1

Islamisation et antisémitisme : dès 2004, le rapport Obin tirait la sonnette d’alarme

Résultat de recherche d'images pour "tableau de roland de roncevaux"

Après l’appel des 300, que certains voient comme un réveil salutaire appelant à davantage de lucidité face à l’islamisation de la société, il n’aura pas fallu bien longtemps pour que la communauté musulmane monte au créneau, dénonçant une offense aux musulmans de France, porteuse de conflits interconfessionnels.

Et la ministre de la Justice, loin d’adhérer au cri d’alarme des 300, garde ses œillères et voit dans cette tribune un danger :

“Nous devons tout faire pour éviter une guerre des communautés”.

En effet, mais il eut fallu y penser avant et combattre l’islam politique et les exigences communautaristes dès les premières manifestations. Or, dès 2004, le rapport Obin, qui tirait la sonnette d’alarme sur la gravissime islamisation de l’école républicaine, a été enterré.

Quant aux “accommodements raisonnables” avec l’islam, on les connaît…

Tout d’abord, rappelons que l’incitation à la haine et au meurtre des juifs et des chrétiens est bien une réalité du Coran et des Hadiths, et qu’il n’y a pas 36 façons d’interpréter un appel au meurtre.

Par conséquent, refuser d’expurger le Coran de ses versets les plus violents, au prétexte que c’est un texte sacré, la parole d’Allah transmise au prophète, c’est adhérer à ces versets en totalité.

Les musulmans qui se disent républicains sans rejeter la haine contenue dans le Coran sont des hypocrites adeptes de la taqiya, visant à instaurer le califat mondial.

“Après que les mois sacrés expirent, tuez les associateurs où que vous les trouviez. Capturez-les, assiégez-les et guettez-les dans toute embuscade.” S9 v5

On peut aussi lire dans un recueil de Hadiths ce modèle d’amour et de paix :

“L’Heure ne viendra pas jusqu’à ce que les musulmans combattent les juifs et que les musulmans les tuent, jusqu’à ce que le juif se cache derrière un mur ou un arbre, et le mur ou l’arbre diront : Ô musulman ! Ô serviteur d’Allah ! Voilà un juif derrière moi. Viens et tue-le !”

On ne saurait être plus clair.

Mais “Il est hors de question de toucher une seule virgule du texte du Coran, qui est sacré et révélé”, nous dit Anouar Kbibech, le vice-président du CFCM.

Et Tareq Oubrou, le célèbre “imam modéré” de Bordeaux, chouchou de Juppé et décoré de la Légion d’Honneur, nous livre sa propre tribune, signée par 30 imams, déplorant la mainmise des islamistes sur la jeunesse musulmane, “ignorante, perturbée et désoeuvrée”, et louant le “vrai sacrifice” du colonel Arnaud Beltrame.

Voir Tareq Oubrou défendre un islam parfaitement compatible avec les valeurs de la République ne manque vraiment pas de sel.

Car voici ce qu’on peut lire dans l’excellent livre de François Billot de Lochner “Chronique de l’islamisation ordinaire de la France”.

Il suffit d’écouter cette vidéo pour voir qui est le véritable Tareq Oubrou.

Hasan Al-Banna conference en francais1/5 par decryptator
http://www.islametinfo.fr/2015/02/13/quand-tareq-oubrou-parlait-comme-daesh-du-califat-video-choc/

Ensuite, Omar Djellil, un proche de frère Tareq qui finit par rompre avec lui, écrivait en 2016 à son ex-frangin :

“C’est de tes propres mains que nous recevions des magazines faisant l’apologie d’un certain Ben Laden….Je me vois encore en train de nous faire des accolades dans ton bureau au moment où les avions percutaient les tours jumelles de New-York : “Allah est grand !”, t’exclamais-tu.”

Et c’est ce même Tareq Oubrou qui signe aujourd’hui une tribune intitulée :

“Des imams au service de la République française.” Faut-il en rire ?

Venons en maintenant à Amar Lasfar, président des Musulmans de France ( ex-UOIF ), qui pousse son coup de gueule :

“Il est aberrant et offensant de laisser penser que l’islam, le Coran et les musulmans de France seraient antisémites. C’est même un blasphème ! Connaissez-vous un génocide perpétré par des musulmans contre les juifs ? L’islam n’est pas comme cela ! Merci de ne pas le confondre avec ces voyous et ces repris de justice !”.

Joli discours, mais Amar Lafar est un admirateur de Youssef Al-Qaradawi.

“Il n’y a pas un égal à Mr Qaradawi, tout le monde le sait, il a écrit des centaines de livres”, nous dit-il.

Oui, ce bon Qaradawi qui disait le 30 janvier 2009 sur la chaine Al-Jazira :

“Tout au long de l’histoire, Allah a imposé aux juifs des personnes qui les punissaient de leur corruption. Le dernier châtiment a été administré par Hitler. C’était un châtiment divin. Si Allah veut, la prochaine fois, ce sera par la main des croyants.”

Et c’est ce même Al-Qadarawi qui déclarait en 2009 :

“L’islam va retourner en Europe, comme un conquérant et un vainqueur, après en avoir été chassé à deux reprises… Cette fois-ci, la conquête ne se fera pas par l’épée, mais par le prosélytisme et l’idéologie…”

Ou encore :

“Avec vos lois démocratiques, nous vous coloniserons, avec nos lois coraniques, nous vous dominerons.”

Voilà qui est le maître à penser des Frères musulmans, donc des Musulmans de France.

Qui peut encore croire à leur discours républicain ? Juppé, évidemment, mais encore ?

Et citons aussi les propos d’Ahmed Jaballah, ex-président de l’UOIF de 2011 à2013 :

“L’UOIF est une fusée à deux étages. Le premier étage est démocratique, le second mettra en orbite une société islamique”. (Chronique de l’islamisation de la France)

Enfin il serait dommage de ne pas compléter le tableau de cet islam républicain qui envoûte nos dirigeants, sans parler du CCIF et de son responsable Marwan Muhammad.

Ce grand défenseur des droits de l’homme et des libertés, qui lutte contre l’islamophobie, déclarait à la mosquée d’Orly il y a quelques années :

“Qui a le droit de dire que la France dans trente ou quarante ans ne sera pas un pays musulman ? Qui a le droit ? Personne dans ce pays n’a le droit de nous enlever ça. Personne n’a le droit de nous nier cet espoir là. De nous nier le droit d’espérer dans une société globale fidèle à l’islam. Personne n’a le droit dans ce pays de définir pour nous ce qu’est l’identité française.”

Il est donc clair qu’il y a déjà bien longtemps que l’islam de France a totalement échappé au pouvoir et que nos élus, devenus otages des musulmans, n’ont plus de solution.

L’exécutif compose, négocie, recule, cède à toutes les revendications des musulmans pour deux raisons :

Eviter l’embrasement du pays et acheter le vote musulman devenu incontournable.

Tout élu, du plus petit maire de village au président de la République, en est réduit à négocier pour acheter sa tranquillité et à tout promettre pour être élu. C’est catastrophique.

En 1960 il y avait moins de 500 000 musulmans en France. Ils sont 8 ou 9 millions aujourd’hui.

A ce rythme effarant, les espoirs de Marwan Muhammad seront bientôt devenus réalité.

L’appel des 300 sonne comme le cor de Roland de Roncevaux, bien trop tard.

Jacques Guillemain