Interview de Frédérique Bozec, candidate R! dans la 5e circonscription du Gard

Frédérique Bozec débute en politique dans les Cévennes gardoises. À cette occasion, nous avons réalisé une interview afin de présenter son projet à nos lecteurs.

RL : Frédérique Bozec, pourriez-vous vous présenter en quelques mots, origines, parcours ?

FB : J’ai 60 ans, suis mère de trois enfants. Mon parcours professionnel est varié puisque j’ai été salariée, puis gérante de TPE. Ces deux situations m’ont permis de connaître beaucoup de monde avec des points de vue différents.

RL : Qu’est-ce qui vous a motivée pour entrer en politique ?

FB : Mon inquiétude pour l’avenir de la France, de ce pays que nous laisserons à nos enfants, le refus du déclin déjà si avancé, enfin ma rencontre avec Éric Zemmour, cet homme qui n’a que des propositions de bon sens.

RL : Pourquoi dans cette circonscription ?

FB : Cette circonscription est un challenge, mais aussi une véritable terre à reconquérir pour les patriotes, pour ceux qui aiment la France !

RL : Qu’est-ce qui différencie votre projet de celui des autres candidats ?

FB : Mon projet met la France au cœur de la bataille, ce n’est pas une affaire de parti, mais une affaire de patriotes.

RL : Pensez-vous vraiment intéresser les électeurs, dans cette région réputée très positionnée à gauche et même à l’extrême-gauche dans certaines communes ?

FB : Toutes nos idées sont bonnes à défendre, chacune d’entre elles en particulier. Des études indépendantes montrent que bon nombre d’électeurs sont d’accord avec notre vision de ce que devra être la France de demain.

RL : Pensez-vous que les électeurs vont commencer à faire passer le Bien commun et la France avant les querelles de partis et la localisation gauche/droite de plus en plus floue ?

FB : Cela va être long à réaliser, il faudra un travail en profondeur, faire prendre conscience aux gens que c’est de leurs propres affaires qu’il s’agit. La perception des problèmes est souvent semblable, ce sont les solutions envisagées qui diffèrent.

RL : Quelle est selon vous l’urgence à appliquer les mesures présentées dans le programme de Reconquête! et lesquelles en particulier ?

FB : D’abord tout ce qui concerne l’école, nos enfants doivent y être à l’abri des persécutions communautaristes, des harcèlements sexuels et autres, des chantages et du racket. L’autorité des enseignants doit être restaurée, on doit rétablir la reconnaissance du mérite, on doit enseigner les matières de base de façon traditionnelle et l’Histoire telle qu’elle fut et non pas révisée par les idéologies.

L’univers de la ruralité doit être défendu contre les prédateurs financiers et les contestataires du mode de vie. Notre agriculture doit être encouragée, protégée des opportunistes et de la sur-normalisation de l’UE, de la concurrence mondialiste déloyale et des aberrations prétendument écologistes. Les agriculteurs doivent avoir un revenu décent en regard de leur travail et des risques inhérents aux intempéries. Les coopératives ne doivent plus être tout à la fois fournisseur-client-banquier, sorte d’unique référence de qui dépend souvent un agriculteur coopératif. La sécurité individuelle et collective doit être restaurée.

Nous avons connu un temps où chacun pouvait circuler librement et sans crainte partout en France, dans la moindre rue, le moindre quartier, quelle que soit l’heure du jour ou de la nuit. La sécurité est la base de toute relation sociale et fait partie intégrante de notre Bien commun. L’État doit reprendre un contrôle absolu et exclusif de l’immigration, sans plus discuter avec l’UE ni avec les associations immigrationnistes. La loi en cette matière doit être respectée. Lorsqu’elle l’était, nous n’avions tout de même pas l’impression de vivre dans un pays fasciste ! Aujourd’hui, même nos Cévennes sont menacées, comme partout en France.

RL : Concrètement, comment projetez-vous d’appliquer sur le terrain de la circonscription le programme établi par Reconquête! ?

FB : En regroupant autour de notre projet tous les patriotes, toute la droite. En créant ainsi un vrai contre-pouvoir en opposition à la mainmise de la gauche, extrême ou pas, dans les réflexes, les raisonnements, les habitudes ancrées de façon néfaste dans les esprits depuis bien longtemps et qui amènent au délitement de la France et de la vie sociale tel que nous l’observons aujourd’hui. Nous devons être une véritable force de propositions, mais plus encore une force de prise de conscience individuelle et collective. Attention, nous parlons bien là de prise de conscience, pas de rééducation des citoyens comme projetée par les gauchistes et écologistes qui ne voient que par contraintes, interdictions et obligations.

RL : Qu’est-ce qui fait votre force et participe à votre possibilité d’être élue ?

FB : Ma détermination est issue de mon intime conviction, issue de mon amour de la France. Mais je suis aussi réaliste, l’extrême-gauche a été très performante lors des dernières élections. Ma force peut aussi venir du réveil patriote, du moindre bon sens dont les ruraux sont encore capables de faire preuve. Cela malgré l’entrisme pratiqué depuis si longtemps par les gauchistes.

RL : Qu’est-ce qui authentifie votre ancrage dans la vie de la circonscription et votre connaissance des besoins locaux ?

FB : Mon ancrage personnel est urbain, puisque habitant Alès. Mais il ne m’empêche pas de connaître les sujets de préoccupations du milieu rural de ma circonscription, pour l’avoir parcouru souvent et rencontré nombre de gens vivant de la terre.

RL : Lorsque vous serez à l’Assemblée nationale, quelles seront vos priorités, de quoi traiteront vos premières interventions ?

FB : Mes priorités iront à l’amélioration de la situation économique. On ne parle pas assez du gaspillage de l’argent public – celui du contribuable – et il est inadmissible que l’on arrive à se demander s’il vaut mieux aller travailler au prix qu’est l’essence ou rester chez soi à vivre de l’assistanat. Notre situation énergétique est aussi à traiter d’urgence, il y aurait là beaucoup à dire sur ce sujet.

RL : Quelle est votre définition du rôle de député ?

FB : Siéger effectivement, être présente et débattre en étant une vraie force de propositions concrètes et valides. Rester logique et fidèle au Bien commun. Travailler à des projets de lois améliorant concrètement le quotidien ou préparant au mieux l’avenir, plutôt que mettre en pratique des idéologies contraires au Bien commun, à la morale ou à l’intérêt de la France. Être un véritable lien entre la population de ma circonscription dans ses projets, ses difficultés et ses attentes, et l’Assemblée où l’on décide pour l’ensemble du pays.

RL : Comment pensez-vous assurer ce rôle tel que précédemment défini ?

FB : En partageant équitablement ma présence entre l’écoute de ma circonscription, restant très proche d’elle, et la participation à l’Assemblée. Bien sûr en étant toujours présente activement lors des débats de l’Assemblée et autant que possible lors des événements importants dans ma circonscription.

RL : Comment voyez-vous l’avenir de la France dans les années qui viennent ?

FB : Très mal si nous continuons à renier notre nation, nos ancêtres et notre histoire. Aussi si nous persistons à nous renier en tant que peuple ; en tant que peuple autochtone, de souche, souverain sur son sol et en son État ; souverain en tant que prioritaire sur les droits, avantages et acquis sociaux.

RL : Nous vous remercions de votre aimable participation, et vous souhaitons bon courage et bonne chance pour ces élections législatives.

Propos recueillis par Daniel Pollett

image_pdfimage_print

3 Commentaires

  1. « : Cela va être long à réaliser, il faudra un travail en profondeur, »
    très vrai mais indispensable à faire, courage, on ne lachera rien

  2. Le coup de gueule hier soir de Guillaume Peletier pour Eric Zemmour, hier soir, en direct sur France 2 : « Nous avons 7 minutes de temps de parole ce soir contre 45 minutes pour l’extrême gauche ! » GUILLAUME PELETIER A ENTIEREMENT RAISON HONTEUX QUE TOUS CES EXCROCS D’EXTREME GAUCHE EST LE MONOPOLE DE LA PAROLE !!!!!!

    https://www.jeanmarcmorandini.com/article-501964-le-coup-de-gueule-hier-soir-de-guillaume-peletier-pour-eric-zemmour-hier-soir-en-direct-sur-france-2-nous-avons-7-minutes-de-temps-de-parole-ce-soir-contre-45-minutes-pour-l-extreme-gauche-regardez.html

    https://www.fdesouche.com/2022/06/09/france-2022-sur-france-2-avec-quatre-invites-nupes-et-un-seul-invite-lrem-rn-et-reconquete-la-gauche-est-surrepresentee-dans-lemission-la-chaine-publique-assume/

1 Rétrolien / Ping

  1. Zemmour, seul vrai candidat de droite, face au tsunami de mensonges ! S’il vous plaît, les bisounours, si vous ne voulez pas que la France soit complètement fichue, abstenez vous, ou votez Z ! | Espace détente, poésie, judaïsme et lutte contre

Les commentaires sont fermés.