1

Invasion : contre Salvini, les ONG jouent les bébés et les femmes enceintes

Quand les ONG internationales accusent les observateurs internationaux, cela devient extrêmement grave pour l’immigration et devrait préoccuper très sérieusement les dirigeants européens !

Quelle est la nouvelle stratégie adoptée par les mafias de passeurs, avec la complicité des ONG ?

Conscients des problèmes qui perturbent actuellement leur juteux commerce d’êtres humains (7 milliards de dollars de recette en 2016) les « passeurs » s’attaquent à la corde sensible des bonnes consciences européennes.

Ils offrent dorénavant des traversées gratuites à des femmes enceintes et aux mères de bébés en bas âge, afin d’influencer les autorités européennes, et surtout l’Italie, pour déstabiliser Matteo Salvini et sa politique qui est l’obstacle majeur à la progression de leur commerce, et les forcer à secourir plus « humainement » les navires qui les transportent : « On ne peut pas laisser souffrir des bébés et des femmes enceintes », pas en Europe en tous cas, ce serait trop inhumain, n’est-ce pas ?

Ce qui est inhumain, et même monstrueux, c’est de risquer la vie de ces mères et futures mères uniquement pour relancer le commerce en difficulté de ces trafiquants.

Depuis l’été dernier cette nouvelle stratégie a été mise en place ; or l’observateur international Rob Gowans vient de la dénoncer, preuves à l’appui, et cela a très fortement déçu et déplu à Oscar Camps, le fondateur de l’ONG « Open Arms », dont nous avons trop souvent entendu parler ces derniers mois, et qui participe évidemment à cette combine.

Donc, Oscar Camps vient de se lancer dans une campagne de désinformation et d’accusations destinée à salir la réputation, jusque-là sans tâche, de l’observateur international et de son équipe, impliqués dans la gestion des centres de détention de ces migrants illégaux, surtout en Espagne ou, nous l’avons signalé, plus de 350 000 migrants clandestins sont actuellement à la charge des citoyens espagnols, par gouvernement socialiste interposé.

Oscar Camps vient de lancer sur les réseaux sociaux de très graves accusations, à l’aide d’un tweet assassin et, bien entendu, sans aucune preuve à l’appui de ses affirmations.

Voici la traduction intégrale de son tweet : « Monsieur R. Gowans, pourquoi ne faites-vous pas un meilleur usage de votre temps, au lieu d’écrire des bêtises ? Donnez des préservatifs à tous vos amis violeurs dans les centres de détention, pour ne pas rendre toutes les filles, sauvées depuis 2016, enceintes. Toutes, des centaines, des canailles ! »

Il est bien évident que si Oscar Camps avait des preuves solides de ses accusations de viols sur des milliers de femmes, ces accusations qu’il lance allègrement sur les réseaux sociaux, il l’aurait fait uniquement dans le but que justice soit rendue « contre ces racailles » et non pas parce que, selon lui, l’observateur international et son équipe ont dénoncé la nouvelle stratégie des passeurs et la complicité des ONG.

Cette dénonciation considérée par lui « comme des bêtises » !

Combien de temps encore allons-nous supporter ce chantage à notre sensibilité ?

Pendant ce temps, le successeur de « L’Aquarius », le navire « Ocean Viking » – subventionné par deux ONG françaises, paraît-il ? – a quitté le port de Marseille pour rejoindre ses complices, à la limite des eaux territoriales libyennes.

Les milliers de migrants clandestins qu’il transportera n’iront pas vers l’Italie, dont les lois anti-immigration sont devenues trop punitives, selon la presse française notamment.

Alors, vers quel pays seront-ils dirigés ?

Combien de morts en mer seront comptabilisés avant que les dispositions soient enfin prises pour que cette migration soit stoppée aux frontières des pays africains concernés et n’atteigne pas la Méditerranée ?

Manuel Gomez