Internet et le peuple, principaux ennemis de Cohn-Bendit et de Fourest

Publié le 28 décembre 2009 - par
Share

Deux interventions d’élites autoproclamées ont récemment retenu mon attention : une tribune libre de Caroline Fourest dans Le Monde (1) et un vif échange entre Daniel Cohn-Bendit et Oskar Freysinger sur la Télévision Suisse Romande (2).

La présidente de Prochoix titre son article : « Les failles de la « médiocratie » » et nous explique, en gros, qu’on ne peut débattre qu’entres gens autorisés (parmi lesquels évidemment elle se compte). Tous les autres ne seraient que des « antidémocrates » (sic !) et des désinformateurs. Comme si Caroline Fourest ne jouait pas de la désinformation quand elle nous présente un Coran progressiste ou un Mahomet féministe, à coup de réécriture de l’Histoire !

Caroline Fourest use d’une autre ficelle rhétorique : l’amalgame. Elle n’hésite pas à écrire : « Ce qui vaut pour l’extrême droite vaut pour les courants intégristes, extrémistes ou complotistes, qu’ils dénoncent un complot de la CIA, un complot sioniste ou un complot de l' »Eurabia ». » Voilà donc l’ouvrage « Eurabia » de Bat Y’or, pourtant factuel et documenté, comparé à l’intégrisme (que pourtant elle dénonce), à l’extrême droite, ou au « complot sioniste ». Le procédé est abject.

Caroline Fourest poursuit : « Ceux-là ont déjà tout le loisir de s’exprimer sur Internet. Cette bonne nouvelle pour la liberté d’expression ne l’est pas forcément pour la démocratie. Lorsqu’elle n’est pas régulée ou modérée, cette parodie de démocratie virtuelle ressemble parfois à une anarchie où sévit la loi du plus antidémocrate : celle du troll et du spammeur. »

Voilà donc l’ennemi : Internet, considéré par Caroline Fourest comme une poubelle… où pourtant elle n’hésite pas à faire sans cesse son auto-promotion, sur le site de Prochoix comme sur son blog personnel. Tous ceux qui exprimeraient des avis sur ce média, parce qu’ils ne peuvent le faire ailleurs, sont suspectés d’« anarchie » et d’« antidémocrate ». Pas moins !

Oui, Internet est dangereux… mais pas pour la démocratie : Internet menace le fond de commerce de gens comme Caroline Fourest, qui d’ailleurs interdit tout commentaire sur ses sites (Prochoix et blog) et qui refuse d’y publier tout droit de réponse. Même les abonnés du Monde qui ont publié des commentaires sur sa tribune ne s’y sont pas trompés. Désolé, Mademoiselle Fourest, mais vous n’empêcherez pas les gens du peuple de s’exprimer, et Internet est un lieu où ils peuvent encore le faire. Et votre posture est antidémocratique si elle consiste à limiter cette parole aux interlocuteurs qui vous conviennent.

Un autre exemple de détestation pathologique de la parole populaire est dans l’échange cité entre Daniel Cohn-Bendit et Oskar Freysinger. Le leader islamo-écolo-gauchiste prétend, suite à la votation suisse sur les minarets : « Ce que la Suisse, la majorité a fait, la plupart des peuples européens ne le comprennent pas ».

Cohn-Bendit est déjà très prétentieux en parlant au nom des « peuples européens » (pas moins !), mais en plus ce qu’il dit est totalement contredit… par ces peuples eux-mêmes, que ce soit par les enquêtes en ligne sur Internet ou par les sondages. La journaliste et Oskar Freysinger ont beau lui rappeler ces vérités objectives, Daniel Cohn-Bendit s’énerve de plus en plus, prétend qu’il n’y a que « les électeurs du Front National » qui exprimeraient, en France, le même avis que le peuple suisse. Il ne se rend même pas compte de l’énormité de ce qu’il dit : si on le suit, il y aurait quelques 60% d’électeurs du F.N. en France !

C’est gros, c’est énorme, c’est mensonger, tout comme les amalgames ou les révisions historiques de Caroline Fourest. Dans les deux cas, c’est un mépris total de la démocratie que de vouloir ainsi censurer la parole des peuples ou de lui prêter des opinions contraires à sa majorité.

Caroline Fourest dénonce la « médiocratie », traitant ainsi le peuple ou Internet de médiocrité. Mais la vérité patente, c’est qu’elle-même et son collègue Daniel Cohn-Bendit ne rêvent que d’une « médiacratie » dont ils veulent exclure le bas peuple. On ne saurait être plus « antidémocrate » !

Roger Heurtebise

(1) http://www.lemonde.fr/opinions/article/2009/12/18/les-failles-de-la-mediocratie-par-caroline-fourest_1282666_3232.html

(2) http://www.youtube.com/watch?v=lpvnO58i_SM

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.