1

Islam : que faudra-t-il pour que nous ouvrions les yeux ?

Si l’islam n’avait pas fait son entrée sur notre territoire, parlerions-nous aujourd’hui de la laïcité, de l’islamisme, de l’intégrisme, du séparatisme, du communautarisme, du voile, des écoles coraniques, des mosquées salafistes, des quartiers hypocritement qualifiés de « sensibles », des collèges « difficiles », des banlieues, de l’insécurité, des incivilités, des voitures incendiées et des abribus détruits (notamment lors du Nouvel An), du caillassage des pompiers et des policiers… en un mot, de l’ensauvagement de la France, et, depuis hier, de la barbarie consistant à décapiter, en pleine rue, un enseignant qui, évidemment, n’était pas musulman ?

Comment ne pas voir que décapiter un mécréant est une façon de glorifier la religion musulmane – et non de la salir, comme le prétendent ceux qui n’ont toujours pas compris ce qu’est l’islam ?

Par suite, comment ne pas voir que les préceptes de l’islam s’opposent radicalement à ceux de la République ?

D’aucuns feront remarquer que cette opposition est la santé même de toute démocratie. Mais l’islam n’a que faire de la démocratie – qu’il utilise, sans le moindre scrupule, à des fins hégémoniques – car son but est de triompher partout dans le monde.

C’est dire à quel point nos hommes politiques doivent ouvrir grand leurs yeux, et, dès ce jour, tirer les conséquences de l’acte barbare qui vient de se produire à Conflans-Sainte-Honorine, dans les Yvelines.

La France du général de Gaulle connaissait la sécurité au quotidien. Savez-vous pourquoi ? Parce qu’elle n’était pas islamisée !

Maurice Vidal