on dit courte.

En une année, je ne pense pas que Claude Guéant convaincra les français à commencer par les automobilistes dont la colère monte. Plus profondément, je ne crois pas que les français oublieront les promesses non tenues même si la Présidence de Nicolas Sarkozy n’est pas totalement négative. Alors il est possible, pourquoi pas, que ces élections se fassent sur l’émotionnel avec un candidat attendant un enfant.  Cela voudrait simplement dire que l’on considérait la réflexion des français tout juste à la hauteur de celle d’une huître. Je n’en serai pas étonné au fond.

La gauche est touchée de plein fouet par DSK dont on a vu à quel point ses représentants ont été en dessous de tout, en termes de réactions, comme celle de Jack Lang considérant qu’il n’ y a pas « mort d’homme » quand c’est une femme qui se fait violer. Martine Aubry-Brochen est une improbable candidate au vu de ses accointances connues avec un islam intégriste à Lille. François Hollande n’a aucun charisme et j’imagine bien Ségolène Royal se faire le plaisir de lui tirer le tapis sous les pieds. Qu’est-ce qui reste pour cette gauche ? La gauche n’est plus qu’une illusion ? Pour moi, la gauche serait un drame tout simplement.

Alors, les français auront-ils assez de mémoire ? Oublieront-ils les promesses non tenues et celles faites aujourd’hui par les politiques de droite ou de gauche ou seront-ils tentés par un vote Front National mené par une Marine Le Pen nouvelle formule, qui souhaite faire le ménage en interne envers les nostalgiques pétainistes et autres tarés nazillons.  Dans un an, on aura la réponse définitive. En attendant,  j’essaye d’influer avec mes maigres moyens sur mon blog, à Riposte Laïque et au sein de Résistance Républicaine pour une orientation favorable à la lutte contre l’islamisation de notre société laïque et républicaine.

Gérard Brazon

http://puteaux-libre.over-blog.com

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi