Interdiction des véhicules anciens : quand Hidalgo traque les sans-dents

Publié le 28 juin 2016 - par - 19 commentaires - 1 790 vues
Share

2CV

La politique anti-voiture initiée à Paris en 2001 n’a toujours pas produit de résultats significatifs dans la lutte contre la pollution puisque, générant des embouteillages sans améliorer parallèlement l’offre de transports souterrains, elle congestionne sans fluidifier.

Mais ces mesures sans cesse durcies sont devenues comme un réflexe identitaire chez les socialistes et les Verts parisiens. S’ils sont de gôôôche et progressistes, c’est parce qu’ils luttent contre l’affreuse bagnole, synonyme d’individualisme. La ville peut bien s’endetter et s’encrasser, au moins leur reste-t-il ce marqueur pour complaire à leur électorat de bobos qui envisagent sans trop de déplaisir de se contenter de Vélib’ pour aller de leur agence de com’ à leur appartement près du Canal Saint Martin. Non, je ne caricature pas, je les ai vus à l’œuvre comme élu parisien pendant des années …

Cet égoïsme paré des plumes du bon sentiment écologiste a été récupéré par des politiciens cyniques avec Delanoë et Hidalgo pour chefs de file. Gros problème : comme tout penchant dogmatique, il a tendance à se durcir et verser dans l’outrance et l’intransigeance à mesure que ses résultats font défaut.

C’est très exactement ce qui est en train de se passer avec la fermeture de la voie expresse rive droite qui sera la goutte d’eau qui fera déborder le vase des engorgements de Paris. Après tout, laissons Hidalgo faire : il est bon que ceux qui gobent sa propagande finissent par souffrir avec les autres.

Dernière facétie en date : l’interdiction des véhicules immatriculés avant 1997. Peu importe si leurs contrôles techniques révèlent qu’ils ne polluent pas plus que les autres. Peu importe surtout si rien n’est fait, une fois encore, pour offrir des solutions alternatives à leurs propriétaires. C’est la répression qui tient lieu d’action.

Qui en sont les victimes ? Tout le monde s’en est rendu compte, ce sont d’abord ceux qui n’ont pas les moyens de s’acheter des véhicules neufs ou plus récents. « Salauds de sans dents !», crie Hidalgo pour actualiser la formule de Gabin avec les mots de l’ami du peuple actuellement enkysté à l’Elysée.

Il leur faudra se contenter, s’ils ne peuvent plus se déplacer en voiture, de serrer les dents qui leur restent quand même dans des transports malcommodes. Ou de solliciter, s’ils ont quinze ans devant eux et du piston, un des logements sociaux que la mairie fabrique pour y parquer sa clientèle électorale. Sinon, bah … ils n’avaient qu’à être des bobos comme les autres.

Autre population malmenée : les propriétaires de voitures de collection, placés encore plus haut sur l’échelle de la détestation socialiste.

Avec un peu de recul, on se dit qu’une fois encore cette engeance politicienne aura raté le virage technique et social qui se négocie sous nos yeux. Le transport individuel, via la voiture automatisée, est l’avenir ; le transport collectif, peu modulable, coûteux et syndicalisé, appartient au passé.

Croyant être innovants, Hidalgo et ses sbires sont en réalité ringards et en retard d’une guerre. Ils s’en prennent aux véhicules d’antan sans comprendre que la liberté qu’ils symbolisent et qu’il faut à tout prix respecter est le seul guide fiable pour élaborer les solutions du futur.

Serge Federbusch

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
well

un aspect bobo-parigot de la loi pas évoqué : les voitures ayant une carte grise « collection » pourraient circuler. Pourraient car je n’ai pas suivi l’affaire. Carte grise collection, c’est le bobo qui roule avec une Triumph impeccable rouge qu’il vient d’acheter, et des plaques neuves au format européen. C’est d’un con, une voiture ancienne avec des plaques modernes ! La mienne de voiture est éligible à la collection, car je la possède depuis 32 ans. Mon numéro et mes plaques (noires) ont 32 ans, et elles ont physiquement 32 ans car je n’ai jamais eu d’accident. Et ça me ferait chier de passer en collection et de perdre mes plaques d’origines et de me retrouver avec un numéro minéralogique de bobo.

jean

pour une fois je suis d accord avec elle les gens prenent leur voiture meme pour un petit parcour, il faut supprimer tout les diesel, faite comme moi je marche beaucoup, je fait du velo

PUGNACITÉ

Les Parisiens et banlieusards ne disposant pas d’un revenu suffisant pour financer l’achat d’un véhicule ayant les critères requis pour circuler dans Paris vont être contraints soit d’utiliser les transports publics crasseux et peu sûrs en terme de sécurité soit de ne pas pénétrer dans la capitale.
Cette mise à l’index est inadmissible car elle constitue un obstacle indéniable à la libre circulation de citoyens qui ont besoin de travailler et qui vont devoir déroger à la loi pour couvrir leurs besoins primaires et simplement survivre.
Cette elue du peuple bobo parisien dotee d’un ego surdimensionné et d’une ambition excédant ses capacités (exemple du principe de Péter)s’emploie à adopter des mesures simplement destinées à faire le buzz et la mettre en lumière. Elle occulte complètement les contraintes des agents économiques.
Sans doute est ce cela être de gauche.

jan-vrai-patriote-qui-se-fera-enterrer-en-France-!

( rire !..) Hidlego !…

John silver

Hidalgo une conne intersidérale …

Tête de veau

Si les « sans dents » se payent la voiture de collection de la photo, je comprends qu’ils n’aient pas les sous pour s’acheter une prothèse dentaire.

Marie35

Et dire qu’on a les mêmes cruches idéologues en province !….. La ville de Rennes n’a rien à envier à Paris de ce côté là, même genre de bécasse à la mairie et mêmes effets à l’horizon, augmentation des zones sans voitures dans le centre, diminution des places de parking et prix prohibitifs, la rocade est passée à une limitation à 70. Je suis sûre que la prochaine étape sera l’interdiction des vieilles bagnoles en ville. La maire socialo-écolo-bobo veut que tout le monde se gare en périphérie et prenne le métro, (quand on voit ce qui traîne dedans ça fait pas envie…. ) Les parkings des hôpitaux deviennent payants, est ce que ça ne serait pas pour dissuader les gens qui veulent aller en ville de s’y garer ? SALOPARDS DE SOCIALISTES !

WOLFRED

bientôt les parisiens seront a dos de chameaux, la sultane aicha hil dago s ‘en charge de les faire venir de Londres

Louve Normande

M’en fiches, je ne vais plus à Paris depuis 20 ans !

Mickdan

moi pareil j’ai quitter Paris en 1983 pour la province,et aucun regret quand je vois la ville ou je suis né,c’est un dépotoir rien a voir avec ce que j’ai connu !!!

JEAN PN

La HIDALGO veut interdire les anciennes voitures … Même si leur contrôle technique est bon ???…
Nous sommes vraiment gouvernés par des CONS !!!

jan-vrai-patriote-qui-se-fera-enterrer-en-France-!

Militons pour la voiture à air comprimé !!!

vieux bidasse

La voiture à air comprimé, il faut un compresseur pour -comprimer- Donc, tant que les dynamos ne seront pas à pédales, il faudra des centrales pour fournir l’électricité.
Ce qui ne fait que déplacer la pollution et la production de gaz à effet de serre.
Comme la voiture électrique donc…
Où en est la moteur à eau?…. pas assez rentable pour certains.

KAMISAN

Moteur à eau ; Pas rentable au sens « bilan énergétique »

Tskvi

Les cons primés, ça ne manque pas. Les connes encore moins, n’est-ce pas, camarade Hidalgo?

Nos élites seront les premiers à inaugurer les différents salon de l’automobile et au passage faire les pique-assiettes

coupendeux

Et ils arriveront en grosses bagnoles (avec chauffeur et gardes du corps, de préférence) pour montrer l’exemple de ce qu’ils disent combattre.

coco

Pis surtout, dans les transports en communs, les sans-dents pourront se faire attaquer par les chances pour la France (surtout les femmes!) contrairement à dans sa voiture….

moustacheettrotinette

C’est cela le « partage » selon la Petite Secte.
Selon nos Zélus, il semble « normal » qu’une femme se fasse agresser pour lui voler ses bijoux: en les laissant à la maison, elle ne risque que de se les faire piquer par des « visiteurs ».
Car comme le disait un camarade :