Francis Neri : Ce sera à la justice de décider si je dois retirer de mon blog le texte sur Martine Aubry

La semaine dernière, il a beaucoup été question de Francis Neri, un blogueur poursuivi par Martine Aubry, pour avoir reproduit sur son site un texte confirmant, outre le fait que Brochen soit l’avocat des islamistes, l’homosexualité et l’alcoolisme supposés de la première secrétaire du Parti socialiste. A Riposte Laïque, nous refusons ce type d’attaques personnelles, et nous nous cantonnons au seul combat politique. Nous sommes donc en total désaccord avec la démarche de Francis Neri, d’autant plus qu’il y a suffisamment d’angles d’attaques contre Martine Aubry pour ne pas tomber dans la divulgation de rumeurs infondées et malveillantes sur la vie personnelle du maire de Lille. Malgré tout, notre journal, par Pascal Hilout, a souhaité donner la parole à ce blogueur, pour mieux comprendre ses motivations.

Le SystémicienRiposte Laïque (RL) : En tant que responsable du  blog Le systémicien, vous êtes assigné devant la justice par le couple Aubry-Brochen. Pouvez-vous nous préciser ce qui vous est reproché ?

Francis NERI : D’avoir publié sur mon blog un texte d’un ami prénommé Bertrand  qui, selon Madame Aubry et Monsieur Brochen, enchaîne les diffamations envers particulier et envers citoyen chargé d’un mandat public.

RL : Comment doit-on comprendre vos propos : c’est Bertrand qui enchaînerait les diffamations ou bien le blog dont vous êtes responsable, ou l’un d’après l’autre ?

Francis NERI  : Je suis entièrement responsable de ce que je diffuse et j’assume cette responsabilité. Bertrand transmet sur son réseau d’amis un mail « privé ». Certains l’ont retransmis en « privé », moi sur mon blog. Cela fait toute la différence…probablement, même si mon blog est un réseau « privé » et plutôt confidentiel et a donc une diffusion très faible.

RL: Pour les moteurs de recherche, tous les sites sont égaux puisqu’ils sont visités toutes les nuits pour délivrer leurs nouvelles. Qu’un blog soit confidentiel en fait-il pour autant  un réseau « privé » ? Que signifient ces guillemets ?

Francis NERI  : Pour moi, un blog qui a 600 visiteurs environ par mois et en moyenne 3500 visites est un blog privé. C’est une question de représentation et de définition des termes. J’aurai pu écrire « confidentiel » dans la mesure ou il traite d’une discipline encore confidentielle : la systémique. C’est à dire de la relation et de l’interaction entre les systèmes. Les allégations envers Martine Aubry qui circulaient sur internet depuis un certain temps m’ont parues faire effectivement l’objet d’interactions nombreuses qui rétroagissaient les unes sur les autres d’une manière positive (rétroaction qui amplifie le problème) et je ne comprenais pas pour quelles raisons Martine Aubry brusquement les « accélérait  » en quelque sorte. Je me disais que la meilleure façon pour Martine Aubry de clarifier de ce qu’elle qualifie de « rumeurs » c’était de les « démonter ». Ce qu’elle n’a pas fait. Peut être le fera t-elle au procès, ce qui serait une bonne chose pour elle et ma foi elle pourra ainsi me remercier  d’avoir « ouvert » une boucle de rétroaction.

RL: Si le juge vous demande de révéler l’identité de Bertrand pour remonter jusqu’à la source qui, d’après Martine Aubry, serait proche de Sarkozy, accepteriez-vous de coopérer ? Si oui, croyez-vous que Bertrand en ferait de même ?

Francis NERI  : Si Martine Aubry ne retire pas son assignation il n’est pas nécessaire que je révèle l’identité de Bertrand, il la révèlera lui-même. Mais bien évidemment s’il ne le faisait pas je garderai le silence.

Véritablement je ne pense pas que Bertrand « s’acharne » sur Martine Aubry si elle cède.

C’est lui qui m’a conseillé de retirer cette chronique, ce que j’ai fait conformément à son souhait.

RL: Vous dites que c’était à Martine Aubry de « démonter » les rumeurs et vous estimez que c’est  « ce qu’elle n’a pas fait ». Pourriez-vous expliquer ce que vous attendez d’elle ?

Francis NERI  : Parce que démentir une rumeur ne peut se faire qu’avec des PREUVES MATÉRIELLES, et non des opinons. Sinon, cela augmente la rumeur. Une amie internaute me disait qu’elle aurait pu ouvrir un blog (ou faire ouvrir) et jouer le jeu. Elle ne l’a pas fait, par contre elle a téléphoné à un ministre et un préfet… je crois… pour semble t-il les faire taire.

Je n’attends plus rien de Madame AUBRY, mais si j’étais à sa place je retirerais vite mon assignation avant qu’il ne soit trop tard pour elle. Nous serions tous gagnants : elle et la liberté d’expression sur la toile.

RL: Est-il acceptable pour vous qu’un homosexuel déclaré devienne maire et qu’une éventuelle lesbienne déclarée brigue notre suffrage universel ?

Francis NERI  : Pourquoi pas ce sont des citoyens comme les autres et ils ont les mêmes droits et devoirs que les autres.

RL: En retirant la chronique incriminée et en écrivant « Toutefois il m’apparaît difficile qu’il [Bertrand] puisse apporter plus de preuve à ces allégations et je ne veux pas prendre plus de risques sur ce qui pourrait être des diffamations« , vous reconnaissez, au moins en partie, avoir commis une bourde. Ce qui est tout à fait à votre honneur. N’est-il pas plus simple de demander à votre ami Bertrand de faire le point sur ce qui est avéré comme faits et sur ce qui ne l’est pas ?

Francis NERI  : Cette question mériterait une réponse détaillée, mais pour faire court, il faut revenir au contexte : avant l’assignation et après, ils ne sont plus les mêmes. Ne pas oublier que moi, Martine Aubry ne m’a pas sommé de retirer mon texte. Elle n’est pas intervenue auprès de mon hébergeur. Ma surprise était donc totale. Ensuite, il y a la notion de représentation et celle que j’ai avant ma chronique et après l’assignation est fondamentalement différente.

Brusquement j’ai douté et  pris du recul pour mieux examiner la situation. Pour l’instant il n’y a rien d’autre à dire. Je garde le reste pour l’audience.

RL: Avez d’autres choses à préciser que nous n’ayons pas abordées ici ?

Francis NERI  : Oui, j’ai quelque chose à rajouter. Je voudrais dire que je vais reposter cette chronique sur mon blog. En effet, un grand nombre de personnes me disent qu’ils ne peuvent apprécier l’étendue du tort qui serait fait à Madame AUBRY et son époux, et me reprochent de l’avoir retiré, estimant même pour certains que j’ai cédé par « lâcheté ».

Chacun sait à présent que Madame Aubry demande le retrait sous astreinte de 1000 euros par jour du texte « La Martine de Lille » ainsi qu’un communiqué judiciaire faisant état de la condamnation sous la même astreinte.

Je fais une totale confiance dans la justice de mon pays et dans la sagesse collective de mes concitoyens qui sauront bien mieux que moi apprécier le niveau de
l’enjeu et se faire une opinion en conséquence.

Il appartient donc à la justice de décider. Une fois ce constat fait, et le tribunal ayant tranché dans le sens du retrait, il me dira de l’enlever. Ce sont les juges qui disent le droit, et pour ce qui me concerne, je suis un vieux républicain qui se plie aux lois de la République, j’ôterai immédiatement le texte.

Propos recueillis par Pascal Hilout

image_pdf
0
0