Indignez-vous, soyez patriotes

Publié le 31 octobre 2011 - par - 815 vues
Share

Les primaires socialistes sont achevées. Je ne sais pas vous, mais moi j’ai une véritable overdose des impétrants du parti appelé parti socialiste, de Martine Aubry et de Ségolène, de François qui fait tout pour imiter par sa gestuelle, ses mimiques, le rythme de son discours l’autre, le grand François, Mitterrand.
Le problème c’est que ça continue. François et les autres et d’autres encore occupent les médias qui nous présentent monsieur Hollande comme d’ores et déjà le Président de la République à venir. Quel matraquage médiatique en faveur du PS, du niveau de celui qui voulait nous convaincre de voter OUI au référendum sur le projet de Constitution Européenne!
C’est que le même objectif entraîne la même méthode. La grande bourgeoisie capitaliste a manifestement décidé de permettre l’arrivée du parti socialiste à la tête de l’état dans la mesure où elle considère qu’il sera plus à même, que la « gauche » permettra plus facilement de faire passer les mesures d’austérité de diminution des salaires et des retraites, de démolition de la protection sociale et de santé, de suppression massive de postes de fonctionnaires et d’augmentation du chômage, de remise en cause des conventions collectives et du droit du travail, à l’image de ce que font les Papandréou en Grèce, Zapatéro en Espagne ou Pédro Passos Coelho au Portugal.
La grande bourgeoisie a pour cela reçu de longue date toute les assurances des responsables du PS, renouvelées lors des débats des « primaires » concernant leur implication déterminée dans la liquidation de l’état nation souverain France et la dilution de la Nation. Ils ont affirmé qu’ils étaient prêts à aller plus loin, à taper plus fort que le personnel politique naturel du capital qui est la droite
Ils ont répondu oui à l’ intégration dans Union Européenne fédérale, oui à la perte de souveraineté politique et économique, oui au processus de régionalisation en lieu et place de la République « une et indivisible », oui à l’immigration massive notamment extra-européenne et musulmane, oui à l’acceptation de l’immigration clandestine, oui à l’acceptation des patrons pourris qui les exploitent et se moquent du droit du travail, oui à la régularisation massive des clandestins, oui à la protection et à l’encouragement de l’activisme politique islamique et à l’islamisation de notre société, et pour cela oui à la mise au rancart de notre laïcité, oui, et avec quelle détermination, au vote des étrangers, oui aux mesures d’austérité mais qui doivent aller plus loin, oui au soutien financier des banques et des capitalistes européens par « l’effort » sans cesse demandé au peuple sous l’hypocrite prétexte, à vomir, de venir en aide « aux grecs », oui au combat contre la liberté d’expression au service du totalitaire politiquement correct.
La liquidation des États-nations constitue en effet un impératif vital pour leur bourgeoisie et la préservation de leurs profits face à la concurrence conquérante des nouvelles bourgeoisies qui ont éclos et se développent dans le monde entier depuis la fin de la Deuxième Guerre Mondiale, la décolonisation et la substitution du pétrole au charbon, concurrence conquérante parce que fondée sur une exploitation du peuple comparable à la pire que pouvait connaître la classe ouvrière de l’Europe au XIXème siècle.
La mondialisation est tout simplement la multiplication tout autour de la planète des  » bourgeoisies » capitalistes dont la préoccupation est tout naturellement l’enrichissement, la recherche du profit maximum, le combat pour gagner des « parts de marché » au détriment des autres et en particulier des anciennes, celles d’Europe ou d’Amérique du Nord qui se partageaient avec celle du Japon la richesse mondiale avant le 2ème conflit mondial.
En cela la « démondialisation » évoquée par Montebourg, présenté comme « à la gauche du PS », est une escroquerie, un nuage de fumée pour masquer aux citoyens la réalité des rapports économiques, de la lutte que se livrent les différents impérialismes, la réalité de la nécessité pour le grand capital européen de faire payer brutalement et sans limite le peuple et le légitime refus du peuple de se voir interdire de ce fait l’accès aux potentialités de mode de vie, de consommation et de préservation de la santé, potentialités ouvertes par les avancées extraordinaires de la science et de la connaissance des lois de la nature sécrétées par la civilisation occidentale.
Quant à Hollande il nous prend encore plus clairement pour des sots lorsqu’en évoquant, dans le 20h de France 2, l’intervention financière de la Chine dans le plan de sauvetage, provisoire, de l’Euro, il parle de « l’épargne des chinois » comme si c’étaient les milliards d’euros économisés par le peuple chinois qui vit pour l’énorme majorité dans des conditions misérables imposées par la nouvelle bourgeoisie « communiste » avec le concours particulièrement efficace du totalitarisme stalinien du parti communiste, et non pas précisément ceux accumulés par les nouveaux milliardaires communistes.
Il est vital ainsi pour les bourgeoisies capitalistes et en particulier les oligarchies financières de France , d’Allemagne ou du Royaume Uni pour les plus importantes historiquement de reprendre aux salariés, aux populations, tout ce qu’elles ont été obligées de leur céder en 1945. C’est pourquoi elles ne peuvent plus se permettre le luxe de la démocratie. Elles ont besoin d’instaurer une dictature totalitaire.
Comme il n’est plus possible d’envisager l’instauration d’un tel régime dans chaque pays car les peuples ne veulent plus entendre parler de nazisme, de fascisme , ou de franquisme la solution a été de mettre en place cette dictature totalitaire,mais de manière masquée, au niveau de l’Europe, qui prend la forme aujourd’hui de l’Union Européenne et de ses « directives » et « règlements communautaires »décrétés par une Commission dépourvue de tout caractère démocratique mais disposant du blanc-seing délivré par le monde médiatico-politique de la bien-pensance et du politiquement correct de gauche et de droite, décisions qui s’appuient sur le carcan de l’Euro pour amplifier et justifier aux yeux du peuple l’accentuation des confiscations salariales et sociales dont il est victime et le sera de plus en plus.
Corollaire à cette situation est l’abandon par la bourgeoisie capitaliste de l’utilité, de la nécessite de la Nation, de la Patrie, du territoire national, des frontières qu’elle avait inculquées comme dogme au peuple, Nation, Patrie, territoire national, frontières qui lui avaient permis jusqu’au Deuxième conflit mondial de réaliser ses profits à travers sa zone de consommateurs particulière formée par la métropole et les colonies et sa protection par la mobilisation de la masse de sa jeunesse dans l’armée et la guerre.
Nation et Patrie sont présentées dès lors comme des notions ringardes, grossières, aux relents des »heures les plus sombres de notre histoire », et les citoyens, organisations ou partis qui entendent les défendre comme les pires ennemis de la démocratie et d’abominables fachos.
C’est pourtant le combat pour la défense de la Nation, de la Patrie, de la République une et indivisible, laïque, sociale et démocratique qui est aujourd’hui le combat pour la liberté, pour la démocratie, pour la préservation des acquis sociaux du peuple et des avancées civilisationnelles et humanistes contre les visées réactionnaires de la grande bourgeoisie.
Ce combat là EST socialiste. Socialistes, au sens générique du terme, c’est à dire vous qui souhaitez une société française marquée par plus de justice sociale, c’est à dire vous l’écrasante majorité du peuple français attachés à la laïcité, à la liberté et à notre République démocratique et sociale indignez-vous, soyez patriotes.
Jean Théron

*Concernant le vote des étrangers, diverses pétitions, issues des rangs de la droite, circulent en opposition au projet du PS. C’est une bonne chose. Mais dans leurs considérants aucune trace de l’obstacle incontournable au vote des étrangers : l’article III de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, Déclaration qui constitue le texte de référence de la Constitution :
« Le principe de toute souveraineté réside essentiellement dans la Nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d’autorité qui n’en émane expressément » . C’est pourtant clair! Mais la droite qui soutient l’Union Européenne et ses dispositions ne peut pas
mener campagne contre le vote des étrangers ressortissants de l’UE. On comprend mieux l’oubli.

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.