Inquiétante conférence sur la finance islamique

Le 25 juin dernier avait lieu une conférence sur la finance islamique, si chère à Christine Lagarde, organisée par l’Aidimm (Association d’Innovation pour le Développement Economique et Immobilier). La vidéo est disponible depuis quelques jours ici : http://aidimm.com/sr_vidplay.php?
 [dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xka52s_conference-aidimm-du-25-juin-2011_news#from=embed[/dailymotion]
D’emblée le décor est planté avec  l’annonce que la Finance Islamique est éthique car issue d’un « ordre moral » donc charia compatible et fièrement halal. Il parait que le pape, les grands décideurs et le FMI sont tous d’accord pour dire que la finance traditionnelle est arrivée à un point de non retour. Ça, même moi j’aurais pu le dire…

Une certaine Semia Saïd archi voilée nous rassure, l’objectif est de démocratiser la finance islamique afin qu’elle soit accessible à tous et pour tous et que l’Aidimm propose des formations d’universitaires et noue des partenariats avec des professionnels pour faire un travail de « sensibilisation », comprenez de prosélytisme.
Un sheik à barbe en tenue complète de salafiste (je constate avec plaisir que mon ordinateur ne reconnait pas ce mot comme faisant partie de son dictionnaire) la met en parallèle avec la consommation de halal dont la demande modifie le marché, espérant qu’il en sera de même pour ce nouveau marché. Ce brave homme explique à l’assistance que ne pas prendre en considération ces demandes c’est très grave parce que c’est dans les hadiths du coran, qu’elles sont importantes dans sa vie en tant que musulman par rapport à sa relation avec dieu. Il est prévu que tout soit contrôlé par des « savants ». Il faut savoir qu’en islam le savant est LA caution par excellence de tout musulman qui se respecte. Pour mémoire c’est grâce aux savants qu’on a su que la terre était plate, que le fait de manger du porc détruisait tout sentiment de patriotisme, que laisser pousser sa barbe résolvait les problèmes d’impuissance et que les seins des femmes provoquaient des tremblements de terre. Autant dire que la finance est entre de bonnes mains.
Un converti aux yeux bleus très écarquillés vêtu d’une petite nuisette marron et accessoirement auditeur à la conformité éthique de la banque du Qatar évoque « une population qui n’exprime pas ses besoins de manière audible » ! Pas audible !? Je ne sais pas ce qu’il lui faut ! Ce brave garçon invoque la priorité à la banque de détail pour aider au financement immobilier afin de favoriser à long terme voire à titre définitif et à grande échelle l’installation des populations musulmanes.

L’intervenant suivant, Boubkeur Ajdir directeur de l’Ifaas France (1), nous parle des banques françaises et notamment du Crédit Agricole qui propose « une gamme complète de produits et services conformes à la charia » (2) mais aussi la BNP, la Société Générale et d’autres. Ma banque est décidément dans tous les bons coups, ça fait plaisir… Certaines sont même récompensées chaque année par les Islamic Finance Awards !! Ca ne s’invente pas.
Après recherche je suis ravie de vous apprendre que l’heureux gagnant cette année est le Crédit Agricole qui a aidé la société Total en Arabie Saoudite (3). On notera la ressemblance troublante avec la célèbre palme de Cannes… et pourquoi pas un keffieh ou un cormoran Erika-compatible ?

 
 

 
 
 
 
Après quelques fouilles je découvre l’existence d’un organisme dénommé Paris Europlace (4) qui s’enorgueillit d’un marché de 700 milliards de dollars qui à l’horizon 2020 sera de 1 000 milliards d’euros soit l’équivalent du tiers des fonds propres de l’ensemble des banques mondiales en 2007 ou l’équivalent de la moitié de la capitalisation boursière de Paris aujourd’hui, rien de moins.
Tout l’univers de la finance, les banques mais aussi Bercy se sont penchés pour détecter tout ce qui pourrait entraver la finance islamique et aujourd’hui tous les obstacles sont levés. C’est donc une bonne nouvelle… Il en ressort que 4 produits islamiques ont vu le jour et sont désormais intégrés dans le corpus fiscal français. Il fallait absolument adapter la fiscalité française pour que les produits financiers islamiques soient les plus compétitifs possibles et surtout refuser toute assurance parce que l’assurance… ce n’est pas halal. On croise les doigts pour que tout se passe bien.
 Un vieux sheikh salafiste à barbe grise prône l’indépendance totale par rapport aux établissements conventionnels y compris dans la diffusion des produits islamiques et dont la politique de gestion serait totalement orientée vers les règles du droit musulman, entendez la loi de la charia. Ce monsieur nous parle d’un « savant pakistanais » basé à Bahreïn qui dirige le comité de conformité charia de l’organisme normateur de la finance islamique, lequel savant a autorisé les établissements bancaires classiques à proposer ces produits charia compatibles y compris aux non musulmans, ce qui est fort aimable de sa part. Le but étant de faire passer « la dimension universelle du message de l’islam ». Le sheikh nous explique que le message de l’islam n’est pas réservé à une ethnie, à une race ou à un peuple mais qu’il s’adresse à l’ensemble de l’humanité. Et l’ensemble de l’humanité n’a pas son mot à dire comme on l’aura compris.
Optimiste il nous explique qu’à partir du moment où on (eux, les savants) ne peut pas mettre en œuvre la totalité des injonctions islamiques « on ne doit pas tout abandonner sous prétexte d’attendre que tout soit possible ». En clair tout vient à point au sheikh qui sait attendre. Tous ces financiers ont dû accepter de mauvaise grâce la nécessité d’avoir recours provisoirement aux établissements existants faute de quoi il leur aurait fallu attendre encore des années… pour arriver à leurs fins. Ce qui signifie clairement que pour eux la France sera un jour sous domination musulmane, on n’est plus dans le conditionnel mais bel et bien dans le futur. Et le tout avec la complicité du Ministère des Finances qui veillera à modifier la législation pour l’adapter aux lois de la charia et d’ailleurs dès juin 2012 seront faites des propositions fiscales spécifiques  pour compléter ce magnifique package qui permettra à nos amis musulmans d’acheter des biens sans payer d’intérêts pendant que nous paierons les nôtres tous les mois, à moins de faire appel à ces établissements avec toutes les conséquences que cela impliquera.
Le directeur adjoint Koweit Finance House tente de nous convaincre que malgré sa longue barbe (oui, il a aussi une pilosité charia compatible au menton) la démarche n’a rien de communautariste mais confirme que quand même la charia est à l’origine de tout cela et qu’il y a clairement des valeurs islamiques mais cela n’a rien à voir avec du communautarisme. Me voilà rassurée.


La vidéo se termine par quelques réactions à chaud du public avec entre autres une jeune black qui en guise de salut nous gratifie d’un « malekoum salam » et de deux voilées qui ont eu les réponses qu’elles attendaient.
Moi c’est tout le contraire, c’est maintenant que j’ai des questions.
Caroline Alamachère
(1)     IFAAS est un cabinet de consulting spécialisé dans les services liés à la finance islamique et à la conformité  Shariah pour les institutions financières, les cabinets d’avocats, compagnies d’assurance, les régulateurs et tout autre acteur qui s’intéresse à ce secteur d’activité
(2)    http://www.ca-cib.fr/metiers/la-finance-islamique-au-coeur-du-developpement-de-credit-agricole-cib.htm
(3)    http://www.ca-cib.fr/actualites/a-loccasion-des-islamic-finance-awards-2011-credit-agricole-cib-recoit-le-prix-de-most-improved-international-islamic-bank-par-euromoney.htm
(4)  Paris EUROPLACE, créée en 1993, est l’organisation de représentation de la Place financière de Paris. L’association réunit toutes les catégories d’acteurs de l’industrie financière : entreprises émettrices, investisseurs, intermédiaires, autorités de marchés, professions juridiques et comptables, associations professionnelles ainsi que la Ville de Paris et la Banque de France (www.paris-europlace.net)

image_pdfimage_print