Islamophobie : barbarisme au service de l’intox ! (1/6)

Publié le 2 mai 2016 - par - 22 commentaires
Share

Notes préliminaires

Barbarisme : Faute contre le langage soit dans la forme, soit dans le sens du mot (mot créé ou altéré, dévié de son sens, impropre) CNRTL.

Intox : Campagne systématique de mise en condition de l’opinion publique par la diffusion d’opinions tantôt vraies tantôt fausses et plus ou moins alarmantes. CNRTL.

« Islamophobie », quel est ce terme ?

Un terme à la mode fleurissant chez les islamistes, les collabos, les politiciens, les médias, et à tout propos, depuis quelques années.

Une recherche du terme « islamophobie » dans le dictionnaire de l’Académie 8e et 9e éditions retourne l’information suivante :

« Aucun document ne correspond à ces critères »

De la même manière une recherche dans les « Le Trésor de la langue française »1 ne donne aucun résultat.

Il est à remarquer que les mêmes recherches sur les termes « homophobie », « christianophobie », ou « judéophobie » ne donnent pas plus de résultat …

Par contre les termes « xénophobe », « xénophobie » sont largement définis. Pour quelle(s) raison(s) ? Mystère !

Ces constatations amènent à penser que le barbarisme « islamophobie » sans être, nécessairement d’origine récente serait redevenu « très tendance » récemment.

Plus particulièrement depuis 1988, quand l’OCI (Organisation de la Coopération Islamique) avait réussi à rassembler une majorité de votes, au sein des organismes de protection des droits de l’homme2 et de l’Assemblée générale de l’ONU, en faveur de résolutions défendant « la lutte contre la diffamation envers les religions (Comprendre : la diffamation envers l’islam) ».

Origines du terme

Il apparaît que tous les initiés – pas au point de savoir qu’il s’agit d’un barbarisme – soient nécessairement d’accord sur l’origine du terme « islamophobie ».

La « première utilisation » de ce barbarisme serait celle faite par le peintre Alphonse Étienne Dinet4 et celle faite par l’intellectuel algérien Sliman Ben Ibrahim dans sa biographie du prophète (1918).

Mais, Dahou Ezzerhouni a cité plusieurs autres utilisations en français dès 1910, et à partir de 1912, dans :

« La politique musulmane dans l’Afrique Occidentale Française » d’Alain Quellien, publié en 1910 » ;

« la Revue du Monde Musulman en 1912 et 1918 » ;

« la Revue du Mercure de France en 1912 » ;

« Haut-Sénégal-Niger de Maurice Delafosse en 1912 » ;

« Journal of Theological studies en 1924. »

Une explication particulièrement intéressante

Selon Christopher Allen (dans son ouvrage « Islamophobia. » – 2010), lors de ses « premières utilisations », ce barbarisme n’avait pas la même signification que dans son utilisation actuelle :

« …à l’origine, le terme faisait allusion à une crainte de l’Islam par les musulmans, et non une crainte ou la haine des musulmans par des non-musulmans… »

Laurent Mucchielli, dans un article de son blog « le vieux singe »5 précise :

« … J’ai démontré dans un article précédent que ce mot n’était pas un article d’importation, mais qu’il avait été employé (avec son antonyme islamophilie9 ) il y a un siècle par des administrateurs coloniaux français… »

Caroline Fourest affirme que ce terme

« …a pour la première fois été utilisé en 1979 par les mollahs iraniens souhaitant faire passer les femmes qui refusaient de porter le voile pour de « mauvaises musulmanes »… »

Alain Gresh10 , mentionne une utilisation de l’expression « délire islamophobe » dès 1925 en France.

La version en langue anglaise de Wikipedia faisant référence aux travaux de plusieurs auteurs6 , mentionne :

« … The term dates back to the late 1980s or early 1990s, but came into common usage after the September 11, 2001 attacks in the United States…. »

« … Le terme remonte à la fin des années 1980 ou au début des années 1990, mais est entré en utilisation commune après les attaques du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis…. »

Pour certains « autres » qu’il n’est pas indispensable de citer, tant leurs délires anti-occidentaux sont des phénomènes récursifs :

« … les Services des Renseignements occidentaux ont inventé ce terme pour créer la crainte de l’islam chez les citoyens. On nous répète que cela était nécessaire, après la fin de la guerre froide, l’effondrement de l’Union Soviétique, et du bloc « socialiste » en Europe de l’Est. Les tenants de cette théorie prétendent que l’occident a toujours eu besoin d’un ennemi commun pour maintenir sa cohésion et ses alliances. La menace communiste a été utilisée à cet effet durant un demi-siècle, et maintenant c’est l’islam est utilisé pour la même chose… »

Sens donné au barbarisme

Que le barbarisme « islamophobie » soit ou non défini dans des dictionnaires étant des références de la langue française, soit apparu à telle ou telle époque, dans telle ou telle circonstance, soit ou non défini et qu’il soit apparu à telle époque plutôt qu’à telle autre, et dans telle ou telle circonstance, cela n’a aucune importance et relève d’une querelle sur le sexe des anges.

En psychologie, la phobie est définie comme :

« … Symptôme prévalent des névroses obsessionnelles, caractérisé par une réaction d’angoisse ou une répulsion ressentie devant le même objet, la même personne ou une situation bien déterminée … » (CNRTL)

Ceci amène à considérer que le barbarisme « islamophobie » soit donc « une forme de névrose caractérisée des occidentaux, par la peur morbide, l’angoisse, de l’islam ».

Il n’y a dans cette définition de la phobie, en psychologie, aucune idée de haine !

Littéralement, le contenu sémantique associé au barbarisme « islamophobie » est la crainte de l’islam, et non celle de ses adeptes, les musulmans.

Les spécialistes de l’étude de l’évolution sémantique ont établi que :

« … les mécanismes font passer d’un sens à un autre. Ces mécanismes sont toujours les mêmes :

  • les mécanismes objectifs : …
  • les mécanismes subjectifs :
    • passage du sens neutre au sens péjoratif ;
    • passage du sens neutre au sens mélioratif7  ;
    • passage du sens fort au sens neutre…. »

Pour être conforme à l’air du temps, pour déterminer ce à quoi le barbarisme « islamophobie » correspond, il convient donc de se reporter à des « définitions coutumières » que l’on peut trouver dans différents documents quels que soient leurs supports : séquence vidéo, discours, texte. Tous ont des origines partisanes, relativement récentes, et pas toujours très claires. Ces définitions coutumières ne sont pas homogènes et comportent parfois quelques contradictions, même partielles.

Dans de nombreux textes pour la plupart : « copiés – collés » par des apprentis manipulateurs se croyant importants, le barbarisme « islamophobie » est fréquemment associé aux termes de racisme,  xénophobie et autres noms d’oiseaux.

Avec cette association à d’autres termes, correspondant à des comportements inacceptables, il y a « passage du sens neutre au sens péjoratif ».

Cette association n’est pas le fait du hasard, quand bien même elle serait celui de personnes n’ayant qu’une idée approximative du sens des mots. Ces dernières sont de plus en plus nombreuses !

Elle est directement liée à une volonté délibérée d’amalgame, « art » dans lequel :

  • les soviétiques, en particulier le premier secrétaire du parti, par ailleurs « petit père des peuples », Staline, et leurs séides ;
  • les socialistes-nationaux (ou nazis), en particulier le « sémillant ministre » à « l’éducation du peuple et à la propagande », Goebbels, et leurs séides ;

étaient passés maîtres.

Cet amalgame associant les termes de racisme, xénophobie au barbarisme « islamophobie » est important surtout pour ceux en étant les auteurs ou pour ceux s’y associant, pas toujours avec désintéressement, car il se retourne contre eux !

Aujourd’hui, que cela plaise ou non, mais sans que ce soit le moins vérifié8 , le barbarisme est utilisé pour désigner :

« … la peur et les préjugés à l’encontre de l’islam et par la suite la peur et le rejet des personnes de confession musulmane…. »

« … l’hostilité ou un sentiment négatif envers l’Islam,… »

« … une attitude considérée comme discriminatoire à l’encontre des personnes de religion musulmane, et par amalgame, des résidents d’origine maghrébine ou arabe …. »

(Source Wikipedia http://fr.wikipedia.org/wiki/Islamophobie)

Donc, selon ce qui précède, le barbarisme « islamophobie », par la grâce des islamistes et collabos devenu « pseudo-concept » recouvrirait tout à la fois  :

  • la peur de l’islam ;
  • les opinions préconçues, le parti pris, le sentiment négatif et l’hostilité vis-à-vis de l’islam ;
  • la peur et le rejet des musulmans et le comportement discriminatoire à leur encontre ;
  • le comportement discriminatoire vis à vis des maghrébins ;
  • le comportement discriminatoire vis à vis des arabes.

D’aucuns ajoutent le comportement xénophobe et le comportement raciste.

 

Refusons d’employer leurs mots, la langue française est assez riche pour cela !

En refusant d’employer leurs mots, nous refusons leurs idées !

En refusant leurs idées nous refusons leur colonisation !

En refusant leur colonisation, nous les combattons !

Jean-François Cerisier

Prochain article (2/6) : « L’anti-islamophobie, pourquoi, pour quoi »

1 Centre National de ressources Textuelles et Lexicales : CNRS, l’unité mixte de recherche ATILF (Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française) et Université de Lorraine

2 Cette opération de l’OCI, pourrait être considérée comme « cocasse », quant on connaît le goût immodéré, de nombreux pays adhérents de cette association, pour la Liberté et les Droits de l’Homme, et quand on a lu la « déclaration islamique des droits de l’homme » … Non, ce n’est pas cocasse c’est une gigantesque manipulation !

4 Les peintures de cet artiste, dont une bonne part est consacrée aux femmes des territoires du sud-algérien (voir http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89tienne_Dinet) provoqueraient très certainement, aujourd’hui, la ire des tenants du système-islamique, et le qualificatif « d’islamophobe » !

5 http://www.vieuxsinge.fr/article-islamophobie-dans-la-langue-francaise-des-1910-64056408.html

9 A noter que le barbarisme « islamophobie » n’est en rien l’antonyme du terme « islamophilie »

10 Journaliste français auteur d’ouvrages sur le Moyen-orient et l’islam

6 http://en.wikipedia.org/wiki/Islamophobia

7 Si appréciation positive

8 Il y a là un mélange d’éléments différents ne s’accordant que dans l’esprit de ceux pratiquant cet amalgame, d’idéologues de diverses chapelles, soumis à l’endoctrinement. Le PETIT ROBERT précise « … Méthode consistant à englober artificiellement, en exploitant un point commun, diverses formations ou attitudes politiques… ». Or l’amalgame est un outil du politique et non celui de savants, de professionnels de la santé, ou de linguistes.

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
celtillos

ce n’est pas de la peur que m’inspire l’islam, non, c’est dans un premier temps de la méfiance, dans un deuxième temps de la colère mêlé de rage, et dans un troisième et dernier temps de la haine a son encontre, une haine farouche, inextinguible, une haine destructrice pour protéger ma culture mon mode de vie et ma patrie, ainsi que l’héritage laissé a mes enfants et petits enfants.

SUN

ISLAMOPHOBIE : La peur de l’Islam.Et à juste titre il me semble.
Couper les têtes, couper les mains, couper les pieds,voiler les femmes,etc,…..
Oui, l’islamophobie doit être une opinion et non un délit.On a quand même le droit d’avoir peur de ces horreurs n’est ce pas messieurs Valls,Cazeneuve,Hollande et les autres….

Louve Normande

A telle enseigne que nous soyons brimés que sur Facebook et partout dans les médias, ce texte d’Esope est « interdit » et vous donne « le droit » d’être bloqué :

« Un jour Hermès conduisait par toute la terre un chariot rempli de mensonges, de fourberies et de tromperies, et dans chaque pays il distribuait une petite portion de son chargement. Mais, quand il fut arrivé dans le pays des Arabes, le chariot, dit-on, se brisa soudain ; et les Arabes, comme s’il s’agissait d’un chargement précieux, pillèrent le contenu du chariot, et ne laissèrent pas le dieu aller chez d’autres peuples.Plus que tout autre peuple les Arabes sont menteurs et trompeurs ; leur langue en effet ne connaît pas la vérité.Ésope, Fables, trad. d’Émile Chambry, Les Belles lettres, 1927, p. 112 »

Marceline

Nous détruisons chaque jour des mots, dès vingtaine de mots, des centaines de mots. Nous taillons le langage jusqu’à l’os. Ne voyez vous pas que le véritable but du nowlangue est de restreindre les limites de la pensée ? A la fin nous rendrons littéralement impossible le crime par la pensée car il n’y aura plus de mots pour l’exprimer
Le progrès dans notre monde sera le progrès vers plus de souffrance. L’ancienne civilisation prétendait être fondée sur l’amour et la justice. La notre est fondée sur la haine. Dans notre monde il n’y aura pas d’autres émotions que la crainte, la rage, le triomphe et l’humiliation. Nous détruirons tout le reste, tout.
George Orwell 1984

François Servenière

Je voulais faire un petit ajout métaphorique à toute la réflexion du Lt. Colonel Jean-François Cerisier : (entre parenthèse les chiffres en millions de morts).

Les habitants de la planète lointaine Vega envahissent la planète Tatouine et tuent 1 milliard d’individus (1000). S’en suit un ressentiment séculaire des habitants de la planète 2 contre les habitants de la planète 1. Et je cite son texte en le transformant pour se conformer au conflit végano-tatouin :

François Servenière

« « Aujourd’hui, que cela plaise ou non, mais sans que ce soit le moins vérifié , le barbarisme « véganophobie » est utilisé pour désigner :

« … la peur et les préjugés à l’encontre de la religion végane (ou nazisme et communisme) et par la suite la peur et le rejet des personnes de confession végane…. »

« … l’hostilité ou un sentiment négatif envers la religion végane,… »

« … une attitude considérée comme discriminatoire à l’encontre des personnes de religion végane, et par amalgame, des résidents d’origine végane ou assimilée …. » »

François Servenière

Pas besoin d’être sorti de Saint-Cyr pour comprendre que, dans la mémoire des peuples, le nazisme (30) soit associé aux allemands et le communisme (100) soit associé aux russes. Désolé pour l’islam (270) et les musulmans, les uns sont, ce n’est pas de la faute des islamophobes (des communismophobes et des nazismophobes), lié l’un aux autres. Les crimes de l’un rejaillissent sur les autres, les peuples concernés n’ayant jamais rien fait pour empêcher le premier de les commettre. Quand je me fais attaquer ou tuer par des frelons ou des requins, je ne me mets pas à avoir instantanément une peur viscérale des coccinelles et des poissons rouges… CQFD

Après, l’on pourra faire la paix avec les musulmans quand ils se seront débarrassés de l’islam ; comme on l’a fait avec les allemands et les russes quand ils se sont débarrassés du nazisme et du communisme ; comme les tatouins le feront avec les végans quand ils se seront débarrassés de leur religion mortifère.

hathoriti

ISLAM = HARAM en France !

Je ne suis pas islamophobe car j’ai une peur bien raisonnée de l’islam (phobie = peur irraisonnée), mais je suis profondément islamorépugnant.

Dimanche dernier, papotage en famille. On aborde le sujet de l’Islam. Tous d’accord pour le rejet de l’islam mais pas des musulmans modérés qui n’y peuvent rien.
Et je leur dis : Des personnes , même modérées, qui vénèrent un Dieu et un prophète qui leur ordonnent de nous soumettre à leur religion ou de nous tuer si nous refusons de nous soumettre sont des complices passifs d’un système criminel.
Alors, toujours complaisants envers les modérés ?
Silence total …

Louve Normande

Pour ma part, je suis « misislame » :

balte

Il suffit de parler politique 5 minutes avec quelqu’un en France pour savoir ce qu’il pense. S’il utilise le mot « sioniste », »islamophobe »,s’il s’appesantit lourdement sur la colonisation,s’il est agressif envers tout le monde,alors il altermondialiste,plus ou moins écolo,plus ou moins communiste et heureusement ………… souvent âgé. S’il a un peu d’humour,le plus souvent il s’intéresse davantage aux sciences,au sport,au sexe qu’à la politique. Et enfin s’il réfléchit pour deux sous il vote probablement à droite (d’ailleurs,entre parenthèses,l’intellectuel de gauche a pratiquement disparu). Alors être islamophobe aujourd’hui est plutôt un compliment. L’Islam n’a d’ailleurs rien à voir avec la religion,mais tout d’une idéologie suprémaciste,misogyne,homophobe.

Canis Majoris

Je suis islamophobe assumé. Et même plus : je veux la destruction de l’islam pour le bien de l’humanité, et je pourrais être seul face à toute la terre, j’ouvrirais ma gueule car je sais que j’ai raison. D’ailleurs les philosophes musulmans comme Avicenne, Averroès et Rumi, de leur vivant ont failli être tués, ils étaient poursuivis par les plus fanatiques de leur secte… une secte qui s’est toujours divisée en clans. Dans un premier temps les modérés condamnent les extrémistes, dès qu’ils sont en nombre, ils se rallient aux tueurs. Chaque musulman français est donc un tueur potentiel. Et tout musulman est un homme méprisable, d’avoir accepté un modèle comme mohamed, qui a éliminé méthodiquement tous ses opposants. C’est ça leur « prophète » ? Dis-moi qui est ton prophète, je te dirais qui tu es…

Bruno

 » Littéralement, le contenu sémantique associé au barbarisme « islamophobie » est la crainte de l’islam, et non celle de ses adeptes, les musulmans. »

Quand on est confronté à des racailles dans la rue, c’est plus les musulmans eux-mêmes que l’islam qu’il faut craindre ! Il faut arréter aussi de dire : je n’aime pas l’islam mais je n’ai rien contre les musulmans ! Et si quelqu’un disait je n’aime pas le nazisme mais je n’ai rien contre les SS, il aurait l’air de quoi ? d’un crétin, c’est la même chose avec les mahométans.

François Servenière

« je n’aime pas le nazisme mais je n’ai rien contre les SS » Vous auriez du dire « je n’aime pas le nazisme mais je n’ai rien contre les allemands »… Même si votre réflexion de fond est la bonne.

Robin

Sa comparaison est plus appropriée. Tous les Allemands n’étaient pas nazis. Tous les musulmans adhèrent par contre bien au même miasme sectaire et fasciste, quelle que soit la définition qu’ils en donnent et l’importance qu’ils lui accordent. Au fond, il serait peut être plus juste de comparer les musulmans aux adhérents du parti de manière générale. Avec les salafistes pour SS, les « modérés » comme simples cotisants. Au bout du compte, le constat est le même, tous ont leur part de responsabilité, ne serait-ce que par complaisance et passivité, tous contribuent à la perpétuation et à l’expansion du fléau islamique. Et l’on ne saurait dissocier sa haine légitime de l’idéologie mortifère, d’une défiance vis-à-vis des prétendus modérés qui s’accommodent parfaitement de sa barbarie, avec laquelle ils ont vécu des siècles durant et qui constitue leur norme sociologique et culturelle.

« Refusons d’employer leurs mots, la langue française est assez riche pour cela ! » (Jean-François Cerisier)

Très juste ! Nous sommes à Reconquête républicaine opposés à l’utilisation de ce barbarisme au service de l’intox.

Se revendiquer islamophobe c’est se tirer une balle dans le pied.

Non seulement parce qu’adopter la terminologie de l’ennemi c’est contribuer à sa victoire, non seulement parce que pour le commun des mortels le mot islamophobe renvoie à une haine des musulmans et non pas à un rejet de l’islam, non seulement parce qu’il est stupide de s’accrocher au sens étymologique (peur de l’islam) en laissant de côté la dimension pathologique induite par le jargon psy (pourtant passé dans le langage courant), mais par dessus tout parce tout bon mahométan ayant le devoir sacré de terroriser le non-musulman cela revient à offrir à l’ennemi la satisfaction du devoir accompli.

Louve Normande

On peut dire être :

– misislame
ou
– islamoréfractaire

Ou anti-islam tout simplement comme il y avait des anti-communistes ou des anti-fascistes.

La lutte contre l’islam est indispensable à la survie de notre nation, de notre civilisation et du monde. Mais à condition de ne pas en faire l’alpha et l’oméga de l’action politique. C’est faire un cadeau à l’ennemi que de n’exister qu’à travers lui. Les anti-communistes étaient souvent assez primaires et les anti-fascistes sont devenus les crétins « antifa » que l’on sait.

Torpillator

Les chariaphobes seraient-ils islamophobes ??? .. hum c’est vilain ça.

La chienlit non merci

Islamophobie : peur de cette religion dont, selon ses textes fondateurs, le prophète indica à ses adeptes, lors de la seconde et dernière phase de sa fondation à Médine, le chemin à suivre en ce qui concerne le traitement à réserver aux « mécréants » (chrétiens, juifs, apostats, opposants, gays, etc.) : les convertir de force, les dhimmiser ou les tuer. Donc c’est une peur justifiée, et c’est aussi dans ce contexte le devoir du citoyen de ne pas s’y soumettre.

François Servenière

Bravo Jean-François. Voilà un résumé complet de tout ce qu’on avait pu lire sur le sujet. Les exégètes islamophiles en seront pour leurs frais… Un texte à faire passer à tout décisionnaire utilisant malencontreusement à nouveau ce terme à tord et à travers… D’ailleurs, on ne les entend plus tellement pérorer sur le sujet depuis qu’on leur a claqué le beignet avec des réponses intelligentes et rationnelles, comme celle de la « permission d’être phobique ». J’aurai bien aimé que vous parliez de la constitutionnalité d’être phobique. En effet, à part dans 1984, aucune constitution de pays libre interdit d’avoir peur… Car c’est un sentiment, la peur. Interdire les sentiments, les opinions ou les pensées, tel en Socialie, il n’y a que les fous pour y penser… Je suis aussi Psychopathophobe et « locophobe ». Parce qu’en ce monde de fous, il serait fou de ne pas devenir fou !

François Servenière

« Le monde est rempli de fous. » « Humanum fuit errare, diabolicum est per animositatem in errore manere. »

« L’erreur est humaine, mais persister dans l’erreur par arrogance, c’est diabolique. »

« Les insensés font une immense foule ». Si les fous donnent la mesure alors « les hommes sont si nécessairement fous que ce serait être fou par un autre tour de folie de n’être pas fou. » Cicéron (106-43 av.JC), homme d’État romain et un auteur latin et Augustin d’Hippone dit saint Augustin (354-430), un philosophe et théologien chrétien romain