Intellectuels musulmans pourquoi ne dites vous pas la vérité sur l’islam ?

Publié le 20 octobre 2012 - par - 9 106 vues
Share

La plupart de ces intellectuels auxquels j’aimerais m’adresser aujourd’hui ont quitté leur pays d’origine pour venir vivre en France et se faire les ambassadeurs charmeurs de l’islam, sorte de lobbyistes, puisque le mot est à la mode, de leur religion. Ils  vendent l’islam, religion de paix d’amour et de tolérance, principalement à nos élus et ça marche bien. Vendre ce discours au peuple français s’avère une  tache plus ardue. Les faits extrêmement graves, commis par des gens se réclamant de l’islam et tuant au nom de Allah Akbar,  endeuillent tous les jours la planète. Il est vrai qu’ils se passent la plupart du temps sur les terres musulmanes, et tuent d’abord des musulmans, mais ceci n’est pas particulièrement rassurant, d’autant que nombre de chrétiens ou de juifs sont dans le lot des victimes.

Chacun est capable de sentir que l’arrivée de l’islam en France, et plus largement en Europe  ,amène cette violence aussi dans nos pays. La dénommer terrorisme commis au nom d’un islam qui serait radical ne change rien à l’affaire et ne trompe personne. Nous n’allons plus dorénavant échapper aux menaces, même avec des forces de renseignement uniquement vouées à déjouer  certains comportementsNos intellectuels vont  donc avoir de la difficulté à  poursuivre avec les paroles « peace en love » générales auxquelles nous allons de moins en moins croire. Certains l’ont bien senti qui depuis quelques années ont, sur la pointe des pieds, émis des avis, mis le doigt sur ce qui ne va pas dans l’islam, sans jamais oser aller au fond des choses.

Malek Chebel avec l’islam et la raison, Fethi Benslama avec son pour un droit à l’insoumission, Abdelwahhab Meddeb avec la maladie de l’islam, ont signalé des côtés  noirs ou inquiétants. Le plus clairvoyant me semble cependant être Abdennour Bidar . En écrivant dans le journal le Monde, après  l’affaire Merah : Depuis des années, j’analyse dans mes travaux ce que j’ai désigné à plusieurs reprises comme une dégénérescence multiforme de cette religion : ritualisme, formalisme, dogmatisme, sexisme, antisémitisme, intolérance, inculture ou «  sous-culture ». Cette médiocrité profonde dans laquelle sombre l’islam s’observe à des degrés très divers selon les individus …. la culture islamique est depuis plusieurs  siècles enfermées dans ses certitudes, enfermée dans la conviction mortifère de sa « vérité ». Elle est incapable d’autocritique. Elle considère de façon paranoïaque que  toute remise en cause de ses dogmes est un sacrilège. Coran, Prophète, ramadan, halal etc…la moindre tentative de remise en cause sur ces totems de l’islam se heurte à une fin de non-recevoir . Comment s’étonner que dans ce climat général de civilisation, figé et schizophrène, quelques esprits malades  transforment et radicalisent cette fermeture collective en fanatisme meurtrier ?

Il est donc clair pour A. Bidar que la remise en cause des dogmes Coran, Prophète, ramadan, halal s’imposerait… Oui nous aussi, aimerions qu’elle s’imposât !! Pourquoi n’est-ce pas fait ?  « Mais qui aura ce courage ? Qui en prendra le risque ? » terminait le philosophe  dans son article de 2012 …

Oui nous aimerions Messieurs, les intellectuels de l’islam que vous commenciez à vous  attaquez à une remise à plat de votre livre Saint le Coran.  Que vous cessiez de nous dire que tout dans le Coran est pur amour du prochain , alors qu’il n’en est rien. Nombreux sont les non- musulmans qui prennent le temps de se plonger dans votre culture et dans le livre  sacré de votre religion et qui maintenant connaissent la vérité, ce que certains d’entre vous souhaiteraient peut-être nous tenir caché.

Nous aimerions que, plutôt que de  nous parler d’êtres déviants qui n’auraient pas la bonne lecture des versets, vous-mêmes, fassiez preuve d’un minimum d’honnêteté intellectuelle…Nous connaissons la violence inhérente  à votre religion dont certains versets commandent aux croyants  le combat, la mort, la détestation des autres. Nous savons lire, nous savons juger, jauger la nuisance que porte le Coran  qui conduit certains  croyants à commettre  des actes insoutenables. Ils n’inventent rien hélas ! Ils obéissent à ce qu’Allah commande dans le Coran , et c’est bien cela le drame de votre religion. C’est donc par là  que doit commencer votre travail… Il faut vous y atteler rapidement il y a urgence Il faut aller gratter là où ça fait mal.

La majeure partie du  Coran est déjà insupportable dans « une société de pureté islamique », mais dans une société où se côtoient juifs, chrétiens, athées et mécréants  vos versets appelant au meurtre sont inadmissibles, dangereux, mortifères dans nos pays des droits de l’homme. Le statut et le sort des femmes est à l’opposé de nos valeurs démocratiques. Qu’attendez-vous pour l’avouer vraiment ?

Les femmes  sont-elles plus courageuses que  vous ? Face à des Ayan Hirsi Ali ou des Wafa Sultan,  qui risquent leur vie, vous,  vous vous demandez : qui  aura le courage, qui prendra le risque d’agir? La musulmane Wafa Sutan n’a-t-elle pas, seule, mis « l’islam en question », et dénoncé le Prophète dont certains actes ne sont pas glorieux(1). Elle dénonce tant d’autres actes du Prophète que l’on devrait juger tout à fait scandaleux aujourd’hui et elle cherche : « Où se trouvent les versets du  Coran ou les traditions prophétiques permettant d’atténuer la laideur de ce comportement ? Ils n’existent pas ». Voilà une analyse bien posée une parole forte et courageuse. Où sont les vôtres, on les guette en vain ?

Ne pouvez-vous pas, vous aussi, ouvertement, vous regrouper et vous lancer dans cette rénovation salutaire ?   De qui de quoi avez-vous peur ? Qu’un Al Qaradawi vous balance une fatwa par internet? La terreur islamique peut-elle faire vaciller votre courage, ou  manquez-vous de courage ? Craignez-vous qu’après avoir expurgé la violence du Coran il ne reste plus qu’un édifice aux fondations fragilisées qui pourrait s’écrouler ? Ou bien craignez vous, après nous avoir vendu si longtemps l’islam comme  paix amour et  tolérance, alors que maints faits nous prouvent de plus en plus fréquemment le contraire, que plus personne ne vous croit et que vous perdiez votre  business ?

Chantal Crabère 

(1) )    Son mariage avec Aïcha âgée de 9 ans. Celui  avec  Safiya bint Huyai lui paraît un des actes les plus atroces commis par le créateur de l’islam.  Cette  femme juive  se retrouva dans son lit alors qu’il venait de tuer son époux, son père et son frère.

 

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.