ISF : on voit que Macron n’a jamais été entrepreneur, mais investisseur

Publié le 28 janvier 2019 - par - 33 commentaires - 944 vues
Share

Pourquoi la théorie du ruissellement préconisée par Macron est trompeuse ?

Dans ses diverses réponses concernant l’ISF, Macron avance toujours la même théorie du ruissellement : récompensons les riches investisseurs en leur diminuant l’impôt sur la fortune. Ils réinvestiront cette manne dans leurs entreprises et ainsi créeront des emplois et augmenteront la part du gâteau à partager.

On voit que Macron n’a jamais été entrepreneur, il a été investisseur avec sa banque mais ne connaît pas les coulisses du métier de patron.

Je l’ai été en France et surtout aux États-Unis où j’ai créé plusieurs sociétés dont l’une est devenue numéro un dans son domaine. Elle avait un chiffre d’affaires qui se comptait dans les millions de dollars dans les années 80.

Or toucher un paquet d’argent d’une façon inopinée (ce fut le cas en France avec la transformation de l’ISF en IFI) va faire réfléchir l’entrepreneur. Comment va-t-il répartir cette somme ? Dans le matériel ? Dans sa dette ? Dans son personnel ?

La priorité sera d’abord de consolider la valeur de son entreprise en diminuant ses dettes. Il mettra au moins 30 % dans l’effacement de ses débits et dans le rachat des actions de façon à augmenter son portefeuille. Puis il dépensera pour améliorer la production, la rendre plus efficace, plus rentable en achetant du matériel plus moderne. Il ira jusqu’à 50 % de la manne.

Enfin et uniquement si son carnet de commandes s’accroît, il pensera à créer des emplois. Car Macron oublie, comme tout bon Français, que ce n’est pas la PRODUCTION qui créé de la richesse mais ce sont les ventes qui apportent du capital nécessaire à une meilleure prospérité. Sans ventes, pas de richesse, les produits manufacturés s’entasseront dans des entrepôts sans partir à l’étranger. C’est ce qui malheureusement se passe dans notre pays avec une balance commerciale déficitaire. L’Allemagne a au contraire un large bénéfice. Les Allemands sont-ils meilleurs «  commerçants »  que nous ? Au moins ils sont plus commerciables que les Français. Les Anglais aussi. La vente, le commerce n’ont jamais au cours des siècles été notre point fort dans les échanges internationaux. Aux siècles précédents, les Anglais nous enterraient. Ils ne se contentaient pas d’accaparer des terres mais aussi de développer des échanges commerciaux.

Revenons à la répartition de cette manne inattendue. Si le chiffre d’affaires est en hausse, le patron pensera à recruter des employés supplémentaires mais prudemment avec des CCD. Sinon des intérimaires. Le tour est joué, il pourra faire face à cette augmentation de commandes. Cela représentera 20 % de la somme perçue.

Mais nos technocrates ultra-intelligents de Bercy ont fait un simple calcul : on donne par exemple 5 millions d’euros à cette entreprise. Comme la création d’un emploi coûte environ 50 000 euros par an, ce patron créera alors 5 millions : 50 000 = 100 emplois. Or le patron n’embauchera que 5 personnes supplémentaires, ce qui est loin des statistiques espérées par Macron.

Des milliers d’emplois nouveaux souhaités et calculés par Bercy, il n’y en aura que quelques centaines, ce qui ne résoudra pas le problème du chômage de masse que nous avons en France.

En réalité, Macron aura aidé les entrepreneurs et les investisseurs à consolider leur position financière mais pas la sortie des classes ouvrières et moyennes de leur état miséreux. Il mérite à ce titre, celui de président des riches. Mais ce n’est pas tout à fait de sa faute, au brave homme, car il a suivi de médiocres cours d’économies qui lui ont fait avaler de fausses notions sur le commerce et l’entreprise.

Depuis un an, il a distribué plus de 5 milliards d’euros de ristournes aux investisseurs et aux patrons, surtout gros patrons et rien n’a encore ruisselé vers le bas : le chômage est aussi élevé, le niveau de vie baisse et le seuil de pauvreté reste le même pour des millions de Français.

Son erreur majeure c’est de s’entêter dans cette politique, et les Gilets jaunes ont eu raison de l’interpeller sur ce sujet. Plus il refusera de revoir l’ISF, plus la situation se dégradera.

Alors que reste-t-il aux électeurs ? C’est de le ramener brutalement sur terre en lui infligeant une humiliation politique aux européennes.

Pourquoi cette différence entre la balance commerciale française et allemande lire :

« Quand le Made in France devient le Mad in France », explication pleine d’humeur et de vérité !

André Girod

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
claire de gatellier

« Toucher un paquet d’argent »… »on donne par exemple 5 millions d’euros à cette entreprise »…on a « distribué plus de 5 milliards d’euros de ristournes aux investisseurs et aux patrons »…Je ne comprends pas! Est-ce vraiment un entrepreneur qui dit cela? Comme si la suppression de l’ISF « donnait » quoi que ce soit. En supprimant l’ISF L’Etat ne donne rien du tout, simplement il renonce à en piquer. Ce n’est tout de même pas la même chose. Cet argent n’est pas un « cadeau », c’est leur argent, qu’ils ont gagné. Et même s’ils l’ont hérité, leurs parents se sont donné du mal pour le gagner afin de le laisser à leurs enfants. Naturel, non? Ce qui n’est pas naturel, c’est cette jalousie maladive qui n’enrichit personne et rend tout le monde malheureux et insatisfait.

Durand

Face à la propagande de « Président des riches » par la gauche socialo-coco, et d’autres, et l’amplification des médias, Em « n’assume pas » la suppression partielle pure et simple de l’Isf et essaye de la justifier « technocratiquement ». La théorie du ruissellement est avant tout pur bla-bla. Répondre à 1propagande, 1symbole artificiel entretenu par 1pseudo explication macro(n)-économique qui n’est qu’ 1vernis. Pauvre de nous ! Tt passe maintenant par la connerie (et le gauchisme) des médias!
Comment va t on connaître les effets de la baisse de l’ISF? De vagues estimations bidons, le doigt mouillé, pur habillage? Et ceux qui ne sont pas partis, etc.?
Les vraies solutions sérieuses st dans les économies : immigration, fonct. publique, fraude sociale, etc. Pour 1baisse généralisée des impôts.

Jacques B.

Vous êtes patron et vous écrivez ça ?
1. si le patron consolide financièrement son entreprise, il consolide les emplois existants, en cas de coup dur – c’est aussi ça, agir pour l’emploi.
2. si le patron améliore la productivité de son entreprise, il pourra baisser les prix et vendre PLUS, donc dans un 2ème temps CRÉER des emplois ; les entreprises ont toujours fonctionné comme ça, car oui une entreprise ça vit, ce n’est pas figé.
3. quel est le problème d’embaucher des CDD ? Vous êtes marxiste et voulez la sécurité de l’emploi pour tous ?
L’ISF, c’est un symbole, celui de la jalousie envers ceux qui réussissent, du marxisme.
Bien sûr, une politique économique digne de ce nom doit aller bcp + loin et déréguler : c’est ce que fait Donald Trump ; pouvez-vous me rappeler le taux de chômage aux US ? (3,7%, pour info !)

Yohann le debattant

L’ISF, création socialiste « parfaite » pour spolier et racketter les classes moyennes sup. Les très riches eux connaissent les bonnes adresses (Monaco, Bahamas, Luxembourg entre autres) afin d’y échapper….

DUFAITREZ

Remarque étonnante d’un chef d’entreprise…
Même si le « ruissellement » va pour un peu dans sa poche, mieux vaut que le salaud de Riche reste en France !
Bcp sont partis, un ISF incertain ne les fera pas revenir !
« UN PAYS SANS RICHES EST UN PAYS DE PAUVRES » !

Marie d'Aragon

Vous rejoignez la pensée de Lao-Tseu :  » Quand les gros maigrissent les maigres meurent !  »
– Quand on est gros, on peut maigrir, mais quand on est « Kon », il n’y a rien à faire !
Par quel tour de bottes magique l’entrepreneur MaKron fera revenir les vrais investisseurs ?

JPL

L’ISF et maintenant l’IFI sont de véritables rackets.
Que penser des français qui par pure jalousie veulent taxer ceux qui ont fait des économies. Comme par hasard, il s’agit toujours de ceux qui sont rémunérés par l’Etat, qui n’ont jamais eu besoin d’économiser car leurs retraites sont garanties.
Depuis que ceux-ci ont décapité leur Roi, ils sont devenus fous. Ces gauchistes imbéciles favorisent les cigales et veulent punir les fourmis.
La grande majorité de ceux qui payent l’ISF/IFI n’ont ni Yacht, ni Ferrari, ni Rolls contrairement à ce que laissent vicieusement entendre les médias pourris.
ISF et IFI ne sont pas des impôts sur les revenus mais sur les économies de tout une vie dans le seul but de nuire et de décourager.
La France est devenu un enfer communiste…

torghal

La logique capitaliste n’est pas l’enrichissement des salariés. Macron a le mérite d’être cohérent.

Pascal Olivier

Macron n’a pas supprimé l’Isf, il l’a maintenu pour les seuls biens immobiliers (Ifi). Autrement dit, il a encore plus accentué la cible de cet impôt, les petits millionnaires et non pas les milliardaires.

La jonction des Sans-dents et d’une partie de la bourgeoisie a permis le brexit au Royaume-Uni et l’élection de Trump aux EU. En France Marine a perdu parce qu’il lui a manqué ce type de ralliement, en partie par sa faute.

On ne peut que constater l’habileté des duettistes Macron-Mélenchon pour endiguer les GJ. Mélenchon a réussi à faire de la question de l’ISF une des priorités des GJ pour les couper d’une autre classe attaquée par le néo-capitalsme, l’archéo-bourgoisie. De son côté Macron a habilement repoussé la procréation sans père (PMA) à après les élections européennes.

François BLANC

pontifier sur l’ISF qui est un remède contre l’amour d’entreprendre et ne pas invoquer le coût de l’immigration qui sur 30 ans correspond à la dette française actuelle me paraît pour le moins surprenant venant d’un citoyen qui se prétend entrepreneur

jeannot

Jacques Attila a un teint cadavérique. Comme on dit dans le nord : son cul commence à sentir le louchet (sin cul sin l’ louchet) :-)

senechal

Si l’état avait formé et fourni des experts économistes pour aider la France ça se serait vu depuis longtemps, non seulement ces énarques sont incompétents en économie, mais en plus ils ont noyauté le coeur de la république en occupant les plus hautes fonctions, ils se cooptent entre-eux!.
Si la consanguinité n’est pas bonne pour les lapins, elle n’est pas bonne non plus pour les humains!.
Regardez tous les énarques qui ont dirigé les plus grandes entreprises françaises, toutes, sans exception ont fait faillite et ont disparues.
Le problème de la France, ce n’est pas les Gaulois réfractaires, mais bel et bien l’état et sa cohorte d’énarques!.

senechal

Ce type n’a jamais été entrepreneur et j’affirme également qu’il n’a jamais été un investisseur comme nous pouvons l’entendre suivant le terme propre, car un investisseur, c’est par nature un entrepreneur qui prends des risques en prêtant son argent, ce qui est loin d’être le cas pour macron!.
Suivant le schéma du méprisable Macron, il ne s’agit ni plus ni moins que de s’enrichir sur le dos d’un état, en l’occurence la France, car prêter de l’argent par milliards à un état n’est pas du tout la même chose que de prêter une certaine somme d’argent à un jeune entrepreneur démuni qui se met à son compte pour créer une entreprise.
La différence est de taille et le risque n’a rien de comparable!.

Markus

Le problème en France n’est pas d’ajuster des paramètres économiques mais de changer une MENTALITE basée sur la jalousie et le parasitisme.

Sylvie Danas

Tout est dit @Markus. J’ajoute que tout forme d’impôt sur le capital qui coexiste avec un impôt sur le revenu est IMMORALE en plus d’être économiquement contre-productive, car elle frappe des sommes qui ont déjà payé l’impôt. Le problème est que la jalousie française veut confisquer à ceux qui n’ont pas, et s’accommode parfaitement d’un vol d’état, dont ils croient (à tort) profiter

Vincent L.

Je suis d’accord pour que le capital ne soit pas taxé quand le revenu a déjà été taxé. Reste que les ultra-riches (je pense par exemple au Mulliez, Arnault, Bettencourt) posent un sacré problème moral. Certains ont été géniaux (j’exclus les héritiers), bien plus que moi, et c’est tout à fait logique qu’ils puissent bâtir des fortunes. Mais ont-ils été 100 fois, 1000 fois ou 10000 fois plus géniaux qu’un chirurgien. Et par ailleurs, l’écart se creuse au fil des année. Leur fortune est due au système qui leur permet d’avoir des millions de consommateurs (pour Bille Gates cela doit se chiffrer en milliards) et les centaines de milliers d’employés. Face à cette manne, leur génie entrepreneurial est tout à fait secondaire. Mais grâce au mondialisme la manne perdure.

Spipou

Si ça permet d’assainir la trésorerie des entreprises, c’est quand même bien pour tout le monde, non ?

Clamp

J’aimerais bien savoir quelle entourloupe se cache derrière l’annonce récente de bons chiffres du chômage. Il y a sûrement un truc pas net là-dessous, encore destiné à étouffer l’ardeur des manifestants en tournant leur révolte en ridicule.

Durand

I)
1) A mon avis, article erroné. Ce n’est pas du tout ça. Disons le autrement, il traite la question de cet impôt SURNUMERAIRE par le petit bout de la lorgnette. Ne traite qu’1petit aspect subalterne et de +avec des raisonnements qui ne sont souvent que des suppositions.
2) La « théorie du ruissellement » dont on nous rebat les oreilles: 1expression ronflante qui fait « savant ». En fait 1tarte à la crème ridicule.
3) l’isf transformé en ifi c’est 1non rentrée fiscale de 2,47 milliards (isf 2017 4-1 ; ifi 2018 1,53). Cette économie pour les contribuables a eu lieu en sept.2018 (date de paiement), il y a 4,5 mois !
4) Le grand frère de l’isf-ifi : les droits de succession 10,6 milliards/an qui sont très souvent 1véritable spoliation.
5) la France championne du monde des impôts et taxes.

Dupond

Et si on s’occupait un peu de l’évasion fiscale ? l’ISF est insignifiant par rapport a ce qui fout le camp du pays . Redistribuer un peu encouragerait les français a crocheter dans le boulot a investir et a procréer voyant un monde meilleurs se profiler ( je sais….je reve!!!)

singe et torix

l evasion fiscale ,? assayez vous je ne dit pas que sa n existe pas redistribution ? 15 millions de retraites 5 millions de fonctionnaires (certains inutiles) 5 millions de chomeurs 25 millions de personnes a payer a la fin du mois 30 milliars d euros tous les mois a sortir qui a envie de payer tous ces cons (d on je fait partie)

Vincent L.

Vous mettez les retraités dans le lot !!!!!!!!!!! Je serais d’accord quand on me remboursera tout ce que j’ai payé en 46 ans de carrière pour les retraites des copains y compris bien sûr la part patronale.

singe et torix

vous savez ce que c est une action francaise qui s ecroule sans raison vous risquez rien vous n avez aucune position et vous ramennez votre gueule vous etes un parasite inutile

singe et torix

pour moi 200milles euros c est un riche descendons l impot sur la fortune a 200 milles on vas voir si les charlots de gauche sont pre a payer la taxe fonciere la taxe d habitation +l impot sur leur petite fortune pour moi non ce ne sont que des charlots

singe et torix

je suis contre l isf je voulais dire ceux qui son pour ne payent pas ou tres peu aucun pays ne le pratique

Victoire de Tourtour

Et la plupart des très riches ne le payent pas parce qu’ils sont partis -Suisse, Belgique, Pays-Bas – , et ne sont donc résidents en France, même s’ils y sont propriétaires d’un très confortable patrimoine immobilier.

Durand

C’est risqué de conserver des biens en France (1très confortable patrimoine immobilier).
L’administration française pt considérer que vous êtes domicilié fiscal en France (il y a 3 critères ; suffit pas de résider +de 6 mois ds 1pays étranger) : ça pt faire très mal. Sont à l’affût.
Au moment de la succession cela risque aussi de coûter très cher vu que la France socialo-coco (les robin des bois qui détruisent le pays) est, pour les droits de succession : 1ère en Europe et 2è au monde (derrière le Japon – les Echos).
Les « riches », faudrait préciser à partir de combien de millions, ont les moyens de payer des conseillers fiscaux spécialisés qui peuv. éviter les dangereux écueils fiscaux français.
La France est un ENFER FISCAL que seules des escroqueries politiciennes démago expliquent.

angora

et du meme coup ils ne paient ni impots sur le revenu, ni TVA alors qu’ils dépensent beaucoup; ce sont ceux qui dépensent le plus.

Sylvie Danas

L’impôt sur la fortune, tout comme l’impôt sur le revenu, devrait être strictement proportionnel et payable par tous dès le 1er Euro sans aucun abattement. Ça éviterait que les uns votent pour l’impôt des autres, et qu’ils votent sans fin pour des gouvernements qui multiplient des dépenses publiques dont une majorité des électeurs pensent (à tort) ne pas subir le contrecoup. Quand on sait qu’on va payer, on se met à réfléchir au bon emploi de ses sous. L’inverse est une recette pour conduire le pays à la ruine. On y va très vite, maintenant, en dépit des apparences

Vincent L.

45% des recettes fiscales de la France provient de la TVA qui est payée dès le premier euro gagné. Les choses sont donc complexe… Que tout le monde paie un impôt sur le revenu, après une réduction de la TVA, je suis plutôt d’accord. Mais les utra-riches doivent bien sûr payé un peu plus que les autres. Ils sont les premiers à profiter du système – voir plus haut mon explication.

angora

mais ils paient déjà beaucoup!

Sylvie Danas

Le simple emploi du terme « ultra-riche » est très révélateur d’une pensée émotionnelle et de jalousie, plutôt que d’une pensée rationnelle. Où commence l’utra, d’après-vous ? On est toujours l’utra-riche de quelqu’un. Vous-même l’êtes de ceux qui gagnent difficilement quelques Euros par jour, et eux le sont de ce qu’étaient les hommes des cavernes. C’est un terme arbitraire, révélateur du gigantesque complexe d’envie de de jalousie refoulée qui gangrène la plupart des Français. Regardez donc dans votre assiette plutôt que dans celle du voisin, vous vous occuperez mieux de la remplir

Sylvie Danas

Non @Vincent L. La TVA est payée au premier Euro DÉPENSÉ, ce qui n’est pas du tout la même chose que de payer au premier Euro gagné. Quand on paye sur ce qu’on gagne, on le sent, on sait qu’on paye, ça fait mal, ça pousse à réfléchir. À ne pas voter n’importe comment, en particulier. L’impôt indolore, comme la TVA, ne se sent pas et ne pousse pas à s’interroger. On ne sait pas en fait combien on paye et, d’une certaine façon, on s’en moque. En ce sens, le prélèvement à la source est une très mauvaise chose, parce qu’il rend l’impôt moins douloureux, et donc moins incitatif à souhaiter une réduction de la dépense publique. Quand à la progressivité de l’impôt, elle est tout aussi immorale et souhaitée uniquement par les jaloux.