Islam, musulmans et identité nationale

Publié le 11 janvier 2010 - par
Share

Islam – Immigration – Intégration – Identité nationale : voilà quatre i, intimement liés, sur lesquels tous les républicains se doivent de mettre des points pour ne pas les abandonner aux malversations du Front National & Consorts.

———

En lisant le dernier article du théologien Soheib Bencheikh publié le 1er janvier 2010 par Marianne 2 sous le titre de « L’identité française comme ferment d’un nouveau populisme », je me suis un peu plus rendu à l’évidence que bien des musulmans, des plus éclairés et des plus progressistes, tentent de nier qu’ils ont de sérieux problèmes avec l’identité nationale. Il y a tout juste un mois, j’ai été auditionné par la mission parlementaire sur le port du voile intégral. J’ai expliqué à cette mission que ce voile n’était que la pointe noire d’un iceberg qui voudrait nous cacher bien des choses pas belles à voir.

M. Bencheikh ne se rend pas compte de l’énormité de son propos lorsqu’il écrit : « Ma conviction était, naïvement, que ma spécificité cultuelle et culturelle soit un plus, un embellissement supplémentaire qui s’insère harmonieusement dans la Cité française. Car si je développe le sentiment d’être un corps greffé, je n’obtiendrai l’estime ni de moi-même ni de mon environnement. ». A l’évidence, il s’agit là d’une conviction faussement naïve : qui peut croire un instant que notre théologien éclairé, totalement minoritaire, écarté par ses confrères, est le greffon qui pose problème à la France ? Voudrait-il nous faire oublier que ce sont justement ses confrères, élus par des musulmans pratiquants pour représenter le culte musulman, qui ont porté plainte contre Charlie Hebdo et tenté de museler la liberté d’expression ? Cette liberté est une composante essentielle de notre identité française. Elle est autrement plus sacrée que le coran, la bible, les évangiles, Moïse, Jésus et Mahomet réunis.

M. Bencheikh sait pourtant que le populisme et le Front National ne se sont jamais mieux portés que du temps où justement nos politiques ne voulaient pas clairement poser la question de l’immigration, de l’islam, de l’intégration et de l’identité. Il est temps que les démocrates mettent les points sur ces quatre « i », intimement liés. Enfoncer la tête dans le sable et attendre que le sirocco passe, c’est faire à Marine Le Pen le même cadeau que celui offert à son père par la plus niaise des gauches européennes. Les vingt-deux coups de pied que tout démocrate a senti dans sa chair en 2002 seraient-ils déjà oubliés par M. Bencheikh autant que par M. Jospin et ses amis ?

« Toute prise de position politique ou juridique, au nom de l’identité, est préjudiciable. » affirme notre théologien. C’est l’expression d’un manque flagrant de courage politique. Pourtant l’obligation légale de présenter un visage et des cheveux dégagés sur les photos d’identité avait amené nos grands-mères marocaines, algériennes et tunisiennes à présenter leurs belles chevelures aux photographes. Elles en étaient tout émues et ça sautait aux yeux. Les très audacieux Bourghiba et Mohamed V avaient tenté de prolonger ce mouvement émancipateur de nos mères : ils les ont invitées à se dévoiler. Mais depuis les années quatre-vingt, les rétrogrades parmi les musulmans ont réussi à remettre le grappin sur nos sœurs et sur nos filles françaises, au cœur-même de nos banlieues où le foulard est devenu leur laisser-passer, sous peine d’être importunées si ce n’est traitées de putes !

Monsieur Bencheikh tente encore une fois de “positiver” : « Parce que cette nébuleuse de sentiments que l’on appelle identité change, se développe et s’enrichit ». Il feint d’oublier qu’avec certaines pratiques islamiques, très basiques, elle peut tout autant s’appauvrir, régresser, reculer. Bien des acquis de la Liberté, de l’Egalité, de la Fraternité sont remis en question ou mis à très rude épreuve. Est-il encore possible de caricaturer notre prophète et de se moquer du coran qui nous a déclarés « meilleure communauté donnée au monde » en nous faisant croire que nous étions seuls à ordonner le Bien et à combattre le Mal. Aux épreuves pratiques de cet art martial, Bush nous a définitivement déclassés !

M. Bencheikh, ne veut pas considérer que la prescription et la pratique islamique qui condamne la musulmane à n’épouser que des musulmans et des convertis bien circoncis est une prescription immonde. Cette pratique est tout à fait contraire au creuset de fusion que la France a toujours été. Nous savons que ce creuset de fusion n’est rien d’autre que la matrice de nos mères où nous avons tous été conçus.

La France et l’Europe sont promises à des enclos matrimoniaux et communautaires tant que tous les citoyens, musulmans et non-musulmans, n’auront pas opposé un NON franc et clair à cette pratique ségrégationniste et séparatiste fondée en religion.

M. Bencheikh a eu aussi l’outrecuidance d’estimer que la Suisse a franchi le pas qui mène de la démocratie au populisme. Or les Suisses ont tout simplement compris, comme la majorité des musulmans vivant en Suisse, que les mosquées n’ont nullement besoin de minarets : 146 sur 150 mosquées suisses en sont dépourvues ! Ils ont choisi de fermer définitivement la porte aux tenants de l’affichage ostentatoire d’un culte. Ce qui risque de réveiller des compétitions dangereuses : les bâtisseurs de clochers et de minarets prétendent atteindre le Ciel plus vite que les autres.

Pascal Hilout, né Mohamed

Rédacteur à Riposte Laïque

Auditionné par la mission parlementaire sur le port du voile intégral, le 2 décembre 2009

Cet article a été très commenté sur AgoraVox

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.