Inde : la pelleteuse et les bulldozers contre les islamistes

En Inde, on rase des mosquées. Et si on ne rase pas encore les barbus, ça pourrait venir ! Les engins de génie civil affûtent leurs accessoires.

Déjà, comme en Israël, les maisons des islamistes auteurs d’attentats sont démolies, en même temps que leurs lieux de prêche extrémistes. Dans la foulée, les repaires des voleurs professionnels s’envolent en poussières.

Bien évidemment, les mahométans éternelles victimes se prétendent visés par le  racisme et la guerre de religions… Eux qui n’ont rien à se reprocher… Et les gogos de la bien-pensance internationale, dont les leaders se goinfrent de pétro-dollars, joignent leurs chœurs de vierges outragées aux glapissements des « croyants ».

Le racisme, prétexte commode comme partout

Les Pakistanais actuels sont en grande majorité des descendants des Penjabis et des Sindhis, donc 100 % ethniquement et génétiquement indiens.

Vivant naguère à la frontière des deux États issus de la partition,  leurs ancêtres trop lâches pour se battre, ou lassés de subir le statut de dhimmi, se convertirent. Devenant d’autant plus fanatiques qu’ils voulaient prouver à leurs nouveaux maîtres la sincérité de leur croyance toute neuve.

Cependant, à l’indépendance en 1947, pour des raisons essentiellement économiques, beaucoup de convertis demeurèrent dans l’un ou l’autre des États de la République fédérale d’Inde au lieu de rejoindre leur idyllique Pakistan cousu sur mesure.

D’autres revinrent en Inde en suppliant, surtout après 1971 quand les mahométans, décidément incorrigibles, commencèrent à s’entre-massacrer pour la sécession du Bangladesh. Puis pour tout un tas d’autres raisons, entre dictatures militaires, émeutes de la faim, vendettas tribales et exhortations des religieux.

Les Indiens, tolérants, acceptèrent de garder « leurs » mahométans et même de leur accorder la nationalité indienne. Mais sous conditions. N’hésitant pas à déclarer apatrides les extrémistes et la racaille. Rappelant que le devoir de « l’oumma » des voisins est de les accueillir, les nourrir, les loger, les éduquer et les soigner.

Pourtant ces fanatiques, décidément incorrigibles, recommencèrent comme par le passé à saccager et incendier les temples d’une population à 80 % hindouiste, car il ne reste plus beaucoup de bouddhistes, au prétexte que ce polythéisme offensait leur foi. Et qu’ils ne faisaient que suivre les instructions de leur pédo-prophète leur intimant d’égorger tous les mécréants et de brûler leurs lieux de culte impies.

Seulement, voilà, entre-temps, les hindouistes avaient remisé au placard leurs grands principes de non-violence, sous l’impulsion du parti nationaliste Bharatiya Janata, qui a fini par arriver au pouvoir et à s’y maintenir depuis dix ans.

Premier parti du pays en voix et nombre de députés. Obligeant les socialistes un peu trop laxistes et complaisants envers les envahisseurs à se recentrer sur leur pays, leur histoire et leur culture, s’ils ne voulaient pas être définitivement désavoués et balayés.

Là-bas aussi deux poids-deux mesures avant que les patriotes réagissent

Un commerçant indien et toute sa famille brûlés vifs par des concurrents mahométans envieux de leur réussite, c’était un débordement certes regrettable, mais qu’il fallait comprendre sinon excuser.

Un imam tabassé dans une échauffourée qu’il avait provoquée, c’était forcément un abominable crime raciste et une atteinte intolérable aux « drouadlom ».

Depuis 2014, les fonctionnaires et les juges auteurs ou complices de ces forfaitures ont été peu à peu remplacés. Les journalistes qui prenaient parti contre leur propre peuple ont été remerciés. Et à chaque scrutin local ou national, le Bharatiya Janata n’a cessé de renforcer ses victoires électorales au point de disposer aujourd’hui d’une large majorité absolue qui ferait baver des ronds de chapeau à Macronescu.

La politique du bulldozer, puisque le dialogue n’aboutit à rien

Le brahmane Yogi Adityanath, potentiel successeur du Premier ministre nationaliste Narendra Modi, a fait du bulldozer un emblème de son combat contre les islamistes fauteurs de troubles.

Cette année, ses partisans ont fêté sa réélection à la tête de l’Uttar Pradesh, l’État le plus peuplé de la Fédération, en défilant juchés sur des pelleteuses. Les plus motivés se sont même fait tatouer des bulldozers ! Depuis, la  politique du bulldozer a fait des adeptes dans les autres États, forcés de constater que cette réaction musclée était une réponse très bien comprise par les ennemis intérieurs.

Les campagnes de démolition se multiplient en même temps que s’amplifient de violents affrontements, réponse des hindouistes qui représentent 80 % de la population et ne veulent plus plier devant les menaces et les exactions des 14 % de mahométans.

Parfois les autorités s’en mêlent comme à Delhi où on a démoli quelques mosquées radicales ainsi qu’une vingtaine de commerces appartenant à des militants islamistes qui assuraient l’intendance des terroristes venus du Pakistan.

Les autorités indiennes, loin des précautions oratoires de la bonne pensée mondialiste politiquement correcte affirment que, puisque les mahométans privilégient leurs croyances qu’ils placent au-dessus des lois, il est normal de les inciter à repartir au plus vite au Pakistan, pays de leurs rêves qui applique intégralement la charia.

« Paki Stan » égale le pays des purs. Eh bien qu’ils aillent se purifier là-bas !

 Un passif extrêmement lourd

On l’a oublié, ou on a préféré ne pas le savoir, mais pendant des siècles, très exactement depuis l’an 711, les Arabes, puis les Turcs, puis les Moghols ont déferlé sur l’Inde dont ils convoitaient les richesses.

Ces territoires étaient des proies faciles puisque l’hindouisme dominant, et le bouddhisme important à l’époque, prônaient la non-violence et le respect de toutes les formes de vie. Agir autrement était tenu pour nuisible au karma.

N’ayant pas de forces armées dignes de ce nom, juste des milices pour régler des différends locaux, les Indiens sont vite submergés. S’ensuivent des massacres de grande ampleur, des villes rasées, des campagnes saccagées, des œuvres d’art vandalisées et des destructions d’un grand nombre de leurs édifices religieux.

Ces « koufars » sont l’horreur absolue pour un islamiste. Ils sont polythéistes, idolâtres et allergiques au concept de dieu unique. Ils ne méritent donc pas de vivre. De toute façon, personne ne dénonce les génocides commis par des mahométans.

Malgré les refuges dans des villes fortifiées, les sanctuaires dans les montagnes, les exils dans des zones déshéritées, les traités inégalitaires, les rançons exorbitantes, la fourniture d’esclaves, ces avanies vont continuer jusqu’en 1858 avec l’avènement de l’empire des Indes, quand les Britanniques restaurèrent une certaine paix civile… Jusqu’en 1947, où avec l’indépendance, les troubles ayant repris de plus belle, le Pakistan fut créé pour séparer les belligérants.

Gandhi, grand espoir de l’indépendance, fut détesté ensuite pour sa trahison

 Lors d’un séjour à Pangim, j’avais demandé à mes hôtes qui était ce dieu ou demi-dieu figurant sur une icône, trônant au milieu de leur autel familial d’un syncrétisme de bon aloi. Entre Vishnou, Shiva, Brahma et Ganesha, un inconnu voisinait des bouddhas obèses, des christs faméliques, des croix et des vaches sacrées de Nazareth. En vertu du principe que « Plus on a de dieux, mieux on est protégés ! »

Cet inconnu pour moi était Nathuram Godse, l’assassin de Gandhi. Un patriote dont on devait honorer la mémoire parce que ça portait chance. Puisqu’il avait débarrassé, mais trop tard, l’Inde d’un  traître qui avait vendu une partie de son pays aux mahométans en échange d’une paix illusoire.

Pas moins de trois guerres s’ensuivirent, toutes perdues par les islamistes qui savent s’en prendre aux civils, aux femmes et aux enfants, mais font de piètres guerriers. Bien qu’une propagande obsédante de Lahore à Karachi ne cesse de rabâcher « Crush India ! » dans un pays qui entretient un état de belligérance quasi permanent avec son voisin. Et qualifie de victoires ses plus humiliantes défaites.

Le Cachemire est un symbole de tous les conflits avec les mahométans

 Cette province partagée fournit les 2/3 de l’eau utilisée au Pakistan, tant pour l’agriculture que pour les usages domestiques. Mais les mahométans veulent tout.

Après des transferts massifs de populations et une guerre de frontières, le Cachemire a été divisé en deux par l’ONU en 1949. L’Inde a accepté le partage. Le Pakistan vaincu a refusé ce statut et y entretient depuis des groupuscules terroristes.

En 1965, après la déroute de ses colonnes armées protégée par des boucliers humains, le Pakistan de nouveau vaincu a refusé de signer un traité de paix. Et continue le terrorisme.

Depuis 1974, le Cachemire est ensanglanté chaque année par des accrochages, des incidents de frontière, des escarmouches impromptues, des raids dévastateurs et de lâches assassinats de familles hindouistes. Il exporte aussi en Inde des kamikazes.

La même politique que les Palestiniens en Israël, les Moros aux Philippines, les Kosovars en Serbie naguère et la cinquième colonne en France. À croire que ces gens sont totalement dépourvus d’imagination en matière de stratégie de conquêtes.

Mais bon, rien n’interdit aux agressés d’appliquer sur leur sol la politique du bulldozer comme les Indiens. C’est juste une affaire de choix. Ou de résignation.

Christian Navis

Climats sous influence (climatorealist.blogspot.com)

 

image_pdfimage_print
43

41 Commentaires

  1. En attendant, aux Pays-Bas c est l armée qui intervient et dégage les tracteurs

    • Répondre à Marie france Cheikh: en effet , ça rappelle un peu les tirs dans les yeux !

  2. Pour ma part, plutôt que de fermer une mosquée islamiste, je trouve que la raser a le mérite d’être clair. Par ailleurs, aucune chance ensuite qu’on la rouvre en catimini avec un nouvel imam haineux à sa tête. Oui la politique du bulldozer est une politique à considérer. Ce type de politique parle aussi aux abrutis jihadistes.

    • Il suffirait d’élire un gouvernement patriote, qui cesse de faire entre des migrants essentiellement musulmans !
      Que ces gens aillent chercher refuge dans les pays de culture musulmane !
      Mais précisément posez vous la question: pourquoi les mondialistes nous imposent ils ces populations ?
      Rappelez vous la devise qui est la leur dans les loges auxquelles ils appartiennent : ORDI AB CHAOS : l’ordre par le désordre ! Et ne parlons pas de leur aversion pour la religion catholique qu’ils veulent faire disparaître ! Rien de tel que l’importation d’une religion allogène et invasive comme l’islam et ses islamistes , les voiles et autres burkinis sont très visibles !
      Les mondialistes sauront l’éliminer quand ils décideront que la récré est terminée ! Tous les cultes seront interdits , sauf le leur : le culte à Lucifer !
      Alors patience : quelques attentats , viols , coups de couteau …

      • Les candidats musulmans à l’immigration dans les pays muzz plus riches savent que des conditions très strictes les attendent, et qu’au premier faux pas la sanction tombera immédiatement…

        Exactement l’inverse de ce qui se passe chez nous !

    • oui, OK avec vous
      la politique du bulldozer est bonne
      mais il faudrait que nos politiques gouvernants se greffent des couilles pour oser en arriver là, ici en France
      si quelques mosquées radicales étaient rasées en F, peut être que les musulmans fermeraient leur grande gueule
      ça ne serait que bénéfice pour la population qui pourrait marcher dans les rues sans craindre de se faire égorger ou décapiter….
      on peut toujours rêver… ça ne coûte pas un pognon de dingue

  3. Merci beaucoup pour votre article mais en Israël même les bulldozers ne suffisent pas il y a toujours cette juridiction des juges gauchistes qui bien souvent rejette la destruction des maisons de terroristes arabes. Il faut les enterrer avec des déchets de porc et ça c’est radical dommage

  4. il n’y a plus guère d’hindou au pakistan , en revanche plusieurs millions de muzz en inde, surtout au nord mais au sud dans certains hotels impossible d’avoir une petite bière !

  5. Les deux pays ayant la bombe, qu’attendent-ils pour jouer un peu avec, ça nous changerait du H24 contre Poutine, les journachiottes auront alors un autre chat à fouetter.

  6. À l’heure où la déconstruction est de mise, ce serait complètement normal de démolir toutes les casernes à jihadistes et de déconstruire cette secte invasive et nuisible, il est encore temps nous sommes plus nombreux (pour le moment) car les maternités se remplissent de futures kamikazes…

  7. Bahut Dhanyavad. Ca fait du bien de lire un tel article sur l’Inde. Deux erreurs cependant : l’hindouisme n’a jamais été polythéiste, cette idée est née dans le cerveau des occidentaux. « Sarvam kalvidam brahma ». Ce que l’on appelle ‘dieux’ ne sont en vérité que des symboles de différents ‘caractères’ de la seule et unique Existence que l’Occident appelle ‘Dieu’ (exemple : Brahma est le symbole du caractère créateur, Vishnu du caractère conservateur et Shiva du caractère destructeur de ce même ‘Dieu’ unique – car toute chose nait un jour, subsiste quelque temps et finit par mourir et disparaître, mais l’énergie ne disparaît pas, elle change de forme). Erreur ensuite concernant Gandhiji qui refusait la partition mais que son soi-disant disciple Nehru (lui est le traitre) et sa bande ont forcé à accepter.

    • La mythologie hindouiste reconnaît une trentaine de dieux, représentés sous des formes différentes, avec parfois confusion avec d’anciennes croyances animistes (le feu, le ciel, la terre, la pluie, etc) en plus de la « sainte trinité » Vishnou-Brahma-Shiva.
      Quant à Gandhi son rôle est très controversé puisqu’il a accepté finalement la partition qu’il préférait à la guerre, et que l’Inde a eu les deux.
      https://www.dol-celeb.com/dieux/pantheon-hindou/

    • Cher Bharata, ayant eu le privilège de vivre 12 ans chez Mother India (Pondicherry), j’ai moi aussi apprécié cet article même s’il comporte qq imprécisions…et moi aussi je ne cesse de dire que l’hindouisme n’est pas polythéiste ou que les hindous ne sont pas forcément végétariens…mais, les clichés ont la vie dure…
      Mais le pire c’est lorsqu’un copain m’a dit : t’aime pas les muslims et les arabes et t’as été vivre chez eux…car pour beaucoup l’Inde est muslims et arabe, ou… »un truc comme ça » m’a-t-on dit. Y’en a même un qui m’a soutenu que les hindous avaient volé l’Inde aux muslims…
      Jai Hind !!

      • Le syncrétisme hindouiste a absorbé des éléments de plusieurs religions en fonction des époques et des zones d’influence, à l’exception de l’islam absolument indigeste, la tentative de Baba Nanak ayant finalement abouti au sikhisme, religion nouvelle.
        C’était d’autant plus facile pour les hindouistes qu’il n’y a pas de clergé rigide ni de dogme figé. Les seules obligations sont de respecter les Rig Vedas, qui peuvent être interprétés, d’accepter les cycles de création, de conservation et de destruction et de croire à la métempsychose.
        On est libre d’honorer toutes les divinités qu’on veut, ou aucune.

        • bien sûr qu’on est libre devant un choix pareil, cependant, il a été décidé et de plus en plus communément qu’il existe maintenant une véritable identité, Cause de toutes les Causes, dont la forme et le contenu ont pu être révélés à travers KRSNA dont la supériorité n’a jamais pu être égalée, Père de Brahma-Siva et d’un paquet d’Autres = le Monothéisme Indien a pu trouver son véritable Monothéisme dont il exporta la Révélation aux Us ds les sixties.: Hare KRISHNA.

    • Bharata. Je suis absolument d’accord avec vous. Ceux qui prétendent que l’hindouisme est polythéiste ont une vision déformée et simpliste due à l’influence des monothéismes à l’ouest (judaïsme, christianisme, islam) si arrogants. Ils affirment beaucoup de choses sans rien y connaître. L’hindouisme reconnaît d’abord le bráhman comme principe de toute chose. On retrouve en orient toujours un principe unique : l’Esprit dans le bouddhisme dérivé de l’hindouisme, le Tao dans le taoïsme. La différence avec les monothéismes occidentaux : ce principe n’est pas une personne, il est impersonnel, voilà pourquoi il passe inaperçu. Je pense de manière plus générale que ce que l’on appelle polythéismes articule souvent de manière subtile l’un et le multiple, l’impersonnel et le personnel, le matériel et l’immatériel. Dans le christianisme tout se télescope dans la sainte trinité et on n’y comprend plus rien.

      • au nom du Père, (front), du Fils, (plexus), et du Saint Esprit ( épaule gauche, l’énergie qui fait se mouvoir tout ça), Amen…..: je suppose que la gestuelle indique la Soumission Individuelle à ce format.

    • Je ne suis pas indien mais en 1947 valait il mieux que l’islam soit diffusé dans tout le pays ou qu’il y ait un ou deux abcès de fixation ?

      • 1400 ans d’histoire montrent que, chaque fois qu’on leur cède un pan de territoire, ou qu’ils s’en emparent, ils s’en servent ensuite comme base arrière pour renforcer leurs cohortes d’invasion et lancer de nouvelles agressions.
        Les territoires perdus de la ripouxblique, enclaves étrangères hostiles détachées de facto de la France sont notre Pakistan.

  8. J’M bien les indiens. La politique du bulldozer, cool en effet, ils ne comprennent que ça, les invaders au livre vert !

  9. Tout ce qui est fait pour lutter et abattre les vermines islamistes est une très bonne nouvelle !
    La destruction des mosquées qui sont pour la plupart des repaires de terroristes est une nécessité absolue !

  10. Va pour la politique du bulldozer. C’est économique, rapide, efficace et éradique la récidive. Tandis qu’en France on palabre en attendant l’extinction des FDS.

  11. eXCELLENT article, bien documenté et très pédagogique

    Mais il faut souligner que sa longueur risque de nuire à son efficacité..

    Sinon, « la politique du bulldozer » voilà une bonne trouvaille !!!…à faire connaitre.!..

  12. De mon point de vue les Hindous ne sont pas polytheistes. Pour eux aussi il y a un absolu indépassable et indéfinissable , que la sainte trinité Brahma/Vishnou/Shiva n’incarne que partiellement.
    Les innombrables dieux de l’Inde ne sont peut etre rien d’autre que ce que dans d’autres religions on appelle des figures angéliques, des subdivisions
    Enfin moi ce que j’en dit…

  13. BRAVO l’INDE à quand la même chose en France… mince j’oubliais que nous avions un pd islamo fellateur en la personne de l’ADO ATTARDE macrotte

  14. Bonjour.Il y a eu un précédent en Isère,le 18 aout 1989 à CHARVIEU;où sur ordre légal du maire une pelleteuse rasa le vestiaire d’une usine désaffectée servant de mosquée clandestine.Une affiche pieuse à la gloire de SAINT POCLAIN DE CHARVIEU avec l’incantation »Saint Poclain nivelez pour nous »et la prescription « Godet Rétro Ratanas » entre autres citations très politiquement incorrectes!Un fidèle de Charvieu en a conservé quelques exemplaires et commémore toujours « la Pelle du 18 aout. Je sais,j’ai très mauvais esprit. Avec ma sympathie à tous!

  15. Encore un petit coup de « L’Islam cette race ». C’est censé être une « religion », pas une race. Bon, on sait que dans la pratique, c’est le cas, mais pourquoi être assez sot pour ne pas le leur retourner dans al figure à chaque fois qu’ils le prétendent ? S’ils sont des imbéciles qui ne le relèvent pas, ils auraient tort de se priver.

  16. Les indiens ont le droit de déplacer tous les musulmans dans un pays pur pour eux qui est le Pakistan . Pour les musulmans nous seront toujours des kouffars sur lesquels tout leur est permis . C’est aussi pour cela qu’en France et en Europe les musulmans nous agressent cruellement , violemment sans aucune retenue et même motif . Il ne peut y avoir de bons musulmans pour les kouffars à nous de le comprendre et à les renvoyer chez eux . Je souhaite que nous devenions de vrais guerriers ukrainiens pour bouter les musulmans hors de chez nous ….c’est un rêve je m’excuse .

  17. A remarquer que comme d’habitude « l’Occident démocratique » soutient les islamistes.
    « la même politique que les palestiniens en Israël » : comparaison totalement inappropriée vu l’implantation récente de la population israélienne et surtout que nombre de personnalités juives établies en Occident soutiennent les islamistes sur toute la planète contre les gouvernements des peuples et nations historiques.

    • Nous n’avons pas la même échelle de temps.
      Les Juifs étaient déjà en Palestine il y a 4000 ans, et si diverses invasions, dont celles des arabes et des turcs, les ont chassés ou réduits au statut de dhimmis, ils peuvent se prévaloir de l’antériorité.
      La leur refuser reviendrait à accepter que des squatters qui vous ont viré de chez vous, deviennent les légitimes propriétaires de votre baraque.

  18. C’est LA solution ! Raser les maisons des terroristes, détruire leurs commerces et écrouler leurs mosquées (de préférence le vendredi juste après midi…)

  19. Interdire de toucher notre sol et ceux qui sont attrapés n’ont pas à émettre opposition, les renvoyer par le même bateau, condamner tout passeur. Il n’y a pas à quémander le retour aux GVTs: on ne les reçoit pas. REFERENDUM rapidement avant qu’il ne soient trop nombreux puisqu’on leur donne le droit de vote. L’avons nous dans les autres pays? La France n’est plus ce pays admiré, il est devenu la poubelle des États défaillants et ses dirigeants, la risée du monde tant ils sont indignes.

1 Rétrolien / Ping

  1. Inde : la pelleteuse et les bulldozers contre les islamistes | Espace détente, poésie, judaïsme et lutte contre la désinformation

Les commentaires sont fermés.