Islam : gros retard, même si Nidhal Guessoum limite la casse

Publié le 5 mars 2020 - par - 14 commentaires - 973 vues

Islam SA, entreprise de démolition de l’héritage antique et francique

L’Occident est à l’islam ce que l’astronomie est à l’astrologie : rationalité contre fumisterie. C’est probablement en ce domaine que le gouffre les séparant est le plus manifeste.

Le père de l’algèbre Al-Khwarizmi publie en 825, à Bagdad, ses tables astronomiques. Quelques années plus tard, c’est l’érection de l’Observatoire de Bagdad. Vinrent ensuite la parution des Éléments d’astronomie et la méthode trigonométrique dans l’étude de la sphère céleste. Autour de 1080, Omar Khayyam mesure de façon très précise la durée de l’année.

Si Bagdad fut bel et bien une sorte de Silicon Valley avant l’heure, c’est que les savants musulmans bénéficièrent évidemment du fruit des traductions gréco-latines et que l’islam n’était pas encore enfermé dans son stupide carcan orthodoxe. Ici, on est dans le monde fluide et naturel du transfert du savoir, celui des passeurs de connaissances.

Mais dès le XVIe siècle, c’est l’Europe qui a le vent en poupe. Absolument rien ne jaillira plus de la part des savants musulmans. L’appellation « science musulmane » est d’ailleurs un véritable piège à cons pour oligophrènes. Si tel était le cas, à savoir un bouillonnement cognitif et inventif puisé de l’herméneutique des textes saints, on pourrait parler de « science chrétienne » et de sa Bible newtonienne de 1687 Philosophiae Naturalis Principia Mathematica ou théorie de la gravitation universelle.

Nidhal Guessoum, l’exception qui confirme la règle cosmique

Formé aux États-Unis, Nidhal Guessoum est professeur de physique et d’astronomie à l’université américaine de Sharjah, Émirats arabes unis. En 2012 déjà, ce jeune scientifique musulman atomise un représentant de Harun Yahya, figure de proue du principal groupement créationniste musulman. Actuellement, plus de 60 % des professeurs de cette université rejettent toujours l’évolutionnisme.

Il est l’un des seuls à proposer une réforme des universités du monde musulman mais la tâche semble titanesque. Le classement 2019 des meilleures universités au monde place les deux premières universités sous logiciel musulman (Çankaya Ankara et Sabancı Istanbul) dans la fourchette… 401-500e place ! La domination anglo-saxonne est totale, les p’tits Gaulois belges se défendant bien.

Dans ses vidéos à caractère scientifique, Nidhal Guessoum reste humble, se contentant d’avoir la conviction « qu’un grand horloger est derrière tout ça ». Nana Mouskouri a reçu l’amour en héritage, lui l’islam, à chacun ses peines.

Coran : les faux miracles scientifiques, par Nidhal Guessoum
https://www.youtube.com/watch?v=ideW5jP6dN8 07:52

Islam battu également sur terre, sur mer et dans les airs

S’il fallait comparer l’Occident à l’islam sur 100 m départ arrêté, le véhicule arabe ferait jeu égal sur les 10-15 premiers mètres pour ensuite finir atomisé par le bolide occidental qui, carburant au fuel BP Bien-Pensance, freine sec à quelques mètres de la ligne d’arrivée et rebrousse chemin pour un brillant secours humanitaire à nos voisins et amis et proches et semblables musulmans.

Selon la sagesse populaire, la roue serait la plus astucieuse des inventions pratiques. Mais en terre d’islam, le transport à dos d’animal fut jugé moins coûteux que celui de véhicules à traction animale nécessitant la construction et l’entretien de routes, bref nécessitant de l’ingénierie des ponts et chaussées. Trop compliqué tout ça, attendons l’arrivée des méchants colons franco-britanniques pour nous instruire.

En 2020, la Peugeot 208 est élue Voiture de l’Année. En 2020, les Algériens évitent soigneusement les bagnoles montées localement, considérant qu’elles sont toutes fabriquées un lundi matin.

Comparatif marin ? Lépante, nous voici ! En réalité, ce combat naval de 1571 traduit déjà la supériorité métallurgique et balistique de l’Europe et c’est bien elle qui battra l’Ottomanie.

L’essayiste suisse David Cosandey soutient que c’est en réalité la « thalassographie » particulière de l’Occident européen, abondant en fleuves et côtes maritimes, qui explique son succès et inversement le déclin de l’Islam. Par contre, l’Islam aquatique restera très présent via son cabotage esclavagiste le long des côtes italiennes.

Le général Bonaparte fournit à sa manière une réponse. Durant la campagne d’Égypte, il signala aux cheikhs que les Arabes avaient autrefois cultivé les arts et les sciences mais qu’ils étaient aujourd’hui dans l’ignorance profonde. Un cheikh prétendit que le Coran renfermait toutes les connaissances. Le général demanda si le Coran enseignait à fondre les canons et leurs fûts, la réponse fut oui.

En 1976, la France éblouit le monde avec le Concorde et sa sensationnelle aile gothique. En 2020, le Francistan éblouit le monde avec le Concordisme ou grille de lecture visant à interpréter les textes sacrés d’une religion de manière à ce qu’ils ne soient contradictoires avec les axiomes scientifiques contemporains.

Le monde islamique s’est finalement familiarisé à l’aile d’acier, à tel point que le 22 février 2020, Michael O’Leary, le fantasque PDG Ryanair, déclare à The Times : « Les terroristes sont généralement des hommes de confession musulmane ». Sacré coup pour la bien-pensance aérienne !

Made in France OK, made in Algeria KO

Musulmanie

Certains oulémas ont eu la charmante idée d’associer la répression des Ouighours chinois à un coronavirus mué en manœuvre divine vengeresse. Pourquoi donc ne pas enrichir le concept en prétendant que la grippe espagnole a frappé les Européens à titre de vengeance contre l’expulsion des Maures quelques siècles auparavant ?

On nous parle sans cesse des masques protecteurs mais jamais des mosquées destructrices. Le coronavirus, on s’en lave les mains !

On nous parle sans cesse de la protection de l’environnement mais jamais de la protection de l’environnement culturel français.

L’Hexagone dort depuis 40 ans et je commence à trouver le temps fort long, d’autant plus que son ronflement est islamique.

Richard Mil+a

« Je suis le roi de la jungle routière »

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
Dejanire

Al Geber Ouzbek et son implication embryonnaire de ce qu’on appelle maintenant l’algèbre n’avait rien à voir avec les pseudos sciences arabes (sic) mais dont le pays avait été islamisé dans un bain de sang.

POLYEUCTE

La Terre est plate, le Monde a 6.000 ans !
Muzz et Créationnistes, dos à dos.
Dieu s’appelle Science !
Respect !

Million

Entendu ce soir que l’homme ayant voulu surpassé la nature, cette dernière l’a rattrapée, vengeance du ciel?, je crois que c’est Lucchini qui a dit ça.

Philœnos

L’honnêteté oblige à préciser que le processus qui a connu son apogée à l’époque des Abbassides avait été entamée sous les Omeyyades, la dynastie précédente.
Et qu’il s’est poursuivi sous les Omeyyades d’Espagne, jusqu’à ce que, hélas, cette branche survivante soit renversée par les Almoravides, bien plus rigidement littéralistes.
Et ce fut le début de la fin de l'”Islam des Lumières” cher au regretté Malek Chebel… lequel écrivit -entre autres ouvrages- une remarquable « Anthologie du vin et de l’ivresse en Islam »…
Car l’islam des lumières était celui du vin.

Eric des Monteils

Des fois, j’ai une profonde pitié pour l’islam. Si, si. Ils sont tellement cons !

kouffar

oui mais alors con a pleurer

Plilœnos

Pas d’accord : ils sont pas tous pareils !
Regardez les alaouites qui boivent du vin.
Ils ne représentent que 10% de la population syrienne mais parviennent à survivre et même à occuper une position dominante… avec, il est vrai, l’appui des chrétiens qui eux non plus ne sont pas abstèmes.
Et leur pays peut être qualifié de laïque.
C’est d’ailleurs sans doute la raison pour laquelle les WASP ont décidé de s’y attaquer, cela après avoir transformé l’Irak en pays confessionnel dont -par exemple- la plupart des mandéens ont été chassés.
Et cette fois-ci, la France, au mépris de Voltaire et Diderot, les ont servilement suivi. Hélas !

blendel

Mais s’il vous plait ÉRIC des Monteils il reste primordial,malgré l’horreur propremment dite de ce qui nous attend dans un conflit de plus en plus certain et proche , qu’à la base,au départ chacun des milliard et demi de musulmans tombe dans un piège infernal et surtout incontrolable en étant instruit par cet islam..paradoxe difficile je sais quand il va falloir nous battre pour survivre et revivre

Philœnos

En réponse à patphil.
Comme quoi, boire du vin c’est faire descendre à chaque fois qulques gouttes de paradis sur terre !
Et aussi accéder à quelques lumières du Monde des Idées tel que Socrate le décrivait à ses disciples au cours  du plus fameux des banquets.
Banquet en grec ancien se dit Symposium (dérivé de “sumpinein” : boire ensemble).
Dali disait : « Qui sait déguster ne boit plus jamais de vin mais goûte des secrets ».
Et pour Paul Claudel, le vin « est le libérateur de l’esprit et l’illuminateur de l’intelligence ».: le poète a toujours raison !
En France, depuis la baisse de consommation régulière et au terme d’un léger décalage, on assiste à un bon exemple d'”effet Flynn inversé”, c’est à dire de baisse continue du quotent intellectuel (Q.I) moyen…

BERNARD

Joli billet.
Un point de désaccord toutefois, si vous le permettez : même si Al-Khwârizmî a peut-être “inventé” ce qui deviendra le MOT (et non pas la matière) “algèbre”, c’est le Français François Viète qui donne une forme rigoureuse au calcul littéral.. lui-même d’ailleurs n’approuvait pas le mot “algèbre”.. mais ce mot est resté. De là à dire que les Arabes ont inventé l’algèbre, fô quand même pas pousser mémé dans les orties !

patphil

et encore des mots arabes passés dans le langage français que jack lang n’a pas compté : djihad, niqab, hallal, nique la france etc.

Philœnos

C’est surtout au moment de la dynastie des Abbassides qu’incontestablement là où, au monde, le plus grand degré d’effervescence intellectuelle et scientifique pouvait être constaté, c’est en terre d’islam.
Mais force est d’ajouter qu’en cette période la consommaient de vin y était abondante !
Par exemple, le fameux calife Hâroun ar-Rachid, celui des mille et une nuits, en usait de manière probablement plus abondante que son contemporain Charlemagne.
Paraît-il même qu’il en prenait des bains !
Omar Khayyam, que vous citez, reste un des plus grands poètes de ce que Rabelais, par la suite, appela le «divin breuvage».
Mais hélas, par la suite, des dynasties beaucoup plus rigoristes et littéralistes s’emparèrent du pouvoir… et tout se bloqua.

patphil

mais le vin n’est pas interdit, (aux gueux oui mais pas au paradis d’allah:
coran 47: 16 voici ce qui a été promis au pieux: des rivières d’eau qui ne se corrompt point, des rivières de lait dont le gout ne change pas, des rivières de vin, un délice pour ceux qui boivent, des rivières de miel clarifié, …des fruits…

Philœnos

Comme quoi, boire du vin c’est faire descendre à chaque fois qulques gouttes de paradis sur terre !
Et aussi accéder à quelques lumières du Monde des Idées tel que Socrate le décrivait à ses disciples au cours du plus fameux des banquets.
Banquet en grec ancien se dit Symposium (dérivé de “sumpinein” : boire ensemble).
Dali disait : « Qui sait déguster ne boit plus jamais de vin mais goûte des secrets ».
Et pour Paul Claudel, le vin « est le libérateur de l’esprit et l’illuminateur de l’intelligence ».: le poète a toujours raison !
En France, depuis la baisse de consommation régulière et au terme d’un léger décalage, on assiste à un bon exemple d'”effet Flynn inversé”, c’est à dire de baisse continue du quotent intellectuel (Q.I) moyen…

Lire Aussi