Immigration : Merkel dit tout et son contraire

Publié le 6 septembre 2015 - par - 5 commentaires - 1 246 vues
Share

Merkel2Il y a quelques années au mois d’octobre 2010, vous faisiez publiquement le triste constat que le modèle d’une Allemagne multiculturaliste était mort. Vous disiez, très précisément devant la formation des jeunesse de votre Parti  » Le credo « Multikulti »  – « Nous vivons maintenant côte à côte et nous nous en réjouissons – cette approche a échoué, totalement échoué« 

http://www.lemonde.fr/europe/article/2010/10/17/selon-merkel-le-modele-multiculturel-en-allemagne-a-totalement-echoue_1427431_3214.html

Vous insistiez cependant, avec la ferveur de celle qui veut à la fois ménager la chèvre et le chou, ce qui n’est pas toujours de bonne politique, en disant à vos jeunes électeurs que l’Allemagne manquant de bras et de main-d’oeuvre il ne saurait être question de renoncer à cette manne qui non seulement tirerait la croissance vers le haut mais en outre financerait les retraites de vos vieux concitoyens devenus si égoïstes qu’ils procréaient de moins en moins.

Mais  promis, juré, craché, les nouveaux arrivants, ces hommes interchangeables qui ne sont que des pions dans le grand marché mondial devraient se plier aux règles et coutumes de votre si beau pays.

C’était oublier que plus de 50% de la population allemande affirmait déjà, en 2010, mal tolérer l’islam et se sentir submergés par les immigrants.

Vous osiez même dire  » Nous n’avons pas besoin d’une immigration qui pèse sur notre système social« .

http://www.franceinfo.fr/actu/europe/article/angela-merkel-prononce-l-echec-de-la-societe-multiculturelle-en-allemagne-75827

Que de belles paroles, Mordiou!

Dans la foulée tous vos ministres plaidaient pour une immigration  maîtrisée. Maîtrisée dites vous?

Le moins que l’on puisse dire est que le débat chez vous partait dans tous les sens… Certains comme le secrétaire du FPD Christian Lindner regrettaient que dans le débat » les vertus religieuses apparaissent plus importantes que celles républicaines« 

D’autres comme Horst Seehofer nourrissaient le scandale  en déclarant que l’Allemagne n’avait « plus besoin d’immigrants de pays aux cultures différentes, comme les Turcs et les Arabes », car s’intégrer « est au final plus difficile » pour eux. 

D’autres encore déploraient le manque de quelques 400000 ingénieurs et personnels diplômés pour tirer la croissance vers le haut de 1 petit %.

Je dois avouer que votre constat d’échec vous avait fait remonter dans mon estime.

Patatras!

Voilà que le 19 juillet 2015 la Conférence épiscopale allemande annonce que près de 218 000 personnes ont quitté l’Église catholique en 2014, soit 39 000 de plus que l’année précédente.

http://www.la-croix.com/Religion/Actualite/En-Allemagne-l-Eglise-catholique-perd-un-nombre-record-de-fideles-2015-07-19-1336103

Il faut savoir qu’en Allemagne, tout contribuable est tenu d’annoncer la couleur de sa religion,  et à ce titre paie un impôt. Cet impôt majore de 8 à 10% l’impôt prélevé à la source et avait rapporté l’an dernier la somme record de 11 milliards d’euros.

Précisons que les musulmans en sont exemptés… Grande injustice, si j’osais, je vous accuserais de stigmatiser l’islam. Passons. On peut sans nul doute  lire dans cette particularité de l’impôt allemand un des motifs d’exaspération de ceux qui font leur devoir de citoyen puis, de guerre lasse, se détournent de leur propre religion tout en dénonçant la place grandissante de ceux auxquelx leur religion vaut un indéniable favoritisme.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Islam_en_Allemagne#Conf.C3.A9rence_allemande_de_l.27islam_.28Deutsche_Islamkonferenz.2C_DIK.29

Et c’est ici précisément que je voulais conduire ce billet.

Lors de votre visite en Suisse le 3 septembre dernier, vous avez exhorté les Européens à renouer avec leurs racines chrétiennes.

http://www.evangeliques.info/articles/1970/01/01/islamisation-angela-merkel-exhorte-les-europeens-a-renouer-avec-leurs-racines-chretiennes-13144.html#source

Voilà encore une belle parole, Madame Merkel. En d’autres circonstances que celles, dramatiques, que vit notre vieux continent envahi de toutes part par des gens dont on finit par ne plus trop savoir s’ils viennent pour échapper à des guerres ou profiter de notre système social, en d’autres temps j’aurais applaudi à pleines mains.

Enseignante dans le domaine culturel, je ne puis oublier tout ce que l’art, la littérature, l’architecture, la musique, doivent à la religion chrétienne. Bach, Haendel, nos merveilleuses églises romanes et nos cathédrales gothiques ou contemporaines, les peintres de la Renaissance italienne, l’Enfer de Dante,  le théâtre de Claudel et j’en passe.

Mais voyez-vous Madame Merkel, je perçois une pointe de mépris dans vos propos lors de cette conférence. Vous y dites  en substance que   » Ce débat devrait nous pousser à retourner une fois ou l’autre à l’Eglise, à nous plonger dans la lecture de la Bible ou chercher à comprendre un tableau représentant une scène biblique. Si nous demandions à des élèves de rédiger une dissertation sur la Pentecôte, nous réaliserions la pauvreté de nos connaissances» .

Parlez pour vous madame Merkel.  Et laissez moi vous poser quelques questions.

– Pensez vous possible, souhaitable, éthique ( cocher la bonne case) d’obliger jusqu’aux non-croyants  ( si, si, cela existe même en Allemagne) à se remettre à prier en 2015 ?

– Avez-vous vous même fait tout le nécessaire pour convertir les allemands de l’est (si profondément islamophobes selon les médias courants) aux bienfaits du vivre ensemble?

– Avez-vous pensé à mettre en place une politique familiale incitative à la procréation qui aurait pu, sans compter sur des ventres venus d’ailleurs,  pourvoir en jeunes cervelles et bras aux retraites de vos vieux concitoyens?

http://www.uniondesfamilles.org/pol-fam-allemande

– Etes-vous certaine que ces jeunes migrants qui ont fui un pays en guerre et n’ont pas eu l’énergie de  défendre leurs idéaux et éliminer leurs propres tyrans – ce que firent tous les grands pays où naquirent les droits de l’Homme et du citoyens – seront plus courageux ( ou moins lâches) quand il faudra éventuellement défendre leur terre d’accueil?

– Avez-vous patiemment expliqué aux allemands et plus loin, aux Européens, que derrière cette immigration subie se cache le désir de vous représenter en 2017 et que ne pouvant décidément plus compter sur les voix de plus en plus contestatrices de l’Allemagne de l’Est, droitisée à l’extrême, il vous faut désormais caresser dans le sens du poil les bons sentiments d’une Allemagne plus à gauche

http://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/merkel-prete-a-briguer-un-quatrieme-mandat-de-chanceliere-495934.html

Pour finir, Madame Merkel, si les Européens, dans leur grandissante majorité refusent l’islamisation de leurs territoires, ce n’est pas parce qu’ils sont méchants ou pauvres d’esprit, encore moins incultes ou d’extrême droite. Mais plus simplement, et cela va blesser votre pesant orgueil, parce que, justement, ils connaissent leur culture et leur histoire, ils savent ce qu’elles doivent à la chrétienté.

http://www.observatoiredeleurope.com/Les-Europeens-face-au-defi-de-l-Islam_a2177.html

Les inviter à des dissertations sur la Pentecôte est bien maladroit de votre part et quelque peu scolaire au sens étroit du terme.

L’amour de son pays ou de sa culture ne se limite pas à la technique d’un commentaire ou d’une dissertation.

L’amour de son pays ou de sa culture ne se définit pas par des connaissances livresques mais par un vécu charnel des valeurs et le sens de ce qui les fédère.

L’amour de son pays ou de sa culture cela peut aller jusqu’au sacrifice de soi ( même étant athée ou inculte ) contre la barbarie, le nazisme, que sais-je.

Qui êtes vous Madame Merkel?

Viviane Lamarlère

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
balte

C’est plus compliqué que ça. En Allemagne,comme aux Pays-Bas par exemple,on a une société totalement communautarisée. Imaginons un « migrant » cherchant du travail,et qui n’est pas diplômé (certains le sont dans la vague actuelle). Le patron lui dit:le salaire minimum est à 1000€. Mais avec le nombre de non-qualifiés sur le marché du travail,pour vous ce sera 700€. Mais vous trouverez un appart,dans tel quartier,pour 3 fois rien. Ainsi à la télé d’état néerlandaise on parle d’écoles blanches et d’écoles noires,ce qui ne choque personne.
On construit ainsi une société de la ségrégation,du communautarisme,et dans un pays ou les autochtones ne font plus d’enfants,on maintient,à court terme,ses avantages.
Mais vous chercherez en Allemagne des normes comme un pourcentage minimum de logements sociaux par commune,vous ne trouverez rien.

kabyle chrétien

L’allemagne ,comme disait « sir winston churchill »n’a pas d amis ni d ennemis MAIS QUE DES INTERÊTS!!
Par contre la france a des amis »la perfide suintant le pétrole la francearabie » et des « ennemis pour renforcer son amitié franearabie,NOus les pauvres  » les chrétiens de kabylie,les chrétiens d orient,les coptes….!!!!

Viviane

J’ai envie de répondre à votre précision tout à fait pertinente avec cet extrait du Figaro de ce matin: Cette étrange alliance de la Bible et du billet de banque est-elle pour autant dépourvue de dangers? A court terme probablement! Les émeutes d’Heidenau en Saxe n’impliquent qu’une infime minorité recrutée parmi les perdants de la réunification ; le mouvement anti-islamiste PEGIDA marque le pas ; le parti anti-européen AFD se déchire entre fractions rivales. En face, le CDU et le SPD font blocs, les Eglises se mobilisent et la presse grand public comme le Bild Zeitung appelle à la «mobilisation humanitaire». Quant à l’insertion dans le monde du travail, on peut faire confiance à l’excellence de la formation professionnelle et de l’apprentissage, pour que le migrant d’aujourd’hui soit le travailleur de demain. Un programme tel que The Job of my Life lancé initialement en 2013 au profit des demandeurs d’emplois de l’UE – avec cours de langue et apprentissage d’un métier- va être progressivement élargi aux migrants en situation régulière. A long terme, c’est moins évident. L’Allemagne aussi est travaillée par «l’insécurité culturelle». Un ouvrage comme l’Allemagne disparaît de Thilo Sarrazin, qui dénonçait le multiculturalisme, a été un des plus gros succès d’édition en 2010 avec plus de 600 000 exemplaires vendus. La CSU bavaroise a fait part, plus ou moins publiquement, de ses réserves. 40% de la population est encore opposée à l’accueil des migrants. On feint d’oublier ces données. Mais que surviennent des difficultés économiques, que les 800 000 migrants deviennent des millions, que quelques faits divers tragiques bouleversent l’opinion, nul ne peut prédire ce qu’il adviendra. Il est un risque que l’Allemagne succombe à son tour à ce populisme qui l’a, jusqu’à ce jour, à peu près totalement épargnée. C’est le projet européen tout entier serait alors menacé. En ne voyant les migrants que sous les espèces de malheureux à sauver et d’agents économiques à mettre au travail, Angela Merkel et les milieux d’affaires, ont pris le gros risque d’occulter le choc que peut représenter l’afflux aussi massif de populations culturellement si différentes. Le risque est certainement calculé. La chancelière est convaincue que 800 000 migrants sur une population de 80 millions d’habitants sont «gérables». Mais 800 000 ne sont pas les trois ou quatre millions qui pourraient se présenter si la guerre continuait en Syrie ou en Libye. C’est la source qui doit être impérativement être tarie. Or, sur ce sujet, le silence de l’Allemagne est assourdissant. Elle ne peut éternellement invoquer son statut de puissance empêchée par l’histoire pour rester en retrait. Elle ne peut éternellement se reposer sur ses voisins. En faisant le pari audacieux d’accueillir les migrants et d’entraîner probablement l’Europe à sa suite, l’Allemagne acquiert une nouvelle dimension. De nouveaux devoirs s’imposent à elle. Elle doit prendre sa part, toute sa part, aux solutions diplomatiques ou militaires qu’exige la situation au Proche et au Moyen Orient. Elle doit cesser d’être un géant économique et un nain diplomatique. Si elle s’y dérobe, sa… lire la suite

Prof

En fait, il n’y a pas de contradiction entre ce que Madame Merkel avait dit avant, en affirmant que le « multiculturalisme n’a pas réussi en Allemagne », et sa politique actuelle. Il s’agit tout simplement de combattre le multiculturalisme qui s’est installé depuis quelques décennies, en le remplaçant par une seule culture. Ce ne sera pas NOTRE culture, mais elle sera unique, soyez-en sûr!

jan

Oui , qui êtes vous Madame Merdekel ? !….