Iran : Malhuret allume les actrices précieuses ridicules

Malhuret.jpg

Le président du Groupe Les Indépendants – République et Territoires du Sénat, grand bourgeois bobo-gauchisant, Claude Malhuret symbolise tout ce qui est détestable dans cette fausse gauche sangsue et moralisatrice qui s’en est toujours mis plein les poches sur le dos du contribuable. Covidiste acharné, cet ancien médecin, affairé et affairiste, nous a gratifiés de mémorables diatribes et autres injonctions fulgurantes pour nous soumettre aux injections, etc. En bref, ce n’est ni notre ami ni un exemple.

Cependant, dans le concert médiatique progressiste des bien-pensants bouleversifiés parce que cinquante ultra-privilégiées ont fait les actrices en coupant une mèche de leurs cheveux devant une caméra, en soutien à la cause des Iraniennes forcées au voile, alors qu’en France, elle soutiennent obstinément ce même voile… il convient de reconnaître qu’il est le seul à s’être élevé officiellement contre ces dangereuses ridicules. Évidemment, pour faire «sérieux » et par habitude, il lui a fallu y ajouter un peu d’Ukraine, un peu d’anti-Poutine et des Ouïghours… Toutefois, il n’a pas raté ces pseudo-féministes de vidéos, qui ne sont que de redoutables traîtres à la cause de toutes les femmes, qu’elles cannibalisent pour servir leur image et surtout, leur CA.

Quelques mèches de cheveux contre l’islam rigoriste…

“Le temps des dictateurs est revenu. Les démocraties, au terme d’une lutte implacable, avaient vaincu au XXe siècle les deux totalitarismes aux dizaines de millions de morts. Certains les croyaient disparus à jamais. Sous nos yeux l’internationale des tyrans se reforme. Le boucher de Moscou, le génocidaire des Ouïghours en Chine, le docteur Folamour de Corée du Nord, le massacreur de femmes de Téhéran et quelques autres se sont regroupés. Leur seul but : se venger, abattre l’Occident, mettre à bas la liberté et d’abord celle des femmes.

Le pire est que, comme au siècle précédent, ils ont des alliés dans nos propres pays. Les adorateurs de Poutine indifférents au massacre des Ukrainiens, les complices de Xi qui se moquent des Ouïghours et de Taïwan, les alliés de Khamenei expliquant, au moment où les Iraniennes meurent, que le voile est seyant. En un mot les populistes de tous bords qui partagent une idée fixe avec les despotes, la haine de la démocratie.

Depuis le début de la révolte en Iran et jusqu’à la manifestation de dimanche dernier à Paris, ces professionnels de l’indignation, ceux qui battent le pavé chaque semaine pour crier que la police tue ou dénoncer le racisme systémique en France, avaient disparu. Où étaient-ils lors des deux premiers rassemblements en soutien des femmes iraniennes ? En week-end sans doute, comme lors des manifestations pour l’Ukraine. Leurs comptes Twitter qui dénoncent chaque jour le patriarcat et l’islamophobie sont devenus muets. Pas un mot de soutien, pas un appel contre la mollarchie et sa police des mœurs. Pendant qu’à Téhéran les femmes meurent sous les coups et les balles, ils préfèrent dénoncer le virilisme du barbecue, faire l’éloge d’un gifleur, ou juger les harceleurs dans des comités de transparence qui sont l’oxymore le plus grotesque inventé depuis la dictature du prolétariat.

Quelques-uns d’entre eux ont réapparu dimanche dernier, lors du rassemblement place de la République à Paris. Les Iraniens et les Iraniennes présents leur ont donné une grande leçon de laïcité. En signifiant à Madame Rousseau qu’elle n’était pas la bienvenue, ils ont rendu claire pour tout le monde cette évidence : on ne peut en même temps être pour le voile à Paris et défendre celles qui brûlent leur voile à Téhéran. En sifflant Madame Manon Aubry, ils ont signifié qu’un parti ne peut, en 2019, marcher avec les islamistes et, en 2022, soutenir les victimes de la République islamiste. En un mot, ils nous ont montré qu’on ne peut être à la fois communautariste et universaliste. Il faut choisir.

En Iran des femmes risquent leur vie pour se débarrasser du voile, ici, les intersectionnels le présentent comme une liberté. Écoutons ce que leur répond Chantal de Rudder : “Le voile n’est pas un objet cultuel mais un objet politique. C’est le produit phare de l’islamisme. Et c’est désormais une affirmation anti-occidentale et antidémocratique.” Fin de citation.

Ce morceau d’étoffe, Bourguiba l’appelait “ l’épouvantable chiffon”. Aux naïfs qui croient que se voiler est un choix, aux décoloniaux qui n’ont jamais lu un livre d’histoire il faut rappeler que la lutte contre le voile n’est pas une oppression néocoloniale, mais que les grands dirigeants musulmans, qui avaient compris que la soumission de la femme était l’une des causes principales du déclin de leurs pays, l’ont tous combattu. Atatürk le premier qui l’a interdit dans les années 1920 en Turquie, Reza Chah dans les années 1930 en Iran, Bourguiba plus tard en Tunisie. Nasser en Égypte s’en moquait publiquement devant le grand mufti d’al-Azhar. Ce combat qu’ils avaient gagné a été perdu depuis la révolution islamique de 1979. Les femmes iraniennes reprennent aujourd’hui ce flambeau contre les mollahs, les ayatollahs, les dictateurs, les talibans et leurs polices des mœurs.

C’est un coup de poignard dans le dos de ces combattantes qu’enfoncent certaines néo-féministes en condamnant toute critique du voile au prétexte de ne pas nourrir l’islamophobie. Un coup de poignard dans le dos lorsque Sandrine Rousseau déclare que “le voile peut être un embellissement ” ou que Rokhaya Diallo ose affirmer que “la liberté peut être aussi dans le hijab”. Combien faudra-t-il de morts à Téhéran pour que l’héroïsme des Iraniennes les force à ouvrir les yeux et les oreilles. Pour qu’elles cessent de danser le Moonwalk de Michaël Jackson en faisant semblant de faire avancer la cause des femmes tout en la faisant reculer.

Le XXIe siècle s’annonce aussi dangereux que le précédent. Il est temps de s’en rendre compte. Ceux qui croient que nous ne sommes pas en guerre ou qui, pour se rassurer, se forcent à le croire, font une erreur tragique, car les dictateurs et les ayatollahs, eux, savent qu’ils sont en guerre contre nous.

Puissent les admirables femmes iraniennes, les héroïques soldats ukrainiens et les courageux dissidents chinois nous convaincre de nous rallier à leur cri : liberté !”

Évidemment, ce discours ne servira à rien. Tant que l’on ne réduira pas au silence les parasites de la cause des Iraniennes et autres femmes bafouées et maltraitées, elles vont continuer à pleurnicher à des moments opportuns et sur le sujet promu du moment. Il est à regretter qu’à chaque fois,  elles ne se coupent pas une grosse mèche de cheveux, au fil du temps, cela pourrait offrir aux plus actives d’entre elles des coiffures originales, nous permettant de mesurer leur degré d’engagement.

Mitrophane Crapoussin

https://www.youtube.com/watch?v=pj9WG7_vvhg

image_pdfimage_print
6
1

7 Commentaires

  1. Merci pour la diffusion de cette admirable vidéo. Sans votre article, je ne l’aurais jamais connue.

  2. malhuret c’est cet individu qui voulait rendre le poison anti covid obligatoire, plutôt que relayer ses propos lui faire le traitement de Polpot

  3. Toutes ces connes se sont aussitôt précipitées chez leur coiffeur haut de gamme à 500 € par prestation pour réparer les légers dégâts causés par leur acte de bravoure.

  4. Si l’on peut qu’être d’accord avec les arguments employés par Malhuret concernant l’incohérence et l’hypocrisie de ces vedettes de cinéma l’amalgame qu’il fait avec la situation des Ouïghours en Chine et la gurre russo-ukrainienne est plus que discutable. Certes on peut critiquer la façon dont le gouvernement chinois réprime à grande échelle les séparatistes Ouïghours (camps de travail forcé) mais l’accusation de génocide est infondéee. En plus, il y a fort à parier que si le Xi Jiang obtenait son indépendance , les femmes ouïghours risqueraient de se voir imposer le port du voile que Malhuret prétend combattre.
    Quant aux personnes qui dans le camps patriote se refusent à faire porter la responsabilité du conflit ukrainien sur la seule Russie et qui refusent aussi une marche généralisée à la guerre, cela ne les empêchent pas d’être sincèrement solidaires du combat dees fmmes iraniennes.

  5. bon diagnostic ! ça n’a pas toujours été le cas de ce politicard, comme quoi la sagesse arrive avec l’age

    • On ne peut qu.approuver le propos . Il faut que cette réflexion de Bon sens et de salubreindignation vienne d.un homme de gauche…Mais où est la droite ,nom de Dieu!
      Peur sans doute de passer pour « fasciste » ,attachant des ficelles à ses bas de pantalons,où aveugle par manque d.éducation ou de culture? Comme on l’ex prime souvent, il faut voir ce que l.on voit et le dire .cet homme peut nous rendre des points.

Les commentaires sont fermés.