Interview de Pierre Cassen sur TV-Libertés : la candeur des catholiques avec l’islam me consterne

[youtube]k__XYDS8i0o#t[/youtube]

http://www.youtube.com/watch?v=k__XYDS8i0o#t=25

Pendant 12 minutes, à la fin du journal de TV-Libertés, Pierre Cassen a été interviewé par Martial Bild sur l’histoire de RL, la votation suisse, le procès de Renaud Camus et la convergence catholiques-musulmans sur la théorie du genre (21’30 à 34′).

MB : Le mouvement Riposte laïque a été créé en 2007, il se réclame des principes laïcs et républicains et il regroupe des patriotes de gauche mais aussi des patriotes de droite. Ceux-ci ont fait du combat contre l’extrémisme islamiste une priorité, un combat essentiel, Pierre Cassen, bonsoir.

PC : Bonsoir

MB : Vous êtes président de Riposte Laïque, est-ce que ce n’est pas un peu réducteur que de mener un seul combat, celui de la lutte contre l’extrémisme islamiste ?

PC : Alors, ce n’est pas notre seul combat mais c’est notre combat principal parce que nous considérons effectivement que l’islamisation de la France est un péril mortel pour notre république, pour notre démocratie, pour notre civilisation, pour nos principes laïcs, nous n’avons pas l’impression de fantasmer, il nous suffit de regarder dans la rue le nombre de personnes, le nombre de femmes, de plus en plus voilées, de plus en plus nombreuses, des gamines de plus en plus jeunes à qui on impose le voile. Il nous suffit de voir l’offensive du halal sur lequel vous avez fait un excellent reportage. Il nous suffit de voir ce qui se passe en France lors du ramadan dans les entreprises mais également dans les écoles. Il nous suffit de voir dans les hôpitaux les agressions de plus en plus fréquentes que subissent des médecins, hommes quand ils veulent examiner une femme pour constater que c’est loin d’être un fantasme, c’est une réalité.

MB : Et ce n’est pas plus généralement le problème de l’immigration extra-européenne qui est posé ?

PC : Nous lions effectivement, il y a des causes, nous lions la bataille contre l’islamisation de la France à la bataille contre l’immigration notamment en période de chômage de masse. Les problèmes sont liés, bien évidemment que l’islam progresse par une immigration qui ne s’impose absolument pas et c’est d’ailleurs bien pour ça qu’il faut lier les deux phénomènes. Mais aussi quelque part la déconstruction et la démolition de la France à laquelle nous assistons depuis les années 1970 où l’islamisation de la France est liée un petit peu à un ensemble d’offensives que ça soit contre l’école, que ça soit contre l’Etat Nation, que ça soit contre l’autorité, que ça soit contre les valeurs traditionnelles de notre pays, que ça soit contre son Histoire, il nous semble nous, que c’est, tout ça est dans un cadre de la destruction de notre civilisation et de la mise à bas des états nations.

MB : Et dites-moi, vous avez pas envie d’être un immigré vous aujourd’hui, vous avez pas envie d’immigrer en Suisse ?

PC Alors effectivement.

MB : J’ai l’impression que ça vous satisfait pleinement

PC : D’autant plus que le site Riposte laïque dont vous parliez est aujourd’hui sous la responsabilité des Suisses qui nous ont proposé de reprendre le site et d’autre part, bien l’amoureux de la liberté d’expression et de l’expression populaire que je suis ne peut qu’évidemment être jaloux de la chance qu’ont nos amis Suisses. J’étais présent en Suisse  lors de la dernière votation citoyenne sur donc le contrôle de l’immigration puisque depuis 2002, il y avait en Suisse au nom des diktats de l’Union Européenne, une libre circulation des personnes, j’étais donc présent lors de cette votation et je vous avoue que j’en ai pris plein les yeux, c’est-à-dire que j’ai assisté à des débats publics organisés par l’UDC qui était donc l’organisateur de cette votation où on invitait un socialiste qui était contre. Imaginez en France un débat Florian Philippot / Harlem Désir sur l’immigration. Vous aviez une salle de 1000 personnes, vous aviez à peu près autant de socialistes que de partisans de l’UDC. Ces gens-là se sont respectés, personne n’a insulté l’autre, le débat était possible, les débats télévisés étaient fréquents. Je n’ai pas entendu cette soirée-là autour de l’immigration le mot extrême droite, le mot raciste, le mot fasciste. Je n’ai pas entendu ce mot là une fois. Les Suisses ont entendu. L’UDC était tout seul, tout le système était contre l’UDC, les syndicats de patrons étaient contre, les syndicats ouvriers étaient contre, les médias étaient contre, les Suisses ont voté et exactement comme en 2009 sur la célèbre votation sur les minarets, ben, les Suisses ont fait un pied de nez au système. Vive la démocratie suisse !

MB : Ce qui existe en Suisse, est-ce qu’on peut le transposer en France, est-ce que dans cette société qui est fragilisée, on peut amener une votation qui serait amener à, bien évidemment, à des polémiques et à des violences ?

PC : Mais, vive la liberté, vive la liberté d’expression, vive la souveraineté populaire du peuple. Moi, j’en ai assez de vivre dans un pays où on nous explique que l’Union Européenne est incontournable, où on nous explique que l’immigration est une chance pour la France en période de chômage de masse et sans intégration et où on nous explique que l’islam est une religion d’amour, de paix et de tolérance. Moi, j’ai envie que le peuple s’exprime et je suis convaincu que sur l’immigration, d’ailleurs un sondage du journal le Blick l’a montré.

MB : Le Blick c’est un quotidien suisse, le regard en France.

PC : Absolument, les Français seraient beaucoup plus nettement pour un combat contre l’immigration voire, dans cette période…

MB : c’est un sondage, c’est un sondage

PC : Pour un arrêt, c’est un sondage mais je suis convaincu que si on vote, moi je discute quand même avec un nombre de personnes dans les rues, dans les bistrots et tout, que les Français comprennent que cette immigration n’a aucune légitimité en période de chômage de masse et à partir du moment où on n’est plus dans l’assimilation, on renforce le communautarisme, à partir du moment où on se tourne essentiellement vers les pays arabo-musulmans et donc on a une immigration post-coloniale, elle renforce l’offensive de l’islam contre nos valeurs.

MB : Alors, est-ce que votre discours, ce n’est pas celui du dérapage, Renaud Camus, se retrouve pour « incitation à la haine raciale » devant les tribunaux, la 17eme chambre correctionnelle de Paris, le philosophe Renaud Camus ?

PC : Quand a-t-il dérapé ? J’étais l’organisateur des assises internationales sur l’islamisation de nos pays, espace Charenton.

MB : 2010

PC : le 18 décembre 2010, tout le monde a écouté tous les discours, il y avait des policiers dans la salle qui étaient chargés par le préfet d’interrompre immédiatement les assises au moindre dérapage. Il y avait 100 journalistes, le lendemain, pas un seul journaliste n’a relevé quoi que ce soit. Seul le MRAP, seul parmi les organisations antiracistes, seul le MRAP a décidé qu’il y avait à redire sur l’intervention de Renaud Camus et de Jacques Philarchein. Ils ont attendu 1 an pour déposer plainte. C’est un véritable procès en sorcellerie. J’ai réécouté les interventions de Renaud Camus, j’ai réécouté les interventions de Jacques Philarchein, ils n’ont dit que des choses justes, ils ont pris, ils ont eu toutes les prudences, ils n’ont pas fait d’amalgame, ils n’ont pas systématisé. C’est réellement le procès de l’intimidation contre la liberté d’expression exactement comme devant la 17eme chambre des Brigitte Bardot, des Eric Zemmour, l’écrivain Michel Houellebecq ont subi également ce genre de terrorisme, à partir du moment où on sort des rails du politiquement correct. Je trouve ça très, très, très préoccupant.

MB : Autre question importante, vous avez vu sûrement sur TVLibertés la création d’une convergence sur l’idéologie du genre, c’est-à-dire contre l’idéologie du genre, une convergence qui regroupe en fait des catholiques de tradition, des musulmans de tradition et des Français authentiques pour reprendre le propos d’Albert Ali, alors vous, laïcs et républicains, c’est, ça vous vous êtes dedans, dans cette convergence ?

PC : Ah pas du tout, bien que totalement hostile aux expérimentations sur le genre qu’il y a à l’école que je trouve absolument préoccupante mais qui sont dans un contexte que je vous décrivais tout à l’heure beaucoup plus large, moi cette convergence me rappelle deux phrases. La première, c’était celle du cardinal Tauran, porte-parole du Vatican.

MB : C’est bien que vous citiez les évêques…

PC : Ah mais tout à fait parce que je trouve que les évêques sont par rapport à l’islam d’une candeur qui me consterne. Donc le cardinal Tauran à Turin expliquait « grâce aux musulmans, Dieu est de retour en Europe ». Et ça me rappelle une autre phrase que j’ai trouvée consternante qui était celle de l’égérie de la manif pour tous, Frigide Barjot, qui, invitée au congrès de l’UOIF, je rappelle quand même que l’UOIF, c’est l’émanation des frères musulmans en France, que c’est ces sympathiques personnes qui étaient prêtes à inviter Youssouf El Qaradawi, rien de moins que le chef de la fatwa et rien de moins qu’une personne qui se vante de la nécessité de finir le travail d’Hitler avec les juifs, parenthèses quand même. Donc l’UOIF avait invité Frigide Barjot et Frigide Barjot, presqu’en extase était «  musulmans, vous êtes notre espérance ». Mais est-ce que les catholiques de France ouvrent les yeux, est-ce que les catholiques de France regardent ce qui se passe dans les autres pays du monde ? Est-ce qu’ils voient ce qui se passe avec les coptes d’Egypte ? Est-ce qu’ils voient ce qui se passe en Centrafrique ? Est-ce qu’ils voient ce qui se passe au Mali ? Est-ce qu’ils voient ce qui se passe au Nigéria ? Est-ce qu’ils voient ce qui se passe dans tous les pays au monde où les islamistes ont un rapport de force favorable, les chrétiens sont massacrés, égorgés, violés, leurs églises sont brûlées ? Et en France, nous avons des catholiques qui nous disent, « musulmans, vous êtes notre espérance ». Nous avons des catholiques qui au nom du dialogue interreligieux aident finalement les musulmans à construire des mosquées, quand les musulmans dans les pays qu’ils dominent brûlent les églises, je suis vraiment mais consterné par la candeur, pour ne dire que ça, des catholiques.

MB : D’un autre côté, on ne peut pas opposer des gens qui ont des convergences sur un point de vue et qui le mettent en commun, il n’y a pas d’œcuménisme, ils ont pas créé une église, ils ont créé une association pour faire un travail commun…

PC : Alors avec des particularités, c’est qu’on sent quand même, j’écoutais les discours, on sent quand même un discours également revanchard sur la laïcité, j’écoute notamment Alain Escada, bon on sent quand même que les laïcistes… j’ai envie de dire, on sent plus une alliance cléricale contre la laïcité qui, moi, me pose problème et d’autre part, moi, je suis, j’entends la défense des enfants à l’école, j’entends, moi la théorie du genre à l’école me plait pas mais j’aimerai que les même qui mettent le doigt là-dessus parlent par exemple dans les écoles du cas des élèves juifs quand ils sont dans des écoles majoritairement avec des élèves de confession musulmane, du cas des jeunes Français dans le 93 qui sont obligés de se resserrer, qui sont minoritaires et puis également, puisqu’on parle du droit des enfants moi j’aimerai qu’on parle du droit des jeunes filles, c’est à dire…

MB : Je suis assez surpris

PC : C’est-à-dire, les jeunes filles nées musulmanes, moi je suis très inquiet. Quand je vois par exemple un Fillon qui inaugure une mosquée à Argenteuil avec une gamine de 8 ans voilée, je suis très inquiet quand je vois que le, que  les statistiques expliquent que 70 000 jeunes filles sont menacées par des mariages forcés 70 000, chiffres du Gams, chiffre donné également par le Haut Commissaire à l’Intégration, ça me paraît quand même des périls par rapport à ces jeunes filles, à ces enfants qui me paraissent beaucoup plus graves que la théorie du genre qui me déplaît.

MB : On organisera un débat là-dessus avec tout le monde, je suis quand même assez surpris parce que je pensais que vous alliez me dire Farida Belghoul elle arrive de la gauche comme vous. Vous avez été membre du syndicat du livre de la CGT, vous êtes un homme qui avez été à gauche, qui est peut-être encore à gauche d’ailleurs ?

PC : Oui moi je me sens, je me sens au niveau des valeurs de la répartition de la richesse et tout, je me sens de gauche, pour moi la gauche c’est le patriotisme aussi, la gauche, c’est la nation historique

MB : Donc Farida Belghoul qui arrive elle de la marche des beurs, qui était une femme de gauche, elle l’a expliqué ici, il y a pas de convergence ?

PC : Non seulement, il n’y a pas de convergence mais j’ai entendu Farida Belghoul qui expliquait notamment sa fierté d’avoir participé à la marche des beurs

MB : Elle en est revenue, si j’ose dire

PC : Non, j’ai pas entendu, elle parle de l’instrumentalisation du mouvement antiraciste, je ne l’ai pas entendue remise en cause ce qu’était la récrimination de la marche des beurs. C’est-à-dire que pour moi la marche des beurs, c’est le début du communautarisme en France, c’est le début des demandes de droit à la différence qui se termine par la différence des droits. C’est le début du discours de repentance, c’est le début du discours sur la fin de l’assimilation qui était justement ce qui marchait en France, le creuset républicain qui assimile, et je n’ai pas entendu Farida Belghoul remettre ça en cause pas plus que je ne l’entends remettre en cause l’immigration et l’islamisation de la France. Or, pour moi ce sont les périls mortels.

MB : C’est bien compris merci Pierre Cassen et là on a les débuts d’un débat qu’on organisera, je l’espère sur TVLibertés , les invitations sont lancées.

Oréliane

image_pdf
0
0