Islam de France : concitoyen Fillon, parlez-nous simplement vrai !

Publié le 21 septembre 2007 - par
Share

Dans une dépêche, NouvelObs.com nous apprend que le mardi 18 septembre, notre premier ministre, François Fillon, s’est rendu à la Grande Mosquée de Paris où s’était rassemblé le CFCM (Conseil Français du Culte Musulman). S’il ne s’agissait que de dîner avec Boubakeur & Coterie, on aurait pu tout simplement parler d’un grand décalage culinaire qu’on ne pourra jamais rattraper : Fillon dîne, c’est-à-dire prend son dernier repas avant d’aller se coucher, alors que notre assemblée de musulmans vient juste de rompre le jeûne. Son dernier repas de la nuit sera pris à des heures indues ou carrément aux aurores avant le lever du jour. Mais M. Fillon a fait un discours et même des recommandations qu’il nous faudra absolument remettre en cause, avant que nous ne soyons mis devant le fait accompli. Mais avant cela, faisons œuvre de bonne foi et imaginons franchement ce que M. le Premier ministre aurait pu nous dire si, dans cette République, on se parlait simplement vrai, y compris face à des concitoyens musulmans.

C’est bien connu, pendant tout le mois de ramadan (ramdam pour les habitués), nous autres musulmans, nous mangeons trop bien et faisons la fête toute la nuit pour nous abstenir de manger, de baiser et même de boire, toute la journée. Nous veillons et festoyons la nuit pour digérer et somnoler à moitié toute la journée. Si nous sommes honnêtes et si nous faisons abstraction de toutes les fioritures spiritualistes, ramadan, c’est tout simplement le monde à l’envers. Ce qui sauve la mise, c’est la réelle générosité des musulmans qui s’exprime durant ce mois de jeûne.

En bon père de famille, M. Fillon aurait pu au moins donner un petit conseil de bon sens à notre Grand Conseil, dont le président est pourtant docteur ès médecine : « Vous ne buvez pas de la journée alors que tous nos médecins sont d’avis que cela est nocif pour la santé ! L’eau plate n’a rien d’un plaisir ! Si vous estimez que vous êtes trop vieux pour changer, faites en sorte que la santé de notre jeunesse soit au moins préservée ! Allez, un peu de responsabilité Mesdames et Messieurs les responsables du CFCM ! »

Monsieur Fillon aurait pu aussi insuffler un peu de dynamisme à nos représentants réputés pour leur léthargie, devenue légendaire : « Je vous apporte aujourd’hui le salut de Nicolas, l’agité du JT, qui m’a précédé ici et qui, dorénavant, exige que le CFCM cultive la culture du résultat. Le président est très franc avec vous et me fait dire que, même si vos ambitions sont proches du point de congélation, votre productivité n’est pas à la hauteur de vos ambitions. Nicolas, qui, comme vous le savez, s’intéresse à tout, m’a expliqué que si vous continuez à refuser de vous désaltérer, il craint pour le peu de neurones qui vous restent en activité ! ».

Et plus sérieusement, d’après la dépêche du NouvelObs.com, « M. Fillon s’est par ailleurs élevé contre la « discrimination odieuse » qui frappe les musulmans, souvent obligés de se faire enterrer dans leur pays d’origine faute de carrés musulmans dans les cimetières en France. »

Le Premier ministre aurait demandé à la ministre de l’Intérieur Michèle Alliot-Marie de « mettre en oeuvre des discussions avec l’Association des maires de France et le Conseil français du culte musulman pour avancer sur ce dossier ».

Monsieur Fillon croit faire un cadeau aux musulmans de France en cédant à la solution communautariste des religions qu’il y a longtemps, la République a justement dépassée : les cimetières de France sont ouverts à tous les citoyens et ne sont pas confessionnels. Je l’ai écrit au CFCM, à certains parlementaires et à quelques maires de l’Ile-de-France et je le répète ici : nous musulmans, si vraiment nous voulons enraciner nos morts dans ce beau pays, nous pouvons et nous devons nous faire enterrer en rang à côté et mélangés à nos voisins et concitoyens du cimetière communal. « Peu importe où vous tournez votre face, vous serez face à Dieu », nous dit le Coran. Nous n’avons pas le droit de perpétuer ni de créer des ghettos pour nos morts. Nous devons plutôt réintégrer les morts pour intégrer les vivants. Si nous sommes des citoyens de bonne foi, nous ne voudrons pas, ni de carrés à part, ni à l’écart. Le CFCM et M. Fillon manquent de courage et ils n’ont pas le droit d’engager, sur une mauvaise voie, l’avenir de millions de musulmans.

Mesdames et Messieurs du CFCM, du Ministère de l’intérieur, des mairies de France et de Navarre, ayez un peu de courage s’il vous plait pour bousculer nos coutumes communautaires et contribuez à l’émergence d’un islam de France intégré, de la vie à la mort, dans ce beau pays de la Liberté, de l’Egalité et de la Fraternité qui, certes, restent des idéaux loin d’être atteints, mais que nous pouvons rendre palpables au quotidien. Vous êtes devant vos responsabilités ; soyez donc à la hauteur !

Je conseillerai donc à Monsieur Fillon et à tous nos concitoyens de changer de mode avec nous autres musulmans, d’en finir avec la sempiternelle langue de bois gorgée d’hypocrisie, enrobée de spiritualité, de convivialité ; le tout accompagné de thé sur thé.

Pascal Hilout

[www.nouvel-islam.org->www.nouvel-islam.org ]

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.