Information aux anti-racistes : si le Père Fouettard est noir, c’est parce qu’il est ramoneur !

Publié le 1 novembre 2013 - par - 7 498 vues
Share

Quand l’antiracisme ONUsien, bâti sur l’ignorance, fait de la discrimination et stigmatise un Peuple innocent.

verenesheperdVerene Shepherd, présidente du groupe d’experts de l’ONU sur les personnes d’origine africaine, elle-même d’origine jamaïcaine, est une personne bardée de diplômes censés témoigner d’un certain degré d’instruction, si pas d’intelligence.

Dernièrement, elle s’est distinguée en affirmant qu’elle considérait le personnage du « Zwarte Piet » (nom du Père fouettard en Hollande) comme une représentation du Noir héritée de la période coloniale, parlant de la fête de Saint-Nicolas comme d’un « retour vers l’esclavage », en exigeant même la cessation.
Cela alors même que l’on va bientôt célébrer le 150ième anniversaire de l’abolition de l’esclavage, voulue et votée par qui  ? Les Blancs, chère madame !

Elle s’en est prise plus particulièrement aux Hollandais dont elle voit le « zwarte Piet » comme un affreux emblème du racisme, semblant ignorer que cette tradition s’étend bien au-delà du pays des fromages et remonte à la nuit des temps, bien avant l’époque coloniale. (Lire : http://www.belgaria.be/BULGARES_CELEBRES/Saint_Nicolas2.htm )

perefouettardSi elle s’était donné la peine de se renseigner un tant soit peu, cette experte en chef aurait pu apprendre que si le Père fouettard a les mains et le visage noircis, c’est que dans la tradition, cet acolyte du Père Noël est un ramoneur qui nettoie les cheminées avant que le Père Noël y dépose les cadeaux. Piet est le prénom Pierre en néerlandais. Un prénom qui n’a rien d’africain, même noir de suie.

Les pays du Nord sont historiquement marqués par les longs hivers, le charbon et les cheminées à ramoner tous les ans.
Les livreurs de charbon et les ramoneurs, personnages souvent bourrus, aux mains et aux visages noircis, faisaient peur aux petits enfants.
Ils étaient donc tout naturellement invoqués par les parents des enfants turbulents, au même titre que le grand méchant loup, le marchand de sable et autres croquemitaines.

Même si des ignorants ont cru bon de le représenter comme un Africain et même si certains Africains se sont prêtés au jeu, l’origine folklorique bien de chez nous du personnage ne fait aucun doute.
Absolument rien à voir, donc, avec un quelconque racisme.

Outre qu’elle démontre une ignorance absolue de notre culture, cette confusion est typique d’un discours obsessionnel, victimaire et culpabilisant à l’encontre des blancs.
Discours encouragé et propagé par une classe gaucho-bobo-politiquement correcte – les précieuses ridicules de notre époque – pour laquelle dire d’un chat noir qu’il est noir relève du racisme.

Les Hollandais, peuple tolérant et pacifique s’il en est, se sont à juste titre sentis insultés et stigmatisés par cette vision injuste et infamante de leurs traditions et ont réagi massivement. Plus d’un million de personnes ont soutenu sur le réseau social Facebook une pétition en vue de préserver le personnage du « Zwarte Piet ».

Outre l’ignorance et la stigmatisation, l’experte onusienne de la lutte contre le racisme fait aussi dans la discrimination patente à l’encontre des blancs.
L’a-t-on entendue protester quand on a découvert les nombreux esclaves noirs dans la Libye de Kadhafi, qui étaient systématiquement massacrés par les « libérateurs » ?
A-t-elle dit un mot, écrit une ligne, quand on a récemment découvert que les princes saoudiens installés dans les suites des grands hôtels à Paris et à Bruxelles avaient des esclaves noirs ?
RAS, seuls les Blancs sont d’affreux racistes, n’est-ce pas ?

Si elle était pourvue du moindre sens du ridicule et d’une simple parcelle d’honneur, cette navrante présidente d’un groupe d’experts qui étale ainsi son inexpertise démissionnerait sur le champ.
Car la lutte contre le véritable racisme, qui est une noble cause, n’avait pas vraiment besoin d’encore voir son crédit, déjà tellement galvaudé par des incompétents et des opportunistes, torpillé de la sorte.

Mieux vaut en rire qu’en pleurer.

Jean THIRION

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.