Immunité parlementaire levée pour Bruno Gollnisch, pour crime de lèse-islam !

Comment peut-on poursuivre, pour incitation à la haine raciale, un homme politique pour avoir dénoncé  :  » l’invasion de notre patrie et la destruction de notre culture et de nos valeurs » par l’islam ?
Il n’est pas quetion ici de défendre Bruno Gollnisch, avec qui nous avons bien peu d’atomes crochus, à Riposte laïque ou à Résistance républicaine, et c’est un euphémisme, mais, encore une fois, la liberté d’expression, et le droit de critiquer toute religion, donc l’islam, comme nous l’avions fait en mars 2010 pour défendre l’affiche du FN (Jean-Marie le Pen a d’ailleurs été relaxé des chefs d’accusation).
C’est la liberté d’expression qui est en danger et, une fois de plus, c’est le délit de blasphème qui pointe le bout de son nez, et l’on ne peut que s’inquiéter de voir appliquer en France non pas le droit français mais les recommandations de l’Organisation de la Confédération Islamique  qui voudrait  interdire que l’on puisse critiquer l’islam et même en débattre.
Encore une fois, si le procès intenté à Bruno Gollnisch aboutissait à une condamnation, cela ferait jurisprudence et c’est toute possibilité de critiquer l’islam qui disparaîtrait, laissant la place libre pour ce totalitarisme qui menace nos valeurs et notre culture, et c’est bien une tautologie de l’affirmer puisque ce qui n’est pas une religion mais un système socio-politique contient dans ses préceptes le refus de la démocratie, l’interdiction de changer de religion ou de ne pas en avoir, et des appels à la haine raciale contre les juifs, entre le conseil de battre son épouse et celui d’exterminer  les homosexuels.
Comme pour le procès intenté à Riposte laïque, les parties civiles (on retrouve contre Gollnish la Licra, quelle coïncidence !) qui, ayant compris que nous ne parlions que d’un système politique, l’islam, et non des hommes, font absolument comme si islam était synonyme de musulman ! Comme si critiquer un système équivalait à appeler à la haine contre tous. Comme si critiquer et dénoncer le nazisme équivalait à appeler à la haine contre les Allemands !
On remarquera au passage que Bruno Gollnisch va se retrouver sur le banc des accusés malgré son immunité parlementaire. On ne s’en étonnera pas, puisque ce Parlement dont les Français ne voulaient pas, eux qui avaient dénoncé le Traité de Lisbonne et aimeraient sortir de l’Europe est constitué en majorité de démocrates chrétiens et de socialistes, correspondant à nos sinistres UMPS… C’est à cela que ça sert, l’Europe, à aider nos dhimmis à nous trahir, à faire disparaître la France, ses valeurs, sa culture et la liberté d’expression. Pas étonnant que l’ineffable Cohn-Bendit, ce grand « démocrate » qui insulte les électeurs suisses parce qu’ils ont mal voté, y soit comme un poisson dans l’eau !
Qui nous fera sortir de cette Europe mortifère pour notre pays et ses valeurs démocratiques ?
Christine Tasin
Résistance républicaine

image_pdf
0
0