Interdire l’islam jusqu’à sa réforme, ou l’encadrer strictement

Publié le 31 décembre 2015 - par - 18 commentaires - 1 396 vues
Share
TCHOIslamistesStigmatisEsToutes les Facultés et toutes les mosquées dans le monde musulman enseignent ce qui suit:

Les non-musulmans monothéistes ont le choix entre

– La conversion à l’islam,

– La soumission aux musulmans, le paiement de la jizya, et l’acceptation des normes islamiques relatives au statut de la dhimma, ou

– L’épée

Quant aux non-monothéistes, ils n’ont le choix qu’entre l’islam et l’épée.

Ces normes sont applicables si les musulmans ont les moyens de le faire. Sinon, elles sont mises en veilleuse en attendant des jours meilleurs.

Les « modérés » disent que l’Islam n’a jamais entrepris de guerre offensive. Son seul but serait de propager la foi islamique, de permettre aux gens de choisir la religion islamique s’ils le souhaitent, et de la pratiquer librement. Et lorsque la propagation de la foi se trouve empêchée par des obstacles, les musulmans ont été contraints de contrer ces obstacles, y compris par la guerre.

Si on tenait compte des arguments des «modérés», qui forment une infime minorité, on ne peut que leur donner raison sur le fond à la lumière de la Déclaration universelle des droits de l’homme qui dit à cet égard:

Article 18 – Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu’en privé, par l’enseignement, les pratiques, le culte et l’accomplissement des rites.

Article 19 – Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit.

Et l’article 2 chiffre 1 d’ajouter :

Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d’opinion politique ou de toute autre opinion, d’origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation.

Le problème est que l’islam ne reconnaît ces droits qu’à un sens unique, et met l’allégeance à la loi musulmane au-dessus de toute autre allégeance. Ainsi tout prosélytisme est interdit dans les pays arabes et musulmans, et il est interdit aux musulmans de quitter leur foi. Un musulman qui quitte l’islam, y compris en Occident, se voit menacé de mort. L’islam impose la religion aux enfants issus de couples musulmans, ou dont un des deux conjoints est musulman. Et l’islam refuse de se soumettre aux normes étatiques. Ces normes figurent dans les lois de tous les pays arabes et musulmans, et ont été intégrées dans les lois modèles approuvées par tous les ministres arabes de justice, lois qui se trouvent sur le site de la Ligue arabe. Si l’on appliquait, ici aux musulmans, la revendication musulmane de pouvoir propager l’islam selon sa doctrine, alors l’Occident serait en droit d’occuper tous les pays arabes et musulmans.

Si le point de vue des «modérés» devait être accepté à la lumière des principes de la Déclaration universelle des droits de l’homme, il faudrait procéder à une réforme en profondeur de l’islam.

Cette réforme cependant ne sera pas faite d’un jour à l’autre, si elle se fait jamais. En attendant, il faut que les pays occidentaux interdisent l’islam jusqu’à ce qu’il soit réformé, ou ne l’acceptent qu’en l’encadrant de façon stricte, et sans concession aucune, dans le respect de la Déclaration universelle des droits de l’homme et des lois nationales.

(Extrait d’un livre sur le jihad en cours de réalisation)

Sami Aldeeb, Professeur des universités
Directeur du Centre de droit arabe et musulman
Traducteur du Coran en français et auteur de nombreux ouvrages
www.sami-aldeeb.com
www.blog.sami-aldeeb.com

Sami Aldeeb: interdire l’islam jusqu’à sa réforme, ou l’encadrer strictement

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
pauledesbaux

MYrvj tout à fait d’accord INTERDIRE LE CORAN SI NOUS NE VOULONS PAS FINIR COMME NOS COUSINS BERBERES qui n’ont eu d’autre choix que le sabre ou le coran et dont les descendants sont malades de cette arabité, dautres ont fui quand ils ont pu le faire à temps et nous les retrouvons un peu partout, (nous espérons de tout coeur et de tout choeur que nos cousins retrouveront leur statut de berbères afin de démontrer aux soldats d’allah qu’ils ne seront pas toujours les maitres du monde; Nous avons des leçons à tirer de nos amis corses hauts les coeurs, merci Monsieur ALDEEB

Herbert Sogno

3 remarques :

1 – La loi Pléven baffoue allègrement l’article 19 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.

2 – Je pense que Sami Aldeeb sait très bien que l’islam n’est pas réformable mais qu’il propose seulement de la jouer réglo en conditionnant sa réautorisation à des réformes afin que nous ne violions pas nos propres règles éthiques.

3 – Malgré tout c’est un jeu dangereux car ils trouveraient toujours le moyen de créer des situations dérogatoires et de faire perdurer une latence plus longue dans l’espoir de revenir un jour en force, et de continuer à promouvoir l’expansion silencieuse de l’islam dans des pays fragiles où il fait déjà trop de dégâts, comme en Asie par exemple. Il serait préférable de faire le constat « d’huissier » de l’incompatibilité totale et d’interdire définitivement ce qui l’est de fait, en lui retirant son statut de religion, de par son contenu.

Lia

@Herbert Sologno
Votre conclusion est très intéressante,
je l’écris d’autant plus que je n’y avais pas pensé.

Mais, comment retirer son statut de religion à un système politico-religieux, qui a déjà 1400 ans ?

Un dieu se définit par ses dogmes et ses magistères.
Comment traduire le danger, que ces dogmes et ces magistères représentent pour notre civilisation ?
(Plus de conditionnel, ni d’adjectif, je ne prends plus de gants).

En quels termes ? Dans quel cadre ? Quid de la convention de Genève signée par la France ? Car nos droits de l’homme protègent les islamistes, qui s’en servent, et le disent. (Ex : Youssef Qardawi).

La 1ère mesure ne serait-elle pas d’interdire
le salafisme ? De le considérer comme une secte.
(Je sais pour vous, il est inhérent à l’ADN de l’Islam).

Le salafisme s’est développé de façon alarmante
en France.
Je crois qu’il est interdit en Algérie.

Herbert Sogno

@ Lia

Il y a deux anges d’attaque principaux à mon avis :

1 – L’aspect historique : il faut vraiment que les experts en islamologie creusent très activement, profondément et scientifiquement la question des origines de l’islam, en mettant au jour les étapes de l’élaboration du coran depuis le coran primitif en syriaque élaboré par une secte nazaréenne jusqu’aux derniers amendements par les califes conquérants, afin d’en démontrer l’imposture.

2 – Il faut travailler à la conception d’un nouveau paradigme concernant la définition des religions dont les dogmes, que vous le soulignez justement comme inhérents, devraient tous être conformes à certains critères intangibles, tels ceux fondant la paix et la fraternité entre les hommes ( etc…) , et surtout, excluant ceux qui s’y opposent. Il faudrait trouver des outils pour impulser ce paradigme dans la société et en faire un mème puissant. Nous n’avons que 15 ans pour y arriver.

Herbert Sogno

@ Lia extension à mon message de16 h 50

Pour le 1, j’ajouterai que si par chance, Sami Aldeeb se gardait le temps de lire les messages de ses commentateurs ( je crains fort que ce ne soit pas le cas ) , je l’inviterais humblement mais avec autant d’insistance que possible à entrer en contact avec tous les spécialistes qui travaillent à étudier l’imposture du coran, et à leur proposer de fonder une congrégation. Ils sont nombreux sur le net à exposer leur point de vue, qui ne sont d’ailleurs pas toujours parfaitement convergents, mais il s’agit toujours de personnes d’une grande érudition et d’une incontestable rigueur intellectuelle. Il y a sûrement beaucoup à y gagner de croiser les connaissances de chacun d’entre eux.

Pour le 2, il est évident qu’une doxa dont les dogmes sont contraires à la Déclaration des Droits de l’Homme ne peut pas légitimement y trouver le refuge d’une protection, c’est insensé.

Lia

@Herbert Sogno

Quels auteurs me recommanderiez vous ?

Je sais que je dois lire Henri Corbin,
Louis Massignon (proche du soufisme,
donc déviant pour les totalitaristes de
Bensaoudie), etc.

Je lis aussi le blog de René Naba,
qui m’agace beaucoup.

Herbert Sogno

@ Lia

Désolé, dans ma réponse à votre commentaire précédent, j’ai du raccourcir mon texte au moins 25 fois, toujours plus incrédule devant l’obstination de la machine à me trouver trop long – un cauchemar cette limite – et du fait, nous nous sommes croisé.

Très honnêtement, je fais de la lutte contre l’islamisation et la nécessité de m’en informer un devoir citoyen, mais c’est plus pour moi une corvée. Mes lectures sont tournées vers les sciences et je me fais aussi devoir de lutter pour la préservation de la biodiversité et l’amélioration de la condition animale. Par conséquent je serais extrêmement prétentieux de m’aviser digne de vous donner le moindre conseil en matière d’auteurs.

J’ai certes le goût de la réflexion, mais, handicapé également par une santé invalidante, je n’ai absolument pas le temps de m’informer auprès des penseurs qui publient. Je suis navré de vous décevoir.

Bien à vous.

Lia

@Herbert Sogno
Réponse à votre post de 16 h50

Je vous remercie, de m’avoir répondu.
Qu’entendez-vous par imposture ?

Pensiez-vous aux incohérences
successives dues à une historicité particulière,
que la théorie de l’abrogeant
et de l’abrogé ait censée pallier ?

Le fait que cette théorie de l’abrogeant
et de l’abrogé n’ait pas été supprimée ?
D’ailleurs est-ce possible ?

Je vous réécris ultérieurement.
Je dois me documenter.
Je ne sais qu’une chose, le Père
Henri BOULAD, dont je vous ai parlé,
-je crois- a expliqué que l’Islam
était plus difficile à combattre, vaincre, que
les idéologies totalitaires classiques,

C’est un système politico-religieux.

A plus tard, avec des questions
plus calibrées.

Herbert Sogno

@ Lia

Tout d’abord, pressé de répondre à vos questions me permettant fort opportunément de compléter ma pensée, merci à vous, j’ai omis, ni courtois ni modeste, d’exprimer ma gratitude pour l’intérêt que vous avez manifesté à mon commentaire initial, je répare ici cet oubli.

L’imposture du coran se limite pour moi au fait qu’il n’est pas ce qu’il prétend, au sens large, et le démontrer suffit en soi à débouter l’islam de toute prétention d’émanation céleste et à le rendre ainsi caduque.

Je ne connais pas le p. Boulad, mais ai écouté sur yutub le discours d’un autre ecclésiaste remarquable, éminent linguiste, démontrant de façon très convaincante que le coran primitif, antérieur à la naissance de l’hypothétique Mahomet, était une synthèse des 2 testaments vouée à faire la promotion du christianisme, et « mohamad » y signifiait simplement « le bien aimé », désignant probablement Jésus.

J’ai lu aussi que des pages d’autres corans sont avérées être partiellement palimpsestes.

Lia

@Herbert Sogno

Merci pour ce dialogue ! Rassurez-vous,
vous n’êtes ni discourtois, ni cuistre.
Vous rappelleriez-vous à tout hasard,
le nom de cet ecclésiaste ?

J’ai commencé à me documenter. Voici mes trouvailles du jour : les historiens Patricia Crone, Alfred-Louis de Prémare, Edouard-Marie Gallez.
Leur postulat est que l’Islam dériverait d’une secte judéo-nazaréenne.

Pour ce qui est de la condition animale, comme je vous comprends ! Je passe mon temps à signer des pétitions, je me suis rendue au CEDAF de Maison-Alfort plusieurs fois etc. J’espère y être bénévole.
Je plains les animaux de devoir nous supporter…

Je vous souhaite sincèrement le meilleur pour votre santé et de l’endurance tout plein.
Passer son temps dans les hôpitaux et
attendre, attendre, ah ! je sais ce que c’est..famille oblige. Bon, le ciel est -pour le moment-
sans nuages. Je croise les doigts.

En espérant vous relire,
bien à vous

Herbert Sogno

@ Lia

Par chance, j’avais stocké le lien vers la vidéo de ce discours très intéressant du fameux ecclésiaste :

https://www.youtube.com/watch?v=Q7BjGCvbtjo

Malheureusement, il n’y est pas nommé ; on voit apparaître le tome 3 d’un de ses livres à la fin de la 59ème minute mais il n’y a pas moyen d’y lire un nom avec mon équipement. De proche en proche, vous trouverez également de nombreuses autres vidéos où, comme je le disais, des divergences apparaissent. En définitif, ce n’est pas dans celle-là d’ailleurs que le coran primitif en araméo-syriaque apparait être antérieur à la naissance prétendue de Mahomet.

C’est pourquoi tous ces spécialistes devraient se regrouper d’après moi. Mais chacun mène sa barque en fonction des vents et non seulement on ne fait pas toujours ce qu’on veut, mais on ne veut pas toujours ce qu’on devrait non plus.

EVA

Hélas, l’islam n’est pas réformable, autrement cela se serait su, depuis 14 siècles qu’il existe. L’islam doit être interdit:
http://resistancerepublicaine.eu/2015/01/08/charlie-hebdo-on-ne-peut-pas-reformer-lislam-on-ne-peut-que-le-chasser-hors-de-france-par-eva/

laurent k.

islam des lumières : liberté de pensée, liberté de conscience etc…
le fou qui soit disant cause sur facebook en est la preuve éclatante!
dommage il ne s’est pas convertit à l’islam mais au FRONT NATIONAL!!!!!!!! (ah!ah!ah!)
quand le scandale éclatera officiellement dans les médias, les musulmans perdront leur « jouet » et cela mettra un terme définitivement à la présence de la 5ème colonne musulmane sur le sol français (ça va leur faire mal au cul…)
UNE SEULE SOLUTION : LA REMIGRATION (et bon retour dans vôtre pays d’origine)

Yves ESSYLU

moi je choisis l’epée, comme tout identitaire donc patriote

divine

on a pas à prôner l islam en France ce n est pas notre religion ,seulement nos dirigent et à commencer par sarko et sa continu avec hollande ils ont trop de fric à se faire et puis cela fait bien aux yeux du monde d être pour cette islam de merde qui n est surtout pas une religion D AMOUR ET DE PAIX PARTOUT OU CES GENTS PASSENT C EST LA MERDE ET ILS FOUTENT LA MERDE :ALORS LEUR ISLAM ILS VONT LE FAIRE CHEZ EUX

Lia

Si je me rappelle bien, tous ceux qui ont essayé de réformer l’Islam,
se sont fait zigouiller.
Menace qui pèse sur la tête de nos dissidents contemporains, réformateurs à leur manière : Ayaan Hirsi Ali, Taslima Nasreen, Robert Redeker etc.
En somme, pire que d’être Beaumarchais sous Louis XVI ou
Voltaire sous Louis XV !

Interdire le Coran : les droits de l’hommistes invoqueront la liberté de culte…
Etablir des gardes- fous juridiques, autour d’une religion légaliste ?

Pour établir des cadres stricts, encore eut- il fallu que nos politiques fussent
cultivés et dotés du sens de l’histoire.

Savent-ils qu’un dieu se définit par ses dogmes et ses magistères ?

C’est pourquoi le dieu des chrétiens N’EST PAS celui des musulmans.
Ces imbéciles ne savent même pas, que les droits de l’homme et la laïcité découlent du christianisme,des Evangiles. Marie-Madeleine et Jésus, la parabole des talents etc.

Lia

Nota Bene à mon post de 23 h 41

Interdire le Coran : les droits de l’hommistes*invoqueront
la liberté de culte et/ou la liberté de conscience…

Ces crétins ont oublié ce qu’est la foi et son corollaire
tyrannique, le fanatisme.

C’est bien de vivre dans une société sécularisée,
mais sécularisé ne rime pas avec tabula rasa de l’héritage chrétien.

Les droits de l’hommistes font tabula rasa de
l’héritage chrétien, mais point de tabula pour l’islam,
Eh ! oui ! cela serait de l’islamophobie
Mot creux, promu par la ligue mondiale islamique (de mémoire).
Concept bancal qui confond allégrement croyants et dogmes établis.

Mais pourquoi devient-on islamophobe ?
Car l’on ne naît pas ainsi.
Comment se soigne l’islamophobie ?
Quels sont les symptômes ? Qui est habilité à la soigner ?

Lia

Fin du post de 5 h 12

P.-S
Droits de l’hommistes : je vois large.

Francs-macs ignares et intolérants,
prescripteurs d’opinion pontifiants,
hauts fonctionnaires incultes de l’ONU,
jeunesse fleur bleue qui milite avec un
ukulélé et une main jaune etc.